Troyes, les promesses de l’Aube
Photo Panoramic

Troyes, les promesses de l’Aube

Dans le sillage d’un Benjamin Nivet inaltérable, la première partie de saison a mis en lumière le talent de trois jeunes milieux offensifs de l’Estac, novices ou presque en ligue 1. Zoom sur cette brochette sacrément douée, dont la cote est en train de monter en flèche.

N’en déplaise à Pierre Menès, s’ennuyer devant un match de ligue 1 ne constitue pas une fatalité. Pour ceux qui en doutent, allez donc faire un tour à Troyes, du côté du stade de l’Aube. Vous verrez, il y a souvent une petite friandise à se mettre sous la quenotte. Suspense hitchockien lors des barrages, Goal-Line Technology en carafe, et même un Coréen à mi-chemin entre Zlatan et Tintin… mais aussi et surtout un trio de jeunes feux follets extrêmement habiles balle au pied, capables de produire du jeu et d’amener leur équipe rapidement vers l’avant. L’occasion de positionner la focale sur ces nouveaux adeptes du football champagne.

Samuel Grandsir, le jeune du club à l’ascension exponentielle

Quinze petites minutes en Ligue 1 au printemps 2016 en guise de mise en bouche… puis le natif d’Evreux profite de la relégation du club et du turnover qui l’accompagne pour glaner une place de titulaire sur le flanc droit de l’attaque troyenne qu’il n’a plus quittée depuis, en dépit de la remontée dans l’élite cet été. L’histoire aurait pu s’arrêter là. Sauf que le joueur a eu la brillante idée de se montrer décisif dès ses premières apparitions sur le pré. Ses deux buts inscrits contre Rennes et Metz ont permis à son équipe d’engranger de précieux points au démarrage et d’éviter ainsi le fiasco d’il y a deux ans. Résultat des courses : un sésame inattendu l’invitant à venir festoyer avec l’équipe de France espoirs, et les radars des recruteurs qui s’affolent. Une nouvelle étape de franchie. En attendant la prochaine…

Saïf-Eddine Khaoui, le recalé du « Champion’s Project », pour l’instant

Un petit tour et puis s’en va… las de couper les citrons pour ses coéquipiers Thauvin et Payet, le jeune franco-tunisien troque un Garcia pour un autre cet été, un an après son arrivée sur la Canebière. L’objectif est limpide : un prêt afin de disposer de davantage de temps de jeu dans une écurie où la concurrence est moins rude. Une intuition payante car c’est là que survient le coup de pouce du destin, avec la blessure du taulier Benjamin Nivet début septembre. Le minot en profite alors pour vampiriser le poste de meneur de jeu et exposer au grand jour l’étendue des pouvoirs de sa patte gauche. La sanction est sans appel : quatre buts au compteur à la trêve et un public troyen sous le charme de l’esthète qui, paraît-il, serait loin d’avoir exploité tout son potentiel. Quand on vous dit que Khaoui c’est canon…

Bryan Pelé, le rescapé des côtes bretonnes

C’est la mode actuellement en Ligue 1. Chaque club ou presque exhibe son milieu offensif de poche et Troyes, avec Bryan Pelé, ne déroge pas à la règle. Une bonne pioche effectuée dans le camp du Stade Brestois, rival malheureux des Aubois dans la course à la montée l’an passé. Pas rancunier, le bonhomme, vif et bon manieur de ballon, a donc changé de monture et quitté sa terre natale afin de poursuivre sa progression à l’étage supérieur, après une première expérience au goût d’inachevé avec son club formateur de Lorient il y a trois ans. Une traversée du pays aux vertus vivifiantes pour ce joueur de couloir dont les inspirations font un bien fou à l’équipe de Jean-Louis Garcia, comme en témoignent sa chevauchée fantastique à Metz ou bien la torpille expédiée récemment dans les filets de Mandanda au Vélodrome. Un lieu décidément prédestiné pour un Pelé…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter