OM-PSG : les matchs marquants du Vélodrome
Photo Panoramic

OM-PSG : les matchs marquants du Vélodrome

Retour sur les matchs marquants au Vélodrome du "classique français" entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain.

1993 – Entre la C1 et la L2

3 jours après la victoire en Ligue des Champions face au Milan AC, l’OM réceptionne son jeune rival, le Paris Saint-Germain. La rivalité prend forme durant l’époque Tapie (86/93) et l’acquisition du PSG par Canal+ (1991). L’exploitation commerciale réalisée est forte, et rend la rivalité à son paroxysme.

Vainqueur de la Coupe des Champions, l’OM est leader de la D1, le PSG est deuxième, 2 points d’écart les séparent. Ce match qui a lieu lors de l’avant-dernière journée a une belle odeur de finale.

Un Marseille en méforme ? Il semble bien que oui comme le confirmait Basile Boli dans France Football. « Bien sûr qu’on avait fait la nouba, tout le monde le sait. On a bu de la bière, on a déconné… ».

Malgré l’ouverture du score parisienne de Vincent Guérin dès le début du match, les Marseillais se réveillent de leur gueule de bois. Sauzée motive son équipe et les nouveaux champions d’Europe vont renverser la tendance. Völler égalise, Boli place un nouveau coup de tête décisif, et Boksic met les siens à l’abri à la 76ème minute.

L’OM remporte alors un cinquième titre consécutif … en attendant l’affaire VA/OM.

2003 – Le show Ronnie

Même si Ronaldinho n’a remporté aucun trophée avec le PSG, il a laissé un souvenir inoubliable aux supporters grâce à ses performances lors des classico. Auteur d’un doublé lors du match aller, Ronnie a encore fait le show en ce soir de mars 2003. Mélangeant gestes fous et gestes décisifs, passes de génie et dribbles incroyables, le Brésilien semblait inarrêtable ce soir-là. Ronaldinho n’a pourtant marqué qu’un but, mais on retient surtout le raid solitaire démarré depuis sa moitié de terrain, prenant de vitesse Brahim Hemdani avant de le passer avec un crochet.

Malgré un certain respect pour le futur ballon d’or 2005, les joueurs marseillais présents sur la pelouse n’en restent pas moins traumatisés par ce match.

« Ça reste un souvenir douloureux, très douloureux même. Surtout quand tu es tatoué OM à vie » témoignera Johnny Ecker. « On n’avait pourtant pas une mauvaise équipe. Mais à un moment, quand t’as un Ronaldinho motivé avec toi, ça aide. »

Ce match-là est également resté dans la tête du principal intéressé. Interrogé par Four Four Two, il a ainsi expliqué que « les derbys contre Marseille sont ce dont je me rappelle le mieux, j’ai marqué durant la plupart de ces matches, dont un au Vélodrome. C’était lors de la première victoire du PSG là-bas depuis un long moment. J’aime encore le PSG. » L’amour semble réciproque.

Terminant 11ème de Ligue 1, le PSG a de quoi regretter ne pas avoir profité du génie brésilien. Quant à l’OM, l’équipe a fini 3ème du championnat et s’est qualifiée pour la Ligue des Champions (avec un excellent parcours en Coupe de l’UEFA en perspective).

2008 – Quand la remontada était parisienne

Après une saison tumultueuse en Ligue 1, le PSG se déplace au Vélodrome en octobre 2008. Les Marseillais sont invaincus et seconds du championnat, juste avant le match. C’est un nouveau Paris Saint-Germain qui débarque ce soir-là, profitant des arrivées de Claude Makélélé et du meilleur buteur de Ligue 2 avec Le Havre, Guillaume Hoarau. Côté marseillais, Hatem Ben Arfa n’est pas titulaire et n’entre pas en jeu, refusant notamment de s’échauffer.

Menés 2-1 à la mi-temps, Peguy Luyindula, Jérôme Rothen puis Guillaume Hoarau vont réussir à renverser à la tendance.

Sammy Traoré retient surtout le silence qui a pesé dans le stade olympien après cette remonté parisienne. « C’était surtout ce plaisir d’avoir éteint le Vélodrome d’un coup. Prendre quatre buts, ça les a complètement éteints. On n’a plus entendu les supporters. C’est comme si Marseille jouait dans un stade vide. C’était surprenant et jubilatoire. Un silence comme ça, finalement, c’était beau à entendre. »

2011 – La dernière fois

Qui aurait cru ce 27 novembre 2011 que les Marseillais connaîtraient leur dernière victoire dans un Classico jusqu’à ce 22 octobre 2017 au minimum ?

Et quel succès ! 3-0 pour le premier Classico faisant figurer le PSG en mode QSI. Un club en difficulté puisque les hommes d’Antoine Kombouaré restaient sur deux matchs sans victoire et pointaient derrière Montpellier au classement. Pour l’équipe de Deschamps, ce n’était pas mieux. L’OM était 10ème et n’avait gagné que 4 matchs sur 10 en Ligue 1. Mais lors de cette soirée, Marseille a affiché un visage beaucoup plus agressif et déterminé avec l’ouverture du score de Loïc Rémy dès la 9ème minute. Amalfitano est impliqué dans les deux autres buts, d’abord buteur puis passeur pour André Ayew.

« La dernière fois », pas seulement valable pour les Olympiens. Ce match a aussi scellé l’avenir de Kombouaré, remplacé par Carlo Ancelotti un mois plus tard. Mais ça ne changera rien : cinq mois après ce remplacement, Montpellier était tout de même sacré champion avec 3 points d’avance sur le PSG. Ce Classico pourra rester en tête.

2012 – Le PSG zlatane, l’OM résiste

En octobre 2012, l’OM accueille pour la première fois Zlatan Ibrahimovic. On ne peut pas mettre le Suédois et ses 11 buts partout dans cet article, mais il a causé beaucoup de mal à l’OM.

Malgré 2 buts magistraux de Zlatan Ibrahimovic en 2 minutes, André-Pierre Gignac vient contrarier les Parisiens en inscrivant lui aussi un doublé. Ce match nul arrange bien l’OM ce soir-là puisqu’ils conservent alors leurs 3 points d’avance sur le PSG. Cependant, c’est bien Paris qui remportera la Ligue 1 quelques mois plus tard, décrochant son premier championnat depuis 1994.

2017 – L’humiliation

Si récent et pourtant déjà culte. Le dernier classico en date correspond à la plus lourde défaite subie par Marseille au Vélodrome par le club de la capitale.

Dans une saison à suspense, avec une lutte acharnée entre le Paris Saint-Germain et l’AS Monaco pour le titre de champion, le PSG n’avait pas le droit à l’erreur. En pleine confiance après l’écrasante victoire face au FC Barcelone (4-0) au Parc des Princes, Paris ne laisse aucune chance à Marseille. Marquinhos ouvre le score dès la 6ème minute. Les supporters marseillais comptaient sur la grinta, il n’en a rien été. Cavani, Lucas, Draxler puis Matuidi… le PSG s’amuse ce soir-là. Le but de Rod Fanni ne change rien, le mal est fait.

Arrivé lors du mercato hivernal, Patrice Evra a déjà montré un visage bien fébrile, obligeant Rudi Garcia à le sortir à la mi-temps. Après ce match, la stat’ fait mal pour l’OM : aucune victoire face aux Parisiens depuis 2011, 14 matchs toutes compétitions confondues (12 défaites et 2 nuls)

Même si la rivalité semble moindre aujourd’hui, notamment à cause de l’écart au niveau sportif, les supporters continuent à l’entretenir.

Du côté marseillais, c’est l’espoir qui subsiste 2 fois par an. Côté parisien, malgré l’OM-Bashing qui peut apparaître parfois, laissant supposer que ce “Classique” est devenu un match comme les autres, il reste le match le plus important de Ligue 1 pour un supporter du PSG.

Quoi qu’il arrive, comme depuis près de 30 ans, le match de ce soir sera le match à ne pas perdre.

Suivez moi sur Twitter : @BCls75

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter