Nabil Fekir, patron de l’OL
Photo Panoramic

Nabil Fekir, patron de l’OL

Le capitaine de l’Olympique Lyonnais est dans une excellente dynamique. Ses coéquipiers, les supporters et les dirigeants rhodaniens sont enchantés : retour sur un début de saison réussi.

Meneur de jeu, un poste où il excelle

Le 4/2/3/1 mis en place par Bruno Génésio favorise l’épanouissement de Nabil Fekir. En position de meneur de jeu (on pourrait presque dire attaquant reculé), le franco-algérien a beaucoup de liberté, un peu comme Antoine Griezmann en équipe de France. Cette position axiale lui permet d’exprimer tout son potentiel et de faire vibrer les nombreuses cordes qu’il possède à son arc, d’autant que son entente avec Mariano est idéale. Les excellents chiffres du n°18 sont là pour le prouver.

Des statistiques de haut vol

L’international français touche de nombreux ballons par match (aux alentours de 60 en moyenne). Avec le ballon, il peut distribuer des passes courtes pour fluidifier le jeu (83% de passes réussies, très respectable pour un joueur offensif). Mais il peut aussi servir ses partenaires pour les mettre en position de tir, que ce soit par des passes bien senties, des centres ou des coups de pieds arrêtés : il a une moyenne de 2,6 passes clés par match (précédant le tir d’un partenaire). Il sait aussi dribbler (4/match, ce qui le place au niveau des tous meilleurs européens) et frapper, autant de l’intérieur que de l’extérieur de la surface.

Le capitaine des Gones, fort de son influence sur le jeu, a déjà inscrit 7 buts et délivré 4 passes décisives en 9 matchs de Ligue 1 (11 matchs toutes compétitions confondues, il n’a pas été décisif en Europa League). L’OL ayant inscrit 22 buts depuis le début de la saison, il est impliqué sur la moitié des buts de son équipe.

Des buts divers et variés

Nabil Fekir a de nombreux atouts dans sa manche, et c’est patent lorsque l’on regarde le détail de ses buts. Il est d’abord capable de marquer sur des coups de pieds arrêtés (un pénalty contre Strasbourg, un coup-franc direct contre Monaco). Il sait aussi se muer en renard des surfaces (son but contre Dijon et le 1er contre Monaco), faire preuve de spontanéité (son 2e but contre Strasbourg) et enfin marquer après avoir dribblé plusieurs adversaires (face à Guingamp). Il n’est pas non plus en reste pour inscrire des buts venus d’ailleurs : son but face à Bordeaux est certainement le plus beau de l’année.

Quant à ses passes décisives, elles ont été délivrées sur 2 centres (en l’air à Rennes pour la tête de Mariano et à ras de terre face à Monaco pour le même partenaire), mais aussi sur corner (tête de Diakhaby face à Angers). Le capitaine lyonnais est doté d’une polyvalence inestimable.

Quelques petits bémols

Il faut bien trouver certaines notes dissonantes dans cette symphonie presque parfaite. Nabil Fekir a inscrit tous ses buts et délivré la moitié de ses passes décisives au Groupama Stadium. Il est donc très peu décisif à l’extérieur, avec seulement 2 passes décisives.

Le franco-algérien est visiblement plus à l’aise lorsque son équipe a la possession du ballon et fait le jeu. Défendre n’est pas son fort, même s’il ne rechigne pas à le faire. Il commet quelques fautes (2,2/match) et a notamment écopé de 2 cartons jaunes, alors que son équipe n’en a pris que 9 depuis le début de saison. Il est possible qu’il perde un peu trop d’influx et d’énergie lorsque son travail défensif doit être plus important. Voilà un point à travailler pour le meneur de jeu.

Et maintenant ?

Tous les voyants ou presque sont au vert et on ne voit pas bien ce qui pourrait arrêter l’international français à part une blessure. Encore plus si Bruno Génésio maintient ce système en 4/2/3/1 taillé sur mesure. Nabil Fekir fait partie des tous meilleurs joueurs européens du début de saison si l’on en croit le site Whoscored (dont sont issues toutes les stats de l’article) : il se classe 4e à la note globale. Cette note, aussi imparfaite qu’elle soit, récompense surtout les joueurs statistiquement performants dans des domaines variés.

Non-retenu lors du dernier rassemblement des Bleus, le Lyonnais n’a guère de doute à se faire sur sa participation à la Coupe du Monde s’il continue sur cette lancée. Il pourrait constituer une alternative tout à fait crédible à Antoine Griezmann si Didier Deschamps maintient le 4/4/2 qui ressemble beaucoup au 4/2/3/1 lyonnais. Une bonne nouvelle pour le rhodanien, mais aussi pour les Bleus en vue du voyage en Russie !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter