Tolisso, envol imminent
Photo Panoramic

Tolisso, envol imminent

Alors qu'il va affronter Bordeaux, club face auquel il a marqué son premier but pro il y a 3 ans, Corentin Tolisso vit sans doute ses derniers mois sous le maillot lyonnais avant de s'envoler vers l'étranger.

Il n’a que 22 ans, vient tout juste de dépasser les 100 matchs en Ligue 1 et pourtant Corentin Tolisso s’apprête à s’envoler vers d’autres cieux en fin de saison. Le n°8 lyonnais attise les convoitises de nombreux clubs, ce qui va permettre à Jean Michel Aulas de pouvoir faire monter les enchères. Mais avant de partir à l’étranger, il est important pour le natif de Lyon de finir sa saison de bonne manière, afin de montrer qu’il est bien plus qu’une promesse.

Une réelle marge de progression …

Il s’apprête à retrouver Bordeaux, le club face auquel il a inscrit son premier but en professionnel dans le temps additionnel, d’une tête rageuse. Ce vendredi soir, Tolisso n’aura plus le numéro 24, ni la crête juvénile, mais bel et bien le numéro 8 et la maturité qui fait de lui le leader du milieu de terrain de l’OL cette saison. Sur l’ensemble de la saison en cours, le jeune Lyonnais a déjà disputé 42 matchs (club + sélection) pour 13 buts inscrits. Des statistiques qui ont récemment emmené Vincent Duluc, rédacteur en chef de l’Equipe, à indiquer sur Twitter que c’était une saison digne d’un Franck Lampard. Une saison déjà réussie sur le plan statistique comme il l’a lui-même évoqué après son doublé face à Dijon (« Cette barre des 10 buts, c’est celle que je m’étais fixée en début de saison. Maintenant qu’elle est atteinte, ce n’est pas pour ça que je vais relâcher mes efforts »), mais également sur le plan du jeu, puisqu’il a montré des capacités de polyvalence très intéressantes dans le coeur du milieu lyonnais.

On le savait déjà capable de dépanner sur les ailes lorsque les défenseurs latéraux lyonnais se blessaient, mais c’est en n°10 qu’il a effectué ses meilleures prestations cette saison. Avec le maillot de l’équipe de France espoir, dont il est capitaine, il a fait la différence à ce poste sur des matchs éliminatoires. Sous la tunique lyonnaise, lorsque Bruno Genesio lui a confié les clés de l’équipe, il a souvent répondu présent, en étant notamment décisif dans les 30 derniers mètres. Ces prestations ont confirmé un potentiel trop souvent resté enfoui sous des fautes de jeunesse, de nonchalance ou une tête pas toujours sur les épaules. Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, Corentin Tolisso a la cote auprès des gros clubs (Juventus, Napoli) et celle-ci est très élevée (on parle de 30 millions d’euros hors bonus). Avec les progrès effectués cette saison et une marge de progression certaine et sans réelle limite, l’avenir du n°8 s’écrit loin du Rhône.

… Mais un caractère préjudiciable

« Je reconnais que j’ai complètement pété les plombs, je ne me reconnais pas. Je ne suis pas un garçon méchant. » C’est par ces mots que Corentin Tolisso est revenu sur son expulsion lors du dernier derby (défaite 2-0 de l’OL contre Saint-Etienne). Le milieu lyonnais a, malheureusement pour lui, alimenté les rubriques faits divers du petit monde de la Ligue 1 avec ses altercations avec Claudio Beauvue à l’entraînement, Benjamin Mendy lors de Monaco-Lyon en décembre, et lors du derby donc. Ce caractère bouillonnant, reflet d’une maturité pas complètement terminée, pourrait nuire à sa prochaine destination, surtout lorsque l’on sait que les clubs regardent désormais de très près l’image qu’ont les joueurs auprès du grand public. Sur ce point, et plus que sur son football, Corentin Tolisso doit apprendre à se contrôler et à se faire plus discret. On remarquera tout de même que les deux matchs de suspension dont il a hérité après le derby ont été digérés. C’est en tout cas ce qu’il a déclaré après le match face à Dijon : « cette sanction m’a sûrement fait grandir » admet-il.

Si son caractère sur le terrain est un point faible, sa détermination a évolué au plus haut niveau. Après son transfert avorté à Naples l’année dernière, il avait expliqué sa situation en déclarant ne pas se sentir encore prêt à quitter le cocon lyonnais, sa ville et tous ses amis. De plus, les 37 millions que Naples souhaitait mettre sur la table pour l’acquérir lui ont mis une pression certaine. Un an après cet épisode, et avec une nouvelle campagne européenne dans les jambes (6 matchs de LDC, 2 buts), nul doute que Tolisso aura cette fois l’envie et la détermination de franchir les Alpes afin de franchir le(s) palier(s) manquant(s) afin d’être un joueur de stature internationale. Il lui reste désormais une dizaine de matchs de championnat et une campagne européenne à mener avant de s’envoler définitivement.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter