Toulouse : l’exploit impossible
Photo Panoramic

Toulouse : l’exploit impossible

Grâce à Pascal Dupraz, les joueurs de Toulouse ont réussi ce qui n'avait jamais était réalisé auparavant. Au bout d'un match plein d'émotion, Toulouse sauve sa place en Ligue 1. Une soirée sous haute pression.

A 10 journées de la fin du championnat, le Toulouse Football Club comptait 10 points de retard sur le premier non relégable. Dans l’histoire du championnat de France, jamais une équipe accusant autant de retard à ce niveau de la compétition n’avait réussi à se maintenir.Toulouse était condamné, l’histoire devait s’inscrire ainsi. Et l’ensemble des observateurs du football hexagonal s’était fait à l’idée de retrouver les violets la saison prochaine en Ligue 2.

Alors que faire ? Attendre sagement que la sentence soit exécutée ou tenter l’impossible ?

Dominique Arribagé remercié, il fallait trouver un entraîneur et le bon pour tenter le miracle et revenir de nulle part. Et le choix de Pascal Dupraz s’est vite imposé. Rôdé aux missions sauvetage avec Evian, il semblait être le candidat idéal. Pascal Dupraz c’est l’icône du pompier de service, de l’homme de la dernière chance, de l’agence tous risques du football. Quand plus personne ne peut vous venir en aide, il vous reste une solution, une seule, Pascal le sauveur.

Au départ il était le seul à croire au maintien dans l’élite du TFC. Joueurs et supporters ont vite adhérer à son projet. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce qui semblait un mirage s’est transformé au fil du temps en possible réalité. Pascal Dupraz avait dit à ses joueurs pour les 10 matchs restants à disputer : “Occupez vous des neufs premiers, je me charge du dernier”.

Et ses joueurs ont répondu présent , au soir de la 37ème journée , Toulouse sort de la zone rouge et compte un point d’avance sur ses poursuivants. Il restait à boucler la boucle lors de cette 38ème journée : le fameux dernier match dont Dupraz devait s’occuper. La donne était simple : une victoire et Toulouse restait en ligue 1. Un autre résultat et il faudrait regarder du côté des poursuivants Ajaccio et Reims.

Pour galvaniser ses troupes Dupraz a fait défiler des vidéos contenant des messages des proches de ses joueurs. L’effet psychologique manière Dupraz.

Tout se jouait sur le terrain du SCO d’Angers. Et le scénario a été à la hauteur de l’événement. En début de première mi temps, les angevins prouvent qu’ils joueront leurs rôles à fond et qu’ils ne laisseront pas filer ce match. Dès la 12ème, Angers punit des toulousains inexistants d’une belle frappe dans la surface de Ketkeophomphone. 1-0.

La mission survie semble compromise pour Dupraz et ses hommes. Le sort va s’acharner sur les violets. Toulouse obtient un pénalty quelques minutes plus tard pour une main de N’Doye dans la surface. Martin Braithwaite s’élance mais rate le cadre. Tout laisse penser que la chance a tourné, que l’histoire était trop belle pour être vraie. Sans montrer quoi que ce soit, Toulouse est mené à la mi temps 1-0. Dans le même temps Reims mène devant Lyon. Toulouse est en Ligue 2 à la pause.

Mais, car dans toute bonne histoire il y a toujours un mais, Pascal Dupraz abat sa dernière carte. L’ultime sursaut d’orgueil, l’ultime violence verbale pour réveiller des joueurs amorphes, anéantis par la pression de l’événement. Dupraz au bout d’un discours court mais chargé d’émotions, aura cette phrase dont lui seule avait la conviction : « Les gars on se retrouve ici dans 45 minutes pour fêter le maintien. »

Et la seconde période toulousaine a été de bien meilleure facture. A l’heure de jeu, pour son dernier match sous ses couleurs, Ben Yedder bien lancé en profondeur égalise. 1-1, il reste une demi-heure de folie à vivre. Reims menant largement devant Lyon, il faut une victoire à Toulouse pour s’en sortir.

4 minutes plus tard, sur une superbe frappe de Said Benrama, Angers double la mise. Toulouse est mené à 25 minutes de la fin. C’en est trop. La coup de trop pour une équipe qui a laissé trop de force dans la bataille pour son maintien. Toulouse doit marquer deux fois. Les joueurs peuvent-ils se relever de cet énième coup de massue ?

Et comme un signe du destin, Braithwaite, qui avait manqué le penalty en première période, égalise d’un poteau rentrant à la 78ème minute. 2-2. Et deux minutes plus tard à la 80ème minute, le dernier entrant Yann Bodiger expédie un superbe coup franc dans la lucarne. Pour la première fois du match, Toulouse est devant, Toulouse peut y croire. Non Pascal Dupraz n’est pas un illuminé.

Au bout de 3 minutes de temps additionnel, l’arbitre siffle la fin d’une rencontre extraordinaire de suspense, de tension et d’émotion. Dupraz et ses hommes peuvent exulter, ils viennent d’écrire l’histoire. Au bout d’un marathon qui semblait perdu d’avance, Toulouse réussit le retour le plus improbable, le plus beau, avec un scénario à la hauteur de la marche qui restait à franchir.

Bravo M. Dupraz, bravo aux joueurs du TFC. Un moment de l’histoire de la Ligue 1 s’est écrit sous nos yeux. Un conte de fée moderne dont nous avons été les premiers lecteurs.

Chapeau bas…

  1. avatar
    17 mai 2016 a 0 h 22 min
    Par Jonathan

    Superbe article.
    Je n’ai pas vu le match mais rien qu’en lisant, je ressens cet effet magique qu’à dû procurer la rencontre et le résultat final.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter