Nantes : un candidat à l’Europe ?
Photo Panoramic

Nantes : un candidat à l’Europe ?

Cinquième à mi-saison derrière les quatre intouchables, le FC Nantes réalise un superbe parcours. Mais les Canaris arriveront-ils à tenir la cadence ? Analyse.

Je veux que l’on fasse encore mieux sur la phase retour.” Tels étaient les mots de Claudio Ranieri à l’issue de la victoire de Nantes à Amiens. Le technicien italien sait que sa formation ne pratique pas un jeu aussi flamboyant que ses rivaux mais les résultats sont sans équivoque. Derrière le quatuor inaccessible (PSG, ASM, OL et OM), le FC Nantes est de loin de la meilleure équipe puisque les Canaris possèdent 33 points et six d’avance sur le sixième (l’OGC Nice).

Un mercato réussi

Sur le papier, le mercato estival du FC Nantes laissait perplexe. Et pour cause, la plupart des recrues nantaises étaient inconnues du grand public. Cependant, particulièrement dans le secteur défensif, elles ont fini par mettre tout le monde d’accord.

A commencer par Ciprian Tătăruşanu, arrivé en provenance de la Fiorentina. Le gardien de l’équipe nationale de Roumanie a accompli de nombreux arrêts décisifs pour sa formation. En défense centrale, l’ancien Bordelais Nicolas Pallois ainsi que le jeune Nigérian Chidozie Awaziem ont démontré de la solidité. Au milieu de terrain, c’est le Brésilien Andrei Girotto qui a attiré l’attention. D’autres tels René Krhin ou Yassine El Ghanassy sont dans la rotation de l’effetcif.

Claudio Ranieri, l’artisan du succès

Son arrivée dans la Loire en avait ravi plus d’un. Avant de débarquer à Nantes, Claudio Ranieri avait exercé dans de très grands clubs (Juventus, Chelsea, Atlético, Inter) et restera pour l’éternité l’auteur de l’exploit du siècle : celui d’avoir mené Leicester au sommet de la Premier League, au nez et à la barbe des cadors du Big 4 anglais.

Celui que les Anglais avaient surnommé “The Tinkerman” (le bricoleur) a la capacité de savoir tirer le maximum de chaque joueur de son effectif et il le prouve encore à Nantes. Avec une équipe dans laquelle on ne trouve aucun nom ronflant, il est arrivé à construire un collectif soudé et une formation très difficile à manœuvrer (Nantes est la 3ème meilleure défense du championnat).

Ranieri a ainsi posé sa patte sur le FC Nantes. Dans un club chantre historique du beau jeu, le Nantes version 2017-2018 privilégie le pragmatisme, culture tactique transalpine oblige. Cela ne dérange pas les supporters puisque le succès est au rendez-vous et au-delà des espérances.

Petites mais précieuses victoires

Pour observer un match de Ligue 1 prolifique en buts, il ne faut pas choisir de regarder le FC Nantes. En effet, lors des dix rencontres qu’ils se sont adjugées, les Canaris l’ont systématiquement emporté par un but d’écart et n’ont jamais inscrit plus de deux réalisations dans un match de championnat. En outre, les canaris ne possèdent que la 13ème attaque de L1 (18 buts inscrits). Les plus critiques n’hésitent pas à dire que “l’on s’em…” quand on regarde jouer Nantes.

Mais comme Claudio Ranieri le dit : “celui qui gagne a raison” et généralement le sport nous apprend que ce sont les petites victoires qui font les grands triomphes. A titre de comparaison, sur les vingt-trois matchs gagnés par Leicester la saison de son titre, quatorze l’ont été avec un but d’écart. Par conséquent, comme le dit l’adage, seule la victoire est belle.

La Beaujoire, citadelle (quasi) imprenable

Depuis la remontée du club en Ligue 1 à l’été 2013, les supporters du FC Nantes ont retrouvé leur ferveur et le stade de la Beaujoire possède l’une des meilleures ambiances de Ligue 1. C’est sur leurs terres que les Nantais se sentent le mieux, eux qui ont empoché 19 points à domicile depuis l’entame de la saison (6 victoires, 1 nul et 2 défaites). Dans leur stade, qui sera détruit en 2022, les Canaris ont notamment fait chuter le champion en titre monégasque et tenu en respect l’OL.

Hors de leurs bases, le bilan est un peu moins flatteur puisque les Nantais ont concédé de lourds revers en déplacement (3-0 à Lille, 4-1 à Paris) ainsi que la perte du derby de Bretagne contre le Stade Rennais (2-1). Malgré tout, Nantes a récupéré 14 points de ses différents voyages.

Cela peut-il durer ?

Comme dit ci-dessus, les petits succès font les grandes victoires. A la manière de Leicester en 2015-2016, le FC Nantes pourrait bien prolonger le plaisir et se maintenir dans le premier quart du classement. Pour rappel, si une équipe sûre de jouer une coupe européenne venait à remporter la Coupe de la Ligue ou la Coupe de France, alors la cinquième place de Ligue 1 octroierait un accessit continental. Les Canaris du Mister Ranieri ont donc toutes les raisons d’espérer. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter