Wesley Sneijder et l’OGC Nice, un mariage raté
Photo Panoramic

Wesley Sneijder et l’OGC Nice, un mariage raté

Arrivé dans une liesse générale à l’aéroport Nice Côte d’azur il y a tout juste 5 mois, Wesley Sneijder est déjà reparti, direction le Qatar. L’aventure niçoise de l’ancien Madrilène restera un échec cuisant pour les deux parties tant les espoirs étaient grands.

Son arrivée digne d’une rockstar à Nice laissait penser le meilleur pour la saison à venir. Maxime le Marchand a même accepté de lui laisser le n°10, son numéro fétiche, et un salaire conséquent lui a été accordé (2,5 millions d’euros annuels). Après les coups gagnants réalisés par la cellule de recrutement azuréenne, avec Hatem Ben Arfa et Mario Balotelli, l’ancien Intériste devait être le nouveau coup d’éclat. Malheureusement pour le club, le joueur n’est jamais parvenu à se mettre dans des conditions physiques optimales pour être compétitif.

Un surpoids dès le début

Après des saisons convaincantes à Galatasaray (175 matchs, 45 buts, 44 passes décisives), l’international néerlandais résiliait son contrat et signait pour l’OGC Nice en toute fin de mercato. L’euphorie de l’arrivée à l’aéroport est vite retombée. Dès les premiers entraînemente, le constat est clair : Wesley Sneijder est en surpoids. La trêve internationale de début septembre était l’occasion pour lui de se remettre dans le travail avec sa sélection. Une occasion manquée, puisque des petites blessures l’ont empêché d’être à 100 %.

Malgré ces petites douleurs, il a disputé les deux matchs avec les Oranjes. Mais hors entraînement, le milieu de terrain aime se rendre dans des lieux connus de la Côte d’Azur, notamment les casinos de Nice. Une implication délicate et partielle qui pousse Lucien Favre à le mettre hors du groupe durant plusieurs semaines, le temps qu’il retrouve une condition physique digne de son standing.

Pas de place dans le 4-4-2

Cette période coïncide avec la bonne forme de l’OGC Nice. Lucien Favre décide de passer en 4-4-2 à plat et les Aiglons enchaînent quelques bons matchs pour se donner de l’air en bas de classement. Si l’absence du meneur de jeu néerlandais passe quasiment incognito face au renouveau de Jean Michael Seri, Mario Balotelli ou Allan Saint Maximim, les questions dans le staff technique commencent à fuser.

Lucien Favre voit Wesley Sneijder uniquement comme un n°10 pur, en soutien de l’attaquant. Or, il n’est pas concevable de changer tout un dispositif pour un joueur qui n’a pas encore fait ses preuves et qui n’est pas en forme physiquement. Les deux derniers mois de 2017 deviennent très longs pour le n°10. Contraint de disputer des bouts de matchs, il donne l’impression d’être ailleurs lorsqu’on le croise au centre d’entraînement. Avec une seule passe décisive (en Ligue Europa contre la Lazio) en huit matchs disputés, Wesley Sneijder ne restera pas dans les mémoires des supporteurs de l’OGC Nice.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter