PSG – Pastore : un divorce inéluctable ?
Photo Panoramic

PSG – Pastore : un divorce inéluctable ?

C'est toujours le même problème avec Javier Pastore : un problème de compatibilité depuis quelques années entre le PSG et son joueur le plus ancien dans les vestiaires depuis le départ de Blaise Matuidi. Lorsque le PSG veut le faire jouer, Pastore est blessé... et lorsque le joueur veut du temps de jeu, son club n'a plus confiance. Une situation qui pousserait Javier Pastore à aller voir ailleurs dès janvier.

Longtemps sur le carreau l’année dernière avec seulement 22 matchs joués toutes compétitions confondues, Javier Pastore vit une nouvelle saison difficile. Outre ses problèmes physiques, la concurrence féroce cette année doit pousser l’Argentin à se surpasser… ou aller voir ailleurs.

Quelle place pour Pastore ?

Pourtant, une place au milieu de terrain lui semblait au moins acquise en début de saison en cas de turnover du trio Motta/Verratti/Rabiot. Pastore l’avouait d’ailleurs dès le mois d’août, « c’est dans le milieu à trois que j’ai le plus de chance de gagner ma place » puisque le trio Mbappé/Cavani/Neymar bloque la possibilité de jouer régulièrement devant. Mais avec sa blessure subie en septembre (son dernier match avant son retour remontait au 25 août : PSG 3-0 ASSE), son compatriote Giovani Lo Celso en a profité pour montrer ses qualités de joker au milieu de terrain et Unai Emery a repositionné avec succès Julian Draxler en 8, comme ce fut une nouvelle fois le cas ce samedi contre Angers (0-5).

Lors de ce match, l’entraîneur du PSG n’a pas souhaité perturber son milieu de terrain en y laissant Draxler et en ajoutant Pastore à la gauche de l’attaque parisienne. Un poste délicat pour l’Argentin, plus à l’aise au milieu. Cependant, malgré certaines difficultés dans le jeu et un manque de rythme visible, le basque a souhaité laisser Flaco sur la pelouse pendant les 90 minutes, preuve d’une certaine marque de confiance pour le joueur.

Il faut dire que le n°27 parisien peine à revenir sur les pelouses depuis sa guérison. De retour à l’entraînement depuis le 9 octobre, il a longtemps été sur le banc au cours du mois avec seulement une demi-heure de jeu au total contre Nice et Anderlecht.

Pourtant, Emery aime Pastore, il l’a toujours revendiqué. Il devait être une pièce maîtresse du système du PSG l’année dernière. Malheureusement, le 4-2-3-1 espéré par le coach a eu du mal à se développer, et l’Argentin n’a pas trouvé la place qui lui été réservée.

La Coupe du Monde en ligne de mire

Et pourtant sa place, il devra la trouver s’il espère voir la Russie en 2018 ! Malgré l’arrivée de Neymar, Javier Pastore a tenté un coup de poker en restant au PSG, tout en ayant bien réfléchi sur sa situation cet été : « j’ai beaucoup réfléchi pendant le Mercato, surtout quand Neymar est arrivé. Mais j’ai confiance en moi, je sais que si je suis bien physiquement, je peux jouer. J’en suis certain. Il y a la Coupe du Monde en fin de saison alors j’ai réfléchi, car je dois avoir du temps de jeu. Mais je sais que j’ai les qualités pour jouer dans cette équipe, j’attends de pouvoir le démontrer ».

Malgré un rappel en sélection argentine en août, il ne sera pas présent dans le groupe pour les matchs amicaux de l’Albiceleste contre la Russie et le Nigéria. Logique. Mais la Coupe du Monde est clairement dans sa tête et pousse Pastore à réfléchir. Depuis son retour de Madrid où il a subi des soins aux mollets, Pastore s’entraîne sans cesse, multipliant les séances supplémentaires pour récupérer rapidement. D’ici janvier, son utilisation par Unai Emery fera pencher la balance quant à son avenir.

Pastore comme monnaie d’échange ?

Comme les supporters, Nasser Al-Khelaïfi apprécie fortement Javier Pastore pour son statut de “première star” du Paris Saint-Germain géré par QSI et ses qualités. « Javier Pastore n’est pas un joueur de football, c’est un artiste », voici ce que déclarait le président parisien à l’issue du match du PSG au Vélodrome en février (1-5). L’idée de voir l’Argentin remporter la Ligue des Champions avec le PSG relèverait du symbole pour les investisseurs qataris, l’aboutissement du projet “Dream Bigger”.

Seulement, est-ce que Pastore va supporter l’idée de n’être qu’un simple joker en attendant mieux ? La question se pose également pour la direction, qui pourrait légitimement perdre patience tant la frustration ressentie à l’égard de l’Argentin est aussi grosse que son talent. La menace du fair-play financier plane toujours pour le PSG et une rentrée d’argent dès cet hiver semble obligatoire.

Le joueur ayant déjà été ciblé par des écuries européennes et chinoises cet été, il est certain que des prétendants reviendront à la charge cet hiver. On parle déjà de l’Inter Milan et du Milan AC. Tuttosport annonçait même il y a quelques jours un rapprochement entre l’Inter et Paris pour un échange avec Joao Mario.

A quelques mois de la Coupe du Monde, le natif de Cordoba est certainement tenté de grappiller du temps de jeu en dehors de la capitale française. Pour Javier Pastore, âgé de 28 ans et sous contrat jusqu’en 2019, les 7 mois à venir vont être décisifs.

A lire aussi : Javier Pastore : l’anniversaire du magicien
Suivez moi sur Twitter : @BCls75

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter