Cavani-Neymar : la bataille des buteurs ?
Photo Panoramic

Cavani-Neymar : la bataille des buteurs ?

Après un match délicat, le PSG a réussi à se défaire de l'Olympique Lyonnais ce dimanche (2-0). Cependant, certaines images ont pu ternir le résultat et l’invincibilité parisienne en championnat : des tensions au sein de l’équipe, qu’il faudra rapidement atténuer pour poursuivre vers la bonne voie.

Une victoire difficile pour le PSG et une soirée compliquée pour son buteur Cavani. Alors que tout semblait parfaitement se dérouler dans la construction du nouveau trio offensif parisien, les premières tensions ont commencé à se montrer ce dimanche soir.

56ème minute de jeu : coup-franc en faveur du Paris Saint-Germain. Edinson Cavani s’empare du ballon avant de voir Dani Alves rappliquer pour le lui chiper et le donner subtilement à son compatriote Neymar. Si, à première vue, l’action peut faire sourire, elle fait rapidement grincer des dents l’Uruguayen.

Quelques minutes plus tard, le PSG bénéficie d’un pénalty. Cavani s’apprête à le tirer logiquement jusqu’à ce que Neymar vienne le rejoindre au point de penalty pour lui demander sa place. Unai Emery avait pourtant confirmé en coulisses aux deux joueurs qu’Edinson Cavani était le tireur attitré du PSG, requête apparemment ignorée par le Brésilien hier soir. Force est de constater que ces actes ont déstabilisé Edinson Cavani lors de son penalty et l’ont fait quitter précipitamment la pelouse au coup de sifflet final alors que ses coéquipiers ont salué les supporters.

Ces événements, certes à priori anecdotiques dans un collectif, arrivent dans un match où Cavani a semblé être bien ignoré par ses compères en attaque, avec seulement 2 passes venues de Neymar et 2 de Mbappé.

De plus, lors du match contre l’OL, le Brésilien est retombé dans ses travers avec cette volonté de trop faire, faire le dribble de plus, faire le slalom remarqué, être LA star. Ce match nous rappelle qu’un des objectifs de Neymar dans cette équipe et d’être l’étoile du PSG.

Est-ce un épisode unique ? Pas vraiment. Il faut se rappeler que dès l’annonce de la signature de Neymar, l’ensemble du vestiaire du Paris Saint-Germain indiquait vouloir aider le Brésilien dans sa quête du Ballon d’Or et donc jouer pour lui. Déclarations dangereuses. Lors de son premier match à Guingamp, une sorte de brouillon collectif était alors apparu avec une envie de donner continuellement la balle à Neymar et de le laisser exprimer son talent.

Tout cela rappelle certaines actions de Zlatan Ibrahimovic au PSG, avec son ego, son envie d’être au milieu de tout et de voir l’équipe jouer pour lui, laissant comme victime collatérale… Edinson Cavani, sur son côté droit. Seulement à cette époque, Cavani était le petit nouveau, n’ayant pas forcément son mot à dire et étant conscient de la présence du Suédois lors de sa signature.

Aujourd’hui, Cavani est installé, réputé pour être le guerrier parisien sur la pelouse, programmé pour être le futur plus grand buteur du club. Neymar ne peut pas venir en ayant pour ambition de tout balayer dans le club, à défaut de créer les premiers remous dans le vestiaire.

Son compatriote Dani Alves a pris parti assez rapidement en gardant la balle pour le coup-franc de son ami, mais attention à ne pas fracturer trop vite les coulisses parisiennes et à développer trop rapidement le clan brésilien contre le reste du monde.

Bien sûr, ce n’est peut-être qu’un épisode dans la vie du vestiaire, qui restera sans suite. Il n’empêche que les problèmes internes au PSG sont récurrents dans la période QSI : Zlatan Ibrahimovic, Serge Aurier, Marco Verratti, la relation de Nasser Al-Khelaifi avec certains joueurs… tout n’a pas été parfaitement géré, et certaines choses ont certainement affecté les performances sportives parisiennes par le passé. Si une chose a bien changé cet été, c’est la direction sportive qui semble plus professionnelle et plus qualifiée que par le passé. Il faudra alors rapidement faire redescendre tout conflit éventuel.

Un nouveau test va s’imposer pour Unai Emery : montrer qu’il est assez bon tactiquement pour diriger une équipe talentueuse sur le terrain, mais aussi gérer les différents egos parisiens.

A l’heure où la connexion entre Mbappé et Neymar semble très élevée sur comme en dehors du terrain, au point que certains consultants y voient un rapport fantasque avec Nike, Edinson Cavani semble assez distancé et il est certain que le PSG devra sortir de ces querelles puériles fortement médiatisées pour remplir ses objectifs… collectifs ceux-là.

Suivez moi sur Twitter : @BCls75

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter