Strasbourg : le phénix de la Ligue 1
Photo Panoramic

Strasbourg : le phénix de la Ligue 1

Nombreux sont ceux qui n'ont pas connu la grande période alsacienne. Nombreux sont ceux qui ne s'en souviennent plus. Mais nombreux sont ceux qui se souviennent encore de la fin de l'aventure. Oublions la cigogne le temps d'un instant. Tel un phénix, Strasbourg renait de ses cendres.

Un historique de taille

Fondé en 1906, le Racing Club de Strasbourg (RCS) est l’un des plus vieux clubs français. Son premier titre au haut niveau est une Coupe de France, remportée en 1951. Deux autres vont suivre, l’une en 1966 et la dernière en 2001. En 1979, le RCS est sacré champion de France avec deux points d’avance sur Nantes et St-Étienne. C’est aussi l’année où un certain Arsène Wenger signe son premier contrat professionnel, à Strasbourg même.

En plus de nombreuses participations aux compétitions européennes, les Alsaciens vont aussi remporter trois coupes de la ligue : en 1964 (ancienne version) puis en 1997 et une dernière en 2005. Ce dernier titre marque malheureusement le début d’une pénible période qui enverra Strasbourg dans les entrailles du football amateur.

De lumière à poussière

La saison 2007/2008 marque le début d’une chute sans fin. Une dramatique série de onze défaites de rang envoie le Racing tout droit en Ligue 2. Difficile à accepter pour un club ayant le prestige de Strasbourg. Difficile à accepter pour les milliers de supporters.

Grand favori à la remontée et leader du championnat durant la majeure partie de la saison, le Racing échoue finalement dans cette entreprise. Une décevante 4ème place qui ne va qu’enfoncer un peu plus le club. Viennent ensuite s’ajouter de nombreux problèmes extra-sportifs. Les présidents se succèdent au même rythme que les entraineurs. Strasbourg perd son identité, le Racing est méconnaissable.

Hélas mais logiquement, au terme de la saison 2010/2011, la relégation en National est actée. A nouveau, l’histoire se répète, la remontée est manquée de peu. Affaibli par de lourds problèmes financiers, le club est finalement liquidé le 22 août 2011. La fin d’un mythe. La fin d’une belle et longue histoire. Le prochain match du RCS aura lieu en CFA2. Brutal retour au football amateur pour un club qui n’avait pas connu ça depuis 1940.

La puissance des supporters

S’il y a bien une qualité que l’on peut accorder aux supporters strasbourgeois, c’est leur fidélité envers le club. Certes la CFA2, c’est déjà un beau niveau. Mais lorsque l’on jouait en Ligue 1 il y a peu, il y a franchement de quoi déchanter.

Nombreuses sont les équipes à jouer devant une petite poignée de supporters à ce niveau (en comptant les parents et les copines des joueurs). Bien sûr il y a de vrais passionnés qui aiment tout simplement le football. Ils sont même nombreux. Il y en a aussi qui viennent car la bière est bon marché… Quoi qu’il en soit, le football amateur a son public.

Mais à Strasbourg, c’est différent. Différent et beau à la fois. Alors que l’équipe est décimée depuis la perte du statut professionnel, ils sont parfois plus de 10 000 supporters à venir encourager leurs joueurs (amateurs rappelons-le). Et cette fois, le RCS obtient immédiatement sa promotion en CFA. Au même moment, le club est racheté par Marc Keller (actuel président et joueur du RCS de 91 à 96).

L’année suivante, en CFA donc, les supporters strasbourgeois battent un joli record : celui de la plus grosse affluence pour un match de football amateur. Lors du derby contre Mulhouse, ils sont 20 044 fans derrière leurs joueurs. Rendez-vous compte ! Alors même qu’en Ligue 1, certains stades ne dépassent pas la barre des 15 000 tickets vendus. Au terme de la saison, le Racing remporte le titre de Champion de CFA.

Promus en National, les joueurs de l’Est ne parviennent pas à se maintenir. Mais la chance a changé de camp. Luzenac, épinglé par la DNCG, permet à Strasbourg d’être repêché. La saison 2015/2016 sera la bonne. Champion d’automne puis champion tout court, le club retrouve la Ligue 2 et son statut professionnel, cinq ans après l’avoir perdu.

L’histoire est encore plus belle. Le 19 mai dernier, le Racing obtient sa montée dans l’élite en terminant premier de Ligue 2. Ainsi, le club passe du National à la Ligue 1 en seulement deux ans ! Rien que ça.

” Vous n’êtes pas 11… Mais des milliers!” Cette phrase vous dit certainement quelque chose si vous suivez la Ligue 1. Elle est aujourd’hui celle qui représente le mieux le club. Car cette incroyable remontée est à mettre au crédit des supporters. Ceux qui n’ont jamais lâché. Ceux qui n’ont jamais abandonné. Alors même que les ex-dirigeants avaient rapidement tourné le dos au Racing.

Ces mêmes supporters, exemplaires par l’ambiance qu’ils propagent, sont trop souvent comparés à ceux de Marseille. Si l’ambiance se veut effectivement très vivante au Vélodrome comme à la Meinau, rappelons cependant que le 15 septembre dernier, il n’y avait que 8645 fidèles pour encourage les joueurs olympiens contre Konyaspor. Pour un match d’Europe! Pardon mais, à Strasbourg, ils étaient plus de 20 000 pour un match de football amateur ! La différence est de taille non ?

Est-il possible de réaliser un tel retour sans la mobilisation d’autant de supporters. Peut-être… Comment le savoir ? Ce qui est peu probable, c’est de le faire aussi rapidement. N’ayons pas peur d’utiliser les bons mots, un tel retour est un exploit. Même dans une période très sombre de l’histoire du Racing Club de Strasbourg, les supporters n’ont jamais cessé d’y apporter de la lumière.

Aujourd’hui c’est fait, Strasbourg a retrouvé sa place. Strasbourg est en Ligue 1 mais rien n’est joué.

Pourquoi Strasbourg doit rester en Ligue 1 ?

Comme Nantes, St-Étienne, Bordeaux ou encore Lens (et d’autres), Strasbourg fait partie du patrimoine du football français. C’est un club historique qui contribue grandement à ce spectacle qu’est le football.

Le centre de formation du club est à nouveau reconnu par la FFF. Il a été l’un des meilleurs de France et était autrefois dirigé par Arsène Wenger lui-même. Et surtout, une école de football située dans l’Est de la France peut éviter à nos jeunes pépites de partir directement en Allemagne.

Un stade culte comme celui de la Meinau (29 000 places) appartient au paysage de la Ligue 1 et il y gronde l’une des plus belles ambiances de notre championnat.

Annoncé comme relégué avant l’heure, les Strasbourgeois proposent finalement un jeu séduisant et agréable à regarder. On ne demande que ça ! Et pour l’instant, ce jeu est justement récompensé. Dixièmes du championnat après leur victoire contre Dijon ce weekend (3-2), les Alsaciens multiplient les démonstrations de leurs armes. La route est encore longue pour le maintien, mais de nombreux ingrédients sont déjà réunis pour y parvenir. A eux de les utiliser de la meilleure des façons.

 

 

 

 

  1. avatar
    23 janvier 2018 a 12 h 25 min
    Par Pack

    J’ai tout connu depuis les années 60 .Je suivais et je suis encore tout les résultats toutes les infos concernant le Racing….Strasbourg un jour Strasbourg toujours!

  2. avatar
    23 janvier 2018 a 12 h 44 min
    Par Fritsch Jean

    Bonjour et félicitation pour votre article, je me permets de vous envoyer ce mail pour vous signaler par ailleurs que dans son histoire pour le moins atypique, le Racing Club de Strasbourg est surement un des seul club de France à avoir été sacré champion sous statut amateur dans une autre région que la sienne. (en Dordogne en 1939).
    Il est également très certainement le seul à avoir joué dans le championnat allemand.

    Merci encore à vous pour mettre notre club de coeur en pleine lumière et grâce à ce genre d’article, vous participez pleinement à la reconstruction de notre RACING.

    Sportivement..

    • avatar
      25 janvier 2018 a 19 h 02 min

      Bonjour à vous,
      Tout d’abord je tiens vivement à vous remercier pour votre message très sympathique!
      Comme de nombreux clubs au passé chargé, il y a beaucoup d’informations, et parfois certaines passent au travers!
      Merci à vous pour vos précisions!

      Matthieu

  3. avatar
    23 janvier 2018 a 13 h 51 min
    Par Cedric

    Merci pour ce bel article sur notre Racing!
    Un seul amour et pour toujours… Racing Club de Strasbourg

    • avatar
      25 janvier 2018 a 19 h 03 min

      Merci à vous d’avoir accordé de votre temps à la lecture de mon article!

      Cordialement,

      Matthieu

  4. avatar
    23 janvier 2018 a 14 h 13 min
    Par Muriel Munaretto

    Bravo, votre article est magnifique et criant de vérité.
    Merci pour nous les fidèles supporters du Racing.
    Quand on l’a dans le coeur C’est pour toujours.

    • avatar
      25 janvier 2018 a 19 h 04 min

      Merci à vous d’avoir accordé de votre temps à la lecture de mon article ainsi que pour vos gentilles remarques!

      Cordialement,

      Matthieu

  5. avatar
    24 janvier 2018 a 16 h 41 min
    Par Sosnierz Kevin

    Superbe article !!!! Continuez comme ça ;-)

  6. Pingback: La nostalgie du RC Lens - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter