Les Bleus repoussent de valeureux suédois et accèdent à la demi-finale
Photo Panoramic

Les Bleus repoussent de valeureux suédois et accèdent à la demi-finale

Hier se déroulait le quart de finale opposant la France à la Suède. Comme annoncé, la partie fut très serrée, les joueurs très rugueux. Jouée sur un rythme très élevé, elle a mis les organismes à rude épreuve et au terme de 60 minutes ultra-intenses, la France s’est imposée de 3 petits buts. Hand & Co revient sur le match en le résumant, ainsi qu’en en délivrant les clés tactiques.

Le match

Dans l’écrin magnifique qu’est le stade Pierre-Mauroy (transformé en salle de hand à l’occasion), les Bleus débutent le match avec un sept majeur composé de Mahé, N’Guessan, Karabatic, Porte, Abalo et Fabregas. Le match commence bien pour les français avec un échec sur penalty d’Ekberg, lui qui était à 12/12 depuis le début de la compétition. Les impacts sont extrêmement violents et le combat très rude, à l’image d’une faute commise sur le visage de Valentin Porte. La défense française est très solide avec un dispositif 0-6 mais les Suédois trouvent le chemin des filets grâce à un jeu de transition très efficace. Ludovic Fabregas continue son très bon Mondial en inscrivant 3 des 5 premiers buts bleus, le jeu français étant inévitablement axé sur lui en début de match. Les Suédois évoluent aussi en 0-6, mais une 0-6 très agressive, formant un mur presque aux 9mètres. A la 11ème minute, les deux équipes ont commis le même nombre de pertes de balle : 3. Lukas Nilsson dégaine par trois fois de loin et à la 15ème minute, les deux équipes ont de très bons pourcentages de réussite au tir : 91 pour la France et 80 pour la Suède. Sur une montée de balle rapide, Nikola Karabatic provoque une exclusion temporaire plus un 7m, converti par Kentin Mahé. Quelques actions plus tard, le bras est levé mais ce même Karabatic marque à 9 mètres en toute fin de possession pour que les Bleus gardent deux buts d’avance (12-10 à la 21ème minute). Mais, Nilsson est intenable et répond en envoyant un tir magistral déchirer la lucarne d’un Omeyer peu en verve. Côté français, les rentrées d’ailiers sont nombreuses pour libérer le pivot mais les Suédois se sont adaptés et laissent très peu d’espace à 6m. C’est à cette même distance que Remili rate un tir juste après son entrée en jeu ce qui permet à la Suède de revenir à 13-13 à la 23ème minute. Appelgren rentre dans les cages suédoises et effectuent 3 arrêts de suite ce qui permet à son équipe de passer devant grâce à un nouveau but de Nilsson (13-14 25ème minute). Didier Dinart fait alors rentrer Vincent Gérard pour pallier à la mauvaise performance de Thierry Omeyer (2 arrêts sur 15). Sur une tentative de roucoulette de Porte, le gardien suédois réalise une 4ème parade de suite. Mais Gérard lui répond en arrêtant son premier tir de la soirée. N’Guessan est lui volontaire en attaque mais subit de nombreuses fautes, il parvient cependant à marquer tout en puissance. Cédric Sorhaindo échoue en tirant sur le poteau et le gardien suédois tente de marquer de sa cage (le portier français étant sorti), mais Narcisse effectue le sauvetage pour limiter la casse. La mi-temps se termine par un but de déficit pour les Bleus, qui sont menés 15-16. Le manque de tirs lointains (contrairement à la Suède avec Nilsson) et le manque d’alternance dans le jeu (trop de percussion et de jeu sur le pivot) font que les Bleus sont devancés par une très belle équipe suédoise. Les coéquipiers de Luc Abalo ont aussi raté trop d’immanquables, malgré des gardiens peu en réussite (21% et 35% d’arrêts).

Le début de 2ème mi-temps est assez brouillon, avec 2 équipes perdant beaucoup le ballon. Cependant, celui-ci est illuminé par le talent de Karabatic qui délivre une génialissime passe derrière la tête pour Ludovic Fabregas. Cela n’arrête pas les pertes de balle qui se multiplient. Le second coup d’éclat de la mi-temps revient à Vincent Gérard, qui stoppe une tentative du bouillant Nilsson. Sur l’action consécutive à l’arrêt, Daniel Narcisse fait le show en faisant son un contre un spécial qui enrhume le défenseur pour obtenir l’exclusion temporaire et le 7m. Mahé transforme celui-ci et fait revenir la France à égalité sur le score de 17-17 (33ème minute). De l’autre côté, Gottfridsson fait admirer son talent en inscrivant un très joli but tout seul en fin de possession. Ceci ne freine pas les Bleus qui égalisent aussitôt grâce à un énième penalty transformé par Mahé (son 4ème de la soirée).  L’avantage est pris grâce à un Schwenker de Remili alors que le portier suédois revenait en jeu après être sorti. Le mieux français s’explique aussi avec la bonne performance de Gérard dans les buts, avec 4 arrêts sur 8 tirs à la 35ème minute. Captain’ Narcisse effectue encore une fois son légendaire un contre un et obtient un nouveau sept mètres. Encore converti par Mahé, ce but donne 2 longueurs d’avance aux Bleus (20-18 37ème minute). Un arrêt à 6 mètres de Gérard permet de conserver cet avantage de deux buts tandis que Karabatic le fait passer à 3 avec un coup de canon en fin de possession. Le demi-centre parisien gère le tempo et délivre une passe décisive à Remili en transition. Le rythme est toujours très élevé, et Valentin Porte (sans doute galvanisé par la foule) tente (et rate) une roucoulette inversée à 6m alors que les Bleus sont en infériorité numérique. Sanction immédiate du coaching staff, le montpelliérain cède sa place à Luc Abalo. Le premier 7m convertit par la Suède arrive seulement à la 42ème minute. L’homme en forme côté viking est le jeune ailier gauche Tollbrinson qui est à 4/4 grâce à son but malgré le bras levé. Gottfridsson marque même en contre-attaque pour conclure un 5-1 qui fait passer la Suède devant (24-25 46ème minute). Un raté d’Abalo à l’aile fait passer à 43% le pourcentage d’arrêt d’Appelgren qui est déterminant dans la bonne partie suédoise. Mais le match n’est pas fini, loin de là, et Narcisse provoque encore un jet de 7 mètres grâce à son un contre un fulgurant. Mahé s’avance pour tirer le penalty, mais le klaxon retentit, le perturbant dans sa concentration. Néanmoins, le joueur de Flensburg ne tremble pas et inscrit son 7ème penalty de la soirée en autant de tentatives (26-26 49ème minute). Grâce à un bon block de l’infatigable Fabregas, Remili perfore la défense et permet à la France de prendre l’avantage (27-26 51ème minute). Remili est omniprésent, récupérant un ballon après une énorme défense pour ensuite porter l’avance des Bleus à 2 buts avec un tir surpuissant (28-26 52ème minute). Il a inscrit les 3 derniers buts français (5/7 en tout pour lui). Malgré un bras levé, les bleus ont une superbe circulation de balle qui finit sur un but de Guigou pour passer à +3 (29-26 à la 54ème minute). Ensuite, Karabatic est sanctionné d’une exclusion temporaire très discutable. La Suède jette alors ses dernières forces dans la bataille en faisant une défense 2-4, mais celle-ci se révèle inefficace avec Narcisse qui vient faire sauter le verrou. Après des pertes de balle suédoises et un passage en force d’Abalo, Narcisse perce une nouvelle fois la défense (cette fois 1-5) grâce à son un contre un éternel (31-28 57ème minute). La messe semble dite mais Gottfrindsson n’a pas dit son dernier mot et intercepte le ballon pour porter son total personnel à 7 buts. Karabatic tue alors le match sur un but après un schwenker (appel deux pieds s’il vous plait !). Le public ne s’y trompe pas et des Marseillaises re-jaillissent des tribunes. Remili marque un dernier but à 4 secondes de la fin pour porter le score final à 33-30 en faveur de la France. Appelgren reçoit le titre de MVP pour sa très bonne performance malgré la défaite, mais ceci reste anecdotique pour des Bleus qui affronteront la Slovénie en demi-finale demain soir.

Les clés du match

Le match fut accroché mais ceci était prévisible. La bataille tactique a été remportée par le staff français qui a réussi à parfaitement exploiter les faiblesses de son adversaire grâce à une excellente préparation de match. Tout d’abord, ne pas titulariser Narcisse et Guigou a permis de les retrouver frais en 2ème période. En effet, l’entrée de Daniel a été déterminante de par l’intensité de tous les instants qu’il a apportée. Ces nombreuses « spéciales » ont rapporté beaucoup de penaltys que Mahé s’est chargé de transformer. Guigou a lui apporté de la vitesse pour finir le travail en fin de match. Autre point décisif, la volonté de pousser tous les ballons. En jouant toutes les transitions offensives, les français ont fatigué les suédois ce qui a pesé dans la fin de match. Les Nordiques n’ont pas la profondeur de banc des Bleus, ce qui a été préjudiciable pour eux. Mais hormis l’aspect athlétique, ces transitions rapides ont empêché les suédois de faire leur changement attaque-défense. Le jeune Nilsson n’étant pas très efficace, il cède sa place à un pivot en défense. Mais en 1ère mi-temps, Nilsson était à l’opposé du banc donc monter les ballons rapidement l’a empêché de sortir pour exploiter sa faiblesse défensive. Le match a donc été très bien préparé, les Bleus n’ayant jamais douté en gardant leur sang-froid. La France affrontera donc la Slovénie demain soir à Paris pour se rapprocher encore d’une 6ème étoile.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter