MotoGP 2017 : renouveau attendu !
Photo Panoramic

MotoGP 2017 : renouveau attendu !

À l'aube nocturne du premier rendez-vous de la saison 2017 au Qatar, le monde du MotoGP est en ébullition et attend, comme jamais, le lancement d'une saison pleine de promesses, et pourquoi pas, de surprise. tour d'horizon des forces en présence.

MotoGP 2017 : Le début d’une nouvelle ère ?

Il est des saisons où rien ou peu ne bouge, et on le devine à l’avance… et d’autres où tout semble remis en cause… où les interrogations pleuvent durant toute l’intersaison, et où des certitudes apparaissent, un temps comme un diamant sous l’éclat de l’aube, un autre comme un poltergeist sur le reflet du crépuscule. La saison 2017 marquera à coup sûr un tournant dans l’Histoire du MotoGP, ne serait-ce que par l’arrivée de Viñales chez Yamaha, venant titiller le maitre Rossi chez lui, et le défi que Lorenzo tente en se parant de rouge après 9 ans dans l’écurie aux diapasons. À cela on ajoute l’arrivée de KTM en motoGP, et de 4 rookies pleins de promesses venus du Moto2 et on se retrouve avec une excitation rarement atteinte depuis l’arrivée de Stoner chez Honda combiné au départ de Rossi chez Ducati en 2011.

Les cotes :

***** Favori, se doit de jouer le titre jusqu’au bout et/ou gagner 6 grand prix.
**** Challenger, se doit de gagner au moins 3 Grand Prix et/ou de jouer le titre jusqu’au bout.
*** Outsider, se doit de gagner une course, ou faire au moins 6 podiums, ou enchaîner les top5 en ayant fait au moins une pole et 2 podiums.
** Surprise, se doit de finir dans les 10 premiers, ou faire un podium, ou 3 top5, voir gagner une course (of course).

Marc Marquez #93, le favori !

Après les essais de Philip Island, je l’aurais facilement qualifié de grand favori, tant ses simulations de course surpassaient la concurrence, Viñales compris. J’ai presque eu peur à ce moment là d’une 2014 bis concernant le jeune prodige, lorsqu’il avait enquillé 10 victoires d’affilé en ouverture du championnat. Heureusement pour l’intérêt de la compétition, Marc a connu des difficultés lors des derniers tests à Losail, lieu du premier rendez-vous du championnat. Cela étant, Marquez à réellement passer un cap après sa saison 2015 « immature » où il a enchaîner les excès de confiances et les chutes, qui lui ont valu de « regarder » les Yamaha boys se jouer le titre « sans lui ». Après ce chapitre de controverse, Marquez a appris à se contenter des gros points, et son titre 2016, sans être le plus flamboyant, est à marquer au fer rouge pour l’espagnol. Le souvenir de ce titre peut lui en amener une palanquée. Il est probablement actuellement le plus talentueux du plateau (3 titres en 4 ans de MotoGP), mais il n’est pas à l’abris du neuf, comme du vieux. Alors qui pour remettre en question la suprématie du prodige ?

ma cote : *****

Maverick Viñales #25, le jeune loup !

Exceptionnel tout au long des essais d’intersaison, certains, voir beaucoup, en font leur favori. Le jeune espagnol de 22 ans, mérite largement toutes les louanges qui pleuvent sur son casque depuis ses premiers tours de roue sur la M1. Vainqueur de sa première course en catégorie reine l’année dernière, alors accroché à sa Suzuki, Top Gun a vu d’un excellent oeil le départ de Lorenzo pour Ducati, afin de pouvoir à son tour se jauger face à la légende Rossi. Pour l’instant, tout se déroule comme dans un rêve, et, si ses simulations de courses n’ont pas été aussi impressionnantes que celle de Marquez, il a toujours fini en haut de la feuille des temps à l’issue de chaque session des essais hivernaux. Alors, quels bémols peut-on bien trouver à ce joyaux ? En qualification, il sera là, à coup sûr… et je ne me mouille pas trop en disant qu’il sera régulièrement devant Rossi sur cet exercice. La pression ? Il ne semble pas la subir, et même si tout le monde l’encense, le favori, ça reste Marquez. Reste sa faculté à se battre en peloton qui peut être son talon d’Achille, à l’instar d’un Pedrosa, mais lui s’en défend, disant qu’il n’hésite pas à aller au contact. Était-ce du à la Suzuki en fin de course qui le faisait parfois décrocher ? La réponse va très vite arrivée, mais certains voit en lui le rival de Marquez pour les cinq ou dix prochaines années. Je le pense aussi en espérant que ça ne soit pas le seul. Personnellement j’en vois deux autres, mais c’est subjectif.

ma cote : ****

Valentino Rossi #46, en quête de la décima !

Federer est là en tennis pour nous rappeler de ne jamais enterrer une légende avant sa retraite officielle. Et ces deux champions ont eu des carrières quasi-jumelles, avec une razia face à des adversaires dominés (Roddick, Hewitt, Safin / Biaggi, Capirossi, Gibernau) avant de devoir résister à de jeunes pousses talentueuses (Nadal, Djokovic, Murray puis Wawrinka / Stoner, Lorenzo, Pedrosa puis Marquez). Dans les deux cas, le maître est toujours là, et toujours près à en découdre avec les jeunots. Alors, est-ce enfin l’heure de la décima pour Valentino ? J’ai personnellement du mal à y croire. J’ai l’impression que 2015 lui trotte dans la tête telle une migraine parsemée. Ses essais hivernaux ont été complètement indéchiffrables. Là où son nouvel espagnol d’équipier enchaînaient les p1 et les superlatifs, le natif de Tavulia enchainait, les doutes, les incertitudes et même les chutes. Au final, Rossi semble un peu perdu à l’entame de la saison, mais il sait, au vu des chronos de son nouvel équipier, que la M1 fonctionne, et il trouvera forcément le mode d’emploi de sa monture afin de rivaliser avec les deux espagnols précités. Mais le trouvera-t-il à temps ?

ma cote : ****

Dani Pedrosa #26, la dernière chance du jockey ?

Drapé de ses trois titres d’affilés en catégories inférieures, Pedrosa arrivait en 2006 au HRC avec l’étiquette de futur rival de Rossi. Onze saisons pleines en catégorie reine plus tard, le catalan a vu des Stoner, Lorenzo et Marquez lui damner le pion, et souvent au sein du HRC même. Pire, Viñales semble près à le ranger en bas de l’étagère des champions espagnols. Est-il trop tard pour l’as de glace ? Va-t-il enfin avoir une saison sans pépin physique avec une moto qui lui convient ? Il est monté en puissance pendant les essais hivernaux, et semble gonflé à bloc par son nouveau conseiller Sete Gibernau. On ne demande qu’à le voir aux avants postes avec ses rivaux, même s’il a tendance à s’effacer au corps à corps. Sa douzième saison au HRC pourrait bien être la dernière s’il ne lutte pas suffisamment avec les trois pilotes pré-cités. Il ne faut plus se poser de question Dani ! Fait péter la poignée !

ma cote : ****

Jorge Lorenzo #99, sur la piste rouge !

C’est un chemin accidenté qu’à choisi le majorquin pour poursuivre sa carrière, mais il l’a dit lui même, il peut déjà se targuer d’avoir battu Rossi, Stoner et Marquez en catégorie reine, et, plutôt que de poursuivre une vaine quête de record, qui seront très certainement tous battus par Marquez, vu sa précocité, il a choisi d’aller là ou Rossi a échoué avant lui. Se donner la chance de devenir une légende du MotoGP, puis d’imiter Stoner et Rossi qui ont gagné sur deux motos d’usine différentes. Il aurait pu choisir Suzuki, mais la tentation de réussir là ou le docteur a échoué était trop forte, et la lassitude d’une rivalité populaire vaine face à Rossi chez Yamaha a fait le reste. Qu’espérer de ce choix ? Un choix suicidaire de prime abord tant la Ducati semble être à l’opposé de son style de pilotage, et de se confronter à un Dovizioso qui l’a déjà battu à machine égale en 125cc, avec, lui, un style de gros freineur qui convient bien mieux au bolide italien. Que dira-t-on si l’italien lui met la misère ? Pour terminer, Lorenzo a montré d’énormes lacunes mentale sur piste humide depuis deux ans, et la météo semble de plus en plus incertaines au fil des saisons, donc une année pluvieuse n’est pas a exclure une nouvelle fois. Gageons pour lui que ça adoucira son feeling avec la bête rouge. Je ne suis personnellement pas serein pour le majorquin.

ma cote : ***

Andrea Dovizioso #4, l’outsider rêvé !

L’arrivée de Lorenzo à ses côtés est clairement une excellente nouvelle pour l’italien qui avait du mal à s’accommoder avec son ancien équipier Iannone. D’une part, il est officieusement le numéro deux, et n’a absolument rien à perdre, et, comme on est pas en F1, il n’y a pas de stratégie d’équipe, car pas d’arrêt aux stands à la régulière. D’autre part, il connait la maison, est italien, et son style de pilotage convient bien mieux à la Ducati que celui de Lorenzo à prime abord, tout en étant plus à l’aise sous la pluie. De ce fait, sans faire de bruit, l’italien est peut-être en train de mettre toutes les chances de son côté pour un excellent exercice 2017, pouvant compter sur une régularité qu’il avait quelque peu perdu, sans doute du à sa rivalité avec Iannone pour conserver le baquet, en milieu d’année dernière. Ainsi, si la Ducati fonctionne à merveille, il sera le premier à en tirer la quintessence, et il le sait. Pour moi, il sera l’homme à surveiller pour ses rivaux de Honda et Yamaha, si jamais la GP17 est à la fête.

ma cote : ***

Cal Crutchlow #35, à l’heure de la confirmation !

Le très expansif Cal, aussi bien sur la piste que dans les médias, a réalisé d’excellents tests hivernaux, notamment en simulation de course, à Sepang, comme en Australie. À l’instar de Marquez, il a été plus en difficulté à Losail. Mais le lauréat de deux grands prix en 2016 entend bien faire jeu égal avec les cadors de la catégorie et venir se frotter dans la cour des grands de manière régulière, comme l’ont fait Simoncelli et Iannone avant lui. Reste à trouver la même régularité à finir les grand prix, qu’à clasher dans les médias, et le britannique pourra sortir du carcan des pilotes fantasques, et lorgner un peu plus sur le guidon de Pedrosa !

ma cote : ***

Andrea Iannone #29, sans complexe !

Fort d’une victoire sur Ducati l’année dernière, malgré un exercice très irrégulier, voir controversé qui lui ont valu sa place chez les rouges, le diable transalpin est totalement confiant en ses chances de bien figurer chez Suzuki. Ce pilote à l’ancienne, clope à la main et femme à la bouche, n’a que faire des dires sur son compte, et espère bien garnir son palmarès d’une ou plusieurs victoires cette année ! Pour le titre ? Autant la machine, que son irrégularité semble pour l’instant être un frein à ce projet, mais il est tellement capable d’exploit, comme lors de ses remontées en Moto2 face à Marquez, qu’on ne peut que le qualifier de facteur X dans une course !

ma cote : ***

Jonas Folger #94, énigme ou belle histoire ?

J’ai déjà écrit un article à son sujet, donc mon opinion est très subjective sur le bonhomme. Beaucoup avaient critiqué ce choix hâtif d’Hervé Poncharal de le signer à l’aube du grand prix de France l’an dernier, alors que Rins, Zarco et Luthi n’avaient pas encore paraphé de contrat. Tout le monde savait pourtant, dès ses premiers tours de roues en mondial 125cc que c’était un tout bon, mais l’ex-prodige s’est perdu sur de petites cylindrées qui ne lui convenaient guerre, et la caravane (Marquez, Vinales) lui était passée sous le nez. Lors des essais hivernaux, Jonas a mis pas mal de monde d’accord, aussi bien en vitesse pure, qu’en simulation de course, où seuls Marquez, Vinales et Crutchlow semblaient être meilleurs sur l’ensemble des 3 circuits. Alors pari gagnant pour Tech3 ? Je pense contrairement à beaucoup, que Jonas va être aussi régulier cette année, qu’il a été irrégulier dans les catégories inférieures, car il a enfin trouvé son aise au freinage sur cette M1. Il reste une inconnue pour moi, c’est son mental. Il commence toujours très bien ses week-end, mais fini par douter au fil des séances et patauger dans ses réglages. Et seulement lorsqu’il se sent à l’aise sur sa moto en fonction des circuits (Qatar, Jerez) ou des conditions de piste (Pluie, Piste séchante), il arrive à mettre tout bout à bout et a devenir un très gros client. Cela étant, il a tout de suite été à l’aise sur la M1, et j’en fais ma grosse cote de l’année pour une pole, un podium, voir une victoire sous la pluie, et une place de meilleur rookie. Faites vos jeux !

ma cote : ***

Johann Zarco #5, méthodique !

Double champion en titre de Moto2, une première, (les deux derniers à en avoir fait de même en catégorie intermédiaire – alors 250cc – furent Pedrosa en 2004-2005 et Lorenzo en 2006-2007… comme référence, ça se pose là!) est clairement mûr pour la catégorie reine ! Il a su prendre son temps pour atteindre son objectif, et après une saison frustrante en 2011, terminant vice champion face à Terol en 125cc, il aurait pu lentement sombrer face aux difficultés rencontrées lors de ses premières saisons Moto2. Mais le français à un mental d’acier, et surtout une méticulosité de tout instant, qui, ne laissant rien au hasard, le fait systématiquement progresser de palier en palier, pour, un jour atteindre son but, gagner des courses, et se placer dans la course au titre. Cette année, sera, à mon avis, une année d’apprentissage studieuse pour le français, et je ne le vois pas faire de performance incroyable, hormis éventuellement sous la pluie, mais je l’imagine assez facilement régulièrement autour de la 7e place, afin de prendre ses marques pour 2018. Oui, je vois Folger un chouilla devant lui en 2017, mais pas de beaucoup.

ma cote : **

Alex Rins #42, l’exception ibérique !

Comme Pedrosa, Lorenzo, Marquez & Viñales avant lui, Alex Rins est le stéréotype du pilote espagnol de demain. Passé par les meilleurs écuries en Moto3 et Moto2, il n’a, contrairement à ses aînés, glané aucun titre ! Chose assez rare, car même Bautista, qui était désigné de cette trempe-là, en avait gagné un en 125cc avant de se faire damer le pion en 250cc par Simoncelli et Aoyama. Alors ? Surcoté ce numéro 42 ? Sûrement pas pour ma part, tant il a fait, dans son année de rookie en Moto2, à peu de chose près, la même chose que Viñales un an auparavant sur la même machine, et on voit ce que les gens disent de Top Gun ces jours-ci. Il sera un très bon dans le futur à n’en point douter, mais sa systématique lacune en qualification peut lui faire perdre beaucoup d’expérience de lutte avec les tout meilleurs en début de grand prix, et ralentir sa progression. D’autant que son équipier chez Suzuki n’est pas une référence de régularité, et il aura donc du mal à se jauger par rapport à lui, tant Iannone reste pour le moment un mystère sur la bête bleue.

ma cote : **

Jack Miller #43, un coup d’épée dans l’eau ?

Alors équipier d’Alexis Masbou, et portant le numéro #8, L’australien Jack Miller avait déjà fait montre de tout son talent sous la pluie dans la plus petite des catégories en mondial. Puis après un titre raté de peu en Moto3, le kangourou des marais décide de faire le grand saut jusqu’à la MotoGP. Bien lui en a pris ? On pourrait le penser, puisque que Jackass a mis ses facultés aussies digne d’un West, d’un Vermeulen, d’un Stoner, voir d’un Ian Thorpe, pour s’adjuger une victoire de prestige sous la pluie cérémonieuse d’Assen. Mais, avoir les roues palmées ne suffit pas pour espérer rentrer dans la cour des grands, et Jack, même s’il maitrise assez facilement un Tito Rabat qui roule dans les même temps que sur sa Moto2, se doit de suivre les traces d’un Casey Stoner, plutôt que les nageoires d’un Anthony West, s’il souhaite devenir autre chose qu’un one shot au temps des feuilles mortes. Il a du talent, reste à voir s’il a LE talent. Je pense qu’il en a, c’est sûr !

ma cote: **

Pour le reste, c’est assez vaste et peu lisible à prime abord. KTM arrive dans la catégorie, avec l’ex-duo de Tech3, Pol Espargaro et Bradley Smith, et surtout avec du pain sur la planche. Aprilia est encore en apprentissage, même si Aleix Espargaro a montré d’excellentes chose à l’intersaison, je ne le vois pas accrocher un podium en condition de course, et Sam Lowes, le quatrième rookie, risque de rayer du carénage plus qu’autre chose dans sa première année. Bautista, Barbera, Redding et Petrucci sont des valeurs sûres du milieu de peloton, et difficile pour l’instant de les imaginer flirter avec le Top5 à court terme, même si Bautista avait de très bons essais à Losail, ça reste un circuit atypique. Karel Abraham, quand à lui, a clairement étonné en pointe de vitesse cet hiver, mais je le vois difficilement taquiner du Top 10 à la régulière. Tito Rabat me semble totalement perdu en catégorie reine. Je crois qu’il s’est tellement entrainé sur des 600cc pour être champion Moto2 qu’il n’arrive pas à passer le cap. Quand à Loris Baz, il est forcément pétri de talent, mais il semble pour l’instant assez rigide concernant son style de pilotage. Il a passé toute la saison 2016 à dire qu’il préférait les pneus qui n’avaient pas été retenus par Michelin et a se faire taper méchamment par Barbera, plutôt qu’à forcer la chose. Heureusement, la pluie adoucie les sensations, et le talent aidant, cela lui a permis de signer une 4e place sous la pluie. Cela étant, sa saison compliquée de 2016 pourrait lui avoir remis les idée en place. Bref, si je devais choisir trois pilotes parmi ceux-la pour au moins un Top5 dans une course cette année, je dirais, Aleix Espargaro, Alvaro Baustista et Danilo Petrucci.

Conclusion, Pourquoi cette année est particulière ?

Premièrement, les changements d’écurie de très grands noms : Lorenzo, Viñales, Iannone.

Deuxièmement, après Suzuki et Aprilia, KTM entre dans la bataille, et c’est tant mieux !

Troisièmement, et je vais développer, la salve de rookies.

En effet, souvent un bon rookie n’arrive jamais seul. En 2006, Pedrosa arrive accompagné de Stoner en catégorie reine. En 2008, Lorenzo débarque avec Dovizioso. Et si 2010 reste une année « gâchée » avec Simoncelli, Bautista, Barbera, Aoyama, Aleix Espargaro voir Spies, sans doute du à l’imposante main mise des 4 fantastiques de l’époque, 2013 a vu l’arrivée de Marquez et Iannone puis 2015 de Viñales et Miller. Hormis la razzia 2010, nous n’avons que des vainqueurs de grand prix, et sur les quatre rookies de cette année, je pense que deux d’entre eux gagneront un grand prix d’ici fin 2018, et si personnellement je pense que ce seront Rins et Folger, j’espère de tout coeur que Zarco saura me faire mentir et abolir ce vibreur qui semble repousser l’ascension des français dans cette catégorie reine, car la France a besoin de grand pilote dans cette catégorie, et que Zarco met toutes les chances de son côté pour ne pas refaire les erreurs de ses aînés, avant de, pourquoi pas, inspirer un certain Quartararo jeune pensionnaire du Moto2, en lui enlevant cette pression nationale qui l’a froissé en Moto3.

Pour finir, malgré mes cotes, si je devais parier maintenant le podium du championnat 2017, je mettrais Marquez devant Viñales et Dovizioso.

Cette année mérite donc d’être suivie, car en plus d’avoir peut-être 7 ou 8 fantastiques en même temps sur une grille de départ (on le saura dans 3 ou 4 ans si ce fusse le cas), cette saison est une certaine remise à plat des forces en présence, et un excellent départ pour éventuellement commencer à s’intéresser à ce sport de haute intensité, de combat d’homme, comme de machine ! Et c’est sans doute l’avant dernière année de la légende Rossi. Il faut en profiter.

Meiwen Lavenant.

  1. avatar
    27 mars 2017 a 11 h 56 min
    Par Guga57

    Super Meiwen ! ideal pour un novice du Moto GP comme moi ! J’ai suivi le GP du Qatar hier soir, dommage pour Zarco, il etait en tete et avait meme reussi a prendre 2 secondes d’avance sur ses poursuivants avant de chuter…

  2. avatar
    27 mars 2017 a 16 h 25 min

    Oui, merci pour l’article (juste 3, il me semble que tu en avais plus :) ).
    Étonné de voir Rossi encore en lice !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter