Nancy en demi-finale de Coupe de la Ligue : est-ce vraiment une surprise ?
Photo Panoramic

Nancy en demi-finale de Coupe de la Ligue : est-ce vraiment une surprise ?

Certes Nancy porte le statut de promu cette saison mais c’est bien le club au chardon qui est l’invité surprise de ce dernier carré de Coupe de la Ligue. Même s’ils risquent de bientôt quitter la compétition par la petite porte (leur prochain adversaire est l’AS Monaco), les Nancéiens ont réussi jusqu’ici à défaire des adversaires bien plus armés qu’eux. C’est grâce à sa solidité et la qualité de son banc que l’ASNL a su entrer et s’imposer dans l’élite du football français cette saison.

Au jour d’aujourd’hui, le fait qu’un promu apparaisse en demi-finale d’une coupe nationale relève de l’exploit. En effet des équipes comme Paris, Monaco, ou encore Lyon tiennent le haut du pavé dans la hiérarchie des clubs français depuis maintenant plusieurs années. Et pourtant les Nancéiens l’ont fait : ils sont bien en demi-finale de la Coupe de la Ligue pour la deuxième fois de leur histoire.

Cependant la tâche semble d’ores et déjà ardue puisqu’ils rencontreront l’ogre monégasque lors du prochain tour, un ogre déjà responsable de l’humiliation des Lorrains 6-0 à Louis II (c’était en novembre dernier en championnat). Pourtant les Nancéiens ne vont pas en faire toute une montagne. L’entraîneur des rouge et blanc, Pablo Correa, avait exprimé cette idée en conférence de presse. C’était après la qualification de son équipe face au FC Nantes : « Avec les deux gros qui restent, je ne me fais aucune illusion ». Ce dernier a enchaîné en déclarant que même si l’aventure devait se terminer plus tôt que prévu, le principal serait de profiter de ce match pour engranger de l’expérience ainsi que de la confiance (et surtout prendre du plaisir) : « Un parcours en coupe : c’est bénéfique […] On n’était pas capable de faire des exploits de cette nature là en championnat mais après, un match reste un match. Si on tire Paris, à mon avis on visitera. » Le gabarit de l’adversaire sera quasiment le même puisque c’est l’AS Monaco qui a été tirée au sort pour affronter cette valeureuse équipe nancéienne (rappelons que les Monégasques sont actuellement leaders du championnat de Ligue 1 et qu’ils ont aussi terminé en tête de leur poule en C1).

Mais cette place des Nancéiens en demi-finale est-elle vraiment surprenante ? Beaucoup d’autres clubs, bien plus huppés que l’ASNL, n’ont pas eu la chance de réaliser un aussi beau parcours. Voici quelques éléments de réflexion qui pourront vous aider à comprendre pourquoi le promu en est arrivé là :

Nancy a eu pas mal de chance au tirage (au moins jusqu’ici). L’ASNL a eu l’occasion de renverser 3 adversaires avant d’arriver en demi-finale : Caen, Saint-Etienne et Nantes. Nancy a eu la chance de ne pas tomber sur l’une des équipes du top 5 dès son entrée en lice dans la compétition. Ca lui a permis de jouer de façon plus décomplexée l’ensemble de ces trois rencontres.

L’ASNL a fait tomber de plus grosses écuries qu’elle (en tout cas sur le papier). Nancy a eu le loisir d’inscrire 4 buts face aux Caennais. Elle a ensuite contredit tous les pronostics en éliminant les Verts. Et enfin elle a réussi à tenir face à une courageuse équipe du FC Nantes qui a malheureusement manqué de réalisme devant le but (idem pour Sainté même si le constat semble moins frappant). Nancy n’est faible sur le papier qu’à cause de son étiquette de promu, collée sur son blason, et son début de saison raté (Nancy a perdu ses 3 premiers matchs de championnat en encaissant 7 buts sans en inscrire un seul). Mais depuis la double confrontation victorieuse face au Stade Malherbe, les Nancéiens réussissent de très bons résultats en accumulant des points précieux pour le maintien. Ils ont même réussi à faire douter des concurrents aux places européennes (Saint-Etienne et Bordeaux en l’occurrence). Mais est-ce qu’à l’heure actuelle, l’ASNL a les ressources nécessaires pour faire tomber une équipe de Champion’s League ? Cela n’a pas forcément été le cas jusqu’à présent en championnat ; il est donc normal que vous en doutiez en ce qui concerne cette Coupe de la Ligue.

Nancy a réussi à retrouver sa solidité défense qui avait fait sa renommée lors de sa dernière apparition dans l’élite (2006-2013). Pendant ces 7 années, l’ASNL a longtemps été décriée pour son jeu plus que pauvre au niveau offensif. N’ayant pas un effectif de qualité à sa disposition, Pablo Correa avait déjà privilégié la contre-attaque afin de frapper plus efficacement. Par conséquent, la dépense en énergie de chaque joueur était décuplée, le but était à l’époque de rivaliser au mieux contre des formations bien plus supérieures comme l’OL ou l’OM. A l’heure d’aujourd’hui, la situation est parfaitement identique. Avec le peu d’éléments mis à sa disposition, Correa se doit de construire un dispositif qui puisse survivre aux assauts adverses. Et cela a vraisemblable souri à l’A.S Nancy-Lorraine, qui a réussi à sortir Saint-Etienne de la compétition en gardant son cage inviolée. Idem ce qui concerne la qualification face à Nantes puisque Nancy n’a vécu en attaque que par le biais de quelques contres plus ou moins réussis. L’ASNL a aussi pu composer avec la maladresse de ses adversaires : l’ASSE n’a cadré que 3 de ses 13 frappes et le FC Nantes n’a pu cadrer que 3 de ses 16 tentatives. Rappelons que l’ASNL n’a encaissé que 2 buts depuis son entrée en lice dans la compétition (les deux ont été encaissés face à un seul et même adversaire : le Stade Malherbe de Caen). A croire que plus on se rapproche de la finale au Parc OL, plus le jeu des Nancéiens va en progressant.

Nancy réussit de bien meilleures prestations qu’en début de saison. A croire que cette équipe nancéienne s’est métamorphosée. Lors des 10 premières rencontres de Ligue 1, les Lorrains n’avaient inscrit que 5 buts. Dans le même temps, ils avaient encaissé un total horrifiant de 13 buts (plus d’un par match !). Mais après cette victoire lors des 1/16èmes de finale, les Nancéiens ont visiblement retrouvé des couleurs : ils ont marqué 23 buts et en ont encaissé 12 lors des 14 rencontres suivantes (toutes compétitions confondues). Alors que tous les spécialistes condamnaient Nancy à une place dans la charrette menant à la Ligue 2, l’ASNL a su revenir. Elle occupe désormais une très belle 11ème place au classement. Comme le dit si bien Pablo Correa : « les victoires appellent les victoires ». A croire que cette qualification dans le dernier carré a permis d’aller chercher des victoires importantes contre des adversaires directs pour le maintien. Et si le contraire était possible ? Et si les victoires en championnat appelaient aussi les victoires en coupe ? Même si le coach uruguayen effectue beaucoup de changements dans son effectif, la plupart des joueurs importants comme Benoit Pedretti, Alou Diarra ou Issiar Dia sont présents sur le terrain pour aider l’équipe dans son entreprise de victoire (et c’est le cas aussi en coupe). Réaliser de grosses performances pour un promu : cela passe aussi par une qualification en Coupe de la Ligue. Pourvu que cette dynamique ne soit pas brisée par une éventuelle élimination à Louis II le 25 janvier !

Une rotation pérenne de l’effectif permet à l’ASNL d’avoir à sa disposition des joueurs frais et en confiance. L’entraineur des Rouge et Blanc a reçu, de la part de certains médias nationaux, le prix honorifique de l’entraîneur qui procède au plus grand nombre de changements dans son onze de départ (en Ligue 1). Autrement dit, on peut se demander si Pablo Correa a véritablement un onze-type en tête avant d’aborder chaque rencontre… Cette drôle de nomination a une importance puisque certains joueurs, pourtant remplaçants la saison dernière en deuxième division, ont réussi à s’exprimer pendant de longues minutes en Ligue 1. Et même plus : quelques-uns d’entre eux sont devenus depuis peu des titulaires indiscutables. C’est le cas des deux arrières Joffrey Cuffaut (DD) et Tobias Badila (DG). Leurs récentes performances ont poussé l’entraîneur à reléguer Julien Cétout (DD) et Vincent Muratori (DG) sur le banc de touche. Ces derniers n’ont donc plus que les matchs de coupe pour accumuler du temps du jeu. Mais puisque tous les joueurs de l’effectif ont donné satisfaction, un véritable dilemme se pose : mais qui parmi ces quatre arrières latéraux doit faire partie des titulaires lors des matchs couperets ? Le principe de l’alternance ne pourra pas durer indéfiniment et Pablo le sait probablement. De la même manière, la question peut se poser pour les attaquants. Junior Dalé et Christophe Mandanne n’ont pour l’instant pas réussi à s’acclimater au monde de la Ligue 1 et leurs performances s’en ressentent. Pourtant ces deux joueurs sont en forme en Coupe de la Ligue : ils ont tous deux inscrit 2 buts. Quoi qu’il en soit, malgré le fait que l’ASNL soit encore présente en coupe, Correa se servira avant tout de ces matchs pour tester l’ensemble de son effectif.

L’un des souhaits de Jacques Rousselot (le président du club) est de réaliser « un coup » dans l’une des deux coupes nationales. Outre le maintien en première division, un des principaux objectifs du club au chardon cette saison est de réaliser de bons résultats dans l’une ou l’autre des deux coupes nationales. Avec le recrutement qui a été effectué lors du mercato estival (et peut-être au cours du mercato hivernal), Jacques Rousselot espère que son équipe ira loin dans l’une d’entre elles : « comme objectif : faire une coupe. La Coupe de France ou la Coupe de la Ligue mais peut-être la Coupe de France. J’y tiens plus particulièrement puisque, comme chacun le sait, je suis membre du comité exécutif de la FFF et cela me plairait bien qu’on fasse la Coupe de France et qu’on la gagne. Mais bon : on n’en est pas encore là ! » (Ces propos ont été enregistrés avant le coup d’envoi du premier match de la saison face à l’OL). Mais à l’heure actuelle : Nancy est en demi-finale de Coupe de la Ligue. Cette excellente nouvelle ne doit pas laisser le président de l’ASNL indifférent puisqu’il a lui-même assisté au tirage au sort des demi-finales dans l’enceinte du Parc des Princes : « j’aurais bien voulu qu’on reçoive » a-t-il déclaré par la suite. Malheureusement pour le club au chardon : la tâche sera plus que difficile car Monaco reste pour l’heure très difficile à battre dans son antre (la seule défaite de la saison pour le club de la principauté était contre l’OL (1-3)). Mais rien n’est impossible : le football est fait de surprises et c’est justement cela qui fait le charme d’une coupe. Rappelons que Nancy a remporté la première Coupe de la Ligue de son histoire en 2006, alors que le club venait de remonter en Ligue 1. Par conséquent, tout reste possible pour le petit poucet de ce dernier carré !

  1. avatar
    19 janvier 2017 a 13 h 45 min
    Par marulifa

    ça m’étonnerait que Rousselot ait dit « j’aurai bien voulu qu’on reçoit » !!

    • avatar
      20 janvier 2017 a 5 h 35 min

      Malheureusement, impossible de retrouver l’interview Fr3 de J. Rousselot sur le web actuellement. Mais il est certain que lui et le club auraient voulu offrir aux supporters la possibilité de soutenir leur équipe à domicile. L’ASNL a eu la chance de recevoir lors des 1/16 de finale mais elle s’est toujours déplacée à l’extérieur par la suite. J. Rousselot pense que si le match avait eu lieu à Picot, l’équipe nancéienne aurait mis toutes ses chances de son coté pour aller chercher la victoire (question de superstition par rapport à la victoire en 2006, disons ça comme ça). L’Est Républicain a bien résumé cela en début d’article : http://www.estrepublicain.fr/sport/2017/01/12/l-asnl-contrainte-de-retourner-a-monaco

  2. avatar
    20 janvier 2017 a 2 h 51 min
    Par sylvain92

    ben si paske “malgré que l’ASNL soit encore présente en coupe’ !!!

  3. avatar
    21 janvier 2017 a 1 h 35 min
    Par Julien

    L’article est long, précis, détaillé. Le contenu est bon mais malheureusement le texte est truffé de fautes. Je peux vous proposer mes services de correcteur. Je suis diplômé en linguistique et formateur en français.

    • avatar
      21 janvier 2017 a 13 h 23 min

      Oui avec plaisir : il est vrai que les fautes d’orthographe représentent un véritable obstacle à la lecture d’un bon article.

  4. avatar
    23 janvier 2017 a 0 h 41 min

    Pour avoir vu sa réaction en direct, je confirme que Rousselot a affirmé qu’il aurait préféré reçevoir

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter