NBA 2017-18 : les joueurs à suivre
Photo Panoramic

NBA 2017-18 : les joueurs à suivre

Comme à l'occasion de chaque pré-saison, je me lance dans une preview. Et cette fois, je chasse le bestiau !

M.I.P, 6e homme, DPOY ou MVP… Les distinctions personnelles sont nombreuses en NBA. Généralement, elles récompensent des joueurs évoluant dans des collectifs qui gagnent. Russell Westbrook, aka le Marsupilami sur ressorts, a redistribué toutes les cartes. Plus besoin d’être classé parmi l’une des deux meilleures équipes pour rafler un trophée… Alors quels candidats, par les stats ou par l’aura, pour remporter un trophée individuel cette saison ? Tour d’horizon.

Pour des raisons évidentes, je ne vais pas mentionner les favoris pour le titre de MVP (Lebron, Curry, Durant, Westbrook, Harden…).

Je ne parlerai pas non plus des rookies dans cet article. Ce sera sûrement dans le prochain, après une mois de compétition, afin de lesquels se tirent la bourre et lesquels ont déjà pris le fameux mur NBA. Il est toutefois clair qu’en cette pré-saison, trois joueurs de la Draft 2017 sont sous les feux des projecteurs, ainsi que deux anciens draftés n’ayant aucun match NBA au compteur : Lonzo Ball (Lakers), Ben Simmons et Markell Fulz (Philie), Bogdanovic (Kings) et Jayzon Tatum (Boston). Ces cinq-là sont déjà très attendus, mais mon petit doigt me dit que d’autres, moins attendus, vont taper fort, avec Collins (Atlanta) et Markannen (Chicago) en chefs de meute. Évidemment en tant que frenchie, on aura les yeux rivés sur New-York, où Frank Ntilikina sera le distributeur n°1 de Porzingis, Kanter et Tim Hardaway.

Demarcus Cousins (Pivot / New-Orleans)
Titre convoité : MVP

Boogie est ce genre de joueur ultra-dominant… mais ultra-flemmard. Après quelques années sans succès à Sacramento, DMC a été transféré à la surprise générale en milieu de saison chez les Pelicans pour former avec Anthony Davis le duo d’intérieur le plus hardcore jamais crée en NBA.

Demarcus Cousins est dans discussion possible le pivot le plus puissant et le plus dur à défendre, capable de marquer dans tous les sens et même à 3 points maintenant. Sa puissance et son toucher de main font de lui le meilleur pivot-scoreur de la NBA. Dans un grand soir, il peut aligner des 40-15 sans forcer et sans râler. Dans un petit soir, il sera à 20 pts, 7 rebonds et une éjection.

On le sait depuis maintenant 8 ans, ce n’est pas le talent qui manque à DMC, ni même la rage de vaincre. Ce qu’il lui manque, c’est une structure solide dans ses vies privée et professionnelle. S’il trouve ce cadre à la Nouvelle-Orléans, lui et les Pelicans iront en play-offs… et il sera sans nul doute dans la double discussion pour les titres de MVP et de meilleur pivot NBA.

John Wall (Meneur / Washington)
Titre convoité : MVP

Jean-mur (pour les Français) est le seul meneur capable de rivaliser avec Russell Westbrook. Puissant, vif, passeur hors-pair, finisseur et véritable leader d’une équipe de Washington qui ne cesse de progresser. Autre point commun entre John et le Marsu de l’Oklahoma ? Scott Brooks.

L’ex-manager de Westbrook entre dans sa deuxième saison avec les Wizards. L’année dernière, il a fallu 10 matchs à John Wall et sa clique pour se faire aux nouveaux systèmes. Les 72 autres ? Meilleure attaque et meilleure équipe de l’Est, portée par un John Wall en mode MVP durant les 3/4 de la saison.

Cette saison, quelques changements ont eu dans l’effectif mais les Wiz’ s’avancent comme les gros contenders de l’Est. J’en fais personnellement un de mes deux finalistes dans la Conférence. Epargnés par les blessures, ils ont tout pour être n°1 ou 2… Et s’ils le sont, John Wall et ses 25 pts, 11 passes, 2.5 interceptions seront forcément dans la discussion pour le titre de MVP.

Avery Bradley (Arrière / Detroit)
Titres convoités : DPOY et MIP

Serait-ce le joueur le plus sous-coté de la ligue ? Il en a des grands airs en tout cas quand on voit comment Boston l’a éjecté. Pourtant, Avery Bradley est un joueur atypique et un défenseur hors-norme, capable de défendre sur 3 postes en 1-contre-1 et bien évidemment doté d’un sens de l’interception au-dessus de la moyenne. Son QI Basket, sa technique et son fighting-spirit font de lui un joueur rare et extrêmement précieux dans cette ligue.

Son arrivée à Detroit, dans un collectif déjà bien défensif, va le propulser sur le devant de la scène quand on regardera plus attentivement les systèmes de Detroit. Capable également d’être bon et altruiste en attaque, Avery Bradley est le Kawhi Leonard du pauvre… Mais pour combien de temps ?

À Detroit, il aura l’occasion de se mettre le nouveau gymnase dans sa poche et la ligue avec. On aurait tellement aimé le voir au Palace D’Auburn en digne successeur des Wallace, Billups, Prince and co…

Dennis Schroder (Meneur / Atlanta)
Titre convoité : MIP

“Je suis seul au monde, y’a rien à faire, je suis seul au monde…” Ce son de Corneille résonne dans la Philips Arena et Jean-Jacques au synthé aurait la bonne idée d’ajouter cette instru à sa playlist car Atlanta a complètement dézingué son collectif. Al Horford, Kyle Korver, Jeff Teague, Paul Milssap, Tim Hardaway, Dwight Howard… Au rayon départs, les deux dernières saisons ont été chargées. Et du côté des arrivées ? Ilyasova, ça compte ?

Le génial meneur allemand va se sentir comme en sélection. Il va devenir l’homme à tout faire. Forcément, quand tu es le capitaine de bord d’une franchise, tu as les responsabilités et les stats qui vont avec. Avec une équipe à ses ordres et construite pour lui, le meneur devrait (sauf blessure) exploser toutes ses stats. Même si son équipe devrait finir au fin fond de la Conférence Est, l’Allemand sera en 25-5-8 de moyenne et du coup crédible pour le titre de M.I.P de la saison.

Rudy Gobert (Pivot / Utah)
Titre convoité : DPOY

Gobzilla est le nouveau franchise-player d’Utah. Nouveau rôle et nouvelles responsabilités, le meilleur pivot défensif de la ligue a aussi progressé en attaque. Véritable leader par sa présence, notre frenchie national est la nouvelle âme du Jazz. A ses côtés, il aura des joueurs aussi agressifs que défensifs. Dans une ligue tournée vers l’attaque, le rendement défensif de Rudy est une denrée rare. Son équipe aura en tout cas besoin d’un grand Gobert pour viser les play-offs.

Avec des joueurs comme Dante Exum, Derrick Favors et Ricky Rubio pour l’épauler, Rudy Gobert pourrait nous sortir une des plus belles saisons d’un tricolore en NBA. Il a tout pour. Sans être chauvin, il aurait dû décrocher une convocation au All-Star et le titre de meilleur défenseur en 2016. En 2017, sans Gordon Hayward, Rudy Gobert sera encore plus fort et plus présent. Encore faut-il que les Américains branchent leurs cerveaux en même temps que la télé…

Kyrie Irving (Meneur / Boston)
Titre convoité : MVP

Uncle Drew est définitivement un joueur de classe mondiale. Sans doute, le meilleur balle en mains. Il a ajouté depuis deux ans une technique de tirs et une froideur en fin de match jordanesque ou kobe-esque. À Cleveland, tout le monde parlait de Lebron. Maintenant à Boston, il aura tous les projecteurs braqués sur lui. Et les projecteurs, Irving les adore. Plus il y aura de pression et de monde, plus Uncle Drew sera fort.

Boston attend un vrai tueur depuis les années Rondo-Pierce-Garnett-Allen. Avec la doublette Irving-Smart, ils ont aujourd’hui leurs deux têtes brûlées. Revanchard et à son apogée techniquement, Kyrie Irving a tout du MVP si Boston termine n°1 à l’Est.

Blake Griffin (Ailier fort / Clippers)
Titre convoité : MVP

LE BOSS de L.A, c’est lui et lui seul. Chris Paul parti, Blake Griffin a été augmenté et la franchise se reconstruit autour de lui et DD Jordan. C’est la voie royale pour une explosion statistique. Le Natif d’OKC n’a pas signé au Thunder malgré les avances et les attentes de sa famille. Griffin a choisi de rester et de prolonger.

Pour lui, voir Chris Paul s’en aller n’est pas forcément un mal. Les Clippers se sont renforcés dans des zones stratégiques, laissant le scoring et le leadership à Blake Griffin. On veut le voir tout dévaster au poste 4. Il n’a en tout cas aucune concurrence sur ce poste à l’ouest dans les stats offensives. Si les Clippers sont top 4 à la fin de la saison, il faudra évidemment compter sur Blake dans la discussion. De toute façon, on imagine mal les Clippers en haut de l’affiche sans un Blake en mode MVP !

Hassan Whiteside (Pivot / Miami)
Titre convoité : DPOY

Miami n’est donc pas resté trop longtemps sur le bas-côté de cette ligue. Après les départs de Lebron et Wade, on aurait pu imaginer une longue période creuse. Que nenni ! Même si Miami n’a pas fait les play-offs la saison dernière, ils ont réalisé une deuxième partie de saison incroyable, passant de 11-29 à 41-40 pour finir aux portes de la postseason. Chapeau. Et grâce à qui, hormis le génie de Spoelstra ? Grâce à des joueurs qui n’ont rien lâché, qui se sont appuyés sur le colosse Hassan Whiteside pour glaner un par un des succès et de la confiance avant d’exploser à l’image de Dion Waiters ou des Johnson.

Cette saison, Dragic, tout juste champion d’Europe et MVP de la compétition, sera sûrement cramé. Les feux-follets Waiters et Johnson seront eux bien plus attendus. Il nous reste donc Hassan Whiteside. Leader de cette équipe, le “fils de Mutombo” doit cette saison porter son Miami et surtout être au niveau sur le parquet de toutes ses belles paroles. Il est le meilleur pivot de l’Est et de la ligue ? À lui d’être dominant sur 82 matchs pour emmener le Heat en P.O !

J.J. Redick (Arrière / Philadelphie Sixers)
Titre convoité : 6e Homme

Il est l’immense favori pour ce titre. Le vétéran débarque à Phillie pour allumer à 3 points en sortie de banc, mais surtout pour guider les jeunes. Si Phillie va en play-offs, ce sera forcément parce que JJ Reddick aura montré la voie à Ben Simmons, Embiid et compagnie… Car tenir 82 matchs, peu de Sixers savent ce que cela représente. J.J en tout cas plantera sa bonne quinzaine de points en sortie de banc et sera la bascule pour ce dernier, qui doit permettre à l’équipe de ne pas s’effondrer dans les matchs. On compte également sur notre frenchie “Timy” Luwawu pour accompagner le pyromane arrivé de Los Angeles.

Rudy Gay (Ailier / San Antonio Spurs)
Titre convoité : le come-back of the year

On finit par un petit inédit, le come-back de l’année récompense le joueur qui revient de blessure. Rudy Gay n’a pas été épargné ces derniers temps et sera le nouveau 6ème homme des Spurs. Transféré une fois de plus, Gay en est à sa 6ème franchise mais pour une fois, il fera partie d’un collectif soudé et non d’une franchise en construction. Une nouvelle ère dans sa carrière et sans aucun doute la meilleure. Aux cotés d’El Manu, Rudy Gay pourra apporter un vrai plus au banc des Spurs. Un vrai bonheur de le revoir, lui qui pourrait devenir un 6ème homme de choc… En tout cas, on est heureux de revoir jouer cet amoureux de la balle orange, toujours traité comme une monnaie d’échange. C’est notre trophée coup de cœur : happy come back mister Rudy !

  1. avatar
    4 octobre 2017 a 16 h 19 min

    Bourré le jour de mon anniversaire, j’ai completement zappé que rudy gay a etait transferé aux spurs le 6juillet.

  2. avatar
    5 octobre 2017 a 19 h 28 min

    si le modérateur peux changer le paragraphe sur rudy gay :)

    A partir de ces “derniers temps”, et sera le nouveau 6eme homme des spurs, transféré une fois de +, Gay en est à sa 6 eme franchise, mais pour une fois il fera partit d’un collectif soudé et non d’une franchise en construction. Une nouvelle ère dans sa carrière, et sans aucun doute sa meilleure. Aux cotés d’El manu, Rudy Gay pourras apporter un vrai + au banc des spurs. Un vrai bonheur de revoir Rudy gay, qui pourrait devenir un 6eme homme de choc… En tout cas on est heureux de revoir jouer cet amoureux de la balle orange, toujours traité comme une monnaie d’échange. C’est notre trophée coup de cœur. Happy come back Mister Rudy !

  3. avatar
    9 octobre 2017 a 14 h 25 min
    Par DENTSDESABRE

    Jolie revue d’effectif.

    Perso si la “jusrisprudence Westbrook” devient une réalité, je miserai bien une pièce sur le “Greeck Freack” en MVP ou en MIP.

  4. Pingback: Kawhi Leonard : futur MVP ? - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter