Hayward aux Celtics : quelles responsabilités pour l’ailier ?
Photo Panoramic

Hayward aux Celtics : quelles responsabilités pour l’ailier ?

Après plusieurs rumeurs confirmées, démenties puis re-confirmées, Gordon Hayward est un Celtic ! L'ex-Jazzman rejoint son ancien coach et mentor du temps où il jouait à Butler en la personne de Brad Stevens. L'objectif de Boston sera de faire aussi bien en saison régulière, mais surtout de pouvoir enfin jouer les yeux dans les yeux face aux Cavs en playoffs. Comment l'ailier sera-t-il utilisé pour permettre à Boston de franchir ce palier ?

Les Celtics version 2016-2017 ont réussi l’exploit de terminer 1er de la conférence Est profitant de la méforme des Cavs en fin de saison. L’équipe s’était notamment appuyée sur la saison magnifique d’Isaiah Thomas qui semblait inarrêtable. Les Playoffs ont fait redescendre Boston sur terre : là où les défenses se resserrent, un seul joueur ne peut suffire à vous emmener en finales. Avec Al Horford toujours correct offensivement certes mais tendre dans la peinture, les Celtics se devaient d’ajouter une vraie plus-value offensive pendant l’offseason.

Hayward est donc arrivé en grandes pompes, moyennant 30% du salary-cap, c’est dire si Boston le voulait. Même s’il n’est pas une superstar, il reste un très bon joueur qui devrait s’inscrire parfaitement bien dans le jeu des Verts. Pour quelles raisons ? Et comment peut-il être utilisé ?

Faciliteur de jeu

Hayward est un joueur de collectif. L’équipe du Jazz était comparable à celle des C’s au niveau de la circulation du ballon (325 passes par match pour Boston, 319 pour Utah). Cela devrait entraîner une adaptation assez rapide dans les nouveaux systèmes de jeu. Clairement, il arrive en tant que deuxième option offensive derrière Isaiah Thomas qui devra confirmer en 2017-2018.

GH aura pour tâche de faciliter encore plus le jeu des verts, par sa capacité à le lire, à créer des brèches et des décalages. Cela changera la vie d’IT notamment, lui qui n’avait pas énormément l’occasion de jouer sans ballon car un Crowder ou même un Bradley ne sont pas des créateurs comme Hayward. Même si sa moyenne de passes décisives n’est pas très élevée (un peu moins de 4 par match), elle est toujours supérieure aux joueurs en place l’année dernière (Bradley 2,2 – Crowder 2,2).

De plus, il ne serait pas surprenant de voir Thomas baisser en termes de points. Si Hayward sera en effet utilisé à la création, c’est dans la finition que résident ses qualités principales ; le meneur de poche aurait tout intérêt à laisser la recrue s’épanouir pour engranger des victoires.

Arme offensive… 

L’année dernière, Boston était une équipe qui utilisait 36% de ses ballons pour le shoot à 3 points sans être pour autant très efficace (14ème équipe NBA).

Le néo-Celte sera un gros plus pour sa palette offensive variée et sa capacité à sanctionner de loin comme près du cercle. On peut le voir ci-dessous avec les shots-charts (littéralement “carte de shoots”) des Celtics ainsi que de Gordon Hayward. Ce dernier possède en effet de meilleures moyennes que sa nouvelle équipe dans quasiment tous les secteurs.

 

Shot chart Celtics

 

Shot chart Gordon Hayward

On peut aisément comprendre ce qu’il va apporter : du tir à mi-distance, une fiabilité extérieure ainsi que des pénétrations intéressantes (réussite à 60% ).

Enfin, toujours sur le plan statistique, on note que l’apport d’Hayward à Utah s’est traduit en terme de victoires : il permet à son équipe de gagner grâce à ses performances. Au classement du winshare, qui est une statistique complexe visant à montrer à quel point un joueur contribue dans les victoires de son équipe, Hayward est classé 15ème, devancé à son poste par seulement 4 joueurs (Butler, Leonard, James, Durant).

Problèmes défensifs ? 

La perte d’Avery Bradley sera forcément un souci pour Boston en terme de défense extérieure. Même si Hayward vient apporter quelque chose, il ne sera certainement pas au niveau de ce que pouvait faire Bradley. Si Utah était l’une des meilleures défenses de l’exercice précédent, c’était surtout grâce à un protecteur de cercle du nom de Rudy Gobert, qui pouvait masquer certaines lacunes de ses coéquipiers.

Attention, GH est loin d’être une passoire, mais ce n’est pas un top défenseur à son poste comme Tony Allen. Il pourra néanmoins switcher sur les postes 2 et 3, permettant une certaine flexibilité, surtout qu’il reste encore Marcus Smart pour bien s’occuper des menaces adverses. Enfin, une question légitime à poser : étant donné que l’ex-Jazzman ne sera plus l’option offensive n°1, pourra-t-il plus se concentrer sur les tâches défensives et être encore meilleur de ce côté du terrain ?

Au final, on peut affirmer que cette arrivée semble parfaite pour Boston, qui récupère un ailier qui devrait se fondre dans le moule tout en apportant des solutions offensives. Dans le jeu ou dans le scoring, cela ne peut être que bénéfique, apporter des victoires et un encadrement pour les jeunes ailiers que sont Brown et Tatum. Le problème à Boston résidera maintenant dans l’apport du poste 5 pour pouvoir être assez costauds et aller vraiment titiller les intouchables Cavaliers en playoffs.

  1. avatar
    10 juillet 2017 a 14 h 45 min
    Par DENTSDESABRE

    Il est indéniable que Boston a réussi un bon coup en engageant Hayward. C’est un très bon joueur et une arme offensive très forte que ne possédaient pas les Celtics.

    On verra bien si la perte de Bradley (majoritairement pour sa capacité à défendre) est si pénalisante sur l’ensemble de la saison. Car il ne faut pas non plus oublier que Bradley était tout de même assez sujet aux blessures.

    En tout cas, dans une ligue ou la balance penche de plus en plus à l’Ouest (que d’empilement d’All Star, ça en devient ridicule pour certaines équipes de l’Est), Boston réussi a se renforcer de manière très intéressante et surtout, ils me semblent au final plus complet maintenant que la saison dernière ou tout dépendait de Thomas.

  2. Pingback: Cleveland Cavaliers : toujours favoris à l’Est ? - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

  3. Pingback: Kyrie Irving : la saison de l’affirmation ? - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter