Les Cavaliers new-look ou le réveil du Cleveland
Photo Panoramic

Les Cavaliers new-look ou le réveil du Cleveland

Une équipe liftée. Voilà à quoi ressemble désormais la franchise de l'Ohio qui paraît avoir retrouvé un second souffle alors qu'elle n'était plus que l'ombre d'elle-même ces derniers mois. Et les mouvements de la trade-deadline de février n'y sont pas étrangers.

L‘avenir semble s’éclaircir pour les Cavaliers, alors qu’ils connaissaient un début de saison pour le moins compliqué. Pourtant triple-finalistes, les Cavs ne faisaient plus figure de favoris à l’Est au profit des Celtics et des Raptors. Effectif incohérent, querelles internes, manque d’automatismes… Les Cavaliers essuyaient treize défaites en vingt matchs… sans parler du cas Isaiah Thomas, meneur pourtant adulé à Boston l’année dernière, qui n’a de toute évidence pas su évoluer au même niveau dans la Quicken Loans Arena, alors que Kyrie Irving débutait sa saison à Boston pied au plancher.

Des Cavs remodelés

Depuis, du sang neuf a été injecté. Et à nouvel effectif, nouvelle chance pour les Cavs d’atteindre les finales. De ses transferts, Cleveland est sans nul doute sorti vainqueur.

En se débarrassant des vers qui pourrissaient la pomme, Cleveland a fait la bonne affaire. Exit la frustration d’Isaiah Thomas, envoyé aux Lakers en compagnie de l’intérieur Channing Frye. Le départ s’est opéré sous forme d’échange. Les Cavs ont récupéré la jeunesse californienne, Jordan Clarkson et Larry Nance, évoluant respectivement aux postes d’arrière et d’ailier fort et âgés tous les deux de 25 ans. Cleveland s’est aussi séparé du meilleur ami du King, Dwyane Wade, qui est retourné au Miami Heat. L’échange à trois, qui a vu les départs du meneur Derrick Rose et l’ailier Jae Crowder à Utah, ainsi que de l’ailier Iman Shumpert à Sacramento, a permis à Cleveland de récupérer l’ailier Rodney Hood et le meneur des Kings George Hill.

Le deal était excellent pour les anciens champions de la Conférence Est, qui ont réussi à remodeler un effectif afin de repartir sur une nouvelle dynamique. Et les résultats ne se sont pas faits attendre. Depuis la deadline, les camarades de Lebron James ont engrangé quatre victoires consécutives, avant de stopper leur série à Washington.

Quatre victoires consécutives et un petit revers face aux Wizards

Face au Timberwolves tout d’abord, Lebron James a relancé son équipe sur le fil lors des prolongations (148-130). L’occasion pour le King de réaliser au passage son neuvième triple-double de la saison. Une victoire synonyme de bouffée d’oxygène pour les Cavaliers, qui avaient été littéralement écrasés par les Pistons de Détroit (125-114), le Miami Heat (91-89), mais surtout les Rockets de Houston (120-88) et le Magic d’Orlando (116-98). Cleveland se devait de réagir. Ce fut fait contre les hommes du Minnesota dans un match qui, espérons-le pour Tyronn Lue, annonçait le début d’une longue série.

La franchise de l’Ohio enchaînait sur le parquet des Hawks (victoire 123-107). Sans ses quatre recrues, Tyronn Lue a dû composer (ou plutôt bricoler) avec un banc allégé de six départs. Une petite rotation à huit joueurs a fait briller James, Jeff Green et Cedi Osman, mais surtout Kyle Korver qui a offert de loin sa meilleure performance de la saison. L’ancien Hawks à la main chaude a tué le match en inscrivant 30 points. Un Lebron James XXL et rajeuni a inscrit un nouveau triple-double pour permettre la victoire des siens sur le parquet d’Atlanta. La nouvelle saison de Cleveland, allégée d’un poids, débutait bien alors que Jordan Clarkson, Larry Nance, Rodney Hood et George Hill n’avaient pas encore pu faire leurs preuves : 17 points pour Jordan Clarkson, 15 pour Rodney Hood et 12 pour George Hill… Un tiercé gagnant pour Cleveland qui peut voir dans ses recrues une jeunesse prometteuse. Le trio, mais pas seulement, s’est montré aussi agressif en défense qu’efficace en attaque. Il n’en fallait pas plus pour régaler les fans et redonner de l’espoir pour le titre.

Il a fallu attendre la partie contre le Thunder d’Oklahoma pour voir les automatismes des Cavs new-look se confirmer (victoire 120-112). Un écart certes moins vertigineux qu’à Boston, mais une victoire avec la manière où la fluidité était le maître-mot. Absentes du cinq majeur, les recrues ont apporté de la détonation à la sortie du banc. Le trio des 25 ans a dépassé les dix points au compteur : 13 points pour Nance Jr, 14 pour Hood et 14 pour Clarkson. Cleveland a de la ressource et a trouvé son nouveau chien de garde en la personne du trentenaire et expérimenté George Hill. De Jordan Clarkson à JR Smith, tous ont volé l’affiche aux pensionnaires d’Oklahoma, Carmelo Anthony, Paul George et Russell Westbrook.

Loin de la morosité affichée en début de saison, la franchise de l’Ohio a le mérite d’être prometteuse. Pourtant, la reprise post-All Star Game n’a pas été favorable. Pour leur première à la maison, les new-Cavs se sont inclinés contre les Wizards de Washington (103-110). Un occasion manquée pour Cleveland, qui a laissé les Wizards revenir à un petit match. Une partie intéressante néanmoins, toujours dirigée par Lebron et où le banc n’a pas manqué d’impact malgré la défaite.

Difficile de faire un point sur la tendance positive de cette équipe à peine assemblée. Difficile aussi d’affirmer qu’elle continuera d’évoluer dans ce sens. Mais la franchise d’Ohio semble pouvoir de nouveau nourrir l’espoir d’une finale.

  1. Pingback: Une semaine en NBA avec LVS #20 - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter