Lakers : les raisons du trade de D’Angelo Russell
Photo Panoramic

Lakers : les raisons du trade de D’Angelo Russell

Ca y est, les oiseaux chantent, les arbres sont en fleurs, les boloss exhibent leur taux de créatine anormalement élevé à Palavas, les Warriors sont champions... Le mois de juin dans toute sa splendeur quoi! Mais au-delà de cette peinture aussi terrifiante que réaliste du début de l'été, Il n'y a pas que la végétation et les kékés qui se renouvellent, La NBA tient, elle aussi, à faire peau neuve. Draft, trades, free-agency, pour beaucoup de franchises les prochains mois s'annoncent décisifs et de nombreux dossiers risquent d'être très brulants.

Après trois années de soumission malsaine infligée par les Golden State Warriors, la concurrence doit réagir et offrir une résistance un peu plus affirmée que celle déployée durant les 6 derniers mois. Pendant que les gros vont chercher à attirer dans leurs filets des joueurs de renom via la free agency et la mise en place de trades pour faire face à la super-team des Warriors dans l’immédiat, les petits vont miser sur la Draft pour tenter de se reconstruire sur le plus long terme.

La saison de la chasse à peine ouverte, les agents s’excitent et les coups de téléphone résonnent aux quatre coins du pays. Avant que Dwight Howard soit envoyé aux Hornets, le premier coup a été tiré en Californie où les Lakers ont décidé d’envoyer D’Angelo Russell, accompagné de Timofey Mozgov, à Brooklyn contre Brook Lopez. T’es Brooklyn, tu passes de Lopez à Mozgov au poste… C’est Jay-Z qui va être content !

Blague à part, l’intérêt de ce trade côté Nets est bien sûr de récupérer un jeune joueur à fort potentiel comme Russell. Mozgov est juste là pour équilibrer la masse salariale de l’échange face à un Lopez au gros salaire, Russell étant encore sous contrat rookie. C’est un pari risqué côté Brooklyn, mais qui reste intéressant pour une franchise qui n’a pas d’autre choix que de miser sur la jeunesse pour espérer faire un minimum kiffer les fans du Barkley Center.

La vraie question est de savoir pourquoi les Lakers ont fait cette transaction alors que D-Russ semblait incarner l’avenir de la franchise depuis sa draft en 2015 et que le projet jeunesse, autour d’un coach et de joueurs prometteurs, avait fière allure.

Faire de la place au poste de meneur

Le premier élément de réponse est simple et s’appelle Lonzo Ball. Pour tous ceux qui vivraient en captivité depuis 5 mois, il s’agit d’un jeune joueur de 19 ans mesurant 1m98, jouant au poste de meneur pour l’université de UCLA, avec plein d’acné et un père bien (mais alors bien bien…) relou. Un bon petit joueur au QI basket extraordinaire et au talent bien présent, que même les frasques et délires de son paternel ne peuvent enlever. Originaire de Los Angeles, le gamin et son père n’ont qu’un objectif : jouer pour les Lakers. Le mariage est programmé et la cérémonie se tiendra ce jeudi… Sauf énorme surprise de la part de nos amis Lakers, le gamin portera bien la tunique pourpre et or la saison prochaine. Pur meneur, génial distributeur et bon gestionnaire, même s’il doit encore progresser sur le dernier point, les Lakers ont peut-être le futur Jason Kidd à portée de Draft et ils ne vont pas prendre le risque de passer à côté de ce diamant brut.

Voilà le problème : au poste de meneur, on avait déjà Clarkson et Russell qui mangeaient beaucoup de ballons, tout comme Ball. La cohabitation semblait impossible et le choix de se séparer d’un joueur plutôt scoreur pour un meneur plus complet et passeur n’est pas idiot sachant que les Ingram, Randle et dorénavant Lopez vont être amenés à apporter des points. L’avenir nous dira si Magic a réalisé un coup de maître ou un flop terrible dans cette affaire, mais à première vue perdre Russell, qui avait plutôt l’air de préférer la night californienne que les séances de cardio, ne semble pas la plus risquée des entreprises.

Opération séduction

Mais l’été des Lakers ne se résume pas qu’à la draft… Oh que non ! Les Lakers, c’est Los Angeles, et Los Angeles c’est Hollywood, et Hollywood ne se contente pas d’un jeune homme né en 1997, alors que Kobe jouait déjà dans cette franchise et avait encore des cheveux. Sept ans sans titre, ça commence à faire long et vu la concurrence, ne serait-ce que dans le même état, ce n’est pas demain que la Franchise Angelinos va accrocher une 17ème bannière de champion au plafond du Staples.

Bref, il faut agir et vite ! Après l’intronisation de Magic Johnson à la tête des opérations basket, bien épaulé par l’ex-agent et influent Rob Pelinka, la franchise veut de nouveau séduire des superstars et retrouver les play-offs au plus vite. Un groupe de jeunes joueurs prometteur, l’arrivée d’un des meilleurs postes 5 de la ligue en la personne de Brook Lopez, un coach ambitieux et une direction plus saine, tout semble être en place pour qu’une superstar pose ses valises sur la West Coast. Timing parfait : il y moins d’une semaine, Paul George a annoncé qu’il serait free-agent en 2018 et qu’il a très envie de rejoindre sa ville d’origine Los Angeles pour redorer le blason d’une dynastie orpheline d’un franchise-player depuis le retrait des parquets de Kobe.

Mais pourquoi attendre 2018 ? Les Pacers ne veulent pas subir la même galère que Cleveland en 2010 ou qu’Oklahoma l’été dernier. Larry Bird est prévenu : s’il ne veut pas perdre son meilleur élément pour rien, il doit chercher à monter un trade dès cet été autour de son ailier. Beaucoup d’équipes ont affiché leur intérêt mais PG13 semble ne vouloir porter que le maillot des Lakers. A un an de la fin de son contrat, peu d’équipes prendront le risque de ne pas le voir prolonger pour finalement rejoindre LA. Il ne reste plus aux Lakers qu’à trouver des assets à échanger contre la star. Cela semble être la partie la plus compliquée de cette opération, qui demandera sans doute l’intervention d’une troisième équipe.

En pleine reconstruction, les Lakers ont décidé d’entreprendre de gros travaux dès cet été. Le premier fusible à avoir sauté est Russell. Malgré son talent indéniable, la direction de la franchise a tranché. En soit, perdre Russell et récupérer Lopez avec l’arrivée de Ball sur le même poste semble bien joué, d’autant plus que l’arrivée d’un taulier comme Brook Lopez pourrait rassurer d’autres superstars sur l’avenir du projet californien.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter