“Allo Houston ? On a un problème !”
Photo Panoramic

“Allo Houston ? On a un problème !”

Les Houston Rockets ont décidé de décoller durant cette intersaison avec un recrutement 4 étoiles. Mais si je pense que l'équipe sera championne sur console, rien n'est moins sûr sur les parquets nord-américains !

La franchise des Houston Rockets, célèbre en NBA pour avoir été championne en 1994 et 1995 avec le grand Hakeem The Dream Olajuwon, possède dans ses rangs l’un des solistes les plus impressionnants de la ligue, le bien nommé James The Beard Harden.

Les Rockets sont une place forte de la conférence Ouest depuis l’arrivée du “Barbu” le plus célèbre de la ligue. Ils se sont hissés en finale de conférence à la surprise générale en 2015, éliminés par les futurs champions, les Warriors de Golden State.

Éliminée au premier tour en 2016 après une saison chaotique, la franchise a pris un nouveau départ à l’intersaison précédente en recrutant Mike D’Antoni et en replaçant James Harden au poste de meneur de jeu. L’équipe a atteint au printemps dernier les demi-finales de conférence, éliminée par sa voisine de San Antonio.

A l’orée de la nouvelle saison, rien n’annonçait un grand bouleversement dans l’effectif. On s’attendait surtout à un ou deux rajouts afin de renforcer l’équipe pour éventuellement accéder à la finale de Conférence pour défier (en toute vraisemblance) les ogres de la Baie de San Francisco.

Mais dès l’ouverture de la free-agency, Chris Paul, star des Clippers, a rallié le Texas pour former avec James Harden un duo inédit et détonnant. Dans l’échange, les Rockets ont perdu des joueurs de devoir tels que Patrick Beverley (meneur-défenseur), Sam Dekker (poste 3 en progression) et Montrez Harrel (véritable monstre physique). De prime abord, comment ne pas crier au génie devant ce trade ? Daryl Morey, le général Manager de la franchise, est coutumier des gros coups sur le marché, à l’image de l’arrivée de Dwight Howard il y a 4 ans.

Une fois le contexte posé, vient le temps de la réflexion. Les réseaux sociaux s’enflamment et deux écoles s’affrontent : certains voient la fusée Houston exploser en vol, notamment en raison de l’incompatibilité entre les deux superstars de l’effectif, d’autres voient les Rockets comme les contenders n°1 des Warriors grâce à l’addition du meneur All Star.

Pour se décider, il faut rappeler les enseignements de l’histoire de la NBA et relativiser la hype engendrée par ce trade. Au fil de son histoire, la NBA nous a en effet appris deux choses : additionner des stars n’est pas un gage de réussite… et les joueurs de l’ombre, ou role-players, ont leur importance.

En tenant compte de ces éléments, il faut maintenant évoquer l’arrivée probable dans le Texas d’un troisième larron pour former ce big three censé concurrencer les Warriors, à savoir Carmelo Anthony, l’enfant de New York City.

Les Rockets seraient ainsi sur le point de monter un trade pour obtenir Carmelo dans un deal en triangle avec les Knicks et une 3e franchise, le tout en échange de Ryan Anderson et d’autres joueurs de complément. Houston pourrait ainsi se targuer d’aligner sur le parquet un trio inédit : Paul – Harden – Anthony.

Sur le papier (et non pas le parquet), cela impressionne. En plus, ce sont des joueurs intelligents qui devraient réussir à cohabiter. Mais peut-on vraiment devenir champion NBA avec trois joueurs bourrés de talent offensivement, limités défensivement, et surtout sans soutien de poids dans le reste de l’équipe. Vous avez bien compris, le scepticisme règne. Même en additionnant ces stars, il est difficile d’imaginer les Rockets concurrencer l’équipe de Kevin Durant et Steph Curry, construite -contrairement aux idées reçues- grâce à la patience de l’organisation californienne avec des choix de draft bien sentis et un recrutement malin… soit tout le contraire des Rockets.

Evidemment, personne n’est devin et il faut laisser sa chance au produit texan… et même féliciter la franchise pour avoir tenté quelque chose. Si cela s’avère payant en juin prochain, nous ne pourrons que nous incliner. Et puis comme on dit chez nous, qui ne tente rien… n’a rien !

 

  1. avatar
    21 juillet 2017 a 11 h 14 min
    Par DENTSDESABRE

    Le plus intriguant en ce qui me concerne c’est de faire venir Chris Paul (top 5 meneur) alors que c’est justement à ce poste que Harden a semblé s’épanouir cette année !

    Parce que le gros coup de Houston a justement été de repositionner Harden et de jouer le “tout offensif”. Paul est un sublime joueur et il rentre dans ce schéma mais la cohabitation Harden-Paul risque d’en frustrer un car clairement je vois mal Harden avoir moins la balle.

    Après je suis d’accord avec l’auteur que refuser Paul… ça aurait été difficile à comprendre. Houston a réussi un coup magistral, ne serai-ce qu’en privant ses concurrents de Paul.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter