Panique à Memphis : Fizdale viré, où vont les Grizzlies ?
Photo Panoramic

Panique à Memphis : Fizdale viré, où vont les Grizzlies ?

C’est un véritable coup de tonnerre qui a éclaté lundi dernier dans le ciel de Memphis avec l’annonce surprise du renvoi de David Fizdale ! À peine plus d’un an après sa nomination et une centaine de matches dirigés sur le banc des Grizzlies, Coach Fizz fait déjà ses bagages laissant derrière lui bon nombre de questions quant à l’avenir de la franchise, aujourd’hui flou au possible.

Le contexte

Après une entame de saison plus que correcte puisque Memphis affiche un bilan de 5-1 avec des victoires contre les grosses écuries de l’Ouest (Golden State, Houston à deux reprises), les Grizzlies connaissent depuis un incroyable trou noir. Incapables de gagner le moindre match depuis trois semaines, les hommes de Fizdale en sont aujourd’hui à 11 défaites de rang, soit l’une des plus mauvaises séries de l’histoire de la franchise. À cette crise de résultats s’ajoutent des tensions extra-sportives avec en point d’orgue la mise sur le banc de Gasol pendant tout le quatrième quart-temps du match face à Brooklyn dimanche dernier

Une relation conflictuelle avec Marc Gasol

Assistant au Heat pendant de nombreuses années, Fizdale était arrivé dans le Tennessee il y a un an et demi avec la réputation d’un coach proche de ses joueurs et doué dans le relationnel. C’est pourtant sur un conflit que s’est achevée sa première expérience sur un banc NBA. Ces tensions entre Fizdale et Gasol n’étaient un secret pour personne, elles ont d’ailleurs été confirmées en conférence de presse ce mardi par Chris Wallace lui-même. Les deux hommes n’étaient pas sur la même longueur d’ondes et ne partageaient pas la même vision du basket, particulièrement à propos de la notion de leadership.

Fizdale voyait en Gasol à la fois un leader vocal sur le terrain et un maillon impliqué dans les choix stratégiques de la franchise – la mise sur le banc de Z-Bo, les potentiels moves, certaines décisions de coaching –, une figure que l’Espagnol a toujours refusé. Cette affaire avait fait bruit la saison passée et Big Spain avait toujours expliqué vouloir se cantonner à sa simple tâche de basketteur. La relation entre les deux hommes était coupée et cantonnée au strict minimum.

Ce rapport tendu a très probablement connu son paroxysme le week-end dernier avec le fameux « Gasol Gate » dans le dernier quart de la défaite face aux Nets, une décision de coaching qui aurait pu passer inaperçu mais qui a finalement pris des proportions plus conséquentes qu’imaginées après les déclarations d’un Marc Gasol qui n’a que fort peu apprécié se faire bencher. Sans aller jusqu’à empoisonner le vestiaire au point de le rendre invivable, cette relation conflictuelle entre les deux hommes – entre un entraineur et un franchise player – n’était forcément pas viable pour l’équipe à long terme et c’est probablement ce qui a poussé le FO a écourter cette collaboration.

Un bilan sportif mitigé

Quelle trace David Fizdale laissera-t-il de son passage dans le Tennessee ? La ville gardera en mémoire l’image d’un grand professionnel, très investi au sein de la communauté, prêt à donner de son temps, toujours au chevet de ses joueurs comme ce soir d’avril où quatre mots suffisent à le faire entrer officiellement dans le cœur des fans. Take that for data. Quatre mots qui viennent conclure une longue tirade durant laquelle il monte au créneau contre un arbitrage n’accordant pas à son équipe le respect qu’elle mérite. Quatre mots qui redonnent vie à une série de Playoffs pourtant mal embarquée. Une série finalement perdue par les Grizzlies mais qu’importe puisque le message est passé : Fizz a gagné le respect des fans et de son groupe en allant se battre avec eux contre les Spurs.

https://twitter.com/ShadowLeagueTSL/status/935260584395886592

Il quitte néanmoins Memphis quelques mois plus tard avec un bilan sportif mitigé, alternant les hauts et les bas. Des choix forts comme installer Z-Bo sur le banc, donner les clés de l’attaque à Conley, faire de Gasol un shooteur extérieur… Il s’est surtout fixé la difficile mission de révolutionner le jeu des Grizzlies en faisant passer un cap à ce célèbre « Grit and Grind », chose qu’il ne sera parvenu à faire qu’en partie en battant notamment tous les records de la franchise en matière de shoot à 3-points. Aussi, il mène Mike et Marc à leur « career-year », redonne vie à Tyreke Evans, n’hésite pas à lancer et faire confiance aux jeunes joueurs.

Ses débuts étaient prometteurs avec des Grizz nouvelle version qui s’invitent à la lutte pour le top 4 à l’Ouest… avant que la machine ne s’enraye à mi-saison pour tomber à une décevante septième place. Fizdale finit sa première expérience NBA avec un bilan relativement moyen de 50 victoires pour 51 défaites. Une centaine de matches tout de même ponctuée par quelques « rookie mistakes » que l’on a moins aimé. À commencer par la gestion du cas Parsons : le garder coûte que coûte dans le 5 de départ malgré un niveau indécent et des minutes limitées a été un poids lourd à porter toute la saison dernière. Il a aussi parfois surpris par certaines de ses déclarations : du simple match de saison régulière contre les Pelicans qu’il demande d’aborder comme un match 7 de post-season, aux comparaisons douteuses entre ses joueurs et tous les anciens de Miami en passant par le retour de blessure de Wright et l’arrivée de Douglas considérés comme de « bonnes acquisitions » pour justifier l’absence de trade, Fizdale nous aura surpris plus d’une fois.

https://twitter.com/GrizzliesFR/status/839879960739393536

Surtout, la dynamique était devenue particulièrement mauvaise. Ces derniers mois, Fizdale ne savait plus tirer le meilleur de son groupe : il perdait trop de matches et n’était plus capable de tenir tête aux lottery-teams, au point d’afficher un bilan alarmant de 16-27 depuis le dernier All-Star Game.

Et maintenant, quel avenir pour les Grizzlies ?

Chris Wallace a donc tranché. Disons que quand il s’agit de choisir entre couper la tête de son entraîneur ou celle de son franchise-player, l’histoire récente de la NBA montre que c’est bien souvent le coach qui a du souci à se faire. Ici, tout s’est fait très vite et le timing de quoi surprendre. La situation est parfaitement résumée par Ron Tillery…

https://twitter.com/CAGrizBeat/status/935298854232186882

Le manque de compétence du Front Office des Grizzlies n’est pas à démontrer et on a du mal à comprendre la direction prise par la franchise aujourd’hui. Cherche-t-on à entamer une reconstruction ? Essaye-t-on de continuer à bâtir autour du duo Conley/Gasol ? L’Espagnol a-t-il toujours envie de s’inscrire dans ce projet ? Nombreuses sont les questions que l’on se pose mais en se séparant si tôt de Fizdale dans la saison, Wallace montre qu’il n’est toujours pas prêt à agiter le drapeau blanc. Dans une conférence Ouest où la concurrence est plus rude que jamais, Memphis a toujours en ligne de mire une place dans les huit pour valider une huitième participation de suite aux Playoffs. À tort ou à raison, les prochaines semaines nous le diront.

En plaçant JB Bickerstaff aux commandes – assistant et ami d’enfance de Fizdale – Chris Wallace ne change pas les choses en profondeur et l’ancien coach intérimaire des Rockets a déjà annoncé que la situation sera compliquée à gérer et qu’il n’aura pas l’intention d’effectuer de gros bouleversements dans le coaching. Le Front Office s’assure au moins d’une entente plus cordiale entre son leader et son coach et Bickerstaff compte bien sur un retour au top de son pivot espagnol : il veut que « Marc Gasol redevienne Marc Gasol ».

Bickerstaff devient donc le nouveau coach des Grizzlies et, bien qu’annoncé intérimaire, il est probable qu’il finisse la saison sur le banc. Le départ de Fizdale laissera forcément des regrets. C’était un super personnage qui avait certes des défauts comme tout rookie qui apprend le métier mais il semblait avoir bien assimilé les valeurs de la ville et de la franchise et aurait eu le profil adéquat dans l’optique d’une future – et proche – reconstruction. Quoi qu’il en soit, il est déjà l’heure de tourner la page.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter