Portland Trail Blazers : une équipe aux deux visages
Photo Panoramic

Portland Trail Blazers : une équipe aux deux visages

Demi-finaliste à l'Ouest l'an dernier, on attendait Portland au même niveau en ce printemps. Après des débuts complètement ratés, ils ont finalement accroché les play-offs grâce à de superbes performances en mars-avril. "Sweepés" par les Warriors au premier tour, les Blazers sont passés par toutes les émotions cette saison.

Tous les ingrédients étaient là pour que Portland fasse aussi bien que l’exercice précédent : une équipe jeune, un back-court de feu (Lillard-McCollum), Crabbe, Davis et Plumlee en bons soldats et l’arrivée d’Evan Turner en provenance de Boston. Les dirigeants avaient sorti le chéquier pour offrir aux fans le 3e plus gros bagage salariale total de la NBA. On le sait “money” ne rime pas forcément avec succès (qui a dit Chandler Parsons ?) mais une place dans le top 4 à l’Ouest avec avantage du terrain en play-offs semblait un objectif réaliste et facilement atteignable.

Mais à tout miser sur l’attaque, Portland s’est brûlé les ailes : une défense catastrophique en général et incapable à l’occasion de tenir des scores pourtant très favorables. Les Blazers ont perdu cette saison plus de 15 matchs malgré un avantage de 10 points ou plus en cours de partie. Alors certes Lillard et McCollum faisaient le boulot comme attendu, mais derrière : le désert ! Un Plumlee dominé par ses adversaires dans la raquette et un Turner trop irrégulier et décevant ont contribué à plonger les noirs et rouges dans le désarroi.

A l’entame du mois de mars, ils ne comptaient que 24 victoires pour 35 défaites – même bilan que les Kings, les Mavericks, les Timberwolves et les Knicks - très loin de leurs ambitions initiales. Et pourtant l’équipe de l’Oregon est la seule de la liste à avoir disputé les play-offs et ce grâce à un finish aussi surprenant que le début de saison avait été manqué.

Et ce retournement de situation peut facilement se résumer à un nom : Jusuf Nurkic ! Limité bien souvent au rôle de remplaçant de Jokic à Denver, le Bosnien se contentait de 8,1 points ; 5,8 rebonds ; 1,3 passes décisives par match. Post All-Star Game – donc sous le maillot des Blazers - c’est 15,3 ; 10,5 et 3,3 ! Jusuf a pesé sur l’attaque mais aussi sur la défense de l’Oregon brièvement apparue en mars dans le top 10 de la NBA. Les chiffres parlent d’eux-mêmes mais il serait injuste de limiter l’impact de Nurkic à ses stats. Echangé contre Plumlee, le pivot a insufflé un vent de fraîcheur et d’enthousiasme qui s’est propagé dans le vestiaire et tout le Moda Centre.

Portland s’est trouvé son Big 3

Ironie du sort, les Blazers ont récupéré la 8e place de l’Ouest (41V – 41D) au détriment des Nuggets : le Bosnien s’est “vengé” d’une équipe qui ne croyait pas en lui. Malheureusement pour lui et sa nouvelle team, une blessure en fin de saison régulière a précipité la sortie de Portland, balayé 4-0 par les Warriors au 1er tour. On aurait tant aimé voir un duel face à Draymond Green ! Mais si Portland doit avoir des regrets ça ne doit pas être sur cette série mais sur les mois de novembre et décembre. S’ils avaient tenu leur rang, ils n’auraient jamais affronté Golden State dès ce premier tour… mais la deuxième partie de saison laisse espérer de belles choses.

D’abord la confirmation du potentiel et du talent de Damian Lillard : 7e meilleur marqueur de la Ligue avec 27 pts/match et capable de prendre feu à tout moment comme lors de ses 59 points début avril face à Utah. L’association avec McCollum fonctionne bien (41 points pour ce dernier dans le Match 1 vs les Warriors). A deux ils ne pouvaient pas toujours tout faire… mais à trois ? Car c’est bien un Big 3 que s’est offert Portland avec Nurkic. Si le front office construit intelligemment autour d’eux, les Blazers finiront au-dessus de la 8e place en 2018. Illustration avec ces derniers chiffres : le trio Lillard – McCollum – Nurkic a joué 419 minutes ensemble en saison régulière, avec un différentiel sur leurs adversaires de +11,3 points pour 100 possessions. Avec ses trois là sur le parquet, les Blazers ont un ratio offensif de 114,3 pour un défensif de 103. Avec de tels chiffres cette saison, ils auraient tout simplement décroché la meilleure attaque et une des cinq meilleures défenses de NBA !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter