Ensorcelants Wizards !
Photo Panoramic

Ensorcelants Wizards !

Médiocres il y a encore un mois tout juste (16 victoires pour 18 défaites), les Washington Wizards ont totalement inversé la tendance ! Les hommes de Scott Brooks sont irrésistibles et cumulent succès sur succès, au point de talonner Boston pour la seconde place à l’Est. Une remontée fantastique pour des sorciers au starting-lineup de feu.

Si, fin décembre, quelqu’un avait dit que Washington se battrait aujourd’hui pour la deuxième place de la Conférence Est, il n’aurait jamais été pris au sérieux. Pourtant, à moins d’un mois de la fin de la saison régulière, les Wizards se retrouvent sur le podium, avec Boston à portée de fusil et Cleveland à seulement 5 victoires ! Inimaginable scénario pour une franchise à qui rien ne résiste en 2017.

Les coéquipiers de John Wall ont remporté 20 des 27 matchs disputés en ce début d’année, avec des écarts parfois impressionnants, à l’instar des succès sur Atlanta (112-86) ou Oklahoma City (120-98). Et si certains imaginaient que la pause du All-Star Game allait freiner le rythme des sorciers de la capitale, ils se trompaient ! Car après une reprise houleuse et deux défaites consécutives, Washington a remis les pendules à l’heure et dominé le grand leader de l’Ouest, Golden State, et un concurrent direct pour le podium, Toronto. Rien que ça… C’est bien simple, on n’arrête plus les Wizards !

D’abord médiocres avec leur bilan négatif, qu’ils ont trainé tout le début de saison (2-8 après les 10 premiers matchs, 7-13 après les 20 premiers), les Wizards étaient partis pour être l’une des déceptions de cet exercice Avec l’ancien coach d’OKC, Scott Brooks, meilleur technicien de la ligue en 2010 et finaliste NBA en 2012, la franchise de la capitale espérait franchir un cap, après une période Wittman pourtant réussie (2 demi-finales de Conférence). La mayonnaise ne semblait pas prendre, malgré un groupe quasiment inchangé et enrichi par l’arrivée de role-players tels que Ian Mahinmi, Trey Burke ou Jason Smith. Et finalement… Quelques semaines plus tard, le résultat dépasse les attentes des dirigeants.

Un cinq majeur en béton

Sa force, l’équipe de la capitale la trouve avant tout dans son 5 majeur, statistiquement l’un des meilleurs de la ligue. John Wall, Bradley Beal, Otto Porter, Markieff Morris, Marcin Gortat. Rien de mirobolant sur le papier, mais des joueurs qui évoluent ensemble depuis plusieurs années et se connaissent par cœur. Des joueurs qui, à l’exception du pivot polonais, possédaient aussi une bonne marge de progression. Des joueurs qui, désormais, évoluent au niveau espéré. Jugez plutôt : deux d’entre eux sont à plus de 22 points par match (Wall et Beal), le 2ème meilleur passeur de la ligue (Wall), le meilleur intercepteur (Wall), le 9ème meilleur rebondeur (Gortat) et le meilleur tireur à 3 points (Porter) !

Mais les Wizards, ce ne sont pas que des stats individuelles, c’est aussi et surtout un collectif, un vrai, formé par des joueurs qui évoluent, à l’exception de Morris, à Washington depuis au minimum 4 ans. Formé par des joueurs que la franchise de la capitale a drafté, sur lesquels elle a misé, sans envisager de transferts. Elle est aujourd’hui récompensée ! Les coéquipiers de l’impressionnant John Wall n’ont plus peur de personne aujourd’hui : ni du Thunder de Westbrook, ni de Golden State, ni même de Cleveland, l’une des rares équipes à les avoir battus en 2017, et après quel effort (prolongations + panier au buzzer improbable de LeBron James) !

Wall, qui réalise une saison de MVP (22,5 points/4,5 rebonds/10,9 rebonds/2,1 interceptions), est l’un des symboles de cette réussite. Mais c’est l’ensemble de ce fameux 5 majeur, qui a pu compter sur la progression attendue d’Otto Porter, la résurrection de Gortat et la précision retrouvée de Morris, qui impressionne. Epargné par les blessures, il devra garder la même fraîcheur pour la fin de saison et les Playoffs, ce qui ne sera pas une mince affaire. Mais s’il parvient à atteindre la post-season sur une dynamique aussi positive, il ne sera pas utopique d’imaginer les Wizards encore en course à l’approche de la finale de Conférence. Un stade de la compétition que peu de joueurs de l’effectif connaissent, Gortat et Mahinmi mis à part.

Scott Brooks, lui, y est plus familier. Et après avoir rêvé dans l’Oklahoma avec son duo Westbrook-Durant, sans parvenir à décrocher la bague de champion, c’est aujourd’hui avec Wall et ses amis que l’ancien assistant de George Karl à Denver retrouve de l’ambition. Washington a déjà créé la surprise en saison régulière. Peuvent-ils récidiver en Playoffs ?

Alexandre de Varine-Bohan

  1. avatar
    6 mars 2017 a 17 h 26 min

    Plaisant de voir de très bons joueurs (mais pas des super-stars) jouer solidement *en équipe* et conaître autant de succès.

    Je ne serais pas surpris si leur confiance en eux leur fasse viser le titre de conférence, voire le titre de champion NBA. Évidemment le succès dépendra de leur état de forme en playoffs, et aussi de la capacité du banc à les suppléer un minimum.

  2. avatar
    8 mars 2017 a 15 h 55 min
    Par DENTSDESABRE

    Le 5 est très homogène, mais il y a surtout Wall qui clairement assume de mieux en mieux son leadership et est enfin au niveau attendu : celui d’un potentiel MVP

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter