NFL 2017 : Preview AFC Nord
Photo Panoramic

NFL 2017 : Preview AFC Nord

L'AFC North sera encore une fois le théâtre d'une bataille entre Corbeaux et Steelers uniquement... sauf miracle.

L‘AFC North nous avait quelque peu surpris ces dernières saisons entre le titre “inattendu” des Ravens en 2014 ou encore la lutte acharnée à trois avec les Bengals pendant les saisons régulières. Pas de panique, la saison dernière, la “tradition” a été respectée si je puis dire, entre des Browns poissards comme pas deux, des Bengals complètement à la dérive, des Ravens ennuyeux à jouer et à regarder et des Steelers éparpillés sur comme en dehors du terrain.

CLEVELAND BROWNS (1-15)

Pire franchise de la ligue souffrant en prime d’une malchance chronique, les Browns peuvent-ils faire pire ? C’est ce qu’on va voir. Ils doivent en tout cas remercier leurs dirigeants du travail effectué et de leur flair pour les bons coups : lâcher leur tour de draft 2016 et Carson Wentz, donner le meilleur centre Alex Mack ou encore libérer le receveur Taylor Gabriel… Ils ont pu récupérer 9 joueurs à la draft en échange, à voir si le pari sera gagnant sur le long terme.

Les principaux mouvements :
Out : RG3 Free, Davis (Lb), les deux receveurs vedettes Terrell Pryor et Josh Gordon.
In : un paquet de rookie dont le 1er choix Miles Garrett, Brick Osweiller (Qb Houston), Pryor (S Jets) , MCCourthy (CB) Free, JC Treiter (C Packers) , Kevin Zeitler (S Jets)

L’intersaison a été marquée par l’éjection de Robert Griffin 3. Le pauvre RG3, blessé lors du game 1, était revenu pour le game 14 afin de sauver l’honneur. Il a fini avec le meilleur bilan pour un joueur de Cleveland : 1 victoire et 1 défaite. En ayant laissé de côté Pryor et Josh Gordon, les Browns ont clairement tourné une page sur les receveurs fantasques et à problèmes. Terminés les coups d’un an, le staff veut miser sur du plus long terme en attaque. Au niveau de la défense, là encore Cleveland tente des coups. Et c’est prometteur.

Les premiers enseignements du Training Camp :
Les Browns ont pour le moment 3 QBs, dont Brock Osweiller qui aurait dû être numéro 1. Problème, l’ancien lanceur de fléchettes du Texas s’est gentiment fait secouer par DeShone Kizer, le rookie, qui impressionne de plus en plus les coachs, il sera probablement titulaire.

Point fort :
En ayant pris deux joueurs de plus dans la OL, la course devient la seule et unique arme en attaque car le jeu aérien risque de friser le ridicule… en attendant que DeShon Kizer fasse des miracles. Le gamin a vraiment un sacré potentiel et une éthique de travail irréprochable. On prie pour que le chat noir qui frappe les QBs se barre de l’Ohio. Kevin Love est disponible sinon.

Calendrier :
Saints, Giants, @Buccaneers, @Bears, Steelers, @Ravens, @Colts, Bengals, Jets, @Texans, Titans, Vikings, Repos, @Lions, Jaguars, @Bengals, @Chargers, Packers, Ravens, @Bears, @Steelers. Ce n’est pas parce que l’on est dernier que l’on a un privilège quelconque. En plus des matchs de division, les Browns vont, entre autres, se taper celles de Green Bay et Houston.

Prévision : une victoire… deux sur un malentendu.
Un calendrier démentiel, peu de certitude, un paquet de Rookie et une structure toute nouvelle, dur d’envisager pour le moment une grosse saison.

CINCINNATI BENGALS (6-9-1)

Les Bengals sont (à un degré moindre que les Falcons) les éternels losers de la NFL. Depuis 6 ans, ils se vautrent en Play-Offs. L’année dernière, ils ont chuté bien avant. AJ Green n’a toujours pas gagné en play-offs, une anomalie pour l’un des meilleurs receveurs de la ligue. Tyler Eiffert, le meilleur TE à égalité avec le Gronk, attend patiemment lui aussi… Mais pourquoi ce raté la saison dernière ? Les deux étaient tout simplement blessés. Ajoutez à cela la blessure du coureur Hill et c’était toute l’attaque qui était sur le flanc. Alors avec le trio, on repart en play-offs ? C’est ce qu’on va essayer de voir…

Principaux mouvements :
In : Andre Smith (OT), Kevin Minter (LB Arizona), Bene Benwikere (CB).
Out : Rex Burkhead (RB), Andrew Whitworth (OT), Kevin Zeitler (G), Margus Hunt (DE), Domata Peko (DE), Karlos Dansby (LB), Rey Maualuga (LB).

Peu de changement dans l’attaque des Bengals. Là ou le bât blesse par contre (d’où les blessures), c’est la ligne offensive : de l’emmental râpé tout simplement. Pour ne rien arranger, ils ont perdu leurs deux meilleurs éléments, Whitworth et Zeitler, pour l’unique renfort d’Andre Smith. Aucun OL ou Centre n’a été drafté cette année. Bref, on part avec grosso modo la même équipe déjà pas fameuse et, en plus, appauvrie au poste le plus crucial… La carrosserie d’une Ferrari, le moteur d’un tracteur enrayé.

Coté défensif, ce n’était globalement pas trop mal la saison dernière. Quelques lacunes dans le jeu profond étaient compensées par un front-seven redoutable. Les arrivées de Kevin Minter et Bene Benwikere renforcent encore un peu plus le squad des linemen et de la DL. Au fond du terrain, les jeunes vont sans doute continuer à progresser autour de Dre Kirkpatrick.

Calendrier :
Ravens, Texans, @Packers, @Browns, Bills, BYE, @Steelers, Colts, @Jaguars, @Titans, @Broncos, Browns, Steelers, Bears, @Vikings, Lions, @Ravens

Prévision : 7 victoires.
Avec une ligne offensive aussi pauvre, impossible d’entrevoir les play-offs, même avec l’une des meilleurs paires (receveur-TE) du monde. Il y a deux ans, la doublette de coureurs Hill-Bernard avait parfaitement utilisé les systèmes de double-moves, pour justement éviter au maximum de se prendre le pass-rush adverse de plein fouet, et ça avait plutôt bien marché. Cette saison, ils auront avec eux deux rookies au potentiel puissance-vitesse incroyable. John Ross (WR) a battu le record NFL de vitesse des sélections pré-draft et Joe Mixon, le bulldozer ambulant, semble aussi fougueux que son caractère est volcanique.

Le salut des Bengals passera par leur défense. S’ils limitent la casse et créent de bons turnovers, l’attaque pourra conclure sans que le Roux ne se fasse trop découper. Car avec une ligne offensive en papier mâché, les tigres ressemblent davantage à de mignons petits chatons.

Pour finir, un petit mot sur le QB Andy Dalton. Il n’aime pas la pression et l’a démontré en play-offs mais ça semble être l’année ou jamais pour lui. Même sans OL de qualité, il a suffisamment d’armes pour sortir une saison XXL !

BALTIMORE RAVENS (8-8)

Les Corbeaux attaquent le nouvel exercice en espérant retrouver les play-offs après une saison de transition. Baltimore s’avance en 2017 avec un seul objectif : jouer en janvier. L’année dernière, les Corbeaux avaient une des pires attaques de la ligue et une fâcheuse tendance à se flinguer tout seul. L’intersaison a été bien gérée afin de compenser énormément de départs.

Principaux mouvements :
In : Tony Jefferson (S Arizona), Brandon Carr (CB Dallas), Brandon Boykin (CB), Jeremy Maclin (Kansas WR), Danny Woodhead (RB Chargers).
Out : Elvis Dumervil (DE), Lardarius Webb (CB), Kyle Juszczyk (RB), Kamar Aiken (WR), Dennis Pitta (TE), Ricky Wagner (OT), Vlad Ducasse (OG), Jeremy Zuttah (C), Timmy Jernigan (DT), Lawrence Guy (DE), Zach Orr (LB), Shareece Wright (CB), Jerraud Powers (CB), Kendrick Lewis (S), Matt Elam (S)

Les Ravens ont perdu un paquet de monde et c’est peu de le dire. En plus du terrain, c’est une partie de l’âme du vestiaire qui est partie. Steve Smith, Lardarius Webb, Dennis Pitta et Elvis Dumervil faisaient partie des meubles. Rassurez-vous, Baltimore est une franchise réputée pour sortir des joueurs et des hommes hors du commun. Si Anquan Boldin vient de prendre sa retraite, il a laissé quelques plumes de son aura pour le nouveau receveur Jérémy Maclin. Débarqué de Kansas, il formera avec Wallace un duo prometteur et enfin un peu plus “flashy” et agréable à regarder.

Du côté des arrivées, Tony Jefferson et Brandon Carr vont compléter une escouade défensive déjà impressionnante. Réputés pour leur défense de fer, les Ravens grimpent encore d’un échelon sur l’échelle de la dureté sur les postes arrière. De plus, ils ont drafté au premier tour Marlon Humphry au poste de cornerback. Dans une ligue tournée vers la passe et les 1 contre 1, Baltimore est particulièrement bien armé.

Beaucoup de départs donc, et cela a été plus difficile à combler au niveau de la ligne défensive. Le front-seven se refait une jeunesse avec 3 rookies sur les 7 joueurs qui devraient être titulaires. À voir ce que cette nouvelle énergie va apporter.

Calendrier :
@Bengals, Browns, @Jaguars, Steelers, @Raiders, Bears, @Vikings, Dolphins (à Londres), @Titans, Repos, @Packers, Texans, Lions, @Steelers, @Browns, Colts, Bengals

Prévision : aucune estimation.
Comme depuis 10 ans, Joe Flacco sera le facteur X. Il commence à ressentir le poids des années et sera de nouveau très surveillé par l’infirmière. Son remplaçant cette saison se nomme… personne. Le reste de l’été doit servir aux dirigeants pour trouver un QB solide en doublure. RG3 et Kaepernick sont disponibles et ont été approchés. C’est l’attaque et la saison de Baltimore qui se jouent “déjà” en ce moment.

PITTSBURGH STEELERS (11-5)

“Han han, you know what it is ? Is black and yellow, black and yellow, black and yellow”. Et si ces Black and Yellow était la seule équipe capable de rivaliser avec les Patriots en AFC ? Si tout le monde reste en bonne santé et évite les suspensions, il est évident que Pittsburgh est le favori n°1 pour le titre AFC et le Superbowl… Sauf que voilà. En 2015, Le’veon Bell s’est blessé ; en 2016, Martavius Bryant et Bell ont été suspendus et Big Ben blessé. Alors pour 2017, la malédiction va-t-elle cesser ? Il vaudrait mieux, car si l’escouade des titulaires s’est renforcée, la second-unit a pris un sérieux coup.

Principaux mouvements :
In : Vance McDonald (TE), Tyson Alualu (DL), Coty Sensabaugh (CB), Justin Hunter (WR), Joe Haden (CB Browns)
Out : DeAngelo Williams (RB), Markus Wheaton (WR), Ladarius Green (TE), Jarvis Jones (LB), Lawrence Timmons (LB).

Quand j’évoquais la second-unit, je pensais à des joueurs comme DeAngelo Williams, Markus Wheaton, Ladarius Green et Lawrens Timmons. Tous ont été excellents quand leur “boss” était sur le carreau. L’intérim de DeAngelo Williams a été le plus marquant. Certes aidé par une super ligne, il a été MVP du mois de septembre dernier durant les 4 matchs de suspension de Bell. Markus Weaton était lui le receveur n°2 alors que Bryant purgeait sa saison de suspension. Si le poste de Tight-End est souvent le point faible de cette attaque XXXL, Green faisait le taf dans le trafic.

Avec tous ces joueurs partis, ce sont des jokers en cas de pépin qui s’envolent. Pour les remplacer, Pittsburgh a utilisé principalement la draft, celle de 2017 et aussi de 2016. Les futurs rookies et sophomores sont sûrement les facteurs X de Pittsburgh pour cette saison, offensivement et surtout défensivement.

La défense, qui se cherche une nouvelle identité depuis les retraites de Polamalu et compagnie, progresse d’ailleurs à la vitesse de l’éclair : 30e pire défense en 2015, 16e en 2016. Le dinosaure James Harrisson aide les jeunes à se développer et à se faire à la mentalité Steelers. Le mentor venu d’Akron est bon dans ce rôle. Quand tu réussis à convertir un rugbyman (Aaron Smith) en linebacker, tu peux former des joueurs NCAA sans problème.

Dans l’escouade défensive, le gros point fort sera le front-seven, avec la petite nouveauté T.J Watt, frère de J.J Who ? J.J Watt ! Si le petit frère a le même parcours que son aîné, les Steelers seront injouables des deux cotés du ballon. Cameron Heyward, Stephon Tuitt, Ryan Shazier, Vince Williams et Budd Dupree complètent le lot.

Là ou Pittsburgh doit vraiment s’améliorer, c’est sur la couverture aérienne. L’arrivée du revanchard Joe Haden va faire un bien fou sur les ailes. L’ex des Browns aura en tout cas une bien meilleure motivation à Pittsburgh qu’à Cleveland. Tous les joueurs partis des Browns ont explosé par la suite… S’il perpétue cette petite tradition, les Steelers vont tout droit vers le Superbowl…

Calendrier :
@Browns, Vikings, @Bears, @Ravens, Jaguars, @Chiefs, Bengals, @Lions, BYE, @Colts, Titans, Packers, @Bengals, Ravens, Patriots, @Texans, Browns.

Prévision : 13 victoires, champions de division.
La dernière de Big Ben et sans doute aussi celle de Le’veon Bell à Pittsburgh. L’attaque la plus explosive de l’AFC est enfin au complet et en forme. Les matchs s’annoncent épiques et Mike Tomlin est sans doute l’un des meilleurs head-coachs de l’histoire de ce sport. Les petits points faibles semblent comblés. Ces deux dernières saisons, même enquiquinés par les blessures, les Steelers s’en sont toujours sortis. Au complet, ils ont tout pour claquer une saison historique. Car hormis les Packers et les Patriots, ils ne vont jouer que des équipes en reconstruction ou pas encore confirmées… Un boulevard !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter