NFL 2017 : Preview NFC Nord
Photo Panoramic

NFL 2017 : Preview NFC Nord

On attaque les Previews de la National Conference par le Nord. Une conférence largement supérieur à sa voisine "American". Remporter cette division va devenir un véritable parcours du combattant.

Green Bay fait figure d’ultra favori. Les Cheeseheads devraient se défaire des Lions, qui ressemblent davantage à des chatons qu’à des félins enragés, des nounours de Chicago et des Vikings du Minnesota (probablement les adversaires les plus coriaces).

Mais attention ! Cette division est celle des extrêmes. Personne ne peut se blairer et il suffirait qu’une équipe autre que Green Bay remporte les deux ou trois premiers matchs et on pourrait assister à une nouvelle lutte acharnée que seule cette division historique peut nous proposer.

Detroit Lions (9-7)

On ne va pas vous cacher que la saison 2016 des Lions était une énorme surprise. Les voir en play-offs n’était vraiment pas au programme en début de saison dernière, surtout après que la retraite de Megatron et un grand chantier en défense. Alors, que prévoir pour Détroit en 2017, surtout avec les Packers dans la même division ?

Principaux mouvements :
In : Ricky Wagner (OT Ravens), T.J Lang (G Packers), Paul Worrilow (LB Falcons), D.J Hayden (CB).
Out : Riley Reiff (OT), Larry Warford (G), Tyrunn Walker (DL), DeAndre Levy (LB), Rafael Bush (S).

Les Lions ont misé sur la Offensive Line ces dernières saisons et le travail commence à porter ses fruits pour cet élément très important du football américain. Grace à cette protection, Matthew Stafford a réalisé une de ses meilleures saisons malgré les nombreuses blessures autour de lui. L’armada s’est renforcée avec l’ex-voisin TJ Lang.

Partis en boulet de canon, les Lions avaient souffert en fin de saison (trois défaites de suite et élimination en play-offs). L’idée de la pré-saison était du coup de renforcer la Second Unit en recrutant Paul Worrilow, éternel joueur de devoir des Falcons, ou encore Ricky Wagner, véritable couteau-suisse de la ligne offensive des Ravens. D.J Hayden sera aussi un élément important dans le corps de corner-backs.

Detroit continue aussi de construire sa future équipe par la draft : deux joueurs en plus sur la ligne offensive et deux joueurs dans les slots, dont le receveur ultra-rapide (moins de 10 sec au 100m) Kenny Halloway.

Il y a peu de grosses stars intouchables à Detroit sauf chez les kickers et punters. Du coup, c’est un éternel combat pour une place de titulaire, ce qui pousse tout le monde à se surpasser. Ameer Abdullah et Theo Riddick, les deux coureurs-receveurs, seront les atouts maîtres de Matt Stafford et de la franchise. L’année dernière, ils ont très peu joué ensemble et à 100% (6 matchs pour 6 victoires). Facteur X ?

La défense connaît quant à elle des hauts et des bas depuis plusieurs saisons et on ne sait pas trop ce qu’il manque pour qu’elle soit constante. L’équipe possède de bonnes individualités, mais à force de perdre des joueurs importants de ce côté du ballon sans trouver la bonne alchimie collective… L’attaque ne pourra pas toujours tout faire, les Saints et les Packers peuvent en témoigner.

Calendrier :
Cardinals, @ Giants, Falcons, @ Vikings, Panthers, @ Saints, Steelers, @ Packers, Browns, @ Bears, Vikings, @ Ravens, @ Buccaneers, Bears, @ Bengals, Packers.

Prévision : 7 victoires
Peu de grosses stars, mais beaucoup de jeunes aux dents longues et du potentiel à tous les postes. Si les blessures épargnent le collectif et malgré un calendrier de feu, Detroit peut arracher 7 victoires… ce qui serait pas mal vu leur piètre défense.

Chicago Bears (3-13)

Trois petites victoires pour Chicago, sans doute leur pire bilan depuis que la NFL à 30 équipes existe. Pire bilan donc, mais pas illogique vu leur lente descente saison après saison pour arriver à ce piètre niveau. Il n’y avait pas grand chose à garder de 2016… et comme durant les dernières pré-saisons, ils ont dégagé leurs meilleurs atouts. Après le frangin Benett en 2015 ou le coureur all-star Matt Forte en 2014, c’est un nouveau all-star offensif qui est parti.

2017 pourrait être pire. “On touche le fond seulement quand on arrête de creuser” comme on dit. Et toutes les pelleteuses disponibles sont de sortie dans l’Illinois… clin d’œil aux Bulls.

Les principaux mouvements :
In : Mike Glennon (QB), Mark Sanchez (QB), Markus Wheaton (WR), Kendall Wright (WR), Victor Cruz (WR Giants), Dion Sims (TE Miami), Bradley Sowell (OT), Dan Skuta (LB), Jaye Howard (DE), John Jenkins (DT), Prince Amukamara (CB), Marcus Cooper (CB), B.W. Webb (CB), Quintin Demps (S).
Out : Jay Cutler (QB free), Alshon Jefferi (WR Philadelphie), Brian Hoyer (QB), Matt Barkley (QB), Alshon Jeffery (WR), Eddie Royal (WR), Ted Larsen (G), Will Sutton (DT), Cornelius Washington (DE), Tracy Porter (CB), Jacoby Glenn (CB).

Jay Cutler, Eddie Royal et Alshon Jefferi partis, c’est une page qui se tourne ou une histoire qui s’arrête. Désormais, l’idée est de repartir de zéro maintenant que la barrière mythique des 80% de défaites est atteinte.

Repartir donc… mais avec qui et comment ?

Un nouveau quarterback déjà pour commencer. Après 8 saisons de Jay Cutler, les fans vont avoir un nouveau lanceur. Les deux remplaçants de Cutler en 2016 ont eux aussi pris la porte. Ce sont Mike Glennon, Mark Sanchez (qui au passage en est à sa 270ème équipe en 8 ans) et le rookie Mitch Trubisky qui vont se tirer la bourre pour décrocher le poste de starter.

Nouvelles escouades de receveurs et de Tight-Ends également. Le receveur Victor Cruz (ex-Giants) va essayer de se relancer à Chicago, comme Kendall Wright (ex-Titans). Le TE Dion Sims va lui apporter plus dans un rôle de protecteur que de receveur. L’idée est d’ouvrir encore plus de brèches au sophomore Jordan Haywards, excellent dans son année rookie malgré le marasme collectif.

Les Bears se reconstruisent offensivement pour l’avenir. En attendant, ils pourront toujours compter sur une grosse défense. Ils ont consolidé leurs bases déjà solides en recrutant pas moins de 7 défenseurs, dont Prince Amukamara et Jaye Howard. Vous ajoutez Hakiem Hicks, Eddie Goldman et Jerrell Freeman et cela vous fait une belle brochette de potentiels all-stars. Si Travathan revient performant après sa grosse blessure, cette défense pourrait même apporter un peu de réconfort aux fans cette saison en attendant de pouvoir compter sur une attaque rodée.

Calendrier :
Falcons, @Buccaneers, Steelers, @Packers, Vikings, @Ravens, Panthers, @Saints, BYE, Packers, Lions, @Eagles, 49ers, @Bengals, @Lions, Browns, @Vikings

Prévision : 3-13
Une division relevé et un début de calendrier démentiel… Avec un QB médiocre rookie, une escouade de receveurs perfectible, des équipes spéciales pas au niveau et des retours de blessure, les Bears ne partent pas avec la faveur des pronostics. Leur défense est leur point fort, mais elle risque de vite voler en éclats car elle va démarrer la saison par Atlanta et son armée offensive, Tampa et sa triplette de feu et Pittsburgh et sa TripleB. Good luck…

Trois victoires seraient déjà un bon début de reconstruction en pronostiquant qu’elles arrivent sur la fin de saison avec le QB rookie aux manettes. Mike Glennon titulaire sur toute une saison, cela n’arrive même pas sur Madden…

Minnesota Vikings (8-8)

S’il y a bien une équipe qui n’a pas réussi à faire avec les blessures, ce sont bien les Vikings. Partis en boulet de canon, ils ont subi de plein fouet trois blessures de joueurs importants défensivement en semaine 7 (6-1). Résultat, 4 défaites de rang dans la foulée. Une série qui a permis de faire éclater au grand jour les lacunes offensives. Et encore… “Lacunes”, c’est un euphémisme.

On aurait dès lors pu imaginer une restructuration offensive pour les Vikings en attendant que Teddy Bridgwater, leur QB-star, revienne de blessure. La reconstruction a bien eu lieu, mais elle ressemble plus à un gros coup de poker qu’autre chose.

Principaux mouvements :
In : Case Keenum (QB), Latavius Murray (RB Oakland), Michael Floyd (WR Cardinals), Riley Reiff (OL), Mike Remmers (OL), Datone Jones (DE)
Out : Adrian Peterson (RB), Matt Asiata (RB), Zach Line (FB), Cordarrelle Patterson (WR), Rhett Ellison (TE), Matt Kalil (OL), Jake Long (OL) Brandon Fusco (OL), Mike Harris (OL), Chad Greenway (LB), Audie Cole (LB), Captain Munnerlyn (CB), Jeff Locke (P)

Mais quand je disais coup de poker, c’était avec un 4 de carreau et un valet de pique en main de départ. Les Vikings ont perdu Matt Kalil et Jake Long, deux très bons linemens offensifs et les deux seuls au niveau. Ils ont laissé partir Cordarelle Patterson, leur receveur couteau-suisse et excellent retourneur. Enfin, ils ont surtout perdu la légende Adrian Peterson et son remplaçant de luxe Matt Asiata.

Pour gagner quoi ? Un coureur puissant mais pas encore confirmé (Latavius Murray), Un receveur qui alimente plus la case faits divers que la case football (Michael Floyd), qui en prime sera suspendu 4 matchs. Enfin, deux joueurs de ligne qui n’ont pas encore montré de domination à ce poste sont arrivés. Mike Remmers a carrément été nullissime lorsqu’il fallait protéger Cam Newton à Carolina.

La main “4 de carreau, valet de pique” pourrait même être créditée d’un tirage six-dame-deux avec Sam Bradford, quarterback très limité, avec Case Keenum en doublure…. Mais combien de temps la doublure restera-t-elle doublure ?

Les Vikings ont une des meilleures défenses du pays, coachée par un vrai sorcier de ce secteur de jeu. Sans blessure et avec quasiment le même effectif (seul Munnerlyn est parti), ils avaient entamé 2016 avec un bilan de 6 victoires pour une seul défaite…

Calendrier :
Saints, @Steelers, Buccaneers, Lions, @Bears, Packers, Ravens, @Browns, Repos, @Redskins, Rams, @Lions, @Falcons, @Panthers, Bengals, @Packers, Bears

Prévision : 6 victoires
Il faudra une défense XXL et sans blessé si les Vikings veulent espérer quelque chose cette saison. L’attaque ressemble plus à un gros canular qu’à une attaque NFL. Hormis une énorme sensation venant d’un rookie et un revirement de la Offensive Line, on a du mal à voir les Vikings dépasser les 20 pts par match… Avec un calendrier costaud (NFC South en plus de leur division), ils pourraient atteindre 6 victoires, voire 7 sur un gros malentendu…

Green Bay Packers (10-6)

Tu as beau posséder le meilleur quarterback de la ligue depuis 5 ans (on peut en débattre, mais les chiffres ne mentent pas), si ta défense est en carton, tu ne gagnes pas en finale de conférence. Les Packers ont échoué au pied du Superbowl à cause de leur défense donc (31e de la ligue en yards concédés) et pléthore de blessés en attaque… Mais au complet, ça donnera quoi ? Réponse.

Principaux mouvements :
In : Martellus Bennett (TE Patriots), Lance Kendricks (TE), Jahri Evans (G), Ricky Jean-François (DL), Davon House (CB).
Out : Eddie Lacy (RB), T.J. Lang (G), C.J. Tretter (C), Jared Cook (TE), Datone Jones (LB), Julius Peppers (LB), Micah Hyde (S).

Par où commencer ? Historiquement, c’est une franchise qui aime ses joueurs. 46 des 52 joueurs de la saison dernière avaient été draftés par les Packers. C’est donc rare que Green Bay se serve de la free-agency et cette année ne déroge pas à la règle. On perd par la free-agency, on récupère via la Draft et on forme sur place. La franchise la plus titrée de la ligue connait le process. Faisons lui confiance.

Les plus gros départs ont eu lieu à des postes ou les Cheeseheads étaient en souffrance. Les deux linebackers stars sont partis, le safety pro-bowler Micah Hyde aussi… Enfin, le meilleur joueur de la Offensive-Line TJ Lang est allé renforcer un concurrent direct (Detroit).

Du côté des arrivées hors-draft, les deux plus belles acquisitions sont en attaque. Martellus Bennett sera la nouvelle sécurité sociale d’Aaron Rodgers et Jahri Evans son nouveau protecteur.

L’attaque de Aaron Rodgers sera encore une fois une des meilleures de la ligue. De toute façon, peu importe avec qui il est sur le terrain, il arrivera toujours à faire avancer les chaînes… Si ses receveurs se sont achetés des mains cette saison, ça sera une orgie offensive à chaque match.

Mais le problème reste le même. Hormis Ha Ha Clinton-Dix dans le champ arrière et Nick Perry (11 sacks) dans la zone, aucun défenseur n’a sorti une saison XXL l’année dernière. Le coordinateur défensif est même resté, pour le plus grand malheur des fans. Est-ce qu’il aura de meilleures conditions de travail avec beaucoup de jeunes à sa disposition ?

J’en aurais presque oublié le chevelu du pass-rush : Clay Matthews a une revanche à nous offrir cette saison.

Calendrier :
Seahawks, @ Falcons, Bengals, Bears, @ Cowboys, @ Vikings, Saints, Lions, @ Bears, Ravens, @ Steelers, Buccaneers, @ Browns, @ Panthers, Vikings, @ Lions.

Prévision : 10 Victoires, champion de division.
Green Bay est un diesel. Et ça tombe bien puisque cette saison, il vaut mieux prendre Seattle-Atlanta d’entrée qu’en fin d’exercice. Le calendrier est idéal pour les Packers. Aaron Rodgers pourrait même nous sortir une de ses meilleures saisons et aller chercher le titre de MVP. Avec sa défense, il faudra de toute façon marquer beaucoup de points.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter