NFL is back – Présentation : NFC North
Photo Panoramic

NFL is back – Présentation : NFC North

Après la division AFC, voilà la NFC. Qui sera capable de détrôner Seattle? Éléments de réponse...

Premier volet de la NFC avec la division North… Une bien belle division historiquement. Mais, car il y a toujours un mais, cette saison est partie sur le signe du chamboulement des règles extra-sportives de la NFL. Alors pour les amateurs de gros duels entre gens qui se détestent, vous allez sûrement regretter les bagarres des années 2000 entre Lions, Bears, Vikings et Packers… Ils se détestent toujours autant rassurez-vous. Mais ils ne pourront plus l’afficher sans payer une bonne grosse amende. Triste.

Chicago Bears :

Quand j’entends cette franchise, ma première pensée, c’est “mais quel gâchis !” Chaque année en NFL, il y a les grosses déceptions et les franchises qui partent en cacahuète… Chicago a cumulé les deux en une seule saison. Entre tensions dans les vestiaires, boulettes à répétitions des joueurs hors terrain et gros problème de leadership, Chicago a explosé en plein vol alors qu’ils avaient tout pour réussir une superbe saison. Du coup, l’intersaison a été aussi mouvementée que la saison : exit le coach, exit le GM et exit la star de l’équipe (Brandon Marshall)… Ou du moins, le melon de l’une d’entre elles.

Ryan Pace sera le plus jeune GM de la NFL à 37 ans, sur le banc John Fox (ancien coach de Denver) et sur le terrain pour remplacer Marshall, bienvenue à Eddie Royal (ex-Chargers). Voilà pour les changements majeurs…

Le reste de l’effectif est de bonne qualité. La défense de Chicago est en constante amélioration, et le staff est resté en place pour continuer sur cette voie. En bonus, ils ont réussi à recruter l’excellent safety Antrel Rolle, qui sera une référence pour les jeunes. L’attaque sera portée par Matt Forte  (top 5 coureurs de la ligue) qui aura comme back-up l’ex Falcons Jacquizz Rodgers (certifié coureur le plus rapide sur 20 yards), Bennett (un des TE les plus efficaces) et Jeffery sera le dernier rescapé des receveurs. Il sera donc accompagné d’Eddie Royal.

Normalement, Jay Cutler n’aura qu’à s’appliquer pour faire marquer son équipe. Mais Jay Cutler, c’est le genre de mec à avoir le don de se faire détester par tout le monde. Il est grand temps d’un vrai leader dans le vestiaire. Concernant les lignes, elles semblent aussi s’être renforcées avec l’arrivée au centre d’un ex-Broncos (Will Montgomery). Chicago devrait retrouver son niveau de 2013. Et faire de 2014 une simple erreur de parcours. Playoffs en objectif ? Un peu juste.

Detroit Lions :

Les Lions de 2014 ont été (à l’inverse des Bears) la très bonne surprise de la NFC. Bilan : 11-5, avec un mégatron blessé la moitié du temps. Chapeau. Sans Calvin Johnson, les Lions ont pu gagner 11 matchs, et ce n’est pas grâce à leur attaque mais plutôt leur défense, 2e de la ligue en 2014. Une défense qui a littéralement marché sur ses adversaires avec seulement 69 yards concédés au sol par match. Costaud.

La défense a été tellement forte qu’elle s’est faite dépouiller à l’intersaison. Quatre titulaires sont partis et leurs remplaçants auront du mal à soulager les fans. Il ne reste à Detroit que les très performants line-backers, avec le chef de file DeAndre Levy, l’un des tous meilleurs à son poste. Du coup, les Lions n’auront pas d’autre choix que d’être meilleurs en attaque. Sauf que pour ça, Matt Stafford (QB) et son équipe vont devoir faire une grosse prière pour ne pas perdre Calvin “mégatron” Johnson.

Si son compère à la réception Golden Tate a été énorme en 2014, le reste de l’escouade aérienne était loin d’être performante. Concernant l’attaque au sol, Reggie Bush est parti laissant un boulevard au seul coureur de l’équipe, Joique Bell, qui aura la lourde tâche de faire avancer les chaînes au sol. A moins que la nouvelle pépite Ameer Abdullah (sorti du fin fond de la draft) réédite ses performances de pré-saison.

Beaucoup de si pour les Lions version 2015 donc… Soit ça passe, soit ça explose au vol et ils nous feront une Bears 2014.

Green Bay Packers :

Aie aie aie… Green bay, c’est un peu le dindon de la farce de la saison 2014. Impeccable toute l’année derrière leur QB MVP Aaron Rogers, maîtrisant chaque match de la saison à la perfection (sauf à domicile contre Atlanta), programmé pour aller au Super Bowl… et puis tout d’un coup, la machine verte s’est enrayée dans un 4e QT rocambolesque à Seattle en finale de division. Au bout du compte, une défaite amère au bout du bout de la nuit.

2015 arrive pour les joueurs du Wisconsin comme 2014 s’était fini : avec une malchance terrible. En effet, la franchise vient de perdre pour toute la saison son meilleur receveur (probablement le meilleur de la NFL) Jordy Nelson, qui s’est fait les croisés fin août. Terrible coup dur.

Des points positifs malgré tout ? Oui. Ils sont encore en tête d’affiche pour aller au Super Bowl. Malgré la blessure de Jordy Nelson, Aaron pourra bénéficier du très talentueux Randall Cobb et de leur nouvelle pépite Davante Adams (pressenti par les experts ESPN pour être le futur recordman de yards par saison, si Aaron reste encore quelques saisons évidemment). Le MVP 2014 est sans doute le meilleur QB de la décennie, et si jamais il ne se sent pas très chaud pour lancer, il pourra compter sur l’éclosion de son coureur Eddy Lacy.

Peu de changement dans l’effectif hormis cela. La défense devra éviter de prendre 250 yards par un seul joueur, surtout à domicile (Julio Jones Atlanta avait cumulé + de 250 yards l’année dernière). Beaucoup d’interrogations sur Green Bay… Ils seront toujours aussi performants, mais auront-il le mental pour passer au-dessus de leur malchance du moment ? Réponse en play-offs.

Pour la petite histoire, Green Bay est la seule franchise NFL qui a pour propriétaire… la ville, donc ses habitants. Et ça dure depuis 1923 : Green Bay est la franchise la plus vieille de la NFL. Elle a eu dans ses rangs le célèbre Vince Lombardi (coach dans les années 60). Oui, comme le nom du trophée remis au vainqueur du Super Bowl… Pourquoi lui ? Car c’était le 1er Coach vainqueur d’un Super Bbowl (1966). On est tous un peu Packers si on aime le football américain. Green Bay a accueilli le match le plus froid de l’histoire : -25°C lors du “Ice game” contre Dallas.

Minnesota Vikings :

La très grande inconnue de la saison 2015. Les Vikings reviennent plus ambitieux que jamais. À l’image de leur super-star Adrian Peterson, l’opération rédemption Made in Minnesota est en marche. En quelques mots, la franchise a viré tous les boulets de second unit : Charlie Johnson (OG), Matt Cassel (QB), Jerome Felton (FB), Christian Ponder (QB), Jasper Brinkley (LB), Greg Jennings (WR) et Vladimir Ducasse (OG). Tous out !

Objectif : récupérer de vrais “roles players” qui seront  utiles pour suppléer les titulaires. Ils ont également rajeuni l’effectif afin de permettre une meilleure construction autour de leur QB de 2e année Teddy Bridgewater. Ce jeune et talentueux QB a été la très belle satisfaction de 2014 chez les rookies. Malheureusement, il n’aura pas énormément de temps pour lancer les ballons dans sa poche. La ligne offensive des Vikings a été calamiteuse l’année dernière. Cette saison, Teddy subira moins de sacks avec le retour de son coureur Adrian Peterson et le fantasque-bourrin Asiata…

Si les Vikings seront perfectibles en attaque, ils pourront compter sur leur défense aérienne. Surprenante et efficace la saison dernière, les LBs et safety ont fait un super job pour limiter les yards en l’air… Par contre, au sol, on attendra avant de voir une défense solide.

Alors qui pour essayer d’empêcher les Packers d’être champions de cette division ? Réponse prochainement.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter