Playoffs NBA 2018 – Preview à l’Est
Photo Panoramic

Playoffs NBA 2018 – Preview à l’Est

Décryptage des confrontations de la Conférence Est.

TORONTO RAPTORS (1) VS WASHINGTON WIZZARDS

Les Raptors sont donc numéro 1 à l’Est, si on prend le début de saison, on peut se dire que c’est une énorme surprise. Si on regarde de plus près, il n’y a rien de plus logique que l’équipe la plus équilibrée et qui a connu le moins de pépins physiques soit leader d’une conférence qui s’est affaiblie au fil de la saison…

Maintenant pour les Raptors, et on le dit depuis 4 ans, le vrai challenge, ce sont les play-offs. C’est ici qu’on a jugé et qu’on jugera encore cette équipe, toujours sur-estimée les saisons précédentes. Cette fois-ci, on les a sous-estimés et c’est bien là le vrai danger pour des Cavaliers par exemple…

Pour ce premier tour et jusqu’à la fin des play-offs à l’Est (s’ils avancent d’ici là), Toronto aura l’avantage du terrain, une bonne chose pour la meilleure équipe à domicile de la saison à l’Est. Un premier tour donc contre leurs meilleurs ennemis, le clone américain de ces Raptors, construit depuis 4-5 Ans à peu près de la même manière. Wizz et Dino ne s’aiment pas du tout ! Et se bastonent souvent dans des matchs très serrés ou coulent eau et sang.

Pourquoi je parle de clone ? On note depuis des années beaucoup de similitudes dans leur choix de joueurs et de systèmes. John Wall - Bradley Beal VS Lowri - DeRozan. Deux meneurs physiques, deux arrières shooters de formation. Ensuite un allier défenseur assez complet avec Otto Porter à Washington et à l’époque Terrence Ross à Toronto (je reviendrais là dessus plus tard). Et enfin une base intérieure avec un ailier rugueux et physique – Serge Ibaka VS Markief Morris – et un pivot déménageur en provenance d’Europe de l’Est, avec Valenciunas VS Gortat … Des 5 majeurs quasiment identiques, pour des schémas de jeux stéréotypés et très ressemblants.

Mais voilà, Aujourd’hui Toronto et premier et Washington 8e… Ce qui nous montre que les Raptors on su évoluer dans le bon sens pour ne plus rester enlisés dans leur jeu strictement arrière (à la Washington). Derozan beaucoup plus passeur, Lowri beaucoup moins croqueur et un banc bien plus impliqué : est-ce que tout ne serait pas lié au départ de Terrence Ross finalement ? On dit souvent qu’au basket, le poste d’ailier est le plus complet. Pile entre les “petits” et les “grands”. Poste occupé maintenant par OG Anunoby, tout jeune joueur de 20 ans qui sait tout bien faire discrètement… Et qui s’est incroyablement bien accommodé de ce rôle de liaison offensive et des missions défensives. C’est avec les petites rivières qu’on fait les grands fleuves.

Washington était l’un des épouvantails de début de saison à l’Est… Avec aucun changement dans le 5 majeur depuis 3 ans, c’était l’année pour exploser. Après un bon training day, les tuiles se sont enchaînées, Morris à d’abord loupé le début de saison, ensuite Otto Porter a eu quelques problèmes physiques et enfin John Wall s’est fait opérer alors que Washington était solide 3e. Son absence a était compensée par un bon collectif durant 2 ou 3 semaines… Puis la panne de courant, et un gros burn out d’un mois… Au complet, les Wizards n’ont rien à envier aux Raptors, et ce sera une énorme confrontation qui nous promet un tas de surprises…

Mon pronostic : Série qui part en 6 matchs. Deux équipes qui se connaissent tellement bien qu’évidemment on s’attend à des rencontres serrées, si les blessures épargnent les deux équipes. John Wall sera le gros facteur X de cette série du côté de la capitale, et le mental sera déterminant chez les Canadiens, qui adorent partir avec des défaites de leurs séries de play-offs. 

Boston Celtics ( 2 ) VS Milwaukee Bucks (7)

Quelle saison…. !!! Boston aura tout connu cette année. Les blessures de ses stars, les séries de victoires, le bonheur et la tristesse. L’enthousiasme et la fatalité… Je pourrais passer 3 heures et 20 pages pour résumer leur saison. Mais on retiendra une seule chose. Que le coach Brad Stevens, est un p***** de bon coach et qu’il mérite largement le titre de coach de l’année… Finir 2e avec une équipe qui est partie en lambeaux tout au long de la saison, avec laquelle il a fallu bricoler, et finalement garder un des plus beaux jeux de la ligue pour finir à 55 victoires. Oui messieurs-dames, Boston is back dans le paysage NBA, et l’avenir semble radieux. En espérant que Kyrie Irving et Gordon Hayward puissent revenir au top niveau.

Côté Milwaukee, on s’attendait à tout cette saison, sauf au licenciement de Jason Kidd. Et quel choc ! En pleine saison, alors que l’équipe tournait bien. Est-ce qu’il y a un lien de cause à effet, difficile à dire, mais suite à cela Giannis n’était plus dedans… Souvent maladroit, tête en l’air, distrait et moins vocal. Le Greak Freak a connu une fin de saison galère et les Bucks ont du s’accrocher à tout ce qu’ils pouvaient pour gagner des matchs… Des qualifiés finalement, c’est peut-être eux les moins ’prêts’ à partir au combat. Boston devra appuyer dessus.

Pour ce premier tour, la tache semble extrêmement dure pour Boston. L’année dernière les C’s avaient pu bénéficier de la blessure de Rajon Rondo pour se sortir d’un 0-2… Et ils étaient mieux armés que cette fin de saison. Brad Stevens a beau être un génie, l’intensité des play-offs n’est pas la même qu’en saison, et leur manque de joueurs d’expérience et la perte de leur deux play-makers annoncent une sentence irrévocable à ce stade de la saison.

Mon Pronostic : Qualification en 6 des Bucks. Personne à Boston ne peut contenir Giannis Antetokoumpo sur une série. Le facteur X par contre sera la capacité des play-makers à prendre le relais du grec lorsqu’il sera sur le banc. Middleton, Jabari Parker et Bledsoe seront sous les feux des projecteurs et en première ligne des médias en cas de désillusion.
Côté Boston, Greg Monroe pourrait être l’énorme coup de boost et la bonne surprise. Lui l’ex Bucks a tout à gagner et tout à prouver.

 

Philadelphia 76Sixers (3) VS Miami Heat (6) 

QUELLE SÉRIE !!

Voilà ce que les amateurs de NBA et de basket vont se dire quand la série sera finie. Des 4 séries de l’Est, celle-ci est clairement la plus déséquilibrée d’un point de vue tactique et technique. Nous avons le café-crème, avec tout pour la vitesse et l’attaque dans la ville en feu du moment aux USA (sur un son de Rocky évidemment) et en face la petite soupe de mamie, consistante et parfois bonne de South Beach.

Chaque franchise a réussi ce que l’on attendait d’elle en début de saison, à savoir accrocher un spot en play-offs. Si le résultat est le même, le chemin pris par ces deux équipes n’est clairement pas le même.

Au fil des semaines, la Hype et la folie ont envahi Philadelphie, et au coeur d’un automne plein de promesses entre les exploits de Carson Wentz et ceux du duo magique Embiid-Simmons, les longues années moroses ont laissé place à un soleil et une explosion littérale de la ville. Une victoire (la première) des Eagles au super-bowl a donné un coup de force incroyable à la communauté. Complètement déchaînées, les fans ont pu ensuite pousser derrière leur équipe NCAA pour une victoire historique de Villanueva fin mars lors du final four universitaire. Un exploit qui s’est propagé jusque dans le vestiaire des Sixers, un vestiaire qui a connu les pires galères du monde depuis 6 ans, et qui maintenant vit bien, sourit, s’amuse et prend un pied terrible à mettre des cartouches monumentales à toutes les équipes qui passent sur leur chemin. 16 victoires de suites avec une alchimie incroyable, dont 7 sans Joel Embiid. L’élu, le messie, Jésus ou qui vous voulez n’aurait pas le même impact que ce “Process” qui se déroule dans cette ville. 2018 c’est l’année Philadelphie, et quand on regarde Ben Simmons (Rookie de l’année), Marketz Fultz, Joel Embiid et les autres… l’année n’est pas finie !

Miami et la hype, c’est de l’histoire ancienne. Même si D.Wade est revenu à la maison pour essayer de la relancer, le gymnase sonne toujours aussi creux. Moins bonne équipe à la maison des qualifiés, Miami est incapable de mettre le feu à sa salle. Réputé excellent entraîneur à juste titre, Eric Spoelstra a construit une équipe rugueuse, disciplinée et intelligente qui ramasse un paquet de matchs à l’extérieur où ces qualités sont primordiales. Il faudra bien ça pour aller chiper une victoire chez les fous furieux de Philadelphie.

Mon Pronostic : Un vent de folie souffle sur Liberty Bell, et les cloches ne sont pas prêtes de s’arrêter. Joel Embiid devrait revenir pour fermer le couvercle entre les matchs 3 et 5. Qualification des Sixers 4-1.

 

Cleveland Cavaliers (4) - Indiana Pacers (5) 

Quand j’écris ou parle de Cleveland, j’ai toujours cette drôle d’impression, ce sentiment en moi d’inachevé et d’incompréhension. Pour tenter d’expliquer avec des mots aux novices qui découvrent la NBA depuis peu, je vais essayer de comparer.

Cleveland dans le paysage NBA avant un certain soir de 2003, c’était une petite Renault Clio qui gambadait tranquillement sur les routes de campagne. Et puis d’un coup, la citrouille se changea en carrosse avec le trade de LeBron James. La Clio à la casse, Cleveland ressemblait d’avantage à une Ferrari. Ferrari neuve, donc qui nécessitait un rodage. Avec le temps, il s’avère que cette Ferrari était en fait une sorte de Formule 1 du futur que personne ne pouvait contrôler. LeBron James est au-dessus de tout le monde individuellement. Mais collectivement les Cavs, c’est une catastrophe. La voiture est mal entretenue et perd contre les San Antonio Spurs en finale.

LeBron James s’en va et la Clio refait surface pour quelques saisons. Jusqu’au retour de LeBron James au bercail, après un petit séjour chez Pat Riley. Et cette fois, il semblerait que les instruments de bord de la nouvelle Formule 1 soient accompagnés de techniciens pour les manipuler. Kyrie Irving, Kevin Love et compagnie réussissent le décollage, tout se passe à merveille, et puis le bug. Le bug n’est pas la première finale perdue contre Golden State (finale où tous les techniciens étaeint au chômage technique), mais l’éjection incompréhensible du Coach Blatt…. POURQUOI ? Surtout quand on voit qui l’a remplacé…

Retour vers le futur. On est reparti pour une voiture plus rapide, mais toujours mal entretenue. La deuxième finale est gagnée par Cleveland (ou perdue par Golden State) suivant l’angle que l’on prend. On se dit que l’avertissement précédent va faire réagir les hautes instances… Et bah non. Nouvelle finale contre Golden State, pour cette fois une défaite sèche et logique… Et c’est là que vous allez comprendre mon sentiment. La machine est bloquée, pas cassée entièrement. 2 ou 3 pièces à changer et le tour est joué comme on dit… Mais dans l’Ohio, les mecs ne sont pas meublés à tous les étages…. Résultat ? La Formule 1 roule parce que LeBron James est le meilleur joueur de basket du monde… Sentiment de frustration terrible et d’admiration incroyable.

LeBron va donc encore une fois devoir tout faire et prier pour que les planètes soient alignées pour aller au bout. En attendant, battre Indiana devrait être une formalité.

Les Pacers sont l’immense et belle surprise de cette saison. Personne ne les voyaient si haut si vite. Oladipo et Sabonis ont apporté une énergie à cette franchise qu’on croyait en reconstruction après le départ de Paul George. Victor Oladipo est devenu un autre homme et un autre joueur durant l’été dernier, l’air de la maison lui a fait un bien fou (il est un ancien étudiant d’Indiana). Il a réussi à prendre le leadership de cette équipe par son talent et son abnégation. À son contact des joueurs comme Lance Stephenson, Darren Collison et d’autres anciens qu’on disait ’perdus’ pour la NBA ont retrouvé une éthique de travail et un comportement professionnel. Tout ce mélange a fait l’ADN 2017 d’Indiana. On est triste pour eux à l’idée d’affronter Cleveland. Une victoire ou deux contre les Cavs sonnera comme une belle cerise sur ce très beau gâteau.

Mon pronostic : Qualification de Cleveland 4 à 2.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter