Pourquoi il ne faut pas enterrer Nadal
Photo Panoramic

Pourquoi il ne faut pas enterrer Nadal

Alors que Wimbledon s'est conclu par un 9ème sacre en grand chelem pour Novak Djokovic, le millésime 2015 de Rafael Nadal est pour l'instant loin de ses standards avec seulement 2 titres en 250, une saison sur terre difficile conclue par une lourde défaite à Roland Garros et une sortie de route prématurée à Londres. De quoi alimenter la chronique du déclin annoncé de l'ex roi de la terre. Voici de quoi désarmer un peu les pessimistes.

Voir Rafael Nadal pointer à la 10ème place mondiale, lui qui occupait le sommet de la hiérarchie il y un peu plus d’un an a de quoi alerter. Que ce soient ses résultats ou son niveau de jeu, aucun indicateur n’est au beau fixe dans la maison Nadal. Et pourtant, l’enterrer prématurément serait une erreur, déjà faite par le passé et à plusieurs reprises. Voici pourquoi :

Il a toujours su rebondir

Fin 2005, année de son explosion, il se blesse gravement et on laisse même entendre que sa carrière est menacée. Résultat : il gagne à Dubai pour son retour en dominant Roger Federer dans un de ses jardins favoris et établit le record de victoires consécutives sur terre battue.

A l’été 2009, après avoir subi sa première défaite à Roland-Garros et n’avoir pu défendre sa couronne à Wimbledon, Nadal est à nouveau stoppé par son corps, une longue absence qui laisse planer le doute. Doute qu’il balaiera en réalisant une année 2010 à couper le souffle avec le retour au sommet mondial, un petit chelem RG-Wim’-USO qui lui permet de détenir la collection des 4 titres majeurs.

Rebelote en 2012, cette fois, l’absence est très longue, elle dure plus de 7 mois. Et la saison 2013, celle de son retour, est peut-être la plus aboutie de sa carrière : invaincu sur ciment extérieur, il remporte 2 nouveaux titres du grand chelem à Roland puis à l’US Open en étouffant en finale Djokovic sur sa surface fétiche, dans un des plus grands matchs de sa carrière.

Vous allez me dire que ces rebonds ont toujours fait suite à des pépins physiques, et non à une crise de confiance et de jeu comme le reconnait d’ailleurs le clan Nadal. Finalement, c’est moins grave, comment un joueur de sa trempe peut-il perdre son tennis ?

Il a toujours su s’adapter

Pour parler de son jeu et de son palmarès, on ne peut que constater les évolutions qui ont marqué de le jeu du Majorquin, évolutions qui lui ont permis d’étendre sa domination à d’autres surfaces que sa terre chérie.

Au commencement, Nadal est un pur terrien, un défenseur incroyable au lift ravageur. La saison 2005 en constitue l’apogée et les limites : sur surface rapide, il boit régulièrement la tasse face aux joueurs offensifs et agressifs. A cette époque, ses bêtes noires ont plutôt le profil d’un James Blake ou d’un Tomas Berdych.

La période 2006-2007 le voit entamer doucement sa mue. Il ajoute à sa panoplie le slice de revers, joue davantage dans le terrain sans perdre le fil de sa domination sur ocre. Match référence : la finale de Wimbledon 2007, il cède en 5 sets face à Roger Federer son grand rival d’alors, mais laisse un message qui résonnera pendant des années. Il se rapproche du Suisse sur les surfaces rapides tandis que l’écart se creuse sur terre battue.

Ses titres à Wimbledon 2008 et à l’Australian 2009 concrétisent la mue de Nadal, il est à ce moment là un joueur sans point faible. Sa préparation de coup droit par le haut est remplacée par un geste plus court, une préparation par le bas qui lui permet de contrer et de ne pas se laisser agresser sur son coup droit. Même sur dur, les joueurs type Berdych ne l’inquiètent plus du tout…

La dernière évolution majeure est due à son dernier rival : Novak Djokovic. Nadal va mettre du temps à trouver la clé pour répondre au “cosmic tennis” du serbe en 2011 qui le domine partout. La finale de l’Australian 2012 perdue est quand même celle où il a trouvé la solution. Agressif en diable, il fait comprendre à son adversaire que désormais c’est lui qui décide quand le point se termine, quitte même à partir à la faute. Depuis ce match, Nadal a dominé Djokovic 4 fois sur 5 en grand chelem.

L’humilité : une arme aussi forte que son coup droit

En fait, les qualités principales de Nadal sont son intelligence et son humilité. Il connait ses points faibles mais a quand même réussi à faire évoluer son jeu de manière évidente : regardez le match Nadal/Puerta à RG 2005, puis le Nadal/Federer à Wimbledon 2008 et enfin le Nadal/Djokovic à l’US Open 2013. Il a toutes les armes pour trouver les réponses à ses problèmes, il l’a toujours fait et si son physique tient (ce qui est apparemment le cas), il n’y a aucune raison qu’il n’y arrive pas.

Les pistes ne doivent pas manquer et nul doute qu’il y travaille actuellement. Mais en voici certaines :

- Changer de raquette

- Changer d’entraîneur

- Changer radicalement de technique au service

- Retourner 1m plus près qu’actuellement

- Moins lifter et prendre la balle plus devant lui sur surface rapide

- Agresser Djokovic systématiquement sur son coup droit en jouant le sien long de ligne

Je suis convaincu que Nadal va remonter la pente en cette fin de saison : presque pas de points à défendre, il a toujours brillé à l’US Open ces dernières années : 1/2 en 2008 et 2009, finale en 2011, titre en 2010 et 2013. S’il remonte au classement, la confiance va revenir et les tableaux vont s’ouvrir. De quoi déjà penser, sans mettre la charrue avant les boeufs, à la décima porte d’Auteuil en 2016…

  1. avatar
    15 juillet 2015 a 11 h 21 min

    Bonne analyse, bon article.

    Je pense aussi que Nadal va rebondir . Mais, il lui faudra du temps, pour révolutionner une partie de son tennis, tout en conservant les aspects positifs de son lifts et de son jeu défensif. Carlos Moya pourrait venir épauler Toni ( qui , c’est certain, ne sera jamais licencié par Rafa ) et lui apporter beaucoup et nottament plus de sérénité sur terre battie ( car quand tout va mal pour Rafa sur terre , tout va mal sur les autres surfaces, c’es un indicateur). Retourner 1m plus près me parait intéressant, car il doit vraiment être plus agressif, et prendre l’initiative. Jusqu’alors, Rafa est un défenseur et un contre-attaquant hors pair. S’il devenait plus offensif, à l’image d’un Roger Federer New Génération, il retrouverait des sentations, ou en découvrirait d’autres. La volée semble être n de ses plus gros points faibles , et même s’il ne monte que très rarement, la travailler ne lui ferait pas de mal.

    Nadal doit modifier sa facon de jouer ( sans tout envoyer balader , comme se splendide coup droit lifté (marque de fabrique ) ) . Il y arrivera surement la saison prochaine, mais l’USO 2015 me parait court comme timing .

  2. avatar
    15 juillet 2015 a 17 h 30 min
    Par Mut

    Un lourd point faible de Nadal : son revers longue ligne.
    S’il améliorait sensiblement ce coup jusqu’à obliger l’adversaire à effectuer un revers croisé, ça lui permettrait de faire des coups droits dans des positions plus confortable.
    Le fait de forcer l’adversaire à jouer sur le coup droit de Nadal c’est un schéma stratégique qui serait déterminant pour son jeu.

  3. avatar
    15 juillet 2015 a 19 h 21 min

    Nadal est le plus formidable combattant qui me vienne à l’esprit. En plus il semble motivé par le tennis lui-même, pas par le succès qu’il apporte. Si le physique tient le coup, je suis persuadé qu’il reviendra au sommet, ou proche. Ce serait bien s’il pouvait remporter un autre majeur, RG étant le plus probable. Ça le ferait entrer un peu plus dans la légende.

  4. avatar
    16 juillet 2015 a 0 h 46 min
    Par Fabian

    Bon article mais on sent le fan peu de profondeurs dans le sujet et vous ne vendez Nadal comme un artiste du jeu alors que ce dernier est en grandement basé sur son physique. Celui-ci l’abbandonant il en devient comme aujourd’hui un joueur quelconque voir médiocre sans la moindre solution de rechange

  5. avatar
    16 juillet 2015 a 1 h 19 min
    Par vivirand

    @ Mut : C’est dans la diagonale de revers que Nadal a des soucis, justement c’est parce qu’il est en difficulté qu’il fait des revers long de ligne, face à djokovic notamment.
    @M.Louart : Nadal est un excellent volleyeur (mac enroe le reconnaît lui même). Il n’a pas évidemment la technique de Llodra, car ce n’est pas son jeu. Il est perfectible au niveau du positionnement sur le court (retours, volées) et en volée de coup droit notamment. Reste à savoir quelles options il privilégiera. J’espère qu’il prendra un coach qui l’aidera au service et pour plus d’agressivité dans son jeu. Je rêve certainement mais j’aimerais qu’il prenne nalbandian comme coach.

  6. avatar
    16 juillet 2015 a 9 h 38 min

    Il est trop tôt pour enterrer Nadal, certes 2015 est un annus horribilis pour lui avec seulement Buenos Aires et Stutgart à son palmarès soit deux petits tournois.

    Mais rappelons nous Federer en 2013, et son retour de phénix en 2014 à 33 ans !

    C’estr seulement si Nadal enchaîne par une médiocre saison 2016 que l’on pourra parler de déclin du champion espagnol.

    Je pense qu’il devrait limiter sa dépendance à Toni et prendre un 2e coach, pour avoir un oeil neuf sur son jeu.

  7. avatar
    16 juillet 2015 a 15 h 16 min

    Pour moi il doit changer de raquette pour plus de puissance, à la manière de Federer. Il devrait peut-être s’alléger un petit peu aussi, qu’il demande à Froome des conseils pour maintenir la puissance en maigrissant.
    Après, à sa place je demanderais des conseils à Wilander, qui avait tourné son jeu vers l’avant à la fin de sa carrière.

  8. avatar
    17 juillet 2015 a 15 h 29 min
    Par Alexandre

    Bon article, le soucis est que j’ai l’impression que le problème n’est pas que mental comme on voudrait nous le faire penser… Il a un jeu de jambe moins bon que avant.. Et lorsqu’on le regarde, on voit aussi qu’il est moins musclé et “fit” qu’avant… Étant un grand fan de Rafa cela m’attriste mais j’espère me tromper!

  9. avatar
    25 août 2015 a 0 h 45 min
    Par nicolas

    Rappelez vous Federer en 2013 avec seulement 1 tournoi gagné à Halle.
    Nadal connaît une année ou rien ne va mais il reste dangereux et l’année prochaine risque d’être celle de la revanche.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter