Premier League : Alexis Sanchez peut-il porter Arsenal jusqu’au titre ?
Photo Panoramic

Premier League : Alexis Sanchez peut-il porter Arsenal jusqu’au titre ?

Arrivé après une belle Coupe du Monde du côté des Gunners, l'attaquant chilien a soufflé le chaud et le froid sur ses deux saisons et demies. Cependant, son replacement en pointe semble l'avoir pleinement relancé et il s'impose désormais comme l'un des meilleurs joueurs de Premier League.

Un espoir du football

Alexis Sanchez pose ses valises à Arsenal auréolé d’une belle Coupe du Monde avec le Chili et d’une carrière déjà bien remplie. Signé à 18 ans par l’Udinese, il est prêté à Colo-Colo puis à River Plate où il s’aguerri encore pour être plus mûr pour son arrivée en Italie. Le chilien ne se fait pas attendre puisqu’il réalise 3 belles saisons en montant en puissance au fil du temps (il inscrit 12 buts lors de sa dernière saison contre 3 pour sa première). Progressant donc dans sa finition en Italie, il arrive toutefois à conserver son style de jeu : un jeu fait de percussion, de grinta et d’activité permanente. Flairant le potentiel de l’enfant de Tocopilla, Barcelone le signe pour 25 millions d’euros en 2011 afin d’apporter une solution alternative à Pedro. Sa première saison est là aussi très bonne puisqu’il inscrit en moyenne 1 but tous les deux matchs. La deuxième saison est moins bonne et il ne confirme pas vraiment les espoirs placés en lui. Dans la foulée, le Barça recrute l’espoir brésilien Neymar et Alexis doit se battre avec la concurrence pour avoir du temps de jeu. C’est sans compter la détermination innée du chilien qui réalise une saison énorme en inscrivant 19 buts en 34 matchs de championnat. Il croit même offrir le titre au Barça lors de ce fameux match contre l’Atletico d’un but magnifique avant que Godin ne donne le titre aux Colchoneros. D’un point de vue collectif, le chilien glane un titre de champion en 2013. Avec le développement de Neymar et l’arrivée de Suarez, Alexis désire devenir la star d’une bonne écurie européenne. Il signe donc chez les Gunners.

Des débuts tonitruants et une suite moins réjouissante

Alexis réalise un début de saison 2014-2015 stratosphérique avec les Gunners où il aligne les performances de haut vol et les buts. Positionné ailier gauche, il rend fou les défenseurs adverses avec ses dribbles chaloupés et sa capacité incroyable à répéter les efforts tout en défendant comme un chien son joueur adverse. Le point d’orgue de sa saison sera sans doute le 4-1 infligé à Liverpool en mars 2015 quand il place un missile sous la barre de Simon Mignolet. Il inscrit également un joli but lors de la finale de la F.A Cup remportée par Arsenal. Suite à cette saison, il est élu joueur de l’année du club par les fans du club. Malheureusement, les blessures et performances en dents de scie d’Ozil font que les Gunners doivent se contenter d’une troisième place en championnat.

En feu avec sa sélection, il ramène la Copa America 2015 à domicile en inscrivant le penalty vainqueur sur une Panenka. Avec Arsenal, son état de forme diminue et il a du mal à rentrer sa saison. Son principal fait d’arme restera ce triplé face à Leicester qui lui permettra de devenir le premier joueur à inscrire un triplé en Angleterre, en Italie et en Espagne. Si Mesut Ozil brille, Sanchez a beaucoup plus de mal sur cette saison. Très maladroit dans le dernier geste, il rate de nombreuses occasions. La suite on la connaît : Arsenal se fait griller la politesse par Leicester et rate une occasion en or de devenir champion d’Angleterre après 11 ans de disette. Les défauts d’Alexis commencent à se manifester sur cette saison : un manque de finition criant, une tendance à trop garder la balle et à ralentir le jeu et enfin une incapacité à surprendre l’adversaire sur le côté gauche avec un jeu trop prévisible. Sur la fin de saison, l’éclosion d’Alex Iwobi sur ce même côté fait basculer le chilien à droite où il reprendra des couleurs. Sa participation au centenaire de la Copa America (que le Chili gagnera encore) continuera de créer les doutes au sein du club londonien puisque pour le troisième été consécutif, Alexis disputera une compétition internationale.

Un replacement bénéfique

Titulaire d’entrée face à Liverpool, le chilien est aligné attaquant de pointe. Si ce premier match n’est pas une franche réussite (la seule défaite de la saison en championnat pour Arsenal), Arsène Wenger va persévérer et continuer d’aligner Alexis en 9. Pour le moment, il en est à 11 buts inscrits en 15 matchs, occupant la deuxième place du classement des buteurs. Mais l’influence de Sanchez sur le jeu des Gunners ne s’exprime pas uniquement par les stats. Certes, le chilien semble avoir retrouvé une excellente finition et une confiance un peu perdue l’année dernière. Il apporte désormais dans d’autres domaines et son style de jeu rend les autres meilleurs. Alexis décroche souvent et a développé un arsenal (vous l’avez ?) de passes assez impressionnant. Il est capable de délivrer d’excellents ballons aux joueurs de côtés afin de créer des situations dangereuses. De plus ses décrochages permanents permettent notamment à Walcott et Ozil de se retrouver en très bonne situation. Le génie allemand n’a jamais autant marqué et est en train de devenir plus buteur que passeur, à l’image de l’illustre Dennis Bergkamp. Tandis que le sprinteur anglais profite d’une forme physique étincelante grâce à laquelle il est capable de répéter les efforts et se retrouver dans de bonnes conditions.

Un autre point intéressant du replacement de Sanchez : son activité. Capable de tenir 90 minutes à plein régime, il est un poison aussi bien offensivement qu’au pressing. Sa grinta et son cardio en font un attaquant quasiment intenable et permettent de compenser sa petite taille (1m69). Son explosivité lui permet de gicler dans les pieds des défenseurs adverses, de récupérer le ballon et aller finir face au but. “El nino maravillo”, comme il est appelé au Chili, s’est spécialisé cette saison dans les finitions humiliantes pour le gardien adverse : petit piqué, feinte de frappe à la vitesse de la lumière ou encore lob à l’entrée de la surface.

Enfin, Sanchez en pointe permet à Arsenal de jouer des contre-attaques foudroyantes. Grâce à la vista d’Ozil et la vitesse des ailiers, Sanchez peut rapidement être mis sur orbite soit sur des passes en profondeur soit sur des centres. Cette capacité de projection rapide est bien évidemment plus difficile à mettre en place avec Olivier Giroud, qui apporte d’autres solutions.

Suffisant pour le titre ?

On n’a peut être jamais vu ces dernières années un “supporting cast” du côté d’Arsenal aussi efficace que cette saison. Derrière les deux stars Ozil et Sanchez, Oxlade-Chamberlain n’a jamais autant marqué, Walcott réalise un bon début de saison, Giroud en joker arrive encore à marquer et le jeune Iwobi après un passage à vide semble reprendre des couleurs. De plus, la recrue Lucas Perez montre des passages intéressants mais il manque encore de temps de jeu. Compte tenu de la forme récente des cannoniers, le titre est envisageable.

Mais c’est sans compter sur la concurrence (Chelsea particulièrement) et sur des variables trop souvent présentes dans les saisons d’Arsenal. En effet, la régularité des joueurs cités auparavant est loin d’être exemplaire et il ne serait pas étonnant de les voir sombrer pendant plusieurs matchs. Le jeu offensif des Gunners est très dépendant des gestes d’Ozil et d’Alexis, si l’un des deux se blesse les conséquences pourraient être terribles pour l’attaque. Si la défense offre maintenant des garanties, le double pivot au milieu de terrain ne semble pas forcément fixé et Wenger continue de tâtonner pour trouver ses hommes depuis la blessure de Cazorla. Coquelin offre un profil solide d’un point de vue défensif mais trop limité offensivement, Xhaka est excellent dans la création du jeu offensif des Gunners mais commet des erreurs “bêtes” (carton rouge, pénalty évitable concédé), Ramsey est loin d’être dans la forme de sa vie et El Neny est un bon joueur mais sans doute trop limité pour le moment pour être titulaire au milieu.

Si Alexis continue d’être l’homme providentiel d’Arsenal, ils ont de bonnes chances d’aller chercher le titre. Son replacement dans l’axe permet à ses coéquipiers de briller et de profiter de son activité. Les blessures et la régularité seront encore les juges de paix pour Arsenal et là-dessus Arsène Wenger est souvent appelé à plaider coupable…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter