PSG : Une défaite et des questions
Photo Panoramic

PSG : Une défaite et des questions

Dans une double confrontation où il n'a pas existé, le PSG a fait la lumière sur ses carences au niveau européen.

Hier dans l’antre du FC Barcelone le PSG n’a pas réalisé l’exploit et a logiquement perdu face à une équipe catalane bien supérieure dans tous les compartiments du jeu.

Cette élimination, qui n’a rien de honteuse ou d’extraordinaire, soulève quand même bon nombre de questions qui vont au delà de ce match retour.

Car contrairement aux deux années précédentes où Paris avait stoppé son parcours européen à ce stade des quarts de finale, cette année le club de la capitale n’aura pas l’étiquette du perdant valeureux à qui la qualification aura échappé du fait d’un détail.

Sur la double confrontation face à Barcelone jamais le PSG n’aura été en mesure de rivaliser. Il n’aura été qu’un sparring partner, un tour de chauffe pour Neymar, Suarez et consorts.

Les plus optimistes pour ne pas dire naïfs tendront l’argument des blessures. Oui il manquait Ibrahimovoc, Lucas et Verratti à l’aller et Thiago Silva ou Motta au retour. Les blessures sont le lot du football, elles ne sauraient justifier les errements parisiens.

J’en veux pour exemple le Bayern Munich qui hier soir privé de Alaba, Schweinsteiger, Ribery ou Robben a atomisé le FC Porto pour se qualifier en demi finale. La différence me direz vous ? Quand le Bayern remplace ses blessés par Gotze, Xabi Alonso ou Müller les seules alternatives parisiennes se nomment Rabiot, Camara ou Cabaye.

Le PSG n’a pas l’effectif d’un cador européen. Un effectif en passe de tout gagner en France mais limité au niveau européen.

Le parallèle est intéressant entre le match du Bayern et celui de Paris, tous deux battus à l’aller et qui devaient s’imposer pour se qualifier. Le Bayern dès le début du match a mis un pressing d’enfer, a joué haut pendant que Paris semblait accepter son rôle de victime sans aucune forme de rébellion. Les joueurs cadres de Munich ont insufflé un violent de vent de révolte pour s’imposer au contraire des parisiens.

Mais qui sont et où sont les cadres parisiens ?

Zlatan Ibrahimovic qui depuis sa blessure de fin d’année 2014 n’est que le fantôme de la star planétaire qu’il est.

Edinson Cavani qui entre crise de confiance et egocentricité de Zlatan ne parvient pas a redevenir le génial goleador du Napoli.

Salvatore Sirigu qui montre ses limites à ce niveau (pire ratio de frappes bloquées en Ligue des Champions cette saison)

Thiago Silva qui alterne entre blessures et moral sur courant alternatif.

Mais Paris n’en est qu’au début de son ère moderne et devra être patient pour s’inviter à la table des grands d’Europe, une table aujourd’hui trop grande pour ses petites épaules.

Paris doit comprendre que l’Europe se gagne, se mérite et ne s’achète pas à coup de millions. Paris devra encore se contenter de boire le vin national en attendant de se délecter un jour du champagne européen.

  1. avatar
    22 avril 2015 a 19 h 01 min
    Par pierre herdon

    Super article comme toujours. Excellente analyse

  2. avatar
    22 avril 2015 a 20 h 35 min

    Il n’y a plus de Champagne européen en production. Le Champagne demain, c’est en 1st League qu’on va le trouver et uniquement là!

    La solution pour les autres gros clubs européens appelés à se morfondre dans une LDC dévaluée, c’est peut-être de de mander une autorisation pour participer au championnat anglais, destiné à devenir une sorte de NBA du football.

    Ou alors de vendre suffisamment de joueurs Français Outre-Manche pour que les clubs Britishs ressemblent à s’y méprendre au Championnat de D1 avant Bosman, les noms de clubs exceptés.

    Pour régler ce petit problème de “naming”, il n’y a qu’à tisser des jumelages entre club anglais et français… Un Arsenal-PSG, un ManU-OM, un Liverpool-OL, un Everton-ASSE, un ManCity-Monaco, un Newcastle-Bordeaux (de bons crûs en perspective!), etc…

    Innovons un peu, sinon on va rester encore 50 ans en rade. Il faut “griller” les clubs allemands qui ne vont pas tarder à s’engouffrer dans une brèche éventuelle…

    Les clubs espagnols, au nombre de deux ou trois “compétitifs” (suivant les périodes) dans leur championnat, continuerons à s’occuper en alternance de ce qui restera de la LDC…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter