Argentine – Angleterre : Reservoir dogs
Photo Panoramic

Argentine – Angleterre : Reservoir dogs

La vingtaine de milliers de supporters argentins massée dans l’Estadio San Juan pensait la victoire « en el bolsillo » quand la vieille connaissance du meilleur championnat du monde, Juan Martin Hernandez, claqua un drop magistral à quatre minutes du terme, mais c’était sans compter sur la pugnacité anglaise qui, par l’intermédiaire du nouveau capé Denny Solomona, inscrivait un dernier essai à la 78ème synonyme de victoire. Pour constituer son groupe de chiens enragés, Eddie Jones a raclé le fond d’un profond réservoir anglais qui ne manque pas de pépites.

Ce match sentait le tango, les Pumas composés de Jaguares avaient les crocs acérés après une saison de SuperRugby terminée à la dixième place et n’avait qu’une envie, celle de faire valser leurs cavaliers d’un premier soir. Face à eux, une équipe anglaise remaniée et pour cause, un fort contingent d’anglais participant à la Tournée des Lions. Remaniée certes, mais avec des hommes habitués à la scène internationale : Dylan Hartley, Joe Launcbury, Danny Care, George Ford, Jonny May, Marland Yarde, Mike Brown pour ne nommer qu’eux. Avec ces « vieux », de nouvelles cabines, quatre démarraient même le match : Harry Williams, Mark Wilson, Tom Curry et Alex Lozowski.

 

Emiliano Boffelli, première gagnante

Les hommes d’Eddie Jones suffoquent sous le soleil et les assauts des argentins. « Los Pumas » se présentent avec de la vitesse autour de leur charnière, le demi-de-mêlée Landajo tire sur le cordeau, les Leguizamon et Lavanini tapent comme des brutes épaisses sur la ligne de front anglaise, tellement qu’elle fissure dans les 10 premières minutes, l’ex-toulonnais Nicolas Sanchez tape un coup de pied rasant dans le second rideau côté Marland Yarde monté en ligne, Emiliano Boffelli (aucun lien) ne se prie pas pour fêter sa première et plonge rageusement sur la gonfle, l’Argentine est déjà aux manettes.

 

Le pied de George Ford, le gain de Yarde

L’Angleterre revient par le pied sous les sifflotis de San Juan, 7-3 puis 7-6 et c’est à la demi-heure de jeu qu’elle brille par l’inspiration de Lozowski, le jeune joueur des Saracens envoie Marland Yarde et sa vitesse de pointe derrière la ligne, 7-13 après transformation. L’essai psychologique, celui d’avant mi-temps, revient à Lavanini qui avec la puissance qu’on lui connait et l’ae de ses avants franchit la ligne à son tour. Nicolas Sanchez transforme et ajoute même trois points de plus en toute fin de premier acte, les Pumas mènent 17-13 à la pause.

 

L’entrée de Denny Solomona : 14-0 pour les argentins, avant…

L’entame du second acte est anglaise, Ford au pied ramène la Rose à un point, puis un coup de pied rasant d’Henry Slade envoie Jonny May imiter Boffelli, l’Angleterre est devant 17-23 à la 48ème. Marland Yarde cède sa place à Denny Solomona, l’ex treiziste néo-z de naissance et ailier des Sale Sharks connait deux balbutiements défensifs fatals qui permettent aux argentins d’infliger un 14-0 à leurs adversaires : Landajo fait sa valise au ras d’un ruck avant de transmettre à Géronimo de la Fuente qui vient sous le H fêter son passage en en-but. Puis c’est au tour de Joaquin Tuculet de conclure une incroyable action qui a démarré de leurs 22 mètres pour finir 80 mètres plus loin. Sanchez continue d’enfiler les perles, il transforme et ajoute même trois nouveaux points sur pénalité, 31-23 à l’heure de jeu.

Juan Martin Hernandez ce héros, Denny Solomona ce héros

George Ford sort l’artillerie lourde des 55 mètres en coin, la Rose revient à une marque 31-26 puis fait admirer ses canes, sur un contre assassin, jouant en relais avec Piers Francis entré plus tôt, pour s’échapper vers le poteau de coin. Sa transformation fuit les perches d’une bonne dizaine de mètres, Angleterre et Argentine sont dos à dos, 31-31 à la 66ème.

C’est alors qu’el Mago profite d’un temps fort des Pumas pour claquer un drop courte distance qui fait se lever l’Estadio San Juan à quatre minutes de la sirène. L’Argentine pense tenir sa victoire mais un déboulé sur l’aile de Solomona vient mettre à mal les organismes et l’orgueil des argentins, le cross-code néo-zélandais file à dame sourire aux lèvres et l’Angleterre s’impose 38-34 au terme d’un match, que vous aurez compris, riche en rebondissements.

 

Un homme dans le match : George Ford

Il n’avait pas le sourire le futur ex-joueur de Bath. Le néo-tigre de Leicester vexé par Warren Gatland de ne pas avoir été pris pour la Tournée des Lions a récité son rugby hier soir. Solide au pied, canes affûtées, le fils de Mike Ford s’est régalé dans l’animation offensive, l’infatigable Joe Launchbury et la puissance de Nathan Huges lui ont permis de bénéficier d’une piste de danse où il a pu exprimer tout le talent qu’on lui reconnait, il a marqué 23 des 38 points de son équipe.

 

Les réactions

Eddie Jones : « C’est un très bon résultat, mais je suis frustré par la performance, on a trop donné de points. Mais on a montré qu’on avait du caractère, nous avions dix nouveaux qui sont entrés dans une situation où on cherchait la victoire. Ils ont été fantastiques. Ils ont fait des erreurs mais ils ne sont pas restés dessus. Prenez l’exemple de Denny (Solomona), il fait deux grosses erreurs défensives, puis il inscrit un essai venu de nul part. »

L’ex-centre international Jeremy Guscott : « Avec ce banc inexpérimenté, je pensais que l’Angleterre allait souffrir. Mais ils sont revenus dans le match et ont été absolument phénoménaux dans les dernières minutes. »

Sir Clive Woodward : « Les Lions peuvent regarder ce match avec attention, il y a eu de sacrés belles peformances de la part de ces jeunes anglais aujourd’hui. »

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter