Jonah Lomu, le monstre maori
Photo Panoramic

Jonah Lomu, le monstre maori

Lomu, c'était un peu comme le mec plus fort que toi, plus rapide que toi, plus charismatique que toi. Le mec que tu détestes secrètement mais que t'essaies d'imiter.

Décédé le 18 novembre 2015 à l’âge de 40 ans, Jonah Lomu a fortement marqué le rugby de son empreinte. Personne n’oubliera l’autobus néozélandais. Hier, il aurait eu 42 ans, l’occasion pour nous de dresser son portrait afin de lui rendre hommage.

Jonah Lomu est né le 12 mai 1975 en Nouvelle-Zélande. La légende dit qu’il faisait 6,5 kilos à la naissance. Mais les sources sont divisées à ce sujet. Il vit une enfance difficile, frappé par son père. Après avoir passé quelques années au Tonga, il grandit à Auckland, une des plus grandes villes de Nouvelle-Zélande.

A 15 ans, alors que son père s’apprêtait une fois de plus à le frapper, Jonah Lomu a pour la première fois riposté. Il raconte : “Ce jour-là, mon père avait picolé. Ce jour-là, il a levé la main pour me frapper – encore. Ce jour-là, je l’ai attrapé, je l’ai soulevé et je l’ai balancé sur le sol à travers la pièce. Je n’accepterai plus jamais ça ! lui ai-je hurlé en me postant devant lui. Si jamais tu lèves encore la main sur moi ou sur n’importe quel autre enfant, tu auras affaire à moi !”. Son père lui a alors hurlé dessus en le foutant dehors de sa maison. C’est la dernière seconde que Jonah passait sous le toit de son père. Ce jour a été un vrai déclic pour le jeune Jonah qui était devenu grand.

Jonah Lomu commence d’abord par jouer au rugby à XIII jusqu’à ses 14 ans. Il est ensuite repéré par un entraineur qui le fait jouer au rugby à XV. Il évolue alors dans les équipes jeunes de la Nouvelle-Zélande. Puis vient la consécration. En 1994, à 19 ans et 45 jours, il devient le plus jeune joueur de l’histoire à porter le maillot des All Blacks. Il joue d’ailleurs ses deux premiers matchs contre le XV de France pour deux défaites. Pas des débuts rêvés.

Après seulement 2 sélections, Jonah Lomu est retenu pour participer à la Coupe du Monde 1995 en Afrique du Sud. Une Coupe du Monde qui va se révéler extraordinaire à tous points de vue. L’autobus marque 7 essais lors de la compétition dont 4 en demi-finale contre le XV de la Rose. Les Blacks écrasent leurs adversaires et Lomu les piétine. En finale se dresse face à lui l’Afrique du Sud. Le coach des Blacks a déclaré ceci au sujet de ce match : “Nous ne savions pas ce qui allait se passer. Quand Nelson Mandela a surgi de sous les tribunes avec un maillot des Springboks, la foule est devenue littéralement survoltée. C’est l’expérience la plus extraordinaire que j’ai vécue dans un stade de rugby. Il a clairement dopé les spectateurs et l’équipe des Springboks”. A ce dopage psychologique s’est très certainement ajouté un véritable dopage physique. Une épidémie de maladies neurologiques rares a frappé une partie des joueurs sud-africains de l’époque. C’est toujours délicat d’évoquer ce sujet mais il parait clair que les Springboks de 1995 n’avaient pas bu que de l’eau. Toujours est-il que les Blacks ont perdu cette finale et que Mandela et l’Afrique du Sud l’ont gagnée.

Après cet échec, Lomu remporte avec les Blacks le premier tournoi des tri-nations de l’histoire en 1996. Mais l’année 1997 est une année noire pour lui. Un problème rénal est diagnostiqué et il doit être soigné durant pratiquement toute l’année. Les Blacks remportent une fois de plus le tournoi des tri-nations en 1999. Lomu est sur le banc durant tout le tournoi mais se prépare pour la Coupe du Monde 1999 en Europe. Il marque 5 essais en poules, dont un absolument splendide face à l’Angleterre. En quart de finale contre l’Ecosse, les Blacks s’imposent 30-18 grâce à un essai de Lomu. En demi-finale c’est le le XV de France qui se dresse face aux Blacks pour un des plus beaux matchs de l’histoire des Bleus. Malgré deux essais inscrits, Lomu et son équipe doivent s’incliner 43-31. Malgré ce nouvel échec dans sa tentative de remporter une Coupe du Monde, Jonah Lomu peut se consoler en devenant le meilleur marqueur d’essais de l’histoire de la Coupe du Monde avec 15 réalisations (record égalé plus tard par le Sud-Africain Brian Habana).

Par la suite, il se met à jouer un peu moins avec les Blacks. En club, il joue pour les Hurricanes. Puis en mai 2003, la nouvelle tombe : la fédération néo-zélandaise annonce que Lomu est mis en dialyse trois fois par semaine à cause de la détérioration de ses fonctions rénales. Il ne peut disputer la Coupe du Monde 2003 et les médecins lui déconseillent de rejouer au rugby. Après une première greffe en 2004, il essaie de faire son retour. Il atterrit en juin 2009 à Marseille Vitrolles, club de Fédérale 1. Il met ensuite un terme à sa carrière.

Ce monstre de 1m96 et 119 kilos dit au revoir au rugby. Celui dont la puissance développée serait équivalente à une Twingo lancée à 27 km/h aura joué 63 matchs pour les All Blacks pour 37 essais inscrits. Il a véritablement contribué à faire du rugby un sport important et “médiatisable”. En 1999, il avait signé le plus gros contrat dans le monde du rugby avec Adidas. Il a même donné son nom à un jeu video. Il a fait passer le rugby dans une autre dimension. Il était également membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes œuvrant pour la construction d’une paix durable grâce au sport.

Malheureusement, il s’est éteint le 18 novembre 2015, victime d’une embolie pulmonaire. Sa mort n’est pas directement liée à sa maladie rénale pour laquelle il attendait une seconde greffe depuis 2012. Mais il est clair que ses problèmes rénaux ont accentué les risques de thrombose (formation d’un caillot de sang qui peut ensuite évoluer en embolie pulmonaire).

Tous lui ont rendu hommage, notamment Vincent Clerc qui a déclaré à son sujet : “C’était un honneur de jouer face à celui qui aura le plus marqué le rugby mondial. C’est une chance de l’avoir affronté. Il transpirait la force, mais aussi la gentillesse et la simplicité. C’était pour moi la rencontre la plus marquante de ma carrière”. Après ça, il n’y a plus qu’à se taire.

  1. avatar
    15 mai 2017 a 15 h 05 min

    Merci pour l’article. Effectivement Lomu était comme un ovni sur la planète rugby, symbolisant la transition vers les pros.

    Il me semble qu’un article sur la finale de 1995 avait été publié ici.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter