Fusion : économiquement justifiée, sportivement désolante, historiquement triste
Photo Panoramic

Fusion : économiquement justifiée, sportivement désolante, historiquement triste

Ce lundi matin, les présidents Savare et Lorenzetti ont décidé d'un accord concernant la fusion du Stade Français Paris et du Racing Métro 92.

Les derniers propos d’un potentiel accord entre ces deux formations remontaient il y a à peu près un mois. D’un coté, nous avons le Stade Français, à la traine en championnat depuis son titre en 2015. Les parisiens pointent à la 12e place du classement avec 40 points. Quasi intraitables à domicile, les matchs sont terriblement rudes à l’extérieur pour cette formation qui encaisse de nombreuses défaites. De l’autre coté, le club du Racing Métro à du mal à se remettre de son titre de champion de France en 2016. Le contre coup place cette équipe en 7e position du championnat malgré de nombreux talents dans l’équipe comme Dan Carter ou bien d’autres internationaux. L’accord passé entre ces deux clubs est fortement médiatisé et partage les avis. Ils sont plutôt positifs du coté des ciels et blancs et plutôt négatif pour les parisiens, qui se sont réunis ce mardi sur le parvis de leur stade fraichement rénové, Jean Bouin.

 

Au niveau économique, qu’est-ce que cela peut apporter ?

Le Stade Français est actuellement 3e du classement des budgets du Top 14 avec près de 27,5 millions d’euros. De son coté, le Racing est 5e avec un budget de 25,4 millions d’euros. Ces deux formations sont donc plutôt bien loties mais un point noir reste centré, l’affluence au stade. Que ce soit du coté de Colombes ou encore dans le XVIe arrondissement parisien, les enceintes ont tendance à être trop vides pour un match de haut niveau professionnel. Cet amortissement que peut être la billetterie n’en est donc pas un pour ces deux équipes et cela est largement provoqué par la baisse des résultats, ce qui a été prouvé par une étude récente. Une fusion permettrait d’unir le budget de ces deux formations et donc de devenir 1er budget de France. De nos jours, de nombreuses entreprises fusionnent pour collectiviser une grande force et puissance économique dans le but de rivaliser avec les concurrents. C’est exactement la même chose qui se passe en Ile de France, comme l’ont expliqué les deux présidents, mains serrées. Le véritable objectif économique dans l’histoire est de monopoliser le capital du rugby français afin de retrouver les sommets et rivaliser avec des équipes qui ont de très gros budgets, comme Toulouse ou encore Toulon qui peuvent se permettre l’achat de joueurs conséquents. Dès lors, cette fusion se transforme comme étant un réel avantage, mais sur le plan sportif ou historique, c’est bel et bien ici que se trouve le noeud de la confusion et de la colère.

 

L’effectif ? 45 + 45 = 45

Plusieurs conditions ont déjà été fixées par les deux présidents. Le duo d’entraineur sera celui qui dirige actuellement le Racing 92, le duo Labit-Travers. Mais le problème est beaucoup plus vaste. En effet, avec respectivement des effectifs d’approximativement 45 joueurs, une fusion pour former une seule équipe ne peut donc conserver 90 joueurs. Il va donc y avoir un grand tri de la part du staff, ce que peuvent redouter notamment les parisiens puisque la majorité des entraineurs sont du Racing 92. De plus, la rivalité qu’était celle entre ces deux équipes ne sera plus. Certains joueurs refusent d’accepter cette fusion du fait d’une grande rivalité entre ces deux formations, une rivalité qu’ils connaissent, pour certains, depuis leur plus jeune âge. Concernant le maillot et le nom, les présidents ne se sont pas avancés sur ce sujet. Le stade pose également un sérieux problème. Une rénovation de Jean Bouin a couté près de 20 millions d’euros à la mairie de Paris et ne serait plus utilisé ? En cause, un nouveau stade, construit à Nanterre, d’une capacité de 32000 places, l’Arena 92. Beaucoup de questions se posent sur le plan sportif, d’autant plus que les joueurs du Stade Français se sont mis en grève dès aujourd’hui pour contester cette décision. Ils devaient se déplacer à Castres ce week end, dès lors, la rencontre sera très certainement reportée.

 

Une histoire trop vite effacée ?

Pascal Papé, qui est un emblème du club, a pris la parole devant les supporters. Il s’en prend notamment à son président. Il considère “que pour une grande décision historique de ce type, cela se concerte avec la famille (joueurs, staffs), et là, la famille n’a pas été sollicitée”. Plein d’émotions, les parisiens vivent mal cette fusion. Fort de 114 ans d’histoire, ils ont remporté le championnat de France à 14 reprises, le premier remontant à 1893. Pour les joueurs les plus emblématiques, c’est une histoire qui s’efface en moins d’une seconde. De leur coté, le Racing a été champion par 6 fois. Un autre club rempli d’histoire qui, en s’unissant, oublie presque trop rapidement, une partie de son passé, pour désormais, partager le futur avec son meilleur ennemi. Economiquement, cela est donc une bonne chose, mais sportivement et historiquement, c’est un désastre pour le rugby français qui perd deux des plus gros clubs de ce championnat.

 

Quentin Jacquet @Plexusport

 

  1. avatar
    15 mars 2017 a 15 h 11 min
    Par Cullen

    Fusion, absorption, grève, doublons, délocalisations, dopage, contrats non respectés par des joueurs prêts désormais à aller au bras de fer avec leurs clubs, et même soupçons de viol… Les ravages du professionnalisme commencent à se faire cruellement sentir. J’espère vraiment que les joueurs du Stade Français iront au bout de leur combat, que les résultats de la saison seront invalidés, et que ça fera réagir la Fédé parce que là, ça va vraiment trop loin.

    Je suis persuadé que Savare et Lorenzetti ne connaissent même pas la manière dont leurs clubs respectifs sont venus au monde alors je vais le leur rappeler brièvement. Le Racing a été fondé par des étudiants anglais de l’université de Cambridge (d’où les bandes bleu ciel) qui avaient pris l’habitude de jouer entre eux, ce qui a provoqué l’agacement de certains étudiants français qui ont alors décidé de créer un club réservé aux athlètes nationaux, aux couleurs rouge et bleu de la capitale, et à qui il ont donné un nom plus “gaulois”, le Stade (en référence au lieu où se pratique le sport) français. Il y avait donc une vraie rivalité à l’origine.

    Mais si ce projet de fusion a malheureusement des chances de passer, c’est que – s’il existe aujourd’hui encore quelques divergences culturelles, le Racing étant plutôt traditionnaliste et le Stade plus “original” -, ces différences ne sont plus suffisamment importantes. Un tel rapprochement serait inimaginable en football entre Lyon et Saint-Etienne par exemple, de même que le projet de fusion entre Biarritz et Bayonne n’a jamais vu le jour, alors que d’un point de vue économique, il semblait bien plus cohérent. Car plus que le rapprochement géographique, ce qui fait le sel d’un derby, c’est l’opposition de deux identités, de deux cultures. Et aujourd’hui le Stade Français et le Racing se ressemblent trop, ils évoluent tous deux dans les beaux quartiers de l’ouest parisien, et touchent la même catégorie de supporters, si bien que l’affluence dans les deux enceintes n’a jamais été énorme, et que la levée de bouclier qui a suivi cette annonce n’est quand même pas très véhémente.

    Pour finir, quand je vois qu’à Londres il y a une quinzaine de clubs professionnels de football et au moins 4 ou 5 en rugby, et qu’à Paris on est incapable d’en faire cohabiter 2 (aussi bien en foot qu’en rugby), je me dis qu’on a un rapport vraiment compliqué avec le sport…

  2. avatar
    16 mars 2017 a 17 h 14 min
    Par Cullen

    Tenez, un peu d’auto-promo en guise de complément :
    http://yourzone.beinsports.fr/stade-francais-racing-metro-rivalite-historique-ou-derby-artificiel-49569/

  3. avatar
    16 mars 2017 a 20 h 05 min

    Christian, elle est bonne celle-là “et que la levée de bouclier qui a suivi cette annonce n’est quand même pas très véhémente” belle allusion au Bouclier de Brennus :P

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter