Le Racing sort son costume de champion à Montpellier
Photo Panoramic

Le Racing sort son costume de champion à Montpellier

Montpellier accueillait, hier après-midi, le Racing 92 pour l'un des barrages de la phase finale du Top 14.

Immenses favoris pour ce match, les Montpelliérains ont été surpris par un Racing 92 qui a joué sa carte à fond à l’Altrad Stadium (13-22). Il y a à peine un mois, le MHR infligeait une correction aux franciliens sur le score de 54-3. Mais là, c’était bien différent, car l’effectif de Laurent Travers et Laurent Labit était au complet.

Venus de Colombes avec beaucoup d’ambitions et de supporters, les Racingmen ont logiquement remporté cette rencontre tant leur domination a été sans partage durant 80 minutes. Ils ont littéralement “mangé tactiquement et physiquement” les héraultais dans tous les secteurs de jeu, que ce soit la mêlée, la touche ou encore la puissance du pack, là où ces derniers sont rois habituellement. Ils valident ainsi leur ticket pour la demi-finale du coté de Marseille, qui se jouera samedi prochain face à Clermont.

LE FIL ROUGE DU MATCH

Deux formations avec beaucoup d’ambitions étaient alignées. A la baguette, une charnière Paillaugue/Du Plessis pour Montpellier et Machenaud/Carter pour les champions de France en titre. 17h à l’Altrad, les deux équipes entrnt sur la pelouse, bien préparée pour l’occasion.

Mais le public assiste à un début de match auquel il ne s’attendait pas. De manière générale, à domicile, les hommes de Jake White ont tendance à vouloir écraser leurs adversaires dès les premières minutes. Ce n’est pas le cas cette fois puisque le Racing 92, parfaitement en place, joue son jeu à fond balle en main et oblige les Montpelliérains à rester dans leur camp, sans pouvoir porter la moindre attaque. Dan Carter manque une pénalité après seulement trois minutes de jeu.

Durant ce premier quart d’heure, les franciliens monopolisent le ballon dans les 50 mètres du MHR et font parler leur puissance en se montrant de plus en plus dangereux. La défense tient bon jusqu’à la 15e minute (avec un essai refusé à Nyanga de justesse) avant de craquer quelques secondes plus tard lorsque, sur un maul, Nakarawa sort le ballon plus tôt que prévu, fait un feinte de passe et “enrhume” la défense de Montpellier pour marquer sous les poteaux (0-7).

Cet essai a le mérite de réveiller les locaux. Cinq minutes plus tard, nous les voyons mettre en place le jeu qu’ils connaissent par coeur, celui de la puissance. Après une pénalité rapidement jouée à cinq mètres, ce filou de Benoit Paillaugue se joue de la défense du Racing pour aller aplatir et porter le score à égalité à la 20e minute (7-7). Dès lors, le champion en titre remet les choses à plat et une pression infernale sur les héraultais. Il inscrit un nouvel essai à la 24e minute par Teddy Thomas, parfaitement servi par Nyanga après un jeu au pied de Machenaud (7-14). Catrakilis, entré en jeu à la place de Du Plessis, porte le score à 10-14 en toute fin de première période grâce à une pénalité. Les Montpelliérains ont été dominés de partout dans ce premier acte et c’est un moindre mal pour eux de revenir aux vestiaires avec seulement quatre points de retard.

Revenus avec de meilleures ambitions, les locaux réduisent le score à 13-14 à la 52e minute, tout en subissant encore le rouleau-compresseur du Racing. Dès lors, les Montpelliérains ne voient (quasiment) plus la moitié de terrain des ciels et blancs. Ben Arous se voit refuser un essai à la 61e minute, après un retour in extremis de Nagusa. Nous pensions qu’à un point de l’adversaire, les héraultais pourraient sortir le meilleur jeu possible et les visiteurs reculer un peu, mais c’est l’inverse qui s’est produit. Durant toute la seconde période, les Racingmens ont poussé et monopolisé le jeu sans aucun problème, marquant l’essai de la victoire à la 75e minute par Rockocoko qui a fait un match immense (13-22).

Le Racing 92 s’impose logiquement à Montpellier après une partie d’une intensité rare et une bataille tactique et physique rondement menée par les franciliens. Ils iront à Marseille dans le but de toujours défendre le titre qui semblait leur échapper il y a seulement un mois. De leur coté, les Montpelliérains terminent cette belle saison sur une désillusion mais sur ce match, l’adversaire était beaucoup trop fort pour espérer un résultat.

LES RÉACTIONS

Maxime Machenaud, demi de mêlée du Racing 92, à notre micro : “A partir du coup de sifflet final, est-ce qu’on a déjà la tête tournée vers Marseille, ou avant tout fêter ? On va savourer, on va en profiter dans le vestiaire. Chacun est libre de faire ce qu’il a envie mais je pense qu’il y a un gros match à préparer pour samedi prochain, on va bien récupérer pour cela.”

“Un petit mot sur une nouvelle demi-finale face à Clermont ? Il y aura encore du jeu, je pense, de l’intensité aussi, il faudra être présent dans ce secteur.”

Fulgence Ouedraogo, capitaine du MHR à notre micro : “Que dire de ce match ? C’est dur, neuf mois d’efforts et on se dit qu’on perd notre premier et dernier match à domicile, c’est cruel. Mais sur le match d’aujourd’hui, le Racing a été meilleur que nous, on a été trop maladroits, trop imprécis et fébriles pour être à la hauteur de cette équipe.”

“Ce match a-t-il été pris par le mauvais bout ? Je ne pense pas qu’on l’ait pris à l’envers, on est mis sous une pression, on perd des joueurs importants dès le début du match, mentalement ça met un coup et le Racing en a profité avec ses joueurs de classe internationale.”

“Est-ce que vous aviez l’équipe pour un tel rendez-vous ? On s’est battu, mais trop imprécis et c’est malheureux. C’est dur, on échoue, alors qu’on avait les cartes en mains.”

“L’une des plus grosses désillusions à Montpellier ? C’est dur de perdre un quart de finale à domicile. On aurait aimé offrir à notre public une demi-finale, on n’a pas été à la hauteur. Il faudra repartir de l’avant la saison prochaine et ça sera compliqué.”

Dan Carter, demi-d’ouverture du Racing 92 à notre micro : “Belle victoire aujourd’hui, ce n’était pas gagné ? Oui, beaucoup de satisfaction. Tout le monde s’est donné à fond cette saison. Gagner ici à Montpellier, c’est très difficile à faire, surtout pour nous vu le match d’il y a quelques semaines. Ce qui est satisfaisant, c’est que nous avons un nouveau week-end de compétition.”

Quentin Jacquet (@q_jcqt), depuis l’Altrad Stadium, quentin.jacquet01@outlook.fr

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter