Il serait temps de capitaliser à Clermont !
Photo Panoramic

Il serait temps de capitaliser à Clermont !

Clermont, toujours placé mais jamais gagnant... Il serait temps pour les Auvergnats de ramener des trophées à Marcel Michelin.

Ca ne dure jamais très longtemps,

Une journée et l’AS Clermont Auvergne retrouve son trône.

Suite à la déconvenue subie sur la rade toulonnaise, la réaction clermontoise était scrutée et elle a été à la hauteur des espérances des supporters. Une victoire autoritaire sur des Castrais morts de faim. C’est en patron que l’ASM a remis les points sur les “i”.

Mis en difficulté sur le premier acte (13-11 pour les visiteurs à la pause), les Clermontois ont progressivement pris la mesure de leurs adversaires tarnais. Les hommes de Franck Azéma (manager) sont montés en puissance et, à force de coups de butoir, sont parvenus à conserver l’invincibilité de la citadelle Michelin pour cette saison.

Le bilan est positif pour les Jaunards.

Malgré une courte défaite à Mayol (23-21), Clermont peut se narguer d’avoir ramener les points du match nul de La Rochelle et du Stade français (30-30 à chaque fois), puis d’avoir battu 26-22 le Montpellier de Jack White (à l’Altrad Stadium qui plus est) et enfin, d’avoir le scalp du champion de France sortant (47-10 face au Racing 92) et de Bordeaux (40-16).

Il faudra une nouvelle fois compter sur Clermont.

Une des forces du groupe est le relais des individualités lorsque le collectif peine.

“Noa ! Noa ! Noa !” scandent les supporters. L’ailier jaunard a une nouvelle fois “amusé” la défense adverse : un raid solitaire, un brin d’insolence et un sixième essai marqué cette saison. Guy Novès peut être rassuré sur l’état de forme du Clermontois à la veille de la tournée du XV de France.

Si Nakaitaci est en cannes, nul doute que ses coéquipiers le sont également. Clermont est l’équipe qui a inscrit sur le plus de points à l’heure actuelle (223).

Les joueurs se font plaisir et touchent la perfection.

Un effectif pléthorique

Franck Azéma a la chance d’avoir à disposition des joueurs de haute qualité. Aussi peut-il gérer son effectif de manière efficace. Toutes les équipes se valent, il n’en existe pas de A, B, etc. Chaque composition fait peur aux adversaires.

La stabilité du groupe offre un jeu rassurant où les joueurs œuvrent d’automatismes.

Cette équipe clermontoise, version 2016-2017, est taillée pour tout rafler.

Les statistiques illustrent parfaitement l’état d’esprit de ce début de saison : meilleure attaque (23 essais), quatrième meilleure défense. Le seul zéro équivaut au nombre de carton reçu… Des stats de champion.

A l’assaut de l’Europe

Dans une dizaine de jours, le rouleau-compresseur auvergnat va entamer une nouvelle campagne européenne.

Dès le premier match, ils iront défier les Chiefs d’Exeter. Des retrouvailles avec leurs homologues anglais qui les avaient plutôt malmenés l’an dernier (31-14 à l’aller puis 42-10 au retour). Les coéquipiers de Jack Nowell attendent de pied ferme les Jaunards.

La vitesse de croisière étant atteinte dans le championnat domestique, l’ASM se lance à l’abordage d’un sacre européen qui les fuit.

La poule héritée ne sera pas évidente à gérer mais tellement constructive pour la suite de la compétition : une double confrontation avec Exeter (finaliste malheureux de la saison dernière), la province irlandaise de l’Ulster et l’affrontement fratricide avec l’Union Bordeaux-Bègles.

Nul doute que les Clermontois auront la ferme intention de laver l’affront de la dernière édition où ils avaient été évincés précocement en phase de poule…

” La Coupe d’Europe commence à approcher. Nous devrons nous présenter avec des certitudes et engranger un maximum de confiance avant cela” déclare le demi de mêlée Radosavljevic.

Ce problème récurrent…

Les pensionnaires de Marcel Michelin ont un problème, un gros problème : ils n’arrivent pas à gagner en finale.

Ce mal qui gangrène le vestiaire auvergnat se traduit par 14 finales perdues (12 en championnat de France et 2 en Coupe d’Europe).

Malgré l’expérience, les saisons clermontoises se suivent et se ressemblent malheureusement, au point que les joueurs sont surnommés par les mauvaises langues : “Jaunards, poissards !”

La gestion des matchs en phase régulière et dans le dernier carré est bonne… jusqu’en finale où le mental flanche.

Sur les matchs couperets, les Auvergnats donnent l’impression d’être inhibés par l’enjeu. Le XV est tétanisé et balbutie son rugby si bien rodé en temps normal. Un mal qui fait le jeu des adversaires.

Espérons qu’ils parviennent à surmonter cet obstacle. La richesse de l’effectif permet d’organiser un turn-over intelligent et de qualité.

Un jour, la roue devrait tourner, serait-ce la saison du doublé ?

  1. avatar
    5 octobre 2016 a 23 h 20 min

    Salut,

    Quel sempiternel refrain pour l’ASM : costaud toute l’année, fébrile au moment de conclure.

    Le doublé pour cette année ? Peut-être… mais en Top 14 comme en ERCC, la densité est telle que décrocher un trophée serait déjà une belle perf’.

    En tout cas, la transition entre les différentes générations s’est bien faite à Clermont. Le club est resté au top, sans phase de transition particulièrement marquée.

  2. avatar
    9 octobre 2016 a 14 h 02 min

    Salut,

    Tu as raison de dire que la transition entre les différentes générations se déroule bien. A l’image des Espoirs qui, chaque saison, font de très bons résultats. La relève est bien présente chez les Jaunards.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter