Naples : la bonne année ?
Photo Panoramic

Naples : la bonne année ?

Champion d'automne, le Napoli compte bien mettre fin à une disette longue de 27 ans sans titre, ainsi qu'à la dynastie de son rival turinois qui règne en maître absolu sur la Serie A depuis six saisons. Les hommes de Maurizio Sarri réussiront-ils leur pari ? Analyse.

En dépit des six derniers titres glanés par la Juventus Turin sur les six dernières saisons, bien des suiveurs du Calcio n’hésitaient pas à désigner Naples comme le grand favori de cet exercice 2017-2018 dans la quête du Scudetto. La donne du football italien pourrait bien changer cette saison.

Maurizio Sarri, le chef d’orchestre

Lorsqu’il avait été débauché d’Empoli à l’été 2015 par Aurelio de Laurentiis, le président napolitain, nombreux étaient les sceptiques… à l’image de Diego Maradona, légende du Napoli qui avait déclaré que Sarri n’était pas “le bon entraîneur pour permettre au Napoli de gagner à nouveau”. Cependant, Maurizio Sarri a rapidement faire taire les critiques et mis tout le monde d’accord.

Originaire de Naples, cet ancien banquier a mis en place un football de qualité, caractérisé par le système en 4-3-3, qui fait des émules dans tout le continent européen. Au point d’être adoubé par Arrigo Sacchi ou encore Pep Guardiola. Mais l’intéressé refuse le jeu des comparaisons, notamment avec le légendaire coach du Milan AC des années 1990 : “C’est une insulte pour lui. Je n’ai rien gagné. [...] Sacchi a changé la façon dont on joue au football.”

Élu meilleur entraîneur de Serie A la saison passée, Maurizio Sarri ne cesse de confirmer tout le bien que l’on pense de lui et pourrait bien finalement être l’homme qui permettra au club de Campanie d’empocher le titre.

Une équipe très peu modifiée et talentueuse

Au fil des différentes saisons, le Napoli a réussi à conserver ses joueurs majeurs. Même si Gonzalo Higuain a “trahi” les Napolitains en partant renforcer la Juventus Turin à l’été 2016, les cadres de l’équipe ont décidé de poursuivre l’aventure sous le maillot azzuri. Maurizio Sarri a ainsi passé le pacte suivant avec son groupe : remporter le Scudetto 2017-2018 avant que chacun ne parte sous d’autres cieux.

En effet, bien des joueurs de Naples attisent les convoitises des grandes écuries européennes. Plus particulièrement le trio d’attaquants composé de Dries Mertens, José Callejón ainsi que de Lorenzo Insigne. Reconverti avant-centre par Sarri, l’international belge s’éclate et empile les réalisations. Meilleur passeur du dernier exercice, l’Espagnol est un joueur qui s’avère très utile au collectif. Enfin, le lutin italien (il est né à Naples) peut changer le cours d’un match à lui seul.

Le milieu de terrain n’est pas en reste puisque le trio Allan – Jorginho – Marek Hamšík constitue l’un des meilleurs d’Europe. Le Slovaque, capitaine de la formation de Campanie, est devenu une figure historique du club puisqu’il en est désormais le meilleur buteur devant le “Pibe de Oro” Diego Maradona. Depuis son arrivée au Napoli, Jorginho n’a cessé de progresser au point que l’italo-brésilien est désormais nommé parmi les tous meilleurs à son poste. Allan, quant à lui, est le poumon infatigable de l’équipe de Sarri.

Dans le secteur défensif, les joueurs les plus convoités sont connus de la France. Tout d’abord le latéral gauche Faouzi Ghoulam, qui a évolué sous les couleurs de l’AS Saint-Étienne, très présent sur le front offensif. Puis le défenseur central Kalidou Koulibaly : formé au FC Metz, le Sénégalais est devenu un joueur respecté de l’autre côté des Alpes et le roc du Napoli.

Tous ces joueurs pourraient faire leurs valises l’été prochain et les dirigeants auront la lourde tâche de reconstruire un effectif compétitif.

Un rythme infernal en Serie A

“Nous devrons avoir plus de 90 points pour remporter le championnat”. Pour le moment, Maurizio Sarri peut être satisfait de ses joueurs puisque le Napoli a engrangé 48 unités sur ses dix-neuf premières rencontres de championnat (quinze victoires, trois nuls et une défaite). S’ils poursuivent sur ce rythme, les azzuri auraient 96 points à la fin du championnat, ce qui correspond au chiffre énoncé par leur entraîneur. La Juventus Turin n’étant pas loin derrière, Naples ne pourra cependant pas se permettre le moindre relâchement car il pourrait le payer cher au moment de faire les comptes.

Un calendrier chargé

Le Napoli devra également bien gérer son calendrier puisqu’il est encore en lice dans trois compétitions. En plus de la Serie A, les protégés du San Paolo doivent jouer en coupe d’Italie (quart de finale mardi face à l’Atalanta Bergame) ainsi qu’en Ligue Europa, où ils ont été reversés suite à leur élimination en Ligue des Champions. En seizièmes de finale de la C3, Naples défiera le RB Leipzig, lui aussi éliminé de C1. Nul doute que la formation Maurizio Sarri devra galvauder au moins l’une des deux coupes pour ne pas trop se fatiguer et conserver le maximum de forces vives pour la quête du Scudetto… d’autant que l’effectif du Napoli n’est pas aussi garni que celui de ses concurrents.

Des performances mitigées face aux cadors

Autre fait qui pourrait pénaliser le club de Campanie : ses résultats face aux cadors. En effet, Naples a eu plus de difficultés contre ses rivaux directs. Lors de la 9ème journée, le Napoli accueille l’Inter Milan. Au San Paolo, les partenaires de Marek Hamšik ne trouveront jamais la solution face à une compacte équipe milanaise et perdront leurs premiers points en championnat (0-0).

Un mois et demi plus tard, c’est le grand match attendu par tous : Naples et la Juventus, les deux favoris du championnat, s’affrontent au San Paolo. Les Napolitains ont l’occasion de frapper un grand coup s’ils l’emportent. Las, c’est la Juve qui empoche les trois points grâce à un but d’Higuain (0-1) dans une partie au cours de laquelle les hommes de Sarri ont eu de grandes difficultés à mettre en danger les bianconeri.

Le Napoli peut-il le faire ?

En la personne de Maurizio Sarri, le Napoli dispose d’un grand entraîneur. Sarri a à sa disposition un très bel effectif avec des joueurs que bien des clubs voudraient compter dans leurs rangs. Avec le soutien du San Paolo, Naples pourrait bien mettre fin à son interminable disette de titre. Toutefois, il faudra savoir gérer le calendrier ainsi que limiter la casse face aux rivaux, en premier lieu la Juventus de Turin qui ne rendra pas les armes avant la fin de saison.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter