Les 10 moments de sport qui ont fait 2017
Photo Panoramic

Les 10 moments de sport qui ont fait 2017

On a bien mangé, bien bu, on a presque été trop gâtés mais à un moment donné, il faut aussi se remettre au boulot. On a vécu une année riche en émotions pour plein de raisons mais surtout parce que le Vestiaire du Sport a enfin vu le jour. On est si fier de notre bébé qu’on aurait aimé placer la sortie du site en tant que moment important de l’année mais certains sportifs ont fait mieux. Et quelque part, si les sportifs écrivent l’histoire, nous sommes là pour vous la raconter. Le Vestiaire du Sport est heureux de vous présenter les 10 moments de sport qui ont marqué 2017.

Armel le Cléac’h – Au bout de l’exploit

On vous le dit de suite, on n’est clairement pas spécialiste de ce sport en mer. Mais le début d’année 2017 a démarré sur les chapeaux de roues avec la victoire d’Armel Le Cléac’h, originaire du Finistère, sur la 8ème édition du Vendée Globe. Le 19 janvier 2017, à 16 heures 37 minutes et 46 secondes, le skipper de Banque Populaire VIII a franchi la ligne d’arrivée en établissant un nouveau temps de référence en 74 jours 3 heures 35 minutes et 46 secondes soit 3 jours 22 heures et 41 minutes de moins que le précédent record de François Gabart en 2013. À 39 ans, Le Breton de Saint-Pol-de-Léon réalise un rêve qu’il n’est pas prêt d’oublier.

Handball français – Les maîtres du temps

Dix jours après l’arrivée d’Armel le Cléac’h, le sport français est de nouveau à l’honneur avec la victoire des handballeurs français en finale du 25ème Championnat du Monde face à la Norvège. Ce tournoi, organisé en France, a été une grande réussite en terme de spectacle mais surtout en terme d’affluence puisque de nombreux records ont été cassés durant la compétition.

Sportivement, les Bleus ont fait un sans-faute. Avec cinq victoires en phase de poules, ils terminent en tête de leur groupe et rencontrent l’Islande en huitième (31-25) puis la Suède en quart (33-30) avant de défier la Slovénie en demi-finale (31-25). En finale, les Bleus sont opposés à la Norvège qu’ils avaient déjà battu en phase de poules (31-28) et s’imposent sur un score encore plus large (33-26) pour s’adjuger leur sixième Championnat du Monde en 21 participations. Il y a eu les bronzés, les barjots, les costauds et, depuis 2008, la France est rentrée un peu plus dans la légende de ce sport grâce aux experts.

Roger Federer – Gigantesque puis divin

Comment qualifier le retour de Roger Federer à la compétition après six mois d’absence en raison d’une blessure récurrente au dos et au genou ? Cet homme est éternel pour toujours. Six mois sans jouer et le Suisse, redescendu à la 17ème place mondiale, revient plus affuté que jamais pour la première levée de Grand Chelem de la saison. À l’Open d’Australie, il bat Melzer en 4 sets, Rubin en 3 sets, écrase Berdych en 3 sets au 3ème tour puis gagne en 5 sets contre le Japonais Nishikori, avant de balayer Misha Zverev en 1/4. En demi-finale, il est opposé à son compatriote Stan Wawrinka et s’impose encore une fois en cinq sets alors qu’il menait deux sets à rien. En finale, il soulève son cinquième titre après une bataille mémorable face à son meilleur ennemi Rafael Nadal. Quelques mois plus tard, il repart avec les trophées d’Indian Wells et Miami, réalisant un triplé inédit. Gigantesque.

En juillet, Roger Federer revient après avoir zappé la saison sur terre battue. Dans son jardin, le Suisse n’est pas venu pour trier les lentilles et tondre la pelouse. Le cannibale de Bâle remporte le tournoi en ne perdant aucun set. Au premier tour, il dispose sur abandon d’Alexander Dolgopolov, puis de Lajovic et Misha Zverev avant d’étriller Dimitrov en huitième de finale. En quart, il ne fait qu’une bouchée du Canadien Raonic. Son match le plus serré sera en demi-finale face à Berdych qu’il bat en remportant deux tie-breaks. La finale n’est qu’une formalité puisque le Suisse ne laisse que 8 jeux au Croate Marin Cilic, diminué par une blessure au pied. Roger Federer remporte son deuxième Grand Chelem en 2017, son huitième Wimbledon. Divin.

Paris Saint-Germain – Prodigieux puis inqualifiables

Le 14 février 2017, jour de la Saint-Valentin, si beaucoup de couples ont vacillé, on connait aussi une équipe qui a pris l’eau. Et cette équipe n’est autre que le FC Barcelone, étrillée par le Paris Saint-Germain en huitième de finale aller de la Ligue des Champions. Grâce à une prestation XXL et des buts de Draxler, Di Maria deux fois et Cavani, les hommes d’Unai Emery ont un pied et 3 orteils en quarts de finale de la coupe aux grandes oreilles. Prodigieux.

Le match retour se joue le 8 mars 2017 et ne doit être qu’une formalité pour des Parisiens qui comptent 4 buts d’avance. Jamais une équipe n’avait remonté 4 buts de retard à ce stade de la compétition et pourtant… Barcelone va le faire. Le scénario est idéal avec un but très rapide de Suarez puis un csc de Kurzawa juste avant la mi-temps (2-0). La moitié du chemin est faite. Cinq minutes après le coup d’envoi de la deuxième période, Messi inscrit un pénalty (3-0) mais dix minutes plus tard, Cavani croit donner la qualification en expédiant une reprise de volée sous la barre du gardien catalan.

C’était sans compter sur une fin de match complètement folle, En sept minutes, le match bascule dans l’euphorie totale. Neymar sur coup-franc puis sur pénalty permet aux Catalans de mener 5-1. Enfin, au bout du bout du temps additionnel, c’est Sergi Roberto qui délivre tout un peuple. Exceptionnel pour Barcelone, inqualifiable pour Paris.

Raymond Kopa – À jamais le pionnier

Une légende du football français a malheureusement disparu le 3 mars 2017 à Angers. Cette légende, c’est Raymond Kopa qui s’est éteint à l’âge de 85 ans. Pendant près de 20 ans, ce joueur tantôt milieu offensif tantôt avant-centre a foulé les pelouses des différents championnats professionnels. D’abord en France à Angers, où il dispute 60 matchs pour 14 buts, puis au Stade de Reims, une première fois, avant de s’envoler pour le Real Madrid où il joue 101 matchs pour 31 buts avant de revenir à Reims. Avec ce dernier il cumule 466 matchs pour 96 buts avant de raccrocher les crampons. En équipe nationale, il reste aussi 10 ans sous le maillot bleu, disputant 45 matchs pour 18 buts. De quoi rester à jamais dans le coeur des amateurs de football.

AS Monaco – Le sacre du jeu

À l’aube du coup d’envoi de la saison 2016/2017 du championnat de France de Ligue 1, tout le monde voyait le Paris Saint Germain comme futur vainqueur et pourtant… On attendait Paris, on a eu Monaco. Quelle surprise de voir cette équipe s’imposer dans ce championnat avec des joueurs si jeunes. Mais les hommes du charpentier Jardim n’ont en aucun cas volé leur trophée en produisant un jeu époustouflant. Pendant 21 journées, les hommes de la Principauté trônent en tête du classement. Grâce à un bilan de 30 victoires, 5 nuls et 3 défaites, Mbappé, Lemar, Silva et consorts peuvent soulever le huitième trophée de leur histoire, qui n’était pas descendu à Monaco depuis 2000. Le sacre du jeu avant celui des billets de banque.

Real Madrid – Irréel en Ligue des Champions

Tenant du titre, le Real Madrid remet son titre en jeu lors de cette Ligue des Champions 2016/2017. À la fin de la phase de poules, les Merengues terminent deuxièmes derrière le Borussia Dortmund dans une poule où il y avait aussi le Legia Varsovie et le Sporting Portugal. Pas idéal pour commencer la phase finale. En huitième, les hommes de Zinedine Zidane tombent sur l’équipe italienne du Napoli. Une formalité pour des joueurs beaucoup plus expérimentés (6-2). En quart de finale, la chance tourne et les hommes du capitaine Ramos doivent affronter le grand Bayern Munich. Mais là aussi, c’est une simple formalité (6-3). Le Real Madrid impressionne encore en demi-finale (4-2) contre l’Atletico Madrid avant de réaliser le doublé en disposant de la Juventus en finale à Cardiff (4-1). C’est la première fois qu’une équipe réussit à garder son titre dans cette compétition. Presque irréel.

Rafael Nadal – Champ10n

Dix comme les dix doigts de la main, mais surtout dix comme les dix titres de Rafael Nadal à Roland-Garros. 4 en pantacourt / marcel, 6 en short / tee-shirt. Alors certes, il rentrera dans la légende quand il s’enverra la decima en short (plus que 4, on y croit champion) mais cette performance est franchement stratosphérique. Sans perdre un set, Rafael Nadal décroche une dixième victoire qui lui permet de remplir un peu plus son étagère à trophées. Au premier tour, il bat Benoit Paire en lui laissant seulement six jeux. Au deuxième tour, il dispose de Robin Haase en laissant 8 jeux en route, mais le plus impressionnant reste son match du troisième tour où il inflige deux roues de vélo et un mikado au Géorgien Basilashvili.

En huitième de finale, il laisse 5 jeux à son compatriote Bautista Agut puis rencontre en quart un autre Espagnol en la personne de Carreno Busta qui abandonne au début du deuxième set. En demi-finale, le taureau de Manacor ne laisse que 7 jeux en deux sets à l’Autrichien Dominic Thiem, puis lui inflige une roue de bicyclette dans la dernière manche. En finale, il fait face à Stan Wawrinka. Le début de match est un peu tendu, avec beaucoup de fautes de part et d’autre. Mais quand Nadal commence à se régler et accélère le tempo, Stan ne peut rivaliser, commettant beaucoup beaucoup trop de fautes. Le Suisse est passé complètement à côté de son rendez-vous. Une première pour lui à ce stade de la compétition. Dommage pour le spectacle et les spectateurs qui ont économisé un an de salaire pour aller mater cette purge. Tant mieux pour Nadal qui rentre un peu plus dans l’histoire. Il a réalisé un match absolument parfait. Agressif, solide, constant, Rafa quoi.

Clermont – Taille patron

Cela faisait sept ans que les supporters clermontois attendaient un deuxième bouclier de Brennus. Mais en ce 4 juin 2017 au Stade de France, la malédiction a enfin été vaincue. Dans un match ultra-serré, ceux sont bien les Jaunards qui ont pris le meilleur sur des Toulonnais qui ne sont pas passés loin (22-16). La première période a été un mano-a-mano entre deux équipes qui n’ont pas vraiment réussi à s’échapper (16-10 pour Clermont). En deuxième période, à la 72ème minute, Toulon est revenu à seulement 3 points mais grâce à un excellent Morgan Parra, qui a eu 100% de réussite face aux perches et qui a gratté le dernier ballon dans un ultime regroupement à 5 mètres de la ligne d’essai, Clermont remporte son deuxième championnat de France.

Teddy Riner – Intouchable

Même face à une adversité toujours plus forte, Teddy Riner reste le maitre du tatami et de la catégorie des +100kg en s’imposant en finale face au Brésilien David Moura. Le Français, qui avait passé un an sans combattre, est arrivé à Budapest dans la peau du favori. Et comme d’habitude, l’ours Teddy n’a pas déçu ses supporters. Et même après avoir failli prendre la porte en demi-finale face à Tushishvili, c’est lui qui repart avec la médaille la plus imposante et la plus lourde. Neuf fois, cet athlète hors norme est reparti avec le titre de champion du monde. Jusqu’à quand cet homme sera intouchable ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter