Steven Gerrard : la dernière ligne droite
Photo Panoramic

Steven Gerrard : la dernière ligne droite

Capitaine courage laissera une trace indélébile à Anfield.

Steven Gerrard, bien plus qu’un nom

Et pour illustrer ce fait, permettez-moi de citer un de mes articles pour refaire le portrait du kid de Liverpool, rouge dans l’âme malgré un oncle toffee.

Lui-même Sur et hors du terrain

Si notre capitaine aux multiples titres a souvent eu une bonne image, il a aussi eu ses moments de “bad boy”.

Des tacles à la limite, des prises de bec souvent contre des mancuniens ou des Toffees d’Everton, jusqu’ à la baston hors terrain dans un pub.

Souvenez vous quand Liverpool allait au plus mal en 2009 : des Reds largués en championnats, les absences sur blessures de Fernando Torres et le recrutement médiocre… Le capitaine a craqué, un DJ d’un pub ne voulant pas mettre une musique de son choix, a récolté une “prune”. Se manger une prune de Steven Gerrard ne devrait simplement être puni d’une amende, sauf qu’au pays de sa Majesté, quand c’est Liverpool on en fait toujours des tonnes… et les journalistes anglais, en premier lieu The Sun, sont toujours à la limite du respect.

Notre bon vieux Stevie G a bien failli finir en prison.

Il y a les mauvais passages et les bons moments, es nombreuses associations caritatives, les aides humanitaires, le côté Papa poule avec ses filles. Tout ce qu’il est hors terrain font de steven Gerrard un simple homme finalement. Et pourtant il a conquis toute l’Angleterre.

 

Un rêve et un cauchemar

Notre Numéro 8 a tout gagné ou presque… il ne lui manque que le championnat, qu’il ne gagnera jamais en tant que joueur. Et ça c’est un fait devenu réel depuis l’annonce de son départ pour LA.

Et pourtant par 3 fois, avec 3 coachs différents, il était à 2 doigts, à un match du titre… Et à chaque fois c’est lui qui a coûté le titre à son équipe, par une boulette en 2009 avec Rafa Benitez, une glissade en 2014 avec Brendan Rodgers ou un match auquel il n’a pas pu prendre part pour aider ses coéquipiers en 2002 avec Gerard Houillier. Trois deuxièmes places qui l’auront marqué la saison suivante où à chaque fois il aura connu une blessure… Alors a-t-il un mental défaillant, lui qui dans une folle soirée en mai 2005 a porté ses troupes vers le plus grand come back de l’histoire de la Ligue des Champions ? Un sacré comble.

Hormis un rebondissement à la sauce Liverpool Steven Gerrard aura toujours une case vide dans son palmarès.

 

Une happy end pour finir

Le chrono est lancé, nous avons 2 mois de plaisir à regarder Steven Gerrard. 2 mois avec en point de mire une final de Cup le jour de son anniversaire ! Une coupe qui lui va si bien. “Remember” cette finale de fou contre United ou la demi-finale contre Everton…

Impossible d’etre fan de football et de vouloir une autre fin pour un joueur qui aura marqué toute une génération depuis 1998.

You’ll never walk alone !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter