Anthologie de Federer en Grand Chelem (3/3) : les matchs de légende
Photo Panoramic

Anthologie de Federer en Grand Chelem (3/3) : les matchs de légende

Avec 17 titres en grand chelem, glanés entre 2003 et 2012, Roger Federer a essentiellement construit sa légende sur ces tournois et l’intensité dramatique qu’ils génèrent. Alors qu’il est en stand-by jusqu’à début 2017 pour soigner son genou, je vous propose de revenir, à travers 3 articles sur les 30 matchs qui ont marqué sa carrière en Grand Chelem. Aujourd’hui, le dernier volet avec les 10 matchs (gagnés ou perdus) qui resteront comme des morceaux d’histoire du jeu.

10 – US Open 2009 : (Demie) : bat Djokovic 7/6 7/5 7/5

Le tweener légendaire qui lui offre 3 balles de match à 6/5 au 3ème suffit bien sûr à offrir à ce succès une place dans le panthéon de Federer, qui conclura d’ailleurs ce match d’un retour de coup droit gagnant supersonique. Beau joueur comme à son habitude, Djokovic ne semble même pas contrarié d’avoir participé à ce moment d’histoire.

9 – Wimbledon 2014 (Finale) : perd contre Djokovic 6/7 6/4 7/6 5/7 6/4

Il y aura aussi des défaites dans ce top et on commence avec la finale de Wim 2014. Dans le dur en 2013, Federer marque ici son retour aux affaires en atteignant sa première finale majeure depuis 2 ans. Globalement dominé par le serbe, il renverse la table dans le 4ème set en revenant de 2/5 à 7/5 tout en écartant une balle de match d’un ace. Il a même une balle de break dans le 5ème set mais la main du serbe ne tremblera pas. Un moment-clé toutefois dans le renouveau du suisse qui prouve qu’il peut encore rivaliser (et même mieux) face aux meilleurs.

8 – Wimbledon 2007 (Finale) : bat Nadal 7/6 4/6 7/6 2/6 6/2

Sa dernière victoire en date face à Rafa dans un majeur. Un match crispant, où Roger s’en prend longtemps aux conditions, au Hawk Eye « qui le tue » dit-il… Un match qui laisse une impression de doute, celle que Nadal creuse l’écart sur terre et le réduit sur gazon. Roger aura pourtant le dernier mot en se montrant très offensif en fin de match, breakant sur un délice de décalage coup droit et concluant d’un smash avant de se jeter au sol. Un 5ème titre consécutif à Londres. Sampras dans la Royal Box. Du lourd.

7 – Open d’Australie 2009 (Finale) : perd contre Nadal 7/5 3/6 7/6 3/6 6/2

Un très grand match de tennis, pas tout à fait à la hauteur de la finale de Wimbledon quelques mois plus tôt, que ce soit en terme de niveau de jeu ou de dramaturgie mais quand même. Nadal, pourtant lessivé de sa demie jouée un jour plus tôt face à Verdasco, use de toute sa grinta et de son avantage psychologique pour chaparder le 3ème set et mener 2 manches à 1, puis pour faire fissurer un Roger perdu dans le 5ème set. Au cœur de ce match, quelques points de mutants dans une ambiance irrespirable, Roger paiera très cher le fait de faire la course derrière… Il finit par s’effondrer lors de la cérémonie du trophée, lassé de se faire rosser par le Majorquin alors qu’il pouvait égaler Sampras. Au final, 2009 restera malgré tout une année fabuleuse pour le Suisse…

6 – US Open 2005 (Finale) : bat Agassi 6/3 2/6 7/6 6/1

Un choc des générations en finale du plus chaud des Grand Chelem. Agassi, sur le déclin, rêve de s’offrir une fin à la Sampras et son niveau de jeu retrouvé dans cet été lui laisse croire que c’est possible. Le public est déjà partagé, entre son respect et son admiration pour le talent du Suisse et son amour pour la légende locale. La finale tient toutes ses promesses et semble même basculer en faveur d’Agassi à 3/6 6/2 4/2. Frappant comme une mule, le Kid de Las Vegas pousse Roger à donner ce qu’il a de meilleur et la réaction du Suisse est à la hauteur : un debreak, un jeu décisif survolé et un 4ème set bouclé 6/1. Une poignée de main superbe et un joli résumé de Tennis Mag : « Agassi étérnel, Federer irréel ».

5 – Open d’Australie 2005 (Demie) : perd contre Safin 5/7 6/4 5/7 7/6 9/7

Invaincu depuis l’été 2004, on se dit que personne ne peut contester l’hégémonie de Federer. Mais ce jour-là, Safin est immense. Le match est d’un niveau exceptionnel, les 2 se rendent coup pour coup et personne ne semble se détacher. Trop joueur, Federer tente un coup entre les jambes sur balle de match au 4ème alors que cette option ne semble, après coup, pas la meilleure. Il finira par céder dans l’ultime manche, le nez dans le rebound ace, battu par le Tsar Marat.

4  – Roland Garros 2011 (Demie) : bat Djokovic 7/6 6/3 3/6 7/6

A-t-on déjà mieux joué au tennis qu’en cette demi-finale de Roland-Garros ? Face à un serbe invaincu en 2011, Federer livre un match inoubliable. Lui qui ronronne à la 3ème place mondiale depuis ce début de saison et qui est donné battu par tout le monde va livrer le plus grand match de sa carrière sur terre battue. Pendant 4 sets, les coups pleuvent avec une violence et une précision absolue, Federer a décidé de battre le serbe en jouant sur sa ligne de fond et il n’en démordra pas. Le premier jeu du match donne le ton et c’est un régal jusqu’au soir qui tombe doucement sur le Chatrier. Tout y passe : la volée longue dans le replacement de Djoko, le passing de revers en bout de course venu de nulle part, les parpaings en coup droit pour debreaker au 4ème set. Puis cet ace et ce doigt levé vers son box : « je suis toujours là les gars ! ». En finale, il perdra encore une fois face à Nadal, sans doute la finale qui peut lui donner le plus de regrets à Paris, sans doute celle où l’écart entre les deux hommes sur cette surface était le plus infime…

3 – Wimbledon 2009 (Finale) : bat Roddick 5/7 7/6 7/6 3/6 16/14

La finale la plus longue en nombre de jeux de l’histoire du grand chelem. Et même les fans du Suisse le reconnaissent, Roddick aurait mérité ce jour-là d’enfin soulever son graal… Un mois après son sacre à Roland-Garros, Federer va s’offrir ce doublé si rare pour rejoindre Borg et Nadal, mais jamais il n’a autant souffert en finale d’un majeur. Le mérite en revient à l’américain, parfait et impliqué de bout en bout, aux intentions offensives justes et au revers efficace comme jamais. Il ne perdra qu’une seule fois son service, lors du dernier jeu du match… Roddick a même 4 balles de 2 manches à rien dans la raquette à 6/2 au jeu décisif du 2ème, et il doit maudire cette volée haute de revers d’apparence sans difficulté à 6/5 qu’il expédia hors du couloir ! Le Suisse qui manque clairement de punch jusqu’alors se refait la cerise au bon moment, sauvant opportunément des balles de break dans le 5ème set avant de convertir sa première balle de match. Beau et cruel.

2 – Wimbledon 2001 : (Huitièmes) : bat Sampras 7/6 5/7 6/4 6/7 7/5

L’acte fondateur. Federer n’est encore qu’un gamin prometteur et talentueux face à une montagne qui pèse alors 13 titres majeurs dont 7 à Wimbledon. Le Suisse ne sera pas le moins du monde intimidé par son idole, mais au contraire galvanisé par le contexte historique. Pendant 5 sets, c’est un florilège de tennis offensif, de service volée, de chip and charge et de passing shots. Le tennis sur gazon tel qu’on ne le voit plus beaucoup aujourd’hui. Le jeune Federer ne tremble même pas lorsqu’il est embarqué dans une 5ème manche qu’il conclut d’un retour gagnant en coup droit. Il se laissera aller à genoux sur le Centre Court, une habitude qu’il prendra régulièrement les dimanche de juillet…

1 – Wimbledon 2008 (Finale) : perd contre Nadal 6/4 6/4 6/7 6/7 9/7

Une défaite au sommet de ce top mais qu’importe. Ce match représente la quintessence de la rivalité entre Roger Federer et Rafael Nadal, le sommet de ce que les deux peuvent tirer mutuellement l’un de l’autre comme le dira Toni Nadal. Face à un espagnol au sommet, peut-être jamais aussi fort qu’en cette saison 2008 qui le verra enchainer les succès sur toutes les surfaces et devenir numéro 1, Federer va puiser très loin dans ses ressources mentales pour d’abord rester en vie dans ce match, puis carrément le faire basculer. Presque. Le souvenir de la volée de bois vert qu’il a reçu porte d’Auteuil un mois plus tôt (4 jeux gagnés) semble douloureusement présent quand Nadal mène 2 manches à rien. L’histoire semble même inéluctable quand il s’offre une balle de match au tie-break du 4ème. Après une première balle jouée sur le revers du Suisse, Nadal enroule son coup droit encore une fois sur le revers et suit à la volée, c’est une tactique qui marche presque toujours, pourtant le Suisse bloque son geste en revers et décoche une passing long de ligne qui coupe le souffle de tout le Central. Il recolle à 2 manches partout et obtient une balle de break à 3/3, ce sera le chant du cygne… Au crépuscule d’un dimanche historique, il expédie un dernier coup droit dans le filet et offre les clés de son royaume à son plus grand rival.

  1. Pingback: Anthologie de Federer en Grand Chelem (3/3) : les matchs de légende – YourZone beIN SPORTS France | SuissOrama

  2. avatar
    17 septembre 2016 a 19 h 27 min
    Par john elison razo

    Merci pour votre publication. Personnellement, Federer est une légende de tennis moderne en ce moment.
    GRACIAASSSS!

  3. avatar
    19 septembre 2016 a 15 h 41 min

    Bonjour Jstellon, merci pour cette superbe rétrospective.

    Évidemment d’accord avec le choix #1, c’est un des matchs les plus légendaires de tout le tennis selon moi et de nombreux autres.
    On peut affirmer que c’est églament le match le plus marquant pour Nadal.

    Pour Fed, quel dommage d’être tombé sur un Djoko stratosphérique en 2014 et 2015 en finale de Wimbledon (2x) et l’US Open. Il aurait glané au moins un titre contre n’importe quel autre joueur.

  4. avatar
    21 septembre 2016 a 19 h 27 min
    Par Elvis

    Belle retrospective!!

    La finale de Wimbledon 2007 mérite un meilleur classement.Avec une chance d’égaler le record de Borg, Federer se retrouve dans une 5ème manche en finale pour la première fois de sa carrière.

    L’excellence de Nadal, la présence de Borg dans les gradins, la tenue “costume en blanc” préparé par Nike pour le suisse font de ce match un de mes souvenirs mémorables.

    Dans mon classement, j’en ferai un top 3 certainement.

    Depuis ce jour là, j’attends que Fed batte de nouveau Nadal en grand chelem..

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter