Qui sera le premier joueur né dans les années 1990 à s’imposer dans un tournoi du Grand Chelem ?
Photo Panoramic

Qui sera le premier joueur né dans les années 1990 à s’imposer dans un tournoi du Grand Chelem ?

Alors que chez les filles, Garbine Muguruza et Jelena Ostapenko ont déjà ouvert le compteur de leur génération en Grand Chelem, chez les garçons en revanche, cette génération 1990 accuse un sérieux retard à l’allumage…

Qui sera donc le premier joueur né dans les années 1990 à remporter un trophée majeur ? Eléments de réponse via ce passage en revue chronologique (du plus au moins âgé) des dix prétendants les plus sérieux de la génération « nineties ».

David Goffin (Belge, né le 7/12/1990)
Meilleur classement : 10e
Quart-de-finaliste en Grand Chelem
2 titres ATP et 8 victoires sur le Top 10

La plupart des amateurs de tennis ont découvert ce jeune joueur originaire du Plat Pays lors de sa première participation à un tournoi du Grand Chelem, à Roland-Garros, en 2012. Bien qu’éliminé au dernier tour des qualifs par le Portugais Joao Sousa, David avait bénéficié du forfait de Gaël Monfils pour être repêché. Et c’est en tant que « Lucky Loser » qu’il avait crée la surprise en se débarrassant de Stepanek, Clément et Kubot, avant de buter (avec la manière) sur un certain Federer à qui il aura quand même réussi à chiper un set ! Bon tacticien, capable de prendre la balle très tôt, Goffin a ensuite confirmé cette performance initiale via des victoires de prestige (notamment face à Wawrinka et Djokovic), deux quart-de-finales en Grand Chelem (RG 2016 et AO 2017) et deux titres ATP (Kitzbühel et Metz). Ceci dit, avec son physique et son jeu similaires à Gilles Simon, le finaliste de la Coupe Davis 2015 semble malgré tout un peu léger pour pouvoir un jour soulever un trophée du GC.

Milos Raonic (Canadien, né le 27/12/1990)
Meilleur classement : 3e
Finaliste en Grand Chelem
8 titres ATP et 26 victoires sur le Top 10

Pour l’heure, il est celui qui a été le plus proche d’ouvrir le compteur de la « génération 1990 » en Grand Chelem. Vainqueur de Federer en demi-finale de Wimbledon 2016, le Canadien s’était néanmoins montrer impuissant en finale face à Andy Murray. Qu’à cela ne tienne, ce n’est certainement que partie remise pour le grand serveur originaire du Monténégro. Capable de délivrer des premières à plus de 230km/h, le natif de Titograd (Podgorica aujourd’hui) s’appuie en outre sur un coup droit extrêmement puissant qui rappelle celui de l’Américain Andy Roddick ou encore de l’Australien Mark Philippoussis. Véritable bête de travail, Milos Raonic peut également s’enorgueillir d’un paquet de victoires face à des vainqueurs de Grand Chelem de la trempe d’Andy Murray, Roger Federer, Rafael Nadal, Stan Wawrinka ou encore Juan-Martin Del Potro. En revanche, son ratio victoires/défaites en finale (8/13) ainsi que sa relative fragilité physique (il est souvent blessé) ne plaident pas en sa faveur.

Grigor Dimitrov (Bulgare, né le 16/05/1991)
Meilleur classement : 8e
Demi-finaliste en Grand Chelem
7 titres ATP et 16 victoires sur le Top 10

Comparé dès son plus jeune âge à Federer, Dimitrov possède (à l’instar du Maestro) toute la panoplie du parfait tennisman : un bon service, un coup droit millimétré, un revers varié, une grosse couverture et un jeu d’attaque particulièrement incisif… Le tout, auréolé d’une technique très largement au-dessus de la moyenne ! Alors pourquoi l’ex-compagnon de Maria Sharapova n’a-t-il pas encore débloqué son compteur en Grand Chelem ? D’aucuns évoquent son appétence pour les conquêtes féminines, ainsi qu’un mental en dents de scie doublé d’une certaine inconstance dans sa capacité à reproduire encore et encore les efforts nécessaires à l’entrainement… La vérité est probablement un mix des trois. Ceci dit, jusqu’ici et comme tant d’autres, le Bulgare aura avant tout été l’une des innombrables victimes de l’hégémonie du « BIG 4 ». Par conséquent, à Wimbledon ou ailleurs, avec le déclin programmé des trentenaires, « Baby Federer » devrait tôt ou tard finir par s’imposer en GC.

 

TENNIS : Master 1000 de Cincinnati - Western And Southern Open - 15/08/2017

 

Dominic Thiem (Autrichien, né le 03/09/1993)
Meilleur classement : 7e
Demi-finaliste en Grand Chelem
8 titres ATP et 9 victoires sur le Top 10

Ancien pur défenseur reconverti attaquant de fond de court sous la houlette de son coach Gunther Bresnik, Dominic Thiem présente en outre la particularité (de plus en plus rare) d’avoir abandonné son revers à deux mains au profit d’un revers à une main. Spécialiste de la terre battue, tout comme son compatriote Thomas Muster avant lui, l’alpiniste du circuit ATP (il adore aussi le ski) a déjà atteint à deux reprises le stade des demi-finales à Roland-Garros, ne s’inclinant à chaque fois que face au futur vainqueur du tournoi parisien (Djokovic en 2016 et Nadal en 2017). Doté d’un coup droit dévastateur, d’un revers très efficace en retour et d’un des services les plus rapides du circuit (pouvant atteindre les 225km/h), « Dominator » est le seul joueur de sa génération à compter des victoires face à Federer, Nadal, Djokovic, Murray et Wawrinka à la fois. Sérieux, en constante progression, l’Autrichien semble promis à triompher un jour à Paris, voire même aussi (au moins une fois) à New-York et/ou en Australie.

Lucas Pouille (Français, né le 23/02/1994)
Meilleur classement : 13e
Quart-de-finaliste en Grand Chelem
3 titres ATP et 5 victoires sur le Top 10

Cocorico ! Il fallait bien un Français dans cette liste de « rookies ». Né d’un père français et d’une mère finlandaise, Lucas Pouille, à l’instar du skieur Alexis Pinturault (dont la maman est Norvégienne), semble avoir ce petit supplément de sang-froid, propre aux Vikings, qui fait si souvent défaut aux Gaulois ! De fait, le natif de Grande-Synthe gère plutôt bien la pression comme le démontre son excellente aptitude à sortir ses meilleurs services et autres coups gagnants sur des balles de break. Puncheur du fond de court, dur au mal, ce boulimique d’entrainement a accompli ces dernières saisons un travail exceptionnel aux côtés de son mentor Stéphane Planque pour se hisser aux portes du « Top 10 ». Tombeur héroïque (en cinq sets) de Rafael Nadal à l’US Open 2016 puis titré à Metz après avoir étouffé Dominic Thiem en finale, le Nordiste, vainqueur de ses trois titres ATP sur trois surfaces différentes (dur, terre-battue et gazon), est un joueur complet mais il doit encore s’étoffer pour espérer plus.

Nick Kyrgios (Australien, né le 27/04/1995)
Meilleur classement : 13e
Quart-de-finaliste en Grand Chelem
3 titres ATP et 12 victoires sur le Top 10

Avec Benoît Paire et Fabio Fognini, Nick Kyrgios est l’un des bad-boys du tennis planétaire. Révélé en 2014 par le biais de sa victoire sur Rafael Nadal à Wimbledon, l’enfant terrible de l’ATP a déjà battu au moins une fois, à l’exception d’Andy Murray, la plupart des cadors du circuit (Djokovic, Nadal, Federer, Wawrinka, Berdych). Branché sur courant alternatif, ce garçon taciturne est capable du meilleur comme du pire (on se souvient notamment de son altercation minable avec Stan Wawrinka). Adepte d’un style de jeu spectaculaire et résolument offensif, l’Australien d’origine gréco-malaisienne peut faire tomber quasiment n’importe qui lorsqu’il est dans un grand jour. Hélas, au même titre que Marat Safin en son temps, son talent ne s’entrevoit malheureusement que trop souvent par intermittence. Joueur d’instinct, passionné de basket plus que de tennis, le natif de Canberra devra apprendre à canaliser sa fougue s’il veut pouvoir un jour décrocher au moins un GC.

 

TENNIS : Master 1000 de Cincinnati - Western And Southern Open - 17/08/2017

 

Karen Khachanov (Russe, né le 21/05/1996)
Meilleur classement : 30e
Huitième-de-finaliste en Grand Chelem
1 titre ATP et 2 victoires sur le Top 10

Encore méconnu du grand public, Khachanov s’est signalé aux yeux des fans de la petite balle jaune en 2016 via son parcours victorieux lors de l’Open de Chengdu (en Chine). Alors classé 101e mondial, ce grand (1,98m) Russe d’origine arménienne avait créé la surprise en déboulonnant, sans trembler, quatre têtes de séries (Joao Sousa, Feliciano Lopez, Viktor Troicki et Albert Ramos-Vinolas) pour s’offrir le premier trophée ATP de sa jeune carrière. Cette année, Karen a poursuivi sur sa lancée en s’offrant les scalps de David Goffin à Monte-Carlo, puis de Thomas Berdych et John Isner à Roland-Garros. Certes, par rapport aux autres espoirs cités ici, « KK » est certainement celui qui compte (pour l’heure) le moins de références. Ceci dit, ses progrès notables et son mental d’acier couplés à son style de jeu agressif font du Moscovite l’une des grandes promesses des saisons à venir (à l’instar de ses compatriotes Andrey Rublev et Danil Medvedev).

Borna Coric (Croate, né le 14/04/1997)
Meilleur classement : 33e
Seizième-de-finaliste en Grand Chelem
1 titre et 5 victoires sur le Top 10

Parvenir à continuer à progresser et confirmer quand les projecteurs ont été braqués très jeune sur soi, tel est le défi que doit relever Borna Coric. Révélé à seulement 17 ans par ses surprenantes victoires sur Rafael Nadal et Andy Murray en 2014-2015, le jeune Croate cherche depuis ses débuts ô combien prometteurs à résoudre cette équation des plus complexes. Joueur de fond de court, aussi solide en coup-droit qu’en revers, le natif de Zagreb n’a encore jamais dépassé le stade du troisième tour en Grand Chelem, pas plus que celui des quarts-de-finale en Masters 1000. Ceci étant, ses doubles succès obtenus face à Nadal et Murray ont amené de nombreux observateurs de la planète-tennis à le considérer comme un champion en puissance. Membre du Top 50 depuis trois ans, vainqueur de son premier titre ATP cette année (victoire face à Kohlschreiber à Marrakech), le finaliste de la Coupe Davis 2016 doit désormais gagner en régularité.

Alexandre Zverev (Allemand, né le 20/04/1997)
Meilleur classement : 6e
Huitième-de-finaliste en Grand Chelem 
6 titres ATP et 10 victoires sur le Top 10

Voilà la grosse cote du moment ! Attaquant de fond de court au jeu très agressif, longiligne (1,98m) et pourvu d’un service très rapide aussi bien en première qu’en deuxième balle (son second engagement dépasse souvent les 190km/h), « Sascha » Zverev est issu d’une famille de tennismen. Bien encadré par son père (ancien professionnel soviétique) et son grand frère (Mischa), le joueur hambourgeois a déjà fait sauter un verrou cette saison, grillant ainsi la politesse à ses aînés en devenant le premier homme né dans les années 1990 à remporter un (Rome) puis deux (Montréal) Masters 1000. Alors certes en Grand Chelem, Alex n’a pas encore franchi le cap des huitièmes, mais gageons qu’il y parviendra sous peu. Travailleur, modeste et persévérant, le jeune Allemand d’origine russe a visiblement toutes les cartes en main pour devenir l’un des patrons du tennis mondial de demain.

 

TENNIS : Rogers Cup - Master 1000 Canada - ATP - Montreal - 10/08/2017

 

Denis Shapovalov (Canadien, né le 15/04/1999) 
Meilleur classement : 67e
1/64ème de finaliste en Grand Chelem
0 titre ATP et 1 victoire sur le Top 10

C’est la dernière pépite issue de la génération 1990. Jusqu’ici plus connu pour avoir failli rendre borgne un arbitre (énervé, il avait involontairement balancé une balle en pleine tête du juge de chaise lors d’une rencontre de Coupe Davis) que pour ses performances sur le court, « Denis La Malice » (18 ans) est sorti du bois de façon tonitruante à l’occasion du dernier Open du Canada. Déjà invité en 2016 à Toronto où il avait éliminé Kyrgios, le gaucher blondinet au subtil revers-à-une-main a récidivé cette année au Québec en se débarrassant cette fois du Brésilien Dutra Silva (après avoir sauvé plusieurs balles de match) et de l’Argentin Del Potro, avant de créer une énorme sensation en terrassant le n°2 mondial alias Nadal ! Finalement stoppé par Zverev en demi-finale, Shapovalov, dont l’attitude démonstrative n’est pas sans rappeler celle de Lleyton Hewitt, est un véritable vent de fraicheur. Tout comme les jeunes « US boys » Frances Tiafoe et Taylor Fritz, on a désormais hâte de le revoir !

Une génération de “Late Bloomers” ?

Par le passé, de René Lacoste à Marat Safin en passant par Ken Rosewall, Jimmy Connors et Mats Wilander, les premiers titrés d’une nouvelle génération avaient toujours entre 17 et 22 ans à l’occasion de leurs sacres initiaux en Grand Chelem :

- René Lacoste, né en 1904, premier joueur de la génération 1900 à gagner un GC en 1925 (21 ans)
- Sidney Wood, né en 1911, premier joueur de la génération 1910 à gagner un GC en 1931 (20 ans)
- Ted Schroeder, né en 1921, premier joueur de la génération 1920 à gagner un GC en 1942 (21 ans)
- Ken Rosewall, né en 1934, premier joueur de la génération 1930 à gagner un GC en 1953 (19 ans)
- Chuck McKinley, né en 1941, premier joueur de la génération 1940 à gagner un GC en 1963 (22 ans)
- Jimmy Connors, né en 1952, premier joueur de la génération 1950 à gagner un GC en 1974 (22 ans)
- Mats Wilander, né en 1964, premier joueur de la génération 1960 à gagner un GC en 1982 (18 ans)
- Michael Chang, né en 1972, premier joueur de la génération 1970 à gagner un GC en 1989 (17 ans)
- Marat Safin, né en 1980, premier joueur de la génération 1980 à gagner un GC en 2000 (20 ans)

En outre, on note que les pionniers des décennies précédentes étaient toujours natifs du premier « quinquennat » de leurs générations respectives (à savoir entre l’an 00 et l’an 04 de la décennie). La génération 1990 est donc très nettement en retard sur les temps de passage des précédentes. La faute au « BIG 4 » certes, mais pas seulement : Cilic, Del Potro et surtout Wawrinka ont prouvé qu’on pouvait gagner des GC même en présence des quatre galactiques ! L’exemple de la lente maturation du Vaudois, qui fut longtemps privé de desserts par les quatre ogres avant de finir par triompher en Grand Chelem à l’aube de la trentaine, ferait d’ailleurs bien d’en inspirer plus d’un. Alors que les jeunes pousses de la génération 2000 auront déjà 18 ans l’année prochaine, il serait temps !

Lionel Ladenburger

  1. avatar
    21 août 2017 a 17 h 59 min
    Par Guga57

    Bien évidemment, la génération 1990 ne se résume pas aux dix joueurs précités. Parmi les autres prétendants de cette génération, on aurait ainsi pu également nommer pêle-mêle (liste non-exhaustive) : Jerzy Janowicz (POL/1990), Federico Delbonis (ARG/1990), Vasek Pospisil (CAN/1990), Dusan Lajovic (SER/1990), Jann-Lenard Struff (ALL/1990), Pierre-Hugues Herbert (FRA/1991), Pablo Carreno-Busta (ESP/1991), Diego Schwarztman (ARG/1992), Ryan Harrison (USA/1992), Jack Sock (USA/1992), Bernard Tomic (AUS/1992), Henri Laaksonen (SUI/1992), Jiri Vesely (TCH/1993), Jordan Thompson (AUS/1994), Kyle Edmund (G-B/1995), Hyeon Chung (COR/1996), Thanasi Kokkinakis (AUS/1996), Danil Medvedev (RUS/1996), Andrey Rublev (RUS/1997), Taylor Fritz (USA/1997), Frances Tiafoe (USA/1998), etc.

  2. avatar
    21 août 2017 a 18 h 21 min

    Superbe, du bonbon, merci Guga !

    Évidemment les deux derniers cités sont les plus jeunes et sont brusquement apparus sur les écrans radar de par leurs performances en M1000. Reste évidemment à confirmer en GC, le seul vrai baromètre pour le haut niveau.

    Mes favoris pour remporter (à terme) un GC sont Raonic et Thiem, d’une part pour leurs performances déjà réalisées (finale et demie, les autres ont des quarts au mieux).

    Dimitrov est un candidat sérieux aussi surtout après sa victoire à Cincinnati (mais à relativiser à cause des nombreux absents top top 4 et top 10). Je pense qu’il a le potentiel pour progresser encore et donc éclore tardivement.

    À présent Zverev avec ses 2 M1000 remportés (et son jeune âge de 20 ans) se place en bonne position pour griller la politesse à ses aînés, mais là encore il va falloir confirmer en GC assez rapidement, en atteignant une demie d’ici 1 an (incluant donc l’US Open 2018).

    • avatar
      22 août 2017 a 9 h 40 min

      Salut Fabrice,

      Dimitrov compte aussi 2 demies en GC, à Wimbledon en 2014 (battu par Nole) et Melbourne en 2017 (sorti par Rafa), pas juste son Masters 1000 de Cincinnati.

    • avatar
      22 août 2017 a 12 h 38 min
      Par Guga57

      Merci Fabrice ! Toi aussi toujours au top sur les commentaires ! Perso si je devais parier sur le premier, je dirai peut-être Zverev. Après, plus généralement, tôt ou tard, je pense que Dimitrov (à Wimbledon), Thiem (à Roland-Garros) et Raonic (à l’Australian ou à l’US Open) sont eux aussi voués à gagner un jour (au moins) un titre du Grand Chelem. Goffin, je l’ai mis par rapport à son CV mais j’ai l’impression qu’il est déjà au taquet et qu’il plafonne déjà un peu en somme… Pouille a un bon mental (pour un Français lol) et c’est un bosseur, alors avec des circonstances favorables, il pourrait peut-être réussir à en chiper un d’ici deux-trois ans à condition qu’il continue à progresser (mais là il s’agit plus d’un souhait que d’un prono). Pour Kyrgios, en revanche, je mets un gros point d’interrogation ! OK il a le potentiel, mais j’ai le sentiment qu’il ne l’exploitera jamais à fond (un peu comme son compatriote Tomic d’ailleurs). Enfin, concernant Shapovalov, je l’ai mis dans la liste parce que sa performance à Montréal m’a enthousiasmé (un gaucher avec un revers à une main, j’adore !). Ceci dit, même s’il est le plus jeune demi-finaliste de l’histoire des Masters 1000 (je n’ai pas vérifié mais j’ai entendu ça sur une chaine de TV québécoise), je pense qu’il est encore beaucoup trop tôt pour pouvoir déjà le considérer comme un futur cador en puissance… Wait and see donc ;)

  3. avatar
    21 août 2017 a 23 h 01 min
    Par Darone67

    Les paris sont ouverts. Excellent article

  4. avatar
    22 août 2017 a 9 h 35 min

    Salut Guga,

    Très bon article comme d’habitude. Ce ne sont pas des Late Bloomers mais le Big 3 a tellement élevé le niveau qu’il est compliqué de gagner avant ses 25 printemps maintenant. Nadal (19 ans en 2005), Djokovic (20 ans en 2008 à Melbourne) et Del Potro (Presque 21 ans en 2009 à NYC) resteront des anomalies du XXIe siècle quand on voit Murray (25 ans en 2012 à NYC), Wawrinka (28 ans en 2014 à Melbourne) et Cilic (presque 26 ans en 2014 à NYC).
    Idem pour les valeureux finalistes de GC que furent Soderling (25 ans en 2009 à Paris), Berdych (25 ans en 2010 à Wimbledon), Ferrer (31 ans en 2013 à Paris),Nishikori (24 ans en 2014 à NYC) ou Raonic (25 ans en 2016 à Londres).

    Tout depend de quel critere on prend pour devenir l’heureux élu. Mais le premier ne sera pas forcément le Chosen One, exemple avec Safin et Federer !

    Sur l’age c’est Raonic le plus expérimenté.

    Sur les résultats en Masters 1000 Zverev est le plus titré avec déjà 2 MS contre 1 à Dimitrov, les autres sont toujours fanny.

    Sur le talent pur, Dimitrov voire Zverev sont les plus doués selon moi.

    Sur les résultats en GC, là c’est encore Raonic qui se degage.

    Mais la raison a beau être la raison, mon coeur me dit de voter pour Dominik Thiem ne pas me demander pourquoi !

    Cet US Open 2017 sera une occasion en or pour les “jeunes” de franchir ce palier.

    Nadal esseulé dans le Big Five, Murray toujours diminué, Federer peut etre blesse, Djokovic et Wawrinka absents, Del Potro pas franchement en position de reconquérir sa couronne de 2009 …

    A part Nadal, Federer et Del Potro, il ne restera que Marin Cilic dans les vainqueurs de GC, encore un ancient vainqueur à New York (2014).

    Dimitrov, Zverev, Thiem, Goffin, Kyrgios et consorts tiennent là une belle occasion. Car Nadal certes double vainqueur à Flushing Meadows n’est pas non plus un specialiste, et son bilan depuis sa Decima parisienne est de 6-3, pas vraiment un rythme de n°1 mondial.

    Même Remarque pour Berdych ou les Français meme si j’y crois encore moins pour eux que nos “jeunes” !

    Dernier point, dans toute cette galerie d’espoirs plus ou moins jeunes, pas un Américain, Andy Roddick laureate de l’US Open 2003 va rester encore longtemps le dernier.
    L’age d’or des Tilden, Budge, Connors, McEnroe, Sampras, Agassi est bien révolu outré Atlantique !
    Ryan Harrison (25 ans) n’a jamais dépassé la 41e place mondiale, et Taylor Fritz (20 ans) n’a toujours pas integer le top 50 (meilleur classement 53e).
    A moins d’un exploit de John Isner ou Sam Querrey, A-Rod va devoir encore attendre son successeur.

    • avatar
      22 août 2017 a 12 h 57 min
      Par Guga57

      Salut Axel et merci pour ton commentaire. Effectivement, vu les absences en pagaille, l’US Open à venir pourrait être l’occasion pour de nombreux jeunes de franchir un énorme palier. Sinon en termes de potentiel, je partage ton avis. Perso je pense que Dimitrov, Thiem, Raonic et Zverev sont des futurs vainqueurs de Grand Chelem en puissance. Tôt ou tard, ces quatre-là finiront par gagner des Majeurs. Après, si je devais nuancer, je dirai que Raonic est (selon moi) le moins doué des quatre, mais il devrait quand même réussir à en gagner un ou deux. Dimitrov a clairement le potentiel pour en gagner au moins cinq, reste à voir s’il fera les efforts… Thiem devrait gagner Roland quand Nadal ne sera plus là, s’il progresse sur les autres surfaces, l’Autrichien pourrait lui aussi en gagner au moins quatre ou cinq. Enfin pour Zverev, vu son jeune âge et sa marge de progression, si les blessures l’épargnent, c’est lui qui semble le mieux armé pour en gagner le plus. Par contre, pour les autres (Goffin, Pouille, Kyrgios, Khachanov, Coric et Shapovalov), j’ai beaucoup plus de doutes…

      • avatar
        22 août 2017 a 14 h 39 min

        Hello Guga,

        Je plussoie pour Milos Raonic, le moins doué raquette en main des 4 du groupe Dimitrov Zverev Thiem.

        Sur l’Autrichien, oui après la retraite de Nadal, si jamais Djokovic ne vieillit pas aussi bien que Federer, il devrait rejoindre Thomas Muster comme laureate du French Open.

        Oui bien vu sur la Laver Cup, en effet l’Europe va écraser le Reste du Monde sauf demotivation des cadres, mais bon avec Federer et Nadal comme ambassadeurs et tant de talent derrière avec Djokovic, Murray, Wawrinka, Dimitrov, Berdych, Pouille, Zverev, Thiem, Goffin …, bon courage à Raonic, Del Potro, Kyrgios, Nishikori (pas cette année), Fritz, Harrison, Querrey, Isner et autres Sock.

        OK sinon pour Goffin plutôt que Jack Sock.

        • avatar
          22 août 2017 a 17 h 00 min
          Par Guga57

          On est bien d’accord Axel. Je suis d’ailleurs bien curieux de voir ce que nous réserve la Laver Cup. Peut-on s’attendre à ce qu’elle devienne une vraie compétition majeure comme la Ryder Cup ? Ou bien est-elle vouée à n’être qu’une sorte d’exhibition de luxe un peu comme la Hopman Cup ? Perso je me disais récemment que si la Laver Cup devenait un véritable enjeu sportif, pourquoi ne pas l’organiser une fois tous les deux ans en alternance avec la Coupe Davis ? La Coupe Davis retrouverait ainsi un peu de son lustre via une périodicité plus rare et, en même temps, la Laver Cup récupèrerait du même coup une place bien plus intéressante (en toute fin de saison) dans le calendrier ;)

          • avatar
            23 août 2017 a 8 h 55 min

            Salut Guga,

            Pour la Laver Cup, je souhaite à cette competition de devenir un classique du tennis, on verra bien. Perso je garderais bien la Coupe Davis à fréquence annuelle.

            Il faudrait avoir le courage de virer un Masters 1000 celui de Shanghai et faire jouer la Coupe Davis 1 année sur 2 en Asie et 1 année sur 2 en Europe puisque c’est désoramis sur terrain neuter.
            Mais il faudrait un Final Four et pas juste une finale, que ça fasse mini tournoi de fin de saison juste après le Masters.

          • avatar
            23 août 2017 a 12 h 15 min
            Par Guga57

            Idem que toi pour la Laver Cup, j’aimerai bien qu’elle s’impose comme une compétition majeure. Pour la Coupe Davis, je ne suis pas opposé à l’idée d’un F4 mais j’aimerai au moins que celui-ci ait lieu dans un des quatre pays demi-finalistes.

  5. avatar
    22 août 2017 a 9 h 39 min

    Au temps pour moi j’ai oublié Jack Sock cote US, 14e au mieux de sa carriere. Mais bon sans lui manquer de respect, Sock ne vaut pas Dimitrov, Thiem ou Zverev en talent pur. L’Europe a encore de beaux jours devant elle pour dominer le tennis, avec comme seuls contradicteurs l’Argentin Del Potro, le Japonais Nishikori (autre absent de cet US Open 2017 un peu décimé), l’Australien Kyrgios et le Canadien Raonic.

    • avatar
      22 août 2017 a 13 h 12 min
      Par Guga57

      Oui, j’ai longtemps hésité à mettre Jack Sock dans la liste. Ce n’est pas le plus talentueux mais son CV est pas mal : ancien 14e mondial, 3 titres ATP et 7 victoires sur le Top 10. Ceci étant, il n’a jamais battu aucun membre du BIG 4 ou 5 et il n’a jamais dépassé les 1/8e de finales en Grand Chelem, pas plus que les 1/4 en Masters 1000… Du coup, j’ai préféré mettre Goffin qui compte quand même deux quarts en GC, trois demies en M1000 et des victoires de premier ordre face à Berdych, Djokovic ou encore Wawrinka. Ceci dit, pour en revenir au tennis US, tu as raison : les âges d’or du tennis américain paraissent très loin de nos jours ! La Laver Cup (la Ryder Cup du tennis) dont la première édition aura lieu cette année à Prague devrait donc sans surprise tourner à l’avantage de l’Europe. Et effectivement, aux vues de la nouvelle génération, le Vieux Continent (avec notamment Dimitrov, Thiem et Zverev dans ses rangs) semble voué à dominer cette nouvelle compétition au moins sur les quatre ou cinq prochaines premières éditions.

  6. avatar
    22 août 2017 a 14 h 22 min

    Difficile de pronostiquer, surtout entre Zverev ( que je mets quand même volontairement en 1er) Thiem et Kyrgios, et voici selon moi pourquoi.
    Je crains que Zverev avec son morphotype est un physique fragile, à la Delpo. Cela peut l’empêcher soit de gagner un GC vu la solidité physique ET mentale qu’il faut
    Thiem tant que Nadal affiche cette forme sur TB risque d’attendre pour RG, d’autant qu’il ne brille guère dans les autres
    Enfin kyrgios, entre son caractère de phacochère et son physique qui l’embête déjà….

    J’ai ete très impressionné par le talent de gaucher et son revers bluffant, de Shapovalov. Si pas de blessure et gros travail sur le mental désormais nécessaire à tout champion…

    • avatar
      22 août 2017 a 16 h 22 min
      Par Guga57

      Salut Lauchou. On est visiblement tous plus ou moins d’accord concernant l’enorme potentiel dont dispose Sascha Zverev. Même si, effectivement, tu soulignes (à mon avis à juste titre) le fait qu’il sera très probablement sujet à de nombreuses blessures. Perso, sa morphologie me rappelle celle de Kuerten (qui était lui aussi plutôt fragile). Ceci dit, ce qu’il a déjà fait en Masters 1000, en battant qui plus est deux cadors en finale (Djokovic et Federer), montre qu’il a tout pour passer le cap aussi en Grand Chelem. Alors certes, le format en cinq sets sur sept tours est bien plus contraignant sur le plan physique, mais il suffit qu’il dispose une fois d’un tableau relativement avantageux (avec par exemple deux-trois premiers tours vites bouclés) pour que son physique puisse tenir jusqu’au bout. Par rapport à cela, dans la perspective de l’US Open, je pense d’ailleurs que son élimination prématurée (face à Tiafoe) à Cincy est une bonne chose (il a peut-être même volontairement perdu) après avoir signé le doublé Washington-Montréal en enchainant dix victoires de rang… Bref, du coup, Zverev sera probablement très frais à New-York la semaine prochaine. Et ça risque de faire mal pour ceux qui y croiseront sa route. Et sinon, pour Shapovalov, j’espere vraiment qu’il se donnera les moyens de confirmer son beau parcours quebecois dans les semaines à venir. A ce sujet, je regrette d’ailleurs qu’il ne beneficie pas d’une wild-card… Mais les organisateurs de l’US Open ont flairee l’aubaine en faisant du jeune canadien la tete de gondole des qualifs…
      http://www.tvasports.ca/2017/08/21/les-internationaux-des-etats-unis-se-servent-de-denis-shapovalov-pour-mousser-leur-tournoi-de-qualification

  7. avatar
    22 août 2017 a 14 h 31 min

    Superbe article Guga, un régal !
    Je partage l’avis d’Axel, même si ce n’est pas le plus coté en ce moment, je pense que Thiem peut décrocher la timbale avant les autres, pourquoi pas à Roland dès 2018 ?
    Sasha Zverev a tout d’un futur numéro 1 mais je mets un petit bémol sur ses limites en GC, malgré son jeune âge bien sur, un seul 1/8 à Wimbledon obtenu cette année, mais il franchira vite les étapes j’en suis sur.
    Mon chouchou de cette liste restant Nick Kyrgios, un bras fulgurant, un talent dingue, du charisme et un mec très attachant au fond… Si il canalise son coté fou-fou, il a tout pour être une véritable machine. J’espère qu’il ne passera pas a coté de sa carrière…

    • avatar
      22 août 2017 a 16 h 35 min
      Par Guga57

      Un grand merci JS ! Je vais me répéter mais je pense que parmi les dix joueurs nommés dans l’article, quatre finiront par entrer dans la cour des grands, à savoir : Dimitrov, Thiem, Raonic et Zverev. Pour Kyrgios par contre, j’ai quand même un gros doute… Certes son jeu d’attaque est flamboyant, mais en défense (en particulier côté revers), y a encore un gros chantier à fignoler je dirai. De surcroît, avec son mental branché sur courant alternatif, je trouve que ça fait quand même pas mal d’impondérables à son sujet pour le mettre d’office dans la catégorie des futurs grands champions. Ceci dit, j’aimerai bien me tromper, c’est un personnage controversé certes, mais j’aime bien son côté fantasque, « border-line » ;)

      • avatar
        23 août 2017 a 9 h 14 min

        Je pense que Zverev, Dimitrov, Raonic et Thiem finiront en effet par y arriver en GC.

        Pour Goffin, trop faible physiquement. Pour Kyrgios, c’est le mental qui me semble bien trop friable. Quant à Pouille, en tant que Français il me semble pas plus fort que Tsonga ou Gasquet au meme age, voire Grosjean au début des années 2000. Or l’on sait qu’aucun de ceux là n’a conclu en GC, comme dirait Jean-Claude Duce. Quant à Borna Coric, je demande à voir encore un peu avant de trancher. Idem pour Karen Kachanov.
        Enfin sur Kei Nishikori né le 29/12/1989 (Presque 1990 donc), je pense qu’il a laissé passer sa chance, et quand il reviendra de blessure cela fera pres de 2 ans sans titre (le dernier acquis à Memphis en fevrier 2016 dans un modeste ATP 250)
        Enfin un joueur non cite dans l’article mais gros gachis aussi, Bernard Tomic quart de finaliste en 2011 à Wimbledon, seulement battu par un certain Novak Djokovic à l’époque injouable (cosmic tennis).

        Zverev et Dimitrov se sont dépucelés cette année en Masters 1000 mais cela ne suffit pas à en faire des garanties fortes comme favoris de l’US Open qui arrive.
        On pourra toujours arguer que Thiem avait nettoyé le tableau romain en abttant Nadal avant que Zverev ne prenne un Djokovic retombé dans ses travers en finale, ou que Dimitrov n’a gagné à Cincinnati sans meme battre un top 15 sur sa route en l’absence de Murray, Djokovic, Wawrinka et Federer.

        Et depuis plus de 10 ans, certains lauréats de Masters 1000 n’ont jamais franchi le cap en GC, tels Tomas Berdych, Jo-Wilfried Tsonga et David Ferrer laureats respectivement à Paris Bercy en 2005, 2008 et 2012.

        Ce qui aiderait ces jeunes, ce serait d’avoir de nouveau des finales de Masters 1000 en 3 sets gagnants comme à l’époque de ce fabuleux match entre Federer et Nadal en 2006 à Rome, leur plus belle joute sur brique pilée sans nul doute.

        Reste le cas Wawrinka, anomalie qui compte plus de GC (3) que de Masters 1000 (1 seul, Monte Carlo 2014) à son tableau de chasse ! Idem pour Del Potro qui ne s’est jamais impose en M1000 si je ne m’abuse.

        • avatar
          23 août 2017 a 10 h 16 min
          Par Guga57

          D’accord avec toi pour Goffin et Pouille, j’avoue les avoir cités avant tout un peu par chauvinisme parce qu’ils sont tous deux francophones… Mais j’aimerai bien me tromper ! Surtout pour Lucas Pouille dont j’apprécie la simplicité et l’abnégation (tout le contraire de Benoit Paire en somme). Coric, perso j’ai dû mal à y croire, il est encore jeune certes mais j’ai la sensation qu’il fait du surplace depuis quelques mois. Tout le contraire pour Khachanov, dont on parle finalement assez peu, mais qui présente selon moi un potentiel intermédiaire à mi-chemin entre Raonic et Zverev je dirai. Quant à Tomic, au même titre que Janowicz, ils sont encore jeunes mais ils donnent déjà l’impression que l’essentiel de leurs carrières est déjà derrière eux… Dommage parce que la aussi y avait du gros potentiel. Sinon je valide ton idée d’un retour aux finales en trois sets gagnants en Masters 1000 et en particulier au Masters (ATP Finals) où je ferai même également jouer les demi-finales au meilleur des cinq sets. PS : Pour Del Potro, tu as raison : il n’a jamais gagné un M1000 (ses meilleurs résultats dans cette catégorie de tournois demeurant pour l’heure deux finales perdues au Canada (2009) et en Chine (2013) face à Murray et Djoko).

          • avatar
            23 août 2017 a 11 h 03 min

            Salut Guga,

            Ah Benoit Paire quel sketch ce mec. Caricature de champion, tant il est incapable de se donner à fond. Dommage car il est pas dénué de talent, mais c’est un mercenaire incapable de comprendre, sa Remarque sur les Jeux Olympiques m’avait choqué. Comment qqn qui dédie sa vie au sport peut mépriser une competition reprise de l’Antiquité grecque, que tous les pays (ambiiteux au niveau géopolitique s’entend) veulent accueillir ?
            Je parlais de Tomic, pour moi Paire finira comme Tomic s’il ne se bouge pas très vite car il gâche son potentiel. Je ne dis pas qu’il est de la trempe d’un vainqueur de GC mais il pourrait etre top 15-20 de façon régulière et tenter des coups en Masters 1000 voire dernier carré de GC avec un classement décent.

            Oui 3 sets gagnants aussi en Masters Cup, cela avait donné de belles finales en 1996 (Sampras / Becker, sans doute la plus belle de l’Histoire du tournoi des maîtres), 1998 (Corretja / Moya) et aussi 2005 (Nalbandian / Federer).

          • avatar
            23 août 2017 a 12 h 41 min
            Par Guga57

            100% d’accord concernant BP. Je me dis souvent que c’est bien dommage de ne pas avoir que Benoit Paire n’ait pas la volonté de Lucas Pouille, et inversement que Lucas Pouille n’est pas le même talent intrinsèque que Benoit Paire. Avec un mix des deux, on aurait pu avoir un sacré joueur… Sinon oui, l’attitude de Benoit Paire aux JO a été pitoyable. Dommage que Di Pasquale s’en soit tenu uniquement au classement à cette époque car je ne doute pas que Lucas Pouille aurait fait honneur à sa sélection lui. Quant au parallèle Paire/Tomic, je pense que c’est déjà le cas. Tomic est plus jeune que Paire et pourtant, en dépit de son état d’esprit plus que médiocre, l’Australien a déjà obtenu de meilleurs résultats que BP sur le circuit… En somme, Paire est une « balle perdue » selon moi. Enfin concernant la Masters Cup, la finale en cinq sets est une évidence à mes yeux. Quoi qu’on en pense, le Masters reste le 5e Majeur du calendrier et à ce titre, je trouve inconcevable que la finale se dispute uniquement au meilleur des trois sets. En parlant de ça, j’espère que si le format de la Coupe Davis évolue vers des matchs en trois manches plutôt qu’en cinq, j’ose espérer que l’ITF conservera au moins le format en cinq sets pour la finale. Une finale de Coupe Davis disputées seulement au meilleur des trois sets dévaluerait grandement le prestige de l’épreuve à mes yeux.

  8. avatar
    22 août 2017 a 14 h 35 min

    Je reviens sur kyrgios qui pourrait apparaître niveau caractère, hygiène de vie, talent, potentiel comme un héritiers des Gerulaïtis, Agassi, Safin, rios. Malheureusement (??) plus de place possible en GC ou en haut de la hiérarchie avec ces “caractéristiques”…

    • avatar
      22 août 2017 a 16 h 49 min
      Par Guga57

      Effectivement Lauchou, plus vraiment de place pour ce genre de profils ces dernières années. Fognini, Monfils et Paire sont dans la même catégorie je dirai. Beaucoup de talent mais visiblement pas assez d’abnégation, du coup cela ne suffit pas ou plus pour aller chercher des titres majeurs aujourd’hui. Perso, pratiquement depuis ses débuts, Kyrgios me fait énormément penser à Marat Safin. Et quand je repense à Safin, j’ai le souvenir d’un immense talent sous-exploité. Quand il a gagné l’Australian Open en 2005 (qui plus est en battant Federer en finale), le Russe a tellement décompressé (en d’autres termes « fait la fête ») qu’il a mis des mois à se remettre vraiment dedans à l’entrainement… Et in fine, il n’est jamais parvenu à retrouver son vrai niveau par après. Alors je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai le sentiment que si Kyrgios venait à remporter un jour un titre du GC, il serait voué plus ou moins au même destin. En gros : un ou deux grands titres et puis… plus rien !

      • avatar
        23 août 2017 a 9 h 03 min

        Ah Marat Safin quel talent et quel gachis. Révélé en 1998 par les scalps d’Agassi et Kuerten à Roland, le jeune Russe n’était pas loin de sortir Cédric Pioline devant son public bien que rookie à seulement 18 ans.

        Mais oui quell monster quand il jouait à 100 %, ses deux GC le prouvent, il écrase Sampras en finale de l’US Open 2000 et domine Federer en 5 sets dans un combat inoubliable en 1/2 finale de l’OA 2005.
        Le Suisse avait d’ailleurs commence sa carriere comme le Russe, incapable de se maitriser nerveusement apers la perte d’un set ou de points importants, lachant mentalement ses fins de matches voire cassant ses raquettes comme un gamin capricieux.

        Bref Safin était un pur champion mais bien trop intermittent au sommet de son (propre) art tennistique, quel dommage en effet je crains que Kyrgios ne suive le meme chemin (à supposer qu’il gagne 1 ou 2 GC comme le Russe jadis)

        • avatar
          23 août 2017 a 9 h 40 min
          Par Guga57

          Autant pour moi, ce Safin-Federer AO 2005 était effectivement une demi-finale. Ça aurait mérité d’être une finale cela dit. Je reste d’ailleurs persuadé que le BIG 4 (et en particulier Federer) n’aurait pas gagné autant de Majeurs si Safin avait appréhendé sa carrière de manière moins dilettante. Quand je vois que Haas (né en 1978) ou Karlovic (né en 1979) sont encore sur le circuit alors que Safin (né en 1980) est parti à la retraite il y a déjà huit ans, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il s’est retiré bien trop tôt. A mon sens, s’il avait exploite ne serait que 70%-80% de son potentiel, le Russe aurait au moins pu gagner entre cinq et dix Majeurs. Comme tu dis Axel, quel gâchis…

          • avatar
            23 août 2017 a 11 h 17 min

            Salut Guga,

            Dans le quintet Roddick Hewitt Safin Ferrero Coria, le Russe était clairement le plus à meme de chatouiller l’ogre Federer.
            L’Américain restait limité techniquement malgré un service impressionnant et un physique redoubtable, l’Australien était un tigre un combattant fabuleux (le 3e de l’Histoire derrière Nadal et Connors), l’Espagnol un terrien (4 demies de rang à Roland pour ses 4 premières participations de 2000 à 2003 rappelons le, avec un bourreau nommé Kuerten en 2000 et 2001).

            Sur Roddick, je pense que le match qui a change s acarrière c’est Wimbledon 2004. Peut etre aurait-il battu Federer sans l’interruption liée à la pluie. Et le rapport de forces aurait été different. Certes le virtuose de Bâle aurait bien sa bonne quinzaine de GC mais Roddick aurait peut etre gagné la finale 2009 avec un peu plus de confiance face au Pantagruel venu de Suisse … Bref on ne saura jamais.

            Sur Ferrero et Coria, les blessures ont gâché leurs fins de carriere dommage car El Mosquito et El Mago auraient pu atteindre d’autre fois le dernier carré à Roland, je pense surtout à l’Argentin qui avait eu de belles bastons avec Nadal au printemps 2005 notamment à Rome.

            Sur Hewitt, pour lui le début de la fin a été ce double bagel de l’US Open 2004.

            Reste donc Safin, l’immense Safin pas si loin de finir n°1 mondial en 2000 (Kuerten bat Agassi en finale du Masters à Lisbonne et le distance d’un rien, écart de niveau papier à cigarette au vu de la saison).
            Vu sa jeunesse espagnole, il aurait mérité de gagner à Roland, il a gâché ses chances en 2002 et 2004.
            A Wimbledon malgré son epopee de 2008 où il sort Nole au 2e tour, l’herbe anglaise n’était pas s atasse de thé.
            Reste le dur, à Melbourne et New York. En dehors de ses 2 victoires légendaires, le bilan de Marat est famélique au vu de son talent exceptionnel : 2 finales à Melbourne (2002 et 2004), 1 demie à NYC (2001).

          • avatar
            23 août 2017 a 12 h 51 min
            Par Guga57

            Je te rejoins totalement. Safin aurait pu être LE grand rival de Federer et même de Nadal au moins jusqu’à ses 30 ans, c’est-à-dire jusqu’au début des années 2010 en somme. Mais bon, on ne refera pas l’histoire et au final, même s’il aurait pu ou dû être bien plus garni, le palmarès de Safin reste quand même honnête à mes yeux avec ses deux Majeurs en simple et ses deux Coupes Davis. Pour la place de N.1 en fin de saison 2000, Kuerten avait signé un exploit unique pour s’emparer du trône, à savoir battre Sampras et Agassi dans le même tournoi (le Masters en l’occurrence). Coïncidence marrante, Kuerten avait pu faire son discours d’après match en portugais lors de sa finale gagnée contre Agassi puisque le Masters s’était tenu à Lisbonne cette année-là. A croire que l’histoire était écrite ainsi en somme. Un mot sur Coria, quel dommage qu’il ait perdu sa finale de RG face à Gaudio. Coria aurait lui aussi pu faire une bien meilleure carrière. Mais apparemment, pas mal de joueurs détestaient le petit argentin sur le circuit. Dans une interview récente, Michael Llodra a ainsi déclaré que de tous les joueurs qu’il a rencontré dans sa carrière, s’il y en avait bien un avec lequel il n’irait jamais boire un verre, ce serait Coria !

          • avatar
            23 août 2017 a 15 h 19 min

            @Guga,

            D’accord avec toi sur Coria, j’étais tellement déçu pour lui en 2004 quand il perdit RG à cause de crampes en finale. Quand on voit la suite de la carriere de Gaston Gaudio, on se dit que c’est le plus grand imposteur de l’Histoire de Roland avec Andres Gomez dans le palmarès du tournoi parisien. Enfin on était passé pres en 2003 avec Verkerk en finale, truc impossible à voir aujourd’hui.
            A la limite j’aurais prefere voir Tim Henman (sorti par Coria en 2004 en demies) gagner, cela aurait compensé sa légendaire scoumoune à Wimbledon.

            Un mot sur Safin encore, concurrencer Nadal au classement ATP tu veux dire ? Car sur terre battue je pense que meme Ferrero voire Coria se seraient cases les dents sur Rafa entre 2005 et 2010, avant que Djokovic n’enfile sa cape de Superman de l’ocre à partir de 2011.

            Sur les finales de Coupe Davis, en effet il faut du 3 sets gagnants pour ne pas brider le prestige de l’épreuve au saladier d’argent. Mais bon l’ITF est capable du pire …

          • avatar
            23 août 2017 a 16 h 23 min
            Par Guga57

            @Axel

            C’est clair que Gaudio est un imposteur dans la liste des vainqueurs de Grand Chelem. Coria aurait mérité de gagner au moins une fois RG (de surcroît a la place de Gaudio). Et pour Verkerk oui, Juan-Carlos Ferrero mérite amplement sa place au panthéon de la Porte d’Auteuil, bien plus que ce Hollandais sorti de nulle part (était-il dopé cette année la a RG ?) et qui avait sorti à la surprise générale Moya et Coria en quart puis en demie…

            Sinon, evidemment, quand je te parle du rival potentiel que Safin aurait pu être également pour Nadal, j’entends (bien sûr) ailleurs qu’à Roland (où Nadal était juste intouchable). Je parle donc plutôt de l’Open d’Australie en 2009 et de l’US Open en 2010. Quand on voit la forme des trentenaires de nos jours, à l’instar de Federer et Nadal aujourdhui (qui ont une bien meilleure approche physico-hygiénique que le Russe en son temps), on se dit que Safin aurait très bien pu durer (et rester au top) dans le temps au moins jusqu’en 2012-13, s’il s’en était seulement donné les moyens…

            Enfin pour la Coupe Davis je partage tes craintes par rapport aux decisions futures que pourraient prendre l’ITF.

  9. avatar
    22 août 2017 a 17 h 51 min

    Explosion de commentaires depuis hier :)

    Axel, effectivement j’ai oublié Dimitrov.

    Pour Thiem, je te seconde car il est modeste et travaille très fort avec son entraineur. Un peu comme Nadal finalement.

    Raonic est effectivement le moins “doué” mais il compense par un bon mental et surtout un physique avantageux pour les services et les coups droits.

    Cependant si les autres progressent plus que lui, il se peut qu’il n’ait pas d’opportunité de remporter un GC. Après tout il a déjà 26 ans. Et j’aime rappeler que les vrai “late bloomers” comme Wawrinka et Agassi sont très rares (tout comme les vainqueurs de GC après 30 ans).

    Pour Zverev, d’accord avec vous pour la fragilité physique pour les GC, mais il est encore jeune (20 ans seulement) et il se renforcera dans les années à venir. Après tout, le Maître lui-même a attendu ses 22 ans pour remporter son 1er GC (Wimbledon 2003).

    • avatar
      23 août 2017 a 8 h 59 min

      Salut Fabrice,

      Je ne comparerais pas Wawrinka et Agassi dans les late bloomers.
      Agassi avait 3 GC en poche avant ses 25 ans, c’est un cas inclassable vu la façon don’t il a été formaté par son père pour le tennis.
      Son côté starlette l’a ensuite poussé à devenir ce cancre surdoué jusqu’à la renaissance de 1999 (double RG / US Open) soit à l’approche de la trentaine.

      Mais je ne suis pas sûr qu’Andre aurait joué jusqu’en 2006 soit ses 36 ans s’il n’avait pas perdu son temps comme en 1993 et surtout en 1997 par exemple.

      Quant au Vaudois, lui aussi il est est special, 3 GC tous gagnés après 28 ans face à des stars comme Nadal ou Djokovic en finale. Stanimal a eu comme modèle un immense champion, Roger Federer, et ça l’a poussé à se battre pour se métamorphoser lui aussi en champion, ne pas juste rester un excellent joueur comme Soderling, Davydenko, Ferrer, Nalbandian, Berdych ou Tsonga, ces principaux joueurs restés vierges de titre en GC durant la domination du Big Four depuis 2005-2006.

    • avatar
      23 août 2017 a 16 h 01 min

      Pour Agassi il a remporté une (faible) majorité de ses GC (5/8) dans sa “deuxième” carrière, avec en point d’orgue sa saison 1999 au cours de laquelle il remporte 2 GC + 1 finale à l’âge de 29 ans. On peut dire qu’il a atteint son plein potentiel à partir de ce moment. On voyait qu’il avait le talent pour en faire plus (que ses 3 GC) auparavant…

      Quant à Wawrinka, est-ce que son talent était apparent auparavant ? Je ne le suivais pas suffisamment pour me prononcer.

      Donc pour un late bloomer, cela dépend si l’on prend le critère de potentiel révélé tardivement (Wawrinka) vs. réalisé tardivement (Agassi).

      • avatar
        23 août 2017 a 17 h 01 min

        Salut Fabrice,

        Le probleme d’Agassi fut sa gestion calamiteuse des 3 finales majeures des saisons 1990 et 1991.

        Finale de RG 1990, il perd la finale soi disant à cause de l’affaire de la perruque. Si c’est vrai, c’est vraiment pitoyable de ne pas assumer sa calvitie pour perdre un GC là dessus … Si c’est faux, ça l’est encore plus car dans son livre Open (2009), Agassi n’assumerait pas sa défaite contre Gomez près de 20 ans après

        Finale d’US Open 1990, il perd contre Sampras qu’il avait laminé au printemps 1989 à Rome. Blocage mental, peur de perdre et de voir un autre compatriote (après Michael Chang en 1989 à Paris) gagner avant lui un GC.

        Finale de Roland-Garros 1991, match plus équilibré contre Jim Courier mais 3e défaite en 5 sets.

        Seul rayon de soleil, sa victoire fin 1990 au Masters devant Stefan Edberg. Incroyable, Agassi sut rebondir en 1992 à Wimbledon, là où l’attendait le moins, battant coup sur coup Boris Becker, John McEnroe et Goran Ivanisevic pour s’offrir son premier trophée majeur.

        Il revient ensuite dans la lumière fin 1994 / début 1995 avec le double US Open / Open d’Australie sans oublier 1 belle victoire à Paris Bercy.

        S’ensuit un combat au couteau face à Sampras pour la place de patron du circuit, que Petros règle d’une victoire en finale de l’US Open 1995, la pire défaite de la carriere du Kid, alors invaincu depuis 26 matches.

        C’est le début de la descente aux enfers d’Agassi qui gagne cependant la médaille d’or aux JO d’Atlanta en 1996.

        Il lui faudra attendre 29 ans, en 1999 à Paris, pour renouer le fil de sa carrier et realiser le GC en carrier, exploit depuis réédité par Federer, Nadal et Djokovic, les 3 monstres des années 2000-2010.

        Pour Wawrinka, à part son superbe revers à 1 main, il ne m’a jamais impressionné avant 2013-2014 perso. Je le tenais pour un gentil loser au physique insuffisant et au mental friable. Il m’a superbement fait mentir depuis !!

        • avatar
          24 août 2017 a 10 h 13 min
          Par Guga57

          Salut Axel, Fabrice,
          En parlant de Wawrinka, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec nos « nouveaux mousquetaires » (Tsonga, Gasquet, Simon et Monfils). Personnellement, avant son incroyable mue opérée à partir de 2013, je mettais Stan exactement dans la même catégorie que Jo, Richard, Gilles et Gaël (je le voyais même un chouia plus proche de Simon que de Monfils, Tsonga ou Gasquet en termes de talent pur). Mais voilà, lui a su se faire violence, lui a sur aller chercher ce petit surplus de mental que nos tricolores n’ont et n’auront visiblement jamais. Tu citais hier les vainqueurs de Masters 1000 hors BIG4 Axel, et là aussi le parallèle est intéressant, en particulier entre le Vaudois et le Manceau : Tsonga a gagné 2 M1000 (Bercy+Canada) et a atteint 15x le stade des ¼ de finales en GC, Wawrinka 1 seul M1000 (Monte-Carlo) et « seulement » 13x les ¼ de finales en GC. Et pourtant, au final, le Suisse a gagné (en simple) autant de titres du Grand Chelem à lui seul que tous les Français réunis (1 x Bernard, 1 x Petra, 1 x Noah) depuis 1945… Tout ça pour dire que (Gilles Simon mis à part), je pense vraiment que Tsonga, Gasquet et Monfils avait au moins un Grand Chelem chacun dans la raquette. Un gros gâchis en somme.

          • avatar
            24 août 2017 a 15 h 06 min

            Salut les amis, merci de confirmer pour Wawrinka. Il mérite donc son surnom de loup garou, non seulement à l’échelle d’une saison mais aussi de sa carrière, où il s’est mué de top 20 relativement anonyme, à top 10 en 2013 avec une demie à l’US Open, puis en top 5 (top 4 même) pour 2015, 2016 et 2017, avec un GC par an.

            D’ailleurs j’avais oublié qu’il est le tenant du titre à l’US Open, mais bon il est blessé. Mais il a déjà une finale et une demie cette année.

          • avatar
            24 août 2017 a 17 h 04 min

            Salut Guga,

            L’an passé à l’US Open apres sa demie balance contre Nole, John McEnroe répétait que Monfils était LE plus gros gachis qu’il avait jamais vu.

            N’oublions pas qu’en 2004 le Parisien fait un Petit Chelem en juniors, frolant le GC.
            Certes c le dernier palier qui compte, le passage en pros …

            Richard Gasquet a été victime de sa médiatisation … Très jeune, il a fait la une de Tennis Magazine a l’époque où il battait Nadal aux Petits As de Tarbes.
            Pression freudienne pour le Biterrois.

            Quant à Tsonga, le moins 3 talentueux des 3 raquette en main mais quelle puissance dévastatrice, c’est lui qui l’aurait le plus mérité vu le nombre de demies qu’il a obtenues, sans oublier sa finale de Masters en 2011 contre Federer.

            Wawrinka c’est un cas vraiment à part, il s’est accroché comme Djokovic l’avait fait en 2009-2010 avant d’exploser en 2011, croyant en sa bonne étoile.

            Pas certain que nos Français soient aussi ardus à l’entrainement que le Vaudois et le Serbe, sans parler de Nadal et Federer voire Murray.

            J’ai l’impression que c’est comme en F1, certains piotes se contentent des dollars gagnés en étant sur la grille de depart. La c pareil je pense que beaucoup se dissent, c super je palpe des millions sans avoir besoin de me défoncer à l’entrainement.

            Oui Warwrinka c vraiment un loup-garou, bien vu Fabrice, il se mue en bête insatiable pendant ses “pleines lunes” souvent en GC … Et peut des fois sortir dès le 1er tour d’un Masters 1000 comme un vulgaire top 100.

        • avatar
          24 août 2017 a 22 h 12 min

          Pour les 4 mousquetaires, c’est Tsonga qui a été le meilleur mentalement selon moi. Son palmarès parle pour lui avec également des victoires de référence contre des cadors que les autres n’ont pas forcément.

          • avatar
            25 août 2017 a 9 h 43 min

            Salut Fabrice,

            Oui car si aucun Français n’a jamais battu Djokovic en GC (Olivier Patience et JWT sont passés fort près à RG en 2007 et 2012 respectivement), le manceau peut se targuer d’avoir battu Nadal en 2008 à Melbourne, et Federer deux fois en 2011 à Wimbledon et 2013 à RG.

            Pour les autres, Gasquet a battu Roddick en 2007 et Wawrinka en 2015 les deux fois à Wimbledon, Pouille a sorti Nadal en 2016 à l’US Open … bilan très maigre face aux tenors du circuit ATP en GC.

          • avatar
            25 août 2017 a 9 h 48 min

            @The Sampras, désolé mais pas d’accord sur Gaudio. Sans les crampes de Coria il ne gagne jamais RG en 2004 je me souviens très bien de cette finale surréaliste.

            Son meilleur résultat à Paris à part ça c’est 1/8e de finale à 3 reprises (2002, 2005, 2006) tandis que Coria était lui arrive en 2003 en demie.

            Sans oublier le fait que Gaudio n’a jamais gagné le moindre tournoi d’importance sur terre comme Monte-Carlo ou Rome. C’est une étoile filante meme si contrairement à Verkerk, c’était un terrien car Argentin de naissance.

            Enfin pour terminer sur Albert Costa, certes en 2002 il profite du blocage mental de Ferrero pour gagner RG en finale mais son bilan à Paris est meilleur que Gaudio : demie en 2003 soit une belle defense de son titre, quarts en 1995 et 2000. Pas un monster à la Kuerten ou Ferrero mais plus qu’honorable.

          • avatar
            25 août 2017 a 12 h 42 min
            Par Guga57

            @Axel

            C’est clair, McEnroe a raison à propos Monfils… Une statistique qui illustre à elle seule le mental plus que friable du Parisien est selon moi celle de ses finales ATP : 26 finales jouées (soit presque autant que Wawrinka (28) par exemple) mais seulement 6 victoires pour… 20 défaites !!! CQFD en somme.

            Pour Gasquet OK, je veux bien imputer une part à sa médiatisation précoce, mais derrière quand même, y a un gros manque de travail sur le physique, en particulier sur le plan musculaire pour le Languedocien. A ce sujet, je me souviens d’ailleurs qu’il y a de ça trois ou quatre ans, Richard était parti s’entrainer pendant quinze jours à Majorque avec Rafa en pré-saison. Quand il était revenu, il avait déclaré à la presse (grossière erreur médiatique à mon sens) que les deux semaines passées avec Nadal avaient été les deux semaines d’entrainement les plus difficiles de toute sa vie. Henri Leconte lui était (à juste titre) tombé dessus à l’époque en disant que c’était inadmissible… En attendant, là aussi CQFD, et même si c’est facile de le dire je le conçois en tant que simple observateur, cette anecdote démontre à elle seule que Gasquet aurait certainement pu faire (beaucoup ?) mieux en s’il s’était entrainé plus durement par le passé.

            Et pour Jo, je ne peux que regretter qu’il n’ait pas gagner l’AO en 2008, sur ce tournoi il avait écœuré Rafa qui était pourtant au top de sa forme a l’époque en lui collant une des deux ou trois plus grosses défaites de sa carrière en Grand Chelem (pour ceux qui ne s’en souviennent pas, regarder sur Youtube, Tsonga avait juste été impressionnant ce jour-là). Et en finale, je pense que le Manceau a été rattrapé par la peur de gagner. Face à un Djokovic qui était encore loin en 2008 de son niveau de 2011, Jo avait gagné le premier set sans trembler… Hélas, ensuite, dans sa tête il a sûrement dû commencer à imaginer l’impact qu’aurait eu cette victoire en France, pour lui, etc… Et là, il a totalement perdu le fil de son match, c’était fini !

            Sinon pour revenir sur Wawrinka, quand tu dis « pas certain que nos Français soient aussi ardus à l’entrainement », pour moi c’est juste une certitude.

          • avatar
            25 août 2017 a 16 h 21 min

            Salut Guga,

            Je ne me souviens pas de cet aveu de Gasquet sur ses 2 semaines commando avec Nadal. Mais en effet ça corrobore le fait qu’ils ne s’entrainent pas asssez côté français, en particulier Richard qui manque de puissance de façon criante.
            Je me souviens d’un match si terrible pour le Biterrois, 1er tour de Roland en 2010, certes il manqué de competition, certes il a joué le dimanche à Nice et les organisateurs parisiens le programment dès le lundi : mais in fine, bien que menant 2 sets à 0 contre Murray, il s’effondre physiquement et l’Ecossais lui met 3 sets pour s’imposer en 5 sets, sorte de repetition de leur fameux duel en 1/8e de Wimbledon en 2008 où le Britannique avait déjà remonté un tel handicap contre le Français.

            Pour Monfils, oui ratio catastrophique en finale ATP. Ce mec n’a juste pas de mental c triste car il vaut tellement mieux que son palmarès.

            Sur Tsonga à l’OA 2008, il a perdu pour une raison simple : c’était sa 1re finale de GC, et la 2e pour Djokovic, qui avait déjà vécu cet accomplissement à New York contre Federer lors de l’US Open 2007. Et le Serbe savait qu’il en jouerait plein d’autres (meme s’il dut attendre l’US Open 2010 pour en rejouer une d’ailleurs, soit 2 ans et demi de longue disette) alors que JWT savait que c’était maintenant ou jamais … A part Cédric Pioline, aucun Français n’a joué 2 finales de GC dans l’ère Open. Et ce pauvre Pioline s’est coltiné 2 fois le pire adversaire possible : Pete Sampras, au taux de réussite exceptionnel en finale de GC (14/18, mieux que Nadal, Borg ou Federer)

            Bien vu sinon sur la seule défaite de Djokovic contre un Français, elle est d’ailleurs célèbre puisque c’est ce jour là que le fameux gourou serbe anti-gluten aurait decide de prendre en charge Nole …

  10. avatar
    22 août 2017 a 23 h 58 min

    Cher Guga
    Quelques bémols à tes dernières remarques…
    Monfils, Paire, Fognini dans la catégorie Gerulaïtis, Safin, Rios???? Ouille Ouille ! Doué certes mais je les mettrais plus volontiers dans la catégorie “petits cons” ou tennis de foire….chacun ses goûts…kyrgios malgré son sale esprit (incurable ??) vaut mieux que les 3 premiers…mais comme toi je mise peu sur une carrière riche et au long cours…Shapovalov, à suivre de très près, avec les précautions oratoires déjà évoquées…
    Ensuite Safin /Federer Australie 2005, pour moi c’est 1/2, certes d’anthologie, l’un des meilleurs matches que j’ai vus. 2 talents immense, l’un gâché, l’autre admirablement développé depuis…
    Allez je conclurais
    Thiem 50% de chances dans les 3 ans à RG ( ou quand Nadal aura raccroché slips et raquettes )
    Zverev 80% en GC dans les 2 ans, plus multi surfaces mais peut être plus fragile
    Kyrgios 20 % en GC rapide avec un tableau raisonnable et 1/4 de lexomil
    Raonic 10% à WIM, avec un tableau pas trop compliqué
    Dimitrov, pfff tellement difficile…
    Shapo, 50% si top 20 d’ici 2 ans
    Il y a peut-être aussi le futur champion olympique de Tokyo parmi ces jeunes pousses. Gageons que Nishi sera….blessé?

    • avatar
      23 août 2017 a 9 h 53 min
      Par Guga57

      Cher Lauchou, aucun souci. Simple problème d’interprétation je dirai… J’avoue que ma comparaison, avec Monfils, Paire et Pouille, était un chouia exagérée. Cela dit, impossible de nier que ces trois-là n’exploitent pas à 100% leurs potentiels respectifs. Pour Shapovalov, comme dit, j’adorerai voir ce mec entrer dans le Top 10 un jour. Je me répète mais un gaucher avec un revers à une main, c’est juste un régal ! Pour tes pronos, je valide pour Thiem, Zverev et Kyrgios (Lexomil compris lol). En revanche, je mettrai malgré tout un petit 20-30% à Raonic et un bon 50% à Dimitrov quand même. Quant à Shapo, pour l’heure, à mon sens, c’est trop tôt…

      • avatar
        23 août 2017 a 11 h 59 min
        Par Guga57

        Mea culpa, il faut évidemment remplacer « Pouille » par « Fognini » dans le commentaire précédent !

  11. avatar
    24 août 2017 a 23 h 59 min
    Par the sampras

    Un peu sévère de dire que Gaudio est un imposteur dans les vainqueurs de GC. C’était un vrai spécialiste de terre battue comme il y en avait beaucoup à l’époque (surtout Espagnols et Argentins), qui faisait chaque année partie des gros outsiders à Roland Garros qu’il valait mieux éviter au tirage. Un peu dans la même catégorie que les Costa (Albert et Carlos) ou Coria.
    Certains ont fini par gagné à Paris (Albert Costa et Gaudio) et d’autres non.
    Et son parcours du combattant pour gagner RG 2004 mérite à lui seul le respect.

    • avatar
      25 août 2017 a 13 h 06 min
      Par Guga57

      Effectivement Sampras, la victoire de Gaudio mérite sans conteste le respect mais a titre perso, je ne peux m’empêcher de penser que Coria aurait fait un plus beau vainqueur au sens « esthétique » du terme. On ne l’appelait pas « El Mago » pour rien.

  12. avatar
    25 août 2017 a 13 h 07 min
    Par Guga57

    @Axel, Fabrice

    Juste une petite correction/précision messieurs : Djokovic a bel et bien perdu une fois en Grand Chelem face à un Français. Et c’était justement contre Tsonga en quart-de-finale de l’Open d’Australie 2010 (sorte de revanche de 2008 pour Jo et preuve (hélas) supplémentaire qu’il aurait déjà pu (dû?) battre le Djoker en 2008 !!!). En outre, j’ajouterai aussi qu’à ma connaissance, le Manceau possède une autre statistique assez intéressante dans sa besace : Tsonga est en effet le seul joueur du circuit à avoir battu au moins une fois les quatre membres du BIG 4 en Grand Chelem (à savoir : Federer en quart à Wimbledon en 2011, Nadal en demie en Australie en 2008, Djokovic en quart en Australie en 2010 donc et Murray au 1er Tour également en Australie en 2008). Ça vaut ce que ça vaut mais ça a, à mon sens, le mérite de montrer une fois de plus à quel point Jo pouvait être dangereux quand il était dans un grand jour.

    • avatar
      25 août 2017 a 15 h 51 min

      Oui, il a manqué très peu à Tsonga pour décrocher le Graal, à savoir un GC. Sans le “Big 4″ il aurait sûrement accroché un GC ou 2, comme Berdych et Ferrer d’ailleurs.

  13. avatar
    25 août 2017 a 18 h 15 min
    Par Guga57

    @Axel, Fabrice

    Je n’arrive plus à retrouver de traces sur la toile de l’interview de Gasquet au lendemain de son séjour chez Nadal… Et surtout de ce qu’en pensait Leconte… mais ça valait le détour ! Le manque de puissance de Gasquet est malheureusement une évidence. C’est bien dommage parce qu’en termes de technique pure, il fait partie du gratin ! Quant à Monfils, moins de technique que Gasquet, mais une couverture de terrain hallucinante et des coups venus de nulle part. Néanmoins, une constance bien trop médiocre pour battre régulièrement les meilleurs.

    Enfin pour Tsonga oui, j’avais zappé que Djoko avait déjà joué une finale de GC avant 2008. Ceci dit, sur l’ensemble du tournoi, Tsonga avait été monstrueux. Mais bon, je pense qu’il n’en aurait jamais gagné d’autres derrière. Nos medias franchouillards l’aurait encensé et il n’aurait peut-être pas fait aussi « bien » que ce qu’il a fait in fine… Comme dit Fabrice, je pense que Tsonga et Berdych auraient pu gagner des GC sans le BIG 4… Pour Ferrer par contre, j’ai pluss de doutes. Car a RG en 2013 (la seule finale du Valencien en GC), si Nadal et Djoko n’avaient pas été là, ce brave David aurait certainement dû affronter Wawrinka en finale… Et là, pour le coup, je suis franchement pas sûr qu’il aurait gagné ;)

    Enfin bref, maintenant, avec le forfait de Djokovic, nos mousquetaires ont une (dernière ?) chance en or de « se rattraper » cette année en gagnant une 10e Coupe Davis pour la France. Reste à voir lesquels feront partie de l’aventure vu que Noah semble parti pour sélectionner d’office Lucas Pouille, voire la paire Mahut-Herbert (qui est de nouveau en forme) en complément pour le double, il ne resterait alors plus qu’une seule place de titulaire (+ l’inconfortable place de remplaçant dont personne ne veut vraiment) à se partager entre Tsonga, Gasquet, Simon et Monfils… En somme, dans cette optique, je suis bien curieux de voir quels choix fera Noah !

  14. avatar
    26 août 2017 a 17 h 11 min
    Par killranger

    Bonjour à tous,

    Axel et Guga j ai beacucoup de mal avec votre qualificatif “d’imposteur” s’agissant de Gomez et Gaudio. Ces mecs là n’ont rien volé , n’ont pas triché pour obtenir leur victoire, c’étaient pas de sosies qui disputaient des matchs à leur place. Gomez c’est des titres aux internationaux d’Italie à Forest Hills, c est aussi des quarts de finale à Roland Garros et à l US Open. Et Gaston gaudio il débarque pas de nulle part, c est un vrai spécialiste de terre battue, un outsider solide dans le grand tableau et qui a déjà plusieurs titres à son actif sur cette surface..

    Ces deux joueurs ont su profiter de circonstances particulières pour atteindre la finale puis la gagner, mais, et je le répète, Ils n’ont pas olé leur victoire, simplement c’était leur jour.

    Après pour Gaudio, il l avait expliqué dans un entretien, sa victoire l avait en quelque sorte traumatisé.. Il n avait plus été en mesure de fournir le même
    degré d’entrainement et d’implication nécessaire à son nouveau statut ; Trop de souffrances…

    • avatar
      28 août 2017 a 11 h 59 min
      Par Guga57

      Salut Kill,

      Effectivement, le qualificatif « imposteur » concernant Gaudio est exagéré je le reconnais. Sans débattre sur l’emploi du mot ou de la performance en elle, à titre perso, je disais juste ça dans le sens où j’aurai simplement préféré voir Coria (plutôt que Gaudio donc) inscrire son nom au moins une fois au palmarès de Roland.

      • avatar
        28 août 2017 a 16 h 19 min

        Salut killranger,

        En effet le mot imposteur ou usurpateur peut choquer j’en conviens. Mais comme Guga je maintiens que Coria aurait plus mérité d’inscrire son nom au palmarès de Roland-Garros que Gaudio.

        Pour Gomez, pur terrien certes mais à choisir j’aurais preferé voir Rios s’imposer un jour à Paris. Quel talent, quelle personnalité !

        Ou Alex Corretja, ce gentleman des courts !

  15. avatar
    27 août 2017 a 18 h 14 min

    Bonjour
    Toutes vos dernières remarques sont intéressantes voir exactes, mais on est revenu trop loin en arrière et on a perdu le fil de départ sur les jeunes pousses…surtout que depuis le forfait de Murray on peut revenir au petit jeu des pronos dans sa partie de tableau modifiée: du coup, qui parmi les jeunes pour briller ? Zverev très probablement . Shapovalov ? Medvedev ? Stock, chez lui ?
    Kyrgios figure dans la partie haute ( comme thiem dont je doute d’une perf sur decoturf), avec je crois Fed en 8e et éventuellement Nadal en 1/2: ça me paraît trop dur et long pour lui et son mental en dents de scie. Pour ne pas parler de son physique déjà étonnement tout aussi capricieux… Et puis nous priver d’une éventuelle 1/2 Nadal/Federer déjà que les caprices combinés du tirage et de Murray nous ont frustrés d’une finale, je dis NON!!…;-) .
    Cela dit si on regarde à travers un autre prisme, tant Nadal que Fed, quelle que soit leurs formes respectives n’y sont pas encore, loin s’en faut, à cette 1/2 dont beaucoup se délectent un peu imprudemment .
    C’est donc peut-être l’année d’une explosion d’un jeune, ce qui nous ferait faire un bond de 8 (Delpo ) , 16 (Hewitt) 17 (Safin ) ou 27 (Sampras ) ans en arrière. Car le moins que l’on puisse dire à la lumière de ces stats c’est que l’USO est rarement le verger ou les arbrisseaux viennent faire de l’ombre aux baobabs bien installés. Cilic et Wawrinka n’étaient pas les perdreaux de l’année qui servent de thème à cet article….alors ? Sera-ce pour cette fois ? Instinctivement je répondrai non, ni d’ailleurs pour le prochain AUS (Djoko, Murray Nadal et Federer pourront encore y être redoutables), ni RG (Nadal, Wawrinka, Djoko, Murray ) ni Wim ( Federer, Murray, Cilic, Djoko ). Les jeunes pousses sont donc encore peut être pour déraciner les vaillants séquoias. Dominic, Sacha, Nick, Denis (me plaît bien celui là, avec son revers de gaucher à une main qui déborde Nadal, c’est assez jouissifs!!) et consorts, c’est peut être pas encore gagné les petits gars…

    (PS, le cas Gaudio est bien complexe….imposture ou “Noahttitude”, chacun campera je crois sur ses positions. Et quel pensum, cette finale de limeurs…)

    • avatar
      28 août 2017 a 12 h 07 min
      Par Guga57

      Franchement Murray a déconné en déclarant forfait le lendemain du tirage… Qui plus est, il me semble impossible de ne pas croire qu’il ne l’ait pas fait exprès pour le coup ! Federer et Nadal ne se sont jamais affrontés en finale à l’US Open et c’est même le seul Majeur où il ne se sont encore jamais rencontrés. Alors après, même s’ils avaient été têtes de série 1 et 2, pas sûr qu’ils seraient tous les deux arrivés jusqu’en finale, mais impossible de nier que cette simple perspective aurait suffi à en faire frémir plus d’un pendant la quinzaine à venir. Enfin bref, du coup on se retrouve avec un haut de tableau aux allures de quart-de-finale de Masters 1000 dès le 3e tour et un bas de tableau qui ressemble plus à un ATP 500 qu’a un Grand Chelem… En somme, merci Andy !!!

      • avatar
        28 août 2017 a 16 h 27 min

        Sacré coup de theater que ce forfait de Murray. Je pense qu’il a voulu se laisser les chances de jouer cet US Open 2017 jusqu’au dernier moment.
        C’est toujours un sacrifice que de devoir abandonner un tournoi, juste avant ou pendant.

        Quelle hécatombe en tout cas : Djokovic Wawrinka Murray Nishikori. Ca fait belle lurette qu’un GC n’a pas été aussi ouvert, car Federer (dos à risque) et Nadal (manqué de references sur dur depuis … l’US Open 2013 soit il y a 4 ans déjà) ne presentment pas 100 % de guaranties d’aller au bout à Flushing.

        Zverev a une belle carte à jouer dans cet US Open, si jamais Nadal et Federer s’entretuent en 5 sets en demi (il faudra d’abord théoriquement que le Suisse sorte Kyrgios en 1/8e et que l’Espagnol se défasse de Dimitrov en 1/4 cependant). Mais l’Allemand doit déjà faire le job en arrivant en 2e semaine, et si possible sans laisser trop de forces mentales et physiques en route.

        Attention à Marin Cilic aussi, comme Wawrinka il prend lentement mais surement l’habitude des derniers carrés de GC.

  16. avatar
    27 août 2017 a 18 h 16 min

    Erratum, je reprends ma phrase
    Les jeunes pousses sont encore peut-être un peu tendres pour déraciner les vaillants séquoias…

  17. avatar
    27 août 2017 a 18 h 24 min

    Encore une remarque : si le temps semble faire son oeuvre pour les jeunes pousses, avec les blessures de Djoko, Wawrinka. Nishi et la confirmation de celle de Murray voire Fed (croisons les doigts !!) , on peut retourner l’argument en remarquant que Kyrgios et Raonic ne sont pas au mieux à ce stade de l’année et que Thiem et Zverev semblent déjà bien vite fatigués pour leur jeunesse. Et Dimitrov, fidèle à lui même, faute de blessure, à connu de sacrés trous d’air. Le constat reste donc indubitablement le même par rapport à l’article initial: ça bouge, ça fissure, ça toque à la porte mais on est loin de la solidité (mentale, physique ) du big3+1 au même âge ou celle des Agassi Sampras Courrier dans leur jeune vingtaine…

    • avatar
      28 août 2017 a 12 h 15 min
      Par Guga57

      C’est clair… Les « nouveaux » (je mets « nouveaux » entre guillemets car Raonic et Dimitrov auront déjà bientôt 27 ans) affichent un gros retard aussi bien physique que mental. Pour reprendre les exemples de Raonic et Dimtrove, je dirai que le Canadien est plutôt pas mal mentalement (pas au niveau du BIG 4 certes, mais mieux que les autres 90’s) mais il se blesse bien trop souvent. Quant à Dimitrov c’est l’inverse, sa demie-marathon disputée en Australie face à Rafa prouve que le Bulgare a visiblement pris du coffre, mais mentalement il manque encore ce petit quelque chose pour faire sauter le plafond !

  18. avatar
    31 août 2017 a 0 h 03 min

    Comme je l’ai écrit ailleurs kyrgios à fait une nouvelle Kyrgios…outre comme d’hab après des pronos dithyrambiques et naïfs devant un gars trop embourbé dans sa tête et son corps aussi qui se manifeste bien tôt pour son jeune âge. …

    • avatar
      31 août 2017 a 17 h 47 min
      Par Guga57

      C’est clair Lauchon, impossible de ne pas te donner raison concernant Kyrgios…

  19. avatar
    31 août 2017 a 8 h 35 min

    Je copie ici une réaction aux résultats étonnants de jeunes pousses à l’USO déjà proposée dans un autre fil…
    Bonjour
    La grande faucheuse de jeunes pousses qu’est un grand chelem vient de sévir à nouveau avec Zverev comme nouvelle victime, après Kyrgios. Il va être intéressant maintenant
    de voir si Fed profite comme à L’AO, et dans une certaine mesure WIM de ces défaites à priori prématurées…
    De suivre le parcours de Cilic, qui a un boulevard dans le bas de tableau.
    Tsonga déjà out (quelle année en GC!!) quel drôle D’USO. ..

  20. avatar
    31 août 2017 a 17 h 48 min
    Par Guga57

    @Lauchou: Mention spéciale à Shapovalov et Coric, tombeurs respectifs d’Alexander Zverev et de Jo-Wilfried Tsonga. Par ailleurs, je le répète encore une fois mais c’est vraiment dommage que Murray ait fait sa diva… Avec l’hécatombe actuelle, un « Fedal » en finale aurait été plus qu’envisageable. Enfin bref… Maintenant avec ceux qui restent, je pense que Cilic dispose d’un boulevard devant lui pour aller au moins jusqu’en finale. Avec son statut d’ancien vainqueur (combiné, qui plus est, à l’élimination prématurée de Sascha Zverev), le Croate fait désormais figure d’épouvantail absolu dans la partie basse du tableau. Par ailleurs, dans la parte haute, on se dirige a priori vers des quarts Nadal-Dimitrov et Federer-Thiem : https://fr.tennistemple.com/us-open-2017-t3681/tableau

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter