Juan Martin del Potro ou l’homme qui n’abandonne jamais
Photo Panoramic

Juan Martin del Potro ou l’homme qui n’abandonne jamais

A 29 ans, Juan Martin Del Potro est non seulement une figure importante du tennis mondial, mais aussi l’un des joueurs les plus appréciés du circuit. Connu pour sa combativité et sa gentillesse, l’Argentin est surtout doté d’une sacrée volonté qui fait de lui un adversaire redoutable.

Son parcours

C’est à l’âge de sept ans, aux côtés de Marcelo Gomez, que Juan Martin Del Potro commence le tennis. Dix ans plus tard, il fait ses débuts sur le circuit professionnel et remporte très vite ses premiers Challengers. A la fin de la saison 2006, l’Argentin est le plus jeune joueur du top 100. L’année suivante, il fait ses débuts à l’Open d’Australie et à Wimbledon et passe quelques tours en Masters 1000. Alors que son talent se confirme et que son physique s’affirme, Del Potro remporte quatre titres en 2008. Mais c’est en 2009 qu’il connaît la consécration. Après une demi-finale à Miami et à Madrid, l’Argentin s’offre une demi-finale à Roland-Garros, puis une finale au Masters 1000 du Canada, avant de remporter le plus gros titre de sa carrière à l’US Open, en battant Roger Federer en finale. Il conclut l’année par une nouvelle finale aux Masters, où il s’incline face à Nikolay Davydenko.

C’est après que les choses se compliquent pour celui qu’on appelle désormais la « Tour de Tandil ». Blessé au poignet droit, Del Potro subit une première opération et met entre parenthèses sa saison 2010. Il retombe alors de la 10e à la 485e place mondiale. Pendant l’année suivante, il retrouve peu à peu son niveau, remportant plusieurs ATP 250 et 500 et remontant dans le Top 5. Mais en 2014, il se fait à nouveau opérer, à deux reprises, du poignet gauche cette fois-ci, ce qui l’éloigne du circuit pendant de longs mois. Il fait finalement son retour en 2016. Aujourd’hui, il compte donc un Grand Chelem, 9 ATP 500, 11 250, une médaille d’argent aux Jeux Olympiques, et a remporté en mars dernier son premier Masters 1000, à Indian Wells.

Son premier titre

La saison 2008 a marqué le début d’une longue série de titres pour Del Potro. Son premier trophée, c’est à Stuttgart que l’Argentin l’a remporté, à l’époque où le tournoi était encore un International Series Gold (les anciens ATP 500). Pour gagner le titre, Del Potro avait notamment battu Simone Bolleli et Philipp Kohlschreiber, avant d’affronter Richard Gasquet en finale, contre qui il s’était imposé en deux sets. 65e mondial avant ce tournoi, l’Argentin avait alors fait son retour dans le top 50, à la 44e place.

Sa plus gros performance individuelle…

En 2009, Juan Martin Del Potro remportait le plus beau titre de sa carrière à l’US Open, après avoir battu Rafael Nadal puis Roger Federer en finale. Pourtant, ce n’est peut-être pas cette performance qu’on devrait retenir. Sept ans plus tard, après trois opérations des poignets et une sortie du top 1000, la Tour de Tandil revenait enfin pour de bon sur le circuit. Cette année-là, c’était l’année des Jeux Olympiques de Rio et si l’Argentin était inscrit dans le tableau, on ne s’attendait pas vraiment à un coup d’éclat de sa part, tant les regards étaient fixés ailleurs. Et pourtant…

Dès le premier tour, Del Potro a surpris tout le monde en s’imposant face à Novak Djokovic, n°1 mondial et récent vainqueur de Roland-Garros. Il a ensuite affronté victorieusement Joao Sousa, Taro Daniel et Roberto Bautista-Agut, montrant tout de même quelques signes de fatigue. En demi-finale, il a affronté Rafael Nadal dans un match d’une intensité rare qui a duré plus de trois heures. Il s’est qualifié pour la finale au tie-break au terme d’un match extrêmement équilibré (5-7 6-4 7-6[5]). Il y a retrouvé le récent vainqueur de Wimbledon, Andy Murray. Après un match de plus de quatre heures, c’est finalement l’Ecossais qui s’est imposé, mais Del Potro est loin d’avoir démérité. Il a ainsi rapporté une médaille d’argent à son pays et a lui-même déclaré qu’il s’agissait de « la semaine la plus incroyable de sa carrière ». De quoi rivaliser avec son titre du Grand Chelem ?

… et collective

Pour Del Potro, les choses ne se sont pas arrêtées là en 2016. Joueur de Coupe Davis depuis sa première sélection en 2007, l’Argentin a participé à la demi-finale contre la Grande-Bretagne, tenante du titre. Il s’est retrouvé une nouvelle fois aux prises avec Andy Murray dans un match incroyable qui a duré cinq sets et cinq heures de jeu, au terme duquel il a rapporté le premier point à son équipe. Cette victoire a en partie permis à l’Argentine de se qualifier pour la finale contre la Croatie.

Là, Del Potro a une nouvelle fois été sélectionné et a permis, dès la première journée, de recoller à 1-1, grâce à son succès face à Ivo Karlovic. Il a perdu le double le lendemain, puis le troisième jour, il a à nouveau ramené son équipe au score en s’imposant face à Marin Cilic, 6e mondial, en près de cinq heures de jeu et après avoir été mené deux manches à rien. Son coéquipier Federico Delbonis a ensuite remporté le match de la victoire. Pour la première fois en cinq finales jouées, l’Argentine a donc pu soulever le Saladier d’Argent et Del Potro n’y est pas pour rien.

Son meilleur classement

La saison 2009 a été sans aucun doute l’une des meilleures de sa carrière. Après son succès à l’US Open, ses deux autres titres ATP et sa finale aux Masters, Del Potro a fini l’année à la 5e place mondiale. Début 2010, il profite ensuite du recul d’Andy Murray pour lui voler sa place de n°4, qu’il n’a cependant conservé qu’une semaine. Il l’a ensuite retrouvé quelques semaines plus tard, puis en 2014, pendant trois semaines. Il s’agit encore aujourd’hui du meilleur classement de sa carrière. De retour à la 6e place mondiale en ce milieu de saison, Del Potro pourrait bien retrouver ce classement une nouvelle fois, voire l’améliorer, quand on sait à quel point le classement fluctue ces derniers temps.

Son jeu

Le jeu de Del Potro est un savant mélange de force et de technique. Du haut de son mètre 98, l’Argentin n’hésite pas à cogner fort, notamment en coup droit, qui est sans conteste sa meilleure frappe. Doté d’un jeu très complet, il possède également un très bon revers et un service correct, qui n’est pas non plus exceptionnel, surtout quand on considère sa taille. Son touché de balle en fait un bon joueur de filet. Del Potro est également un joueur doté d’un grand sang-froid, qui perd difficilement sa concentration, ce qui lui a été très bénéfique à de nombreuses reprises (notamment quand l’adversaire perd, lui, un peu les pédales).

Et à côté ?

L’Argentin est un homme simple qui aime les choses simples. Pendant ses (courtes) vacances, il est rentré chez lui, à Tandil, pour « faire des barbecues, passer du temps avec sa famille et ses amis ». Del Potro est également un fervent supporter de foot et notamment de Boca Juniors (Argentine) et de la Juventus (Italie). Un grand sportif, oui, mais aussi un homme comme les autres.

  1. avatar
    5 juin 2018 a 12 h 19 min
    Par Guga57

    Ce serait bien qu’il batte Nadal pour une fois ce bon vieux Delpo !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter