Masters : Grigor gets Major !
Photo Panoramic

Masters : Grigor gets Major !

A la faveur d’un Masters amoindri, c’est finalement Grigor Dimitrov, alias « Baby Federer », qui en a profité pour aller chercher le premier titre majeur de sa carrière.

Avec ce premier trophée de prestige, le (plus si) jeune Bulgare (de 26 ans) peut enfin espérer franchir le cap que d’aucuns attendent de lui depuis maintenant déjà cinq ans. Analyse et perspectives.

Un succès au rabais ?

Il faut bien le dire, avec toute une pléiade d’absents notoires (Djokovic, Murray, Wawrinka, Del Potro, Nishikori, Raonic…), cette édition 2017 des « World Tour Finals » avait pris des airs de « Masters bis ». De surcroît, le forfait de Rafael Nadal (blessé au genou) est venu s’ajouter à cette longue liste au terme de la première journée de compétition, permettant ainsi au modeste Pablo Carreno-Busta de devenir, aux côtés de Grigor Dimitrov, Jack Sock et Alexander Zverev, le quatrième novice à prendre part à ce tournoi d’apprentis sorciers.

Enfin, suite à l’élimination d’un Roger Federer, pourtant archi-favori mais qui n’a jamais réellement réussi à trouver ses marques, la Masters Cup 2017 a accouché d’une finale 100% inédite entre deux rookies : Dimitrov et Goffin, soit la première finale de l’histoire du 5e Majeur à opposer deux joueurs n’ayant encore jamais disputé la moindre finale en GC (Grand Chelem) !

David Goffin, l’air de rien…

Dans ce contexte tout à fait particulier, certains ont su saisir l’opportunité. Outre le vainqueur, le surprenant Jack Sock, sur la lancée de son improbable sacre à Bercy, en a profité pour s’inviter à nouveau dans le dernier carré à la faveur de deux succès arrachés face aux fantomatiques Zverev et Cilic. Doté d’un redoutable coup-droit lifté, le n°1 américain a incontestablement franchi un palier en cette fin d’année.

Tout comme David Goffin, le grand bonhomme de la semaine passée, qui après avoir déboulonné Rafael Nadal, a récidivé face à Roger Federer, devenant ainsi le sixième homme (après Nalbandian, Djokovic, Murray, Del Potro et Davydenko) à s’offrir le scalp de l’hydre « Fedal » lors du même tournoi. Battu en finale alors qu’il était en course pour un doublé « Masters-Coupe Davis » inédit depuis Michael Stich en 1993, le petit diable d’outre-quiévrain aura néanmoins l’occasion de se consoler s’il venait à soulever le grand saladier argenté le week-end prochain.

« Baby Fed » arriverait-il enfin à maturité ?

Annoncé depuis des années comme le successeur de « Sa Majesté » (Federer), Dimitrov s’est enfin étoffé. Inconstant par le passé, celui qui avait remporté Wimbledon Juniors en 2008 a, semble-t-il, fini par trouver la stabilité nécessaire au(x) succès. Après avoir longtemps vagabondé entre le Top 20 et le Top 50, enchaînant coups d’éclat et gros ratés, le Bulgare a démarré 2017 pied au plancher via une série d’une quinzaine de matchs remportés.

Seulement défait par Nadal au terme d’un énorme combat lors du premier grand rendez-vous de l’année (Open d’Australie), le natif d’Haskovo avait confirmé ses progrès (notamment sur le plan mental) par le biais d’un premier Masters 1000 (Cincinnati) l’été dernier. Seul joueur invaincu la semaine passée à Londres, l’ex-compagnon de Maria Sharapova n’a pourtant pas marché sur le tournoi… Accroché par Thiem, Sock puis Goffin, celui qui avait pris l’habitude de bien jouer sans gagner a cette fois réussi à s’imposer sans surjouer.

Et si c’était ça la maturité ?

Lionel Ladenburger

  1. avatar
    22 novembre 2017 a 14 h 21 min

    Salut Guga
    Il est évident que Dimitrov à franchi un cap comme il l’est tout autant qu’il s’agit d’une victoire sans (grand) mérite. On a assez fait le reproche à Fed et Djokovic d’avoir gagné RG sans battre le patron pour noter que Dimitrov s’est imposé dans un grand tournoi sans battre l’un de ses patrons et en l’absence de l’autre. Ni Nadal ni Murray (ex finaliste et vainqueur ) ni Wawrinka (habitué ) n’ont davantage été sur la route dégagée du Bulgare. Donc victoire de prestige, incontestable dans la manière mais sous très haute surveillance dès la saison aux antipodes ; où le moindre échec contre un revenant , ou un Nadal au même stade que l’an dernier, declasserait la performance de baby Fed devenu (peut être ) grand. ..

  2. avatar
    22 novembre 2017 a 20 h 26 min

    Il est intéressant de noter les caps parallèles ET opposés franchis par Dimitrov et Goffin
    Au Bulgare le tournoi de prestige sans avoir battu à ce jour les 2 terreurs Fedal
    Au Belge l’insigne honneur de scalper les 2 (ok Nadal pas à son mieux ) sans parvenir toutefois à conquérir un grand titre.
    Bref à eux 2 Goffin et Dimitrov ont accompli un exploit, mais chacun non…

  3. avatar
    22 novembre 2017 a 20 h 34 min

    Quant à Nadal, qui avait privé Dimitrov d’une première finale de GC à l’oa, il a manqué la toute petite chance qu’il avait d’epingler enfin ce titre prestigieux à son tableau de chasse , où il fera selon moi bien plus défaut que les JO à celui de ses 2 meilleurs ennemis, plus complets qui lui, au final :
    4 F (toutes contre RN )+ une V pour Federer à RG
    3 F + 1 V pour Djoko à RG
    2 F + 0 V en masters

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter