Rafael Nadal : retour sur le trône
Photo Panoramic

Rafael Nadal : retour sur le trône

L'un des plus beaux chapitres de l'histoire de Rafa...

Décidément, cette saison 2017 de tennis n’en finit pas de nous surprendre. Après avoir vu les retours au premier plan des deux légendes du jeu, Roger Federer et Rafael Nadal, voilà maintenant que ce dernier va retrouver la place de n°1 mondial, 9 ans après sa première fois et 3 ans après avoir été délogé par Djokovic.

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Le Masters 1000 de Cincinnati vient de débuter et l’hécatombe se poursuit. Après les longs forfaits de Djokovic et Wawrinka, puis ceux de Murray, Cilic, Nishikori et Monfils, c’est Federer qui a annoncé hier qu’il ne pourrait défendre ses chances. Le Suisse, touché lors de sa finale jouée à Montréal contre Zverev, a préféré se préserver pour maximiser ses chances d’être au top à New-York et s’envoyer un 6ème US Open.

Ces forfaits combinés de Murray et Federer font un heureux : Rafael Nadal. Malgré sa défaite prématurée contre la future star Denis Shapovalov au Québec, le taureau de Manacor est assuré de retrouver son trône dès lundi à l’issue du tournoi américain, peu importe la qualité de son parcours. La définition même de se faire servir sur un plateau d’argent. Mais attention, ce plateau d’argent, Nadal a amplement mérité qu’on le lui serve. Il a clairement été le plus régulier cette saison et personne ne mérite plus que lui de (re)devenir le patron.

Finales en Australie et à Miami et titres à Monte-Carlo, Rome et Roland Garros (sa belle decima)… c’est clairement la saison sur terre-battue qui lui a donné l’avantage sur Roger Federer, ce dernier ayant préféré la rayer de son calendrier. Preuve tout simplement que Rafa est plus prêt physiquement que Roger à s’enquiller une longue saison de qualité à plus de 80 matchs. L’Espagnol n’a jamais semblé aussi bien physiquement depuis 2013 et sa saison phénoménale au cours de laquelle il s’était envoyé Indian Wells, Madrid, Rome, Roland Garros, Montréal, Cincinnati et l’US Open. C’est d’ailleurs à l’issue de cette saison qu’il avait récupéré le trône pour la dernière fois avant de le céder quelques mois plus tard au robot serbe après sa victoire à Wimbledon.

De ce point de vue, 2017 ressemble à 2013 à la différence qu’il y a 4 ans, Roger Federer était au fond du trou et beaucoup l’avaient enterré. Victorieux d’un seul titre (à Halle évidemment) cette saison-là, le Suisse était en perdition. Or, cette année, Rafa a dû faire face au retour fracassant de ce dernier après une coupure de 6 mois. Il a d’ailleurs perdu ses 3 rencontres face au Maestro, les 3 sur les tournois les plus importants du début de saison (Australie, Indian Wells et Miami). Mais voilà, Roger est peut-être plus fort que Rafa cette saison, et c’est bien la première fois (rappelons que Rafa mène 23-14 dans leurs face-à-face dont 9-3 en Grand Chelem, c’est la piquette Jack) mais Rafa est mieux physiquement sur le long terme. Et pour assumer une saison aussi dense, c’est primordial.

Tout peut encore changer d’ici la fin de la saison. Il reste beaucoup de points à prendre et Roger n’en a aucun à défendre alors que Rafa a un huitième de finale à l’US Open (défaite après un match de dignue contre Lucas Pouille, qui avait ensuite pris 3 petits sets sur Monfils, qui avait ensuite perdu tristement contre Djokovic qui avait lui-même perdu en finale contre Stanimal…). Tout dépendra de la récupération de Federer et de l’intensité des douleurs qu’il a ressenties au pays des caribous.

Pour Rafa, ce retour au sommet ponctue une magnifique saison qui fait suite à une période de 3 ans très compliquée, avec notamment une diète de Grand Chelem entre Roland Garros 2014 et Roland Garros 2017. Les gens qui le détestaient, notamment ceux qui le sifflaient et encourageaient Soderling en 2009 à Roland Garros lors de sa première défaite Porte d’Auteuil – oui il y a de la rancoeur, on y était et c’était vraiment pas beau du tout -, se sont mis à l’aimer dans la défaite car ils ont certainement découvert son côté fragile et vulnérable. On le sait, les Français préfèrent les outsiders, voire les losers à l’exception de Roger.

Bref, ce n’est pas le sujet mais même pour les fans de Roger, il nous semble que ce retour au sommet de Rafa ne les dérangent pas comme avant. Et ça nous change du robot Djokovic qui a fait naitre une certaine lassitude lors des deux dernières saisons. Murray avait mis un peu de piment lors de la deuxième moitié de la saison 2016. Mais sa méforme cette saison, combinée à celle de Djoko, ont permis la ré-émergence (ça ne se dit peut-être pas mais c’est comme ça qu’on fait évoluer une langue) des deux héros qui nous fascinent, séparément et surtout ensemble, depuis plus de 12 ans.

9 ans après sa première, Rafa va se réinstaller sur le fauteuil du champion. Et comme Nagui le dit si bien, tout le monde voudra prendra sa place.

  1. Pingback: Tops et Flops : tournoi de Montréal - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

  2. avatar
    17 août 2017 a 16 h 31 min
    Par Guga57

    Totalement mérité pour Nadal. Attention quand même à ne pas en faire trop pour l’ogre de Manacor… Dans sa vingtaine, à chaque fois qu’il a réalisé une énorme saison (en 2009 et 2013 par exemple), les blessures l’ont rattrapé illico la saison suivante. Attention donc à ne pas reproduire le même schéma une troisième fois pour Rafa !

  3. Pingback: Nadal : autopsie d’un retour au sommet - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter