Le « Super Clay Slam » pour Nadal ?
Photo Panoramic

Le « Super Clay Slam » pour Nadal ?

Vainqueur sans rival de son 11e trophée princier le week-end dernier, Rafael Nadal apparaît peut-être plus que jamais lancé pour s’accaparer un 11e titre le mois prochain du côté de RG. Ce scénario semble d’ores et déjà acté, mais peut-il au passage signer un mythique quintuplé en remportant les cinq plus grands trophées de l’année sur sa surface préférée ?

Seulement 21 jeux dont un seul break concédé en moins de sept heures passées sur le court, voilà le bilan aux allures de promenade de santé dont peut se vanter le « King of Clay » au terme de sa balade sur le Rocher. De surcroît, si l’on cumule la huitaine passée avec ses dernières apparitions sur ocre (Roland-Garros 2017 + Coupe Davis 2018), le Taureau des Baléares affiche un bilan tout simplement hallucinant d’une quinzaine de victoires dont 35 sets remportés d’affilée et ce, qui plus est, sans avoir eu à disputer le moindre tie-break ! En somme, Nadal rime toujours avec phénoménal.

Seul sur terre, Nadal sans rival !

Avec de tels chiffres, on serait tenté de penser que l’ogre majorquin a peut-être bénéficié de circonstances favorables, à l’instar de son sacre à l’US Open 2017 où il s’était imposé sans avoir croisé le moindre Top 10. Mais il n’en est rien… Sur terre battue depuis RG l’an dernier, l’Espagnol a enquillé des succès à la pelle face à ses principaux rivaux : deux corrections face à Dominic Thiem (le dernier à avoir commis l’affront de le faire chuter sur terre à Rome l’année passée) et une impressionnante série de démonstrations en tout genre face à Dimitrov, Nishikori, Wawrinka et Zverev (pour ne citer qu’eux). Si l’on ajoute à cela le difficile retour aux affaires de Djokovic (le seul qui pouvait réellement lui poser des problèmes ces dernières années), ne cherchez plus : sur terre battue, Nadal est sans rival.

La voie royale pour Nadal ?

Au vu de la situation actuelle, on peut donc légitimement se demander si Rafael « Fatal » n’est pas en mesure de réussir cette saison ce que personne (même lui) n’a encore jamais réussi, à savoir remporter les cinq plus gros tournois de la saison sur la surface orangée : Monte-Carlo, Barcelone, Madrid, Rome et RG (Roland-Garros). Depuis 2009 (date à laquelle le Masters 1000 de Madrid est passé sur TB), Nadal a déjà caressé quatre fois du doigt cet exploit sans jamais le réaliser (source Wikipédia) :

2010 : quadruplé Monte-Carlo/Rome/Madrid/Roland-Garros

2012 : quadruplé Monte-Carlo/Barcelone/Rome/Roland-Garros

2013 : quadruplé Barcelone/Madrid/Rome/Roland-Garros

2017 : quadruplé Monte-Carlo/Barcelone/Madrid/Roland-Garros

Seule une blessure pourrait lui être fatale…

Alors 2018 sera-t-elle la saison où Rafa aura tout raflé ? Ses participations à Barcelone, Madrid et Rome sont en tout cas programmées. En outre, après un début de saison délicat et plombé par les pépins physiques, Nadal (bien que toujours n°1) n’est encore qu’au pied du podium (4e derrière Federer, Del Potro et Cilic) à la Race. Et quoi qu’il en dise, la course au trône mondial en fin d’année fait certainement toujours partie de ses (grandes) priorités. Par conséquent, avant de basculer sur gazon puis sur dur en fin de saison (des revêtements beaucoup plus dangereux pour lui), le Matador de Manacor aurait tout intérêt à capitaliser au taquet. Sauf blessure, le quintuplé sur « clay » semble donc plus que jamais à sa portée.

Lionel Ladenburger
Retrouvez tous mes articles à cette adresse

  1. avatar
    24 avril 2018 a 14 h 55 min
    Par ZÉLIE ANDREWS

    Peut-être quatrième en direction de Londres, mais il n’a que 2 tournois de jouer (dont un, arrêté prématurément). Certains joueurs, derrière lui, en ont 8 ou même 9.

    • avatar
      25 avril 2018 a 16 h 05 min
      Par Guga57

      Salut Zelie, ce n’est pas une critique quand je dis que Nadal n’est encore “que” 4e a la Race… c’est purement factuel. Ni plus, ni moins ;

  2. avatar
    24 avril 2018 a 15 h 34 min

    Salut Guga,

    Je ne comprends pas à quoi joue Nadal … Il aura 32 ans le 3 juin.
    Certes Barcelone est plus ancien que Madrid et plus prestigieux d’un point de vue espagnol.

    A titre personnel j’aurais zappé Barcelone pour faire le GC des 3 Masters 1000 plus Roland, comme en 2010. Ainsi il prendrait 5000 points soit une énorme option sur la place de n°1 mondial pour cette saison 2018 où personne, à part Federer, Cilic et Del Potro, ne semble vraiment dépasser.

    Mais le Suisse ne joue par sur ocre, le Croate doit confirmer en gagnant en GC et l’Argentin reste fragile physiquement.
    Rafa est donc LE favori pour finir ATP 1 une fois de plus.

    Mais pour autant, je ne vois pas l’intérêt de risquer une blessure et de jouer autant en si peu de temps sur terre battue, malgré so ndébut de saison perturbé par les blessures.

    Il est trop tôt pour faire un pronostic pour Roland mais je vois mal qui va l’empêcher de gagner la Undecima sauf blessure ou cataclysme à la Soderling 2009.

    Djokovic est encore trop juste malgré des signes positif à Monte-Carlo, Nishikori devra confirmer sa belle finale, Zverev, Dimitrov, Goffin et Thiem sont encore bien tendres face au roi de l ‘ocre …

    Reste Del Potro, mais à Paris il n’a fait qu’une demie, c’était en 2009, avant que son corps de cristal ne le trahisse à plusieurs reprises …

    • avatar
      25 avril 2018 a 16 h 21 min
      Par Guga57

      Salut Axel ! Par rapport à la « stratégie » de Nadal, c’est certes un peu risqué de s’aligner sur les cinq tournois mais il l’avait déjà fait l’an dernier avec réussite. Et puis il a tellement de marge par rapport à ses adversaires sur cette surface qu’il pourrait très bien gagner les cinq sans trop taper dans le réservoir. En tout cas c’est l’impression que j’ai au vu de l’incroyable facilité apparente avec laquelle il a remporté Monte-Carlo. Quant à Roland, il est encore tôt certes mais l’issue finale ne fait déjà plus aucun doute, il me semble… Soderling c’était un OVNI en 2009. Sorti de nulle part, les dieux du tennis avaient envoyé le husky pour permettre à Federer de faire le Grand Chelem en carrière. En somme, il parait très peu probable qu’un tel scenario se répète une seconde fois. Non vraiment, très honnêtement, à part une blessure (sérieuse) je ne vois personne pouvoir taquiner Rafa à Paris cette année. Et pour le trône en fin d’année, ca dépendra aussi un peu de papy Roger. Même si Nadal fait carton-plein sur terre battue, il aura moins d’avance que l’an dernier a la même époque par rapport à Federer. Et si le Suisse réalise la même deuxième partie de saison que l’an dernier, la décision se fera certainement au Masters de Londres. Mais bon, si je devais choisir, sincèrement, je préfèrerai que ce ne soit ni l’un ni l’autre et je voterai Del Potro. L’Argentin mérite de finir au moins une fois n.1 !

      • avatar
        26 avril 2018 a 7 h 46 min

        Salut Guga,

        En 2017 Nadal s’est planté à Rome (battu en 1/4 par Thiem) mais bon il a gagné Roland derrière tout en ayant disputé les 5 tournois c’est vrai.

        Ce qui me “choque” c’est que je ne vois toujours pas la moindre gestion de calendrier chez Rafa.

        D’accord pour l’OVNI Söderling et ô combien d’accord pour Del Potro ce serait sympa de le voir n°1 un jour (comme j’aurais bien aimé voir Wawrinka roi de l’ATP au moins une fois), avec un 2e GC dans la besace (et pourquoi pas l’US Open qui est son tournoi de coeur).

      • avatar
        26 avril 2018 a 8 h 29 min

        Qui pour menacer Rafael Nadal à Paris ? Personne pardi … Soyons pragmatiques et regardons la période 2005-2017. Exception faite du husky suédois en transe vaudou et profitant d’une blessure du Taureau de Manacor, seuls 2 hommes ont vraiment fait jeu égal avec l’Espagnol à Paris : John Isner et Novak Djokovic.

        Pour l’Américain, lutte en 5 sets au 1er tour de l’édition 2011 où Rafa arrivait en gros déficit de confiance, après un double coup sur la tête à Madrid et Rome (2 défaites en 2 sets secs contre Nole).

        Exit Isner donc car contexte spécial, le seul qui a jamais pu rivaliser c’est Nole, en 2013 (défaite en 5 sets en demie) et 2015 (victoire en 3 sets en quart), car même en 2012 et 2014 il n’a pas fait mieux que Federer dans les finales 2006, 2007 et 2011 à savoir prendre un set au roi de l’ocre.

        Avons-nous un joueur du calibre du Djokovic des années 2011-2016 actuellement ? Non, sinon le circuit ne se chercherait pas un patron comme là entre Papy Federer, Nadal King of Clay, Del Potro, Cilic et les “jeunes”.

        Donc hormis blessure de Nadal ou cataclysme, oui je vois mal qui pourra empêcher la Undecima du Majorquin du côté de la Porte d’Auteuil. Car les Thiem, Zverev et Dimitrov sont déjà fragiles en GC, alors aller menacer le bastion le mieux défendu depuis 2005 par le Big Three, en l’occurrence Roland-Garros (1 seul intrusion Wawrinka en 2015, contre 2 à Melbourne Safin 2005 et Wawrinka 2014, 2 à Wimbledon Murray en 2013 et 2016, 3 à l’US Open Del Potro 2009, Murray 2012 et Cilic 2014), c’est de la pure chimère surtout quand on voit que Nadal domine largement à Monte-Carlo sans (encore) y jouer à son top niveau.

        La question est plus en effet, qui lui prendra un set à Paris (mais même question à Barcelone, Madrid et Rome), voire combien de jeux va-t-il perdre par rapport à son record personnel de 2008 (41 je crois) et au record absolu de Bjorn Borg en 1978 (32).

        Pour la 1re place en fin de saison, cela va dépendre de ce que fera Federer à Wimbledon, là où résident ses meilleures chances de scorer de gros points. A Toronto, Cincinnati et surtout US Open, la concurrence sera plus rude pour le Suisse, avant de basculer sur le final Shanghai Bâle Masters qu’il affectionne tant.

        • avatar
          26 avril 2018 a 13 h 08 min
          Par Guga57

          Salut Axel

          Effectivement, pour l’instant on a pas l’impression que Nadal ait tiré les conséquences de sa douloureuse fin de saison 2017 en terme de calendrier… Ceci dit, comme je le sous-entend dans l’article, s’il doit alléger son planning, mieux vaut le faire sur la seconde partie de saison (qui lui est bien moins favorable).

          Perso je te rejoins également et pense aussi que Del Potro ferait un magnifique n.1 mondial même si je doute qu’il ait la capacité physique pour le faire. Une chose est sûre, son meilleur classement historique (4e) est indigne de son talent. Il mériterait a minima de monter au moins une fois sur le podium de l’ATP. A voir, vu qu’il vient de faire le meilleur début de saison de sa carrière en terme de points, c’est peut-être l’année ou jamais pour le géant argentin.

          Sinon concernant Nadal a Roland cette année, je pense effectivement qu’on peut déjà commencer à regarder dans le livre des records du tennis pour voir quels exploits l’Espagnol n’a pas encore réaliser du côté de la Porte d’Auteuil. Le record du plus petit nombre de jeux perdus que détient toujours Bjorn Borg est certainement dans un coin de sa tête (même si je doute qu’il en fasse une quelconque obsession). Pour le reste, si on veut voir des surprises, il faudra attendre la mi-juin et le début de la saison sur gazon parce que cette année sur terre, je pense que les carottes sont cuites.

          Enfin, pour l’anecdote, si je devais parier sur un joueur capable de prendre au moins un set a Nadal, je dirai quand même Del Potro. Un peu comme à l’US Open l’an dernier, il faudrait que Delpo fasse un set parfait. C’est faisable. Apres, je me répète mais sur l’issue finale, je ne doute pas que la victoire reviendrait quand même a Nadal. Physiquement, Delpo n’a pas la caisse suffisante pour battre Nadal sur terre. Apres tout dépendra du tirage évidemment, pas sûr que Del Potro se retrouve dans la partie de tableau de Nadal a RG donc tout ça est à mettre au conditionnel bien entendu.

          • avatar
            26 avril 2018 a 16 h 03 min

            Salut Guga,

            Tout dépend quels sont ses objectifs : la place de n°1, tout casser sur terre, gagner enfin le Masters …

            Si Nadal veut devenir GOAT, alors il devra éviter ce genre de lacunes qu’est de ne jamais avoir gagné le Masters. Même si le fait de rattraper (au moins de réduire l’écart – avec) Federer au nombre de GC est aussi qqch qui lui sera nécessaire.

            C’est pour cela, qu’à part le fait de finir N°1, je vois mal à quoi lui sert Barcelone et cet enchaînement de matches ou il risque de se blesser plus qu’autre chose. Rater la Undecima car défaite contre un éventuel OVNI (je vois mal qui mais bon …) est une chose acceptable, la rater car on s’est blessé en voulant tirer trop sur la corde en avril / mai serait autrement plus frustrant.
            Surtout que Nadal a sans doute raté 1, 2 voire 3 autres RG pour cause de blessure : 2004 où il aurait peut être pu contrarier le duel argentin Coria Gaudio, 2009 même si Soderling était sur son nuage dans ce fameux 1/8e torché en 4 sets par le Scandinave, 2016 où il est forfait et rien ne dit que Djokovic l’aurait forcément battu par la suite …

            La confiance, il n’en a pas besoin sur terre vu son passé et Monte-Carlo l’a rassuré. Il a encore le temps de se roder avec Madrid et Rome avant que ne débute sa razzia annuelle parisienne. Avec Barcelone cela fait 4500 pts, sans cela en fait 4000, bref j’ai vraiment du mal à comprendre à quoi il joue.

            Pour les records à Roland-Garros, il les a tous (sauf erreur de ma part) à part le nombre de jeux perdus en effet sur un tournoi ou un match à partir des 1/4, ceux là sont tous à son glorieux aîné suédois.

            Pour Del Potro, possible tennistiquement, j’y crois moins physiquement car ce sera en 5 set.
            Pour coller 3 sets secs à Nadal sur terre à Roland comme Djokovic l’avait fait en 2015, il faut 2 conditions : un Nadal pas au top comme il y a 3 ans, et un joueur au zénith de sa carrière en mode rouleau-compresseur, façon Federer 2005-2006 ou Djokovic 2011-2015 …

            Dans le contexte de 2018, aucune des 2 conditions n’est remplie, donc voir la Tour de Tandil (ou tout autre outsider à Paris 16e) pousser Rafa à un 4e voire 5e set serait déjà qqch d’intéressant …

        • avatar
          26 avril 2018 a 19 h 51 min
          Par the sampras

          On peut ajouter Paul Henri Mathieu comme joueur ayant un peu fait trembler l’espagnol à Roland Garros. Même si ça n’était qu’en 4 sets, je pense que Nadal a eu plus de mal ce jour là que contre Isner en 5 sets.
          Un des rares joueurs a lui avoir tenu tête physiquement, vraiment dommage pour PHM qu’il le tire dès le 3ème tour cette année là.

          • avatar
            27 avril 2018 a 8 h 59 min

            En effet bien vu pour PHM 2006 meme si c’était en 4 sets et non en 5.

  3. avatar
    25 avril 2018 a 9 h 17 min
    Par Guga57

    https://fr.tennistemple.com/barcelone-2018-t3904/tableau
    Pas facile a priori le tableau de Rafa à Barcelone avec un enchainement possible Nishikori-Djokovic-Goffin-Thiem/Dimitrov… C’est digne d’un Masters 1000 sur le papier. Mais bon, Rafa en a vu d’autres ! Je me ne fais pas d’illusion quant à sa victoire finale. En revanche, la question que je me pose c’est de savoir si quelqu’un sera assez fort pour lui chiper au moins un petit set. Là encore, vu ce que j’ai vu à Monte-Carlo, j’en doute.

    • avatar
      25 avril 2018 a 13 h 40 min
      Par Enzo29

      Salut Guga,

      Bon papier sur les forces en présence, ou plutôt la force en présence. Hormis une blessure, je ne vois rien ni personne pour empêcher Rafa de s’imposer une fois de plus Porte d’Auteuil. Et effectivement j’en suis au même point que toi, y aura t-il seulement quelqu’un pour lui prendre un set ? A partir de là, je ne crois pas que son tableau soit difficile, il écrase tout le monde. C’est plutôt pour ses adversaires que c’est difficile !

      • avatar
        25 avril 2018 a 16 h 29 min
        Par Guga57

        Grazie 1000 Enzo! Effectivement, quand je parle d’un tableau digne d’un Masters 1000 pour Rafa à Barcelone, c’est sur le papier… Parce que vu ce qu’il a montré à Monaco, je pense que dans la période actuelle, on pourrait lui coller Kuerten, Musters et Borg à la suite dans les pattes que ça n’y changerai rien ! En fait, plus le temps passe, plus je me dis que seul le temps (justement) finira par avoir raison de Rafa sur ocre. Cette année 32 ans, ça reste un âge très acceptable dans le sport moderne, l’année prochaine 33 ça ira encore, ensuite peut-être une petite dernière à 34 ans en 2020 mais il ne devrait pas aller beaucoup plus loin que ça non plus. Tout Nadal qu’il est, tôt ou tard le temps finira par le rattraper. Parce que niveau concurrence, on peut toujours attendre…

        • avatar
          29 avril 2018 a 14 h 18 min
          Par killranger

          Salut Guga

          Une finale Nadal-Kerten à son apogée j’aurais payé cher pour voir ça..
          Tu as l air de penser que ce serait une formalité pour le majorquin , mais moi j ‘en suis bcp moins sûr…

          • avatar
            1 mai 2018 a 9 h 42 min
            Par Guga57

            Salut Kill, comme tu t’en doutes, j’adore Kuerten mais pour le coup, même à 120%, j’ai bien peur que le Brésilien n’aurait pas pesé bien lourd face à Nadal sur terre. En revoyant des images de 1997, on se rend compte de l’énorme différence de puissance entre Guga et Rafa. Si l’on devait se lancer dans ce petit jeu, je maintiens que le seul capable de battre Nadal à 100% sur terre c’était le Djokovic d’il y a trois ans. Il l’a fait d’ailleurs, contre un Rafa diminué certes, mais trois sets zéro sur terre-battue face à un Nadal même à seulement 80 ou 90% de ses moyens, cela reste une performance colossale à mes yeux.

  4. avatar
    30 avril 2018 a 9 h 32 min
    Par Mickey Monstre

    La personne qui écrit ce papier se rend-elle compte de ce que cela veut dire en termes de performance physique. Un peu comme si on écrivait est-il possible de faire le doubler marathon de Paris, marathon de Londres distant à une semaine d’intervalle et d’applaudir celui qui le ferait. L’enchainement des matchs crée de l’acide lactique dans le corps qui rend plus sensible aux blessures et baissent la vitesse et la force. La baisse du taux d’hématocrite, liée à l’enchainement des efforts interdit l’enchainement des matchs en ayant un niveau optimal. Ces règles connues de tous les entraineurs et préparateurs physiques sont l’horizon indépassable de la performance. Je n’oublie pas non plus le maintien de l’état de forme qui est une gageure sur un temps aussi long que 6 à 8 semaines. Il y a des lois physiologiques que PERSONNE ne peut briser sans que cela soit éminemment suspect. Quand à la légende et le statut d’extra-terrestre il faut faire attention à ce que l’on écrit sur la performance sportive surtout dans la durée. Les blessures à répétition sont le symbole que l’athlète n’a pas respecté les signes que son corps lui donnait et qu’il a été bien au-delà de ses limites. Le corps se met en autoprotection en empêchant qu’on l’utilise quand les conséquences lui seraient défavorables et dommageables sur le long terme. La douleur est un outil pour éviter à l’athlète de bouger et d’endommager encore plus son corps. Souvent nous avons entendu Nadal dire « fièrement » qu’il jouait malgré des douleurs épouvantables. Quelle bêtise! Et comment fait-il pour jouer alors que son corps se refuse à lui? Quand un sportif s’arrête sur blessure son temps pour revenir a son niveau est approximativement le double de son arrêt: regardez les difficultés de Kokkinakis, Del Potro, Nishikori, Wawrinka et d’autres. Parfois le sportif ne rejoue jamais à son niveau. Comment Nadal fait-il avec toutes les blessures accumulées dans le passé à jouer à 32ans à un niveau supérieur de celui qu’il avait à 25ans et après 2 saisons 2015 et 2016 pendant lesquels on apercevait tous les symptômes du joueur cramés par son style de jeu. En 2017 il revient avec le même style de jeu extrêmement demandant pour le corps en frappant encore plus fort son revers et son service et en ajoutant encore plus de tour minute à son lift. Où et comment est-il allé chercher les dizaines de watts nécessaires pour faire cela? Les Nadaliens vont me dire l’entrainement bien sur. Je leur répondrai ne s’entrainait-il pas toujours comme un fou en 2015 et 2016? Il y a aussi attitude plus que suspecte et contre-intuitive pour un sportif de 32ans: après son match contre Dimitrov qu’il a écrasé, cela va sans dire, il a demandé à son entourage de faire une demi-heure d’entrainement en plus parce qu’il n’avait pas assez joué. Alors que n’importe quel sportif aurait été content de faire du jus, d’avoir du temps pour faire des traitements surtout quand on a été blessé de partout. Les fibres musculaires sont toujours trés faibles là où il y a eu des blessures et il faut en prendre soin et non pas taper dedans comme si le corps était neuf. Enfin tous les joueurs rentrent sur le terrain avec des intentions pendant 4 jeux et rendent les armes, leur attitudes corporelles prouvent qu’ils savent qu’ils ne peuvent gagner le combat. Pourquoi en sont-ils aussi sur? Tout le monde peut avoir un jour sans, et encore plus un joueur de 32ans. Beaucoup de questions. En effet. Toutes ces questions ont un intérêt. Elles servent à réveiller des gens qui à mon sens dorment debout, elles servent aussi à démythifier un sportif certes hors du commun, mais pour lequel les lois physiologiques du corps s’appliquent aussi. Mais tel Un sportif que beaucoup admirent aveuglément, mais il me parait que cela est de plus en plus pour de trés mauvaises raisons. Le sport ca ne peut pas être que Panem et Circences.

    • avatar
      1 mai 2018 a 9 h 35 min
      Par Guga57

      Wouhaou, quelle réquisitoire contre Rafa. Effectivement Mickey, je me rend bien compte que la performance physique relève du surhumain… Mais bon, que veux-tu que je te réponde. Je ne fais pas partie de l’agence anti-dopage ou des proches de Roselyne Bachelot, du coup, jusqu’à preuve du contraire, j’en reste aux faits. Et de ce point de vue-là, aucune accusation n’a jamais été 100% confirmée au sujet du Majorquin. Ceci dit, clairement oui, le doute existe et existera certainement ad vitam vis-à-vis de Nadal car (au contraire de Federer) c’est toujours plutôt sur le plan physique que sur le plan technique que l’Espagnol étouffe la concurrence (alors que c’est plutôt l’inverse côté suisse). Après, d’un point de vue personnel, au vu de la situation actuelle, j’avoue que la saison sur terre battue ne me passionne guère (pas du tout même). D’où l’idée d’écrire ce papier qui anticipe des résultats pratiquement courus d’avance… Bref, vivement la saison sur gazon ;)

  5. avatar
    30 avril 2018 a 19 h 25 min
    Par the sampras

    Je ferai juste une remarque sur ce réquisitoire contre l’espagnol. Moi je ne le trouve pas plus fort à 32 ans qu’à 25 ans. Il a déjà joué à un niveau supérieur à celui qu’il montre cette année.
    Ce qui certain c’est que la concurrence semble un peu à la traine et on a dû mal à imaginer un joueur pouvant le taper à Roland Garros ou même lui prendre un set.
    Djokovic a été celui-là pendant des années, aujourd’hui Thiem est souvent considéré comme le n°2 sur terre battue et il marque 2 jeux à Monte Carlo.
    Quand je vois que pour Paris le serbe est le 2ème ou 3ème favori chez les parieurs alors qu’il n’a selon moi aucune chance de gagner cette année, je me dis ça manque clairement de rival sérieux pour Nadal.

    • avatar
      1 mai 2018 a 9 h 47 min
      Par Guga57

      Tout à fait d’accord avec Sampras. Nadal est évidemment toujours très très très costaud sur ocre mais il ne me semble quand même plus aussi solide qu’il y a cinq ou dix ans. En somme, je rejoins l’analyse de « Pistol Pete », selon moi c’est surtout la concurrence qui est à la rue plus que toute autre chose. Du coup, la F1-Nadal dispose d’une autoroute devant lui… Pourquoi s’en priverait-il ?

  6. avatar
    30 avril 2018 a 20 h 52 min

    @ Mickey Monstre
    Remarquable intervention !! Plus étayée tu meurs….puis je te demander ton analyse quant aux perfs de Federer, pour qui j’ai une immense admiration tennistique mais sur lequel je m’interroge néanmoins, pour les mêmes raisons que celles évoquées ci dessus…Je sais bien que l’article porte sur Nadal mais m’étonne que le parallèle avec les perfs quasi aussi inouïes du Suisse (5 ans de plus faut il le rappeler ?) ne te vienne pas à l’esprit….qu’en penses tu ? Et vous, les autres ?

    • avatar
      1 mai 2018 a 9 h 55 min
      Par Guga57

      Salut Lauchou ! J’essaie d’anticiper la réponse (si réponse il y a) de notre ami Mickey en reprenant en substance l’un de mes posts précédents : pour Nadal, le doute existe car (au contraire de Federer) c’est toujours plutôt sur le plan physique (plutôt que sur le plan technique) que l’Espagnol semble pouvoir perpétuellement continuer à étouffer la concurrence, alors que c’est plutôt (clairement) l’inverse pour Federer qui a toujours du mal à remporter ses duels dès lors que le combat physique à tendance à s’éterniser (par exemple, bien que cela se joue à rien, sa défaite à Indian Wells face à Del Potro en est la dernière preuve en date).

  7. avatar
    30 avril 2018 a 21 h 02 min

    À Kill
    Je me range du côté de Guga (un connaisseur, en l’espèce ) pour ce qui est d’un match virtuel Guga Rafa. Et je ne vois pas dans quel domaine le brésilien aurait pu surpasser l’Espagnol, avec, par exemple, son revers, si performant fut il, mais. …De droitier et à une main….Quand on repense à la manière avec laquelle Nadal a “Federisé” Wawrinka en finale de, RG l’an dernier…Le 2e suisse était certes émoussé par sa super demie contre Murray (a-t-on assez insisté sur la qualité de ce grand match de tb??) mais moi j’ai été bluffé par la résolution de l’équation Wawrinka et ses frappes si lourdes et plus assurées côté revers que Fed….
    Pour ce qui est de celui qui fera chuter Nadal à RG, je vous donne un scoop sur le seul qui a ses chances. C’est une dame….elle s’appelle Mme Blessure et est la seule à afficher un ratio positif sur RN toutes surfaces confondues, tb incluses !

    • avatar
      1 mai 2018 a 10 h 10 min
      Par Guga57

      Re @Lauchou : 100% d’accord avec ton analyse, aussi bien pour ce qui est du match-virtuel « Guga vs Rafa » que pour l’issue du reste de la saison sur terre-battue. Et quand on sait que la proportion à se blesser de Nadal sur ocre est quand même bien moindre par rapport aux deux (ou trois) autres surfaces, je n’imagine absolument pas qu’il puisse se blesser avant ou même pendant Roland. Bref, bravo à lui, en ne tenant volontairement pas compte des éternelles suspicions à son sujet, on ne peut qu’être admiratif devant la performance sportive accomplie par le matador. Ceci dit, en tant que grand fan de Roland-Garros, je commence vraiment à me lasser d’une histoire pratiquement écrite à l’avance depuis maintenant plus d’une décennie… Car, in fine, si on enlève les années où Rafa était blessé ou diminué, on se rend compte que c’est effectivement toujours le même scenario qui se répète inlassablement. Tout ça pour dire que depuis le début de l’ère-Rafa à RG, la seule finale que j’ai vraiment adoré c’était Djokovic-Wawrinka. Bref, je ne vais peut-être pas que me faire des amis, mais à un moment donné, ce serait quand même sympa que la privatisation de Roland par le clan Nadal s’arrête. Pour le tennis, le sport et le suspense en général, j’attends avec impatience la première finale parisienne entre Thiem et Tsitsipas ;)

      • avatar
        2 mai 2018 a 8 h 48 min

        C’est vrai que des matches intéressants avec Nadal à Roland, il y en a eu 5 : victoire contre PHM en 2006, défaite contre Soderling en 2009, victoire contre John Isner en 2011 et contre Novak Djokovic en 2013, défaite contre Nole en 2015

        Allez 10 si on rajoute les finales 2006, 2007, 2011, 2012 et 2014 où Federer et Djokovic ont réussi a créer un semblant de suspense en gagnant le 1er set, le 2e (2007, 2011) ou le 3e set (2012) …

        • avatar
          2 mai 2018 a 10 h 31 min
          Par Guga57

          Exact Axel, une poignée de matchs plus ou moins serrés et surtout une incroyable ribambelle de fessées en tout genre… Et ça fait bientôt quinze ans que ça dure ! C’est con mais quand on me demande quand est-ce que je compte aller faire un tour du côté de la Porte d’Auteuil pour voir une finale de Roland en live, je leur répond toujours la même chose : « J’attends la retraite de Rafa ! » Tout simplement parce que je n’ai pas envie de débourser une somme conséquente pour aller voir une finale déjà jouée d’avance. C’est anecdotique certes, mais je suis persuadé que je ne suis pas le seul à voir les choses de cette manière. Pour preuve, je connais un paquet de personnes qui ne suivent le tennis qu’une fois par an par le biais de Roland-Garros (comme 80% des Français je dirai), et depuis que le règne quasi sans partage de Nadal y a commencé, la plupart de ses personnes (lassées par l’outrageuse domination de Nadal) ont arrêté de regarder RG. Alors c’est peut-être moche à dire mais je suis convaincu qu’en terme de popularité et de retombées médiatiques, la future retraite du champion majorquin fera beaucoup de bien au Grand Chelem parisien.

          • avatar
            2 mai 2018 a 14 h 14 min

            @Guga,

            Je te comprends, je suis moi meme allé 1 seule fois à Roland (2015) et j’avais des billets pour les 1/4, j’ai vu Federer / Wawrinka la veille de Djokovic / Nadal …

            J’ai rate le choc des titans plié par Nole en 3 sets, mais j’ai peut être vu le dernier match de Rodgeur à Paris 16e …

            Entre le prix des places (100 EUR pour un simple 1/4), l’absence de toit et donc risqué d’annulation si pluie, l’exposition en plein soleil et le manqué de confort des chaises, le fait que Nadal écrase le tournoi n’aide vraiment pas …

            C’est pour cela que je suis allé 5 ou 6 fois à Bercy, et j’y ai vu à chaque fois des très bons matches entre 2006 et 2015, dont un sensationnel Nadal / Robredo et un encore plus incroyable Del Potro / Gonzalez en 2009, ainsi que le grand Djokovic en démonstration face à Murray en finale 2015 danzs la nouvelle Accor Hotels Arena.

  8. avatar
    1 mai 2018 a 7 h 31 min

    Que Nadal soit très probablement dopé, comme la plupart de ses confrères du top 50, ne fait guère de doute. Courir comme un cabri pendant des heures sous le soleil en tapant des balles servies à plus de 200 km/h sur des raquettes cordées de façon injouable pour même d’excellents amateurs classés …

    Ce qui est stupéfiant en effet c’est sa capacité à revenir aussi “facilement” de la blessure, comme en 2013 où il casse tout sur son passage exception notable de Wimbledon. Ou pour Federer en 2017, phénix un peu trop beau pour être 100 % vrai.

    Ce constat ne date pas d’aujourd’hui mais de toujours avec Rafa, Rodgeur et plus largement avec le tennis.
    Alors oui Nadal cumule : cette résistance physique hors normes en compétition, ces blessures à répétition, le fait de venir d’une Espagne bien peu regardante avec le dopage depuis le scandale Festina de 1998 dans le cyclisme, son impopularité en France, ce pays où l’on prefère Poulidor à Anquetil, où l’on frappe Merckx dans le Puy-de-Dôme d’un coup de poing …

    Bref le Goliath de la terre battue ne sera jamais aimé en France.
    Mais Federer, Djokovic et bien d’autres ne sont pas plus clean que lui … ni Sampras, Agassi, Becker, Borg, Connors ou McEnroe avant eux.

    Sur 2018, ceux qui mettent Djokovic n°3 pour RG sont tarés. Le Serbe a un retard colossal à rattraper, ce n’est pas son éclaircie monégasque qui doit masquer l’étendue du travail à effectuer. Physiquement et mentalement.
    Nole pourra déjà exulter s’il sauve les points de son 1/4 de finale de 2017 contre Thiem. Idem à Wimbledon.

  9. avatar
    1 mai 2018 a 7 h 34 min

    Un dernier mot cependant sur le dopage. La palette technique raquette en main, l’intelligence tactique en match, la capacité à s’entraîner façon Stakhanov, le mental pour sauver des balles de break, de set ou de match … Tout ça n’est pas dans la seringue de MM. Federer, Nadal et autres Djokovic.

    Comme la technique virtuose d’un Diego Maradona ou d’un Zinédine Zidane avec la ballon.

  10. avatar
    1 mai 2018 a 10 h 15 min
    Par Guga57

    PS: merci a l’equipe de YZ d’avoir egalement publie l’article sur le site principal de Bein
    http://www.beinsports.com/france/tennis/news/le-super-clay-slam-pour-nadal/860216

  11. avatar
    2 mai 2018 a 9 h 37 min
    Par Guga57

    Je rejoins Axel concernant le probable dopage généralisé du sport de haut-niveau. Evidemment, dans une discipline aussi physique que le cyclisme, cela saute aux yeux. D’où la surexposition du peloton en la matière… Mais bon, quand on revoit la finale de l’Open d’Australie 2012 entre Djoko et Nadal, on note que le paramètre physique y est là-aussi clairement poussé à son paroxysme ! Evidemment que dans l’absolu, tous les membres du BIG 4 (Federer compris, je ne me voile pas la face) peuvent être soupçonnés d’avoir eu recours à des méthodes suspectes. Mais si on commence à chercher la petite bête partout, on peut également (légitimement) se poser des questions au sujet des performances de Cristiano Ronaldo, de Lionel Messi, des basketteurs US, de Martin Fourcade, de Teddy Riner et même, pourquoi pas, d’Usain Bolt ! In fine, chaque super champion est un potentiel dopé si l’on grossit le trait. Ceci étant, comme dit Axel, le dopage apporte certainement un surplus d’énergie voire de lucidité dans les moments importants, mais en aucun cas il ne permet de placer un passing long de ligne, un service au T ou une amortie-rétro… Je vais prendre un exemple qui pourra volontairement choquer, mais de mon point de vue, Lance Armstrong (dont je précise ne pas être fan) ne méritait pas qu’on lui retire ses sept victoires sur la Grande Boucle. Le cannibale Eddy Merckx a d’ailleurs toujours défendu l’Américain, très probablement parce que lui aussi était dopé à son époque, tout comme Anquetil avant lui, Bernard Hinault par la suite et tant d’autres… Ne soyons pas dupes ! Ceci dit, si Armstrong était chargé comme une mule, Jan Ulrich et les autres top-coureurs du peloton des années 1990-2000 l’étaient certainement tout autant que lui. Armstrong ne méritait-il donc pas de gagner ? Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, ne peut-on pas reconnaitre qu’il était assurément et malgré tout le plus fort ? Bref, à titre personnel, je préfère volontairement garder une certaine part de naïveté à ce sujet en me disant que dans le fond, s’ils sont tous (plus ou moins) dopés, à la fin c’est quand même toujours le meilleur qui gagne.

    • avatar
      2 mai 2018 a 11 h 50 min
      Par Enzo29

      Guga,

      Je n’en sais pas plus que vous tous sur le dopage de Nadal. En revanche, je te rejoins sur cette idée que Nadal est beaucoup plus soupçonné que Federer. Aucun dopage, en effet, n’aidera un joueur à fluidifier son geste, qui est une affaire de précision dans le temps et dans l’espace. En revanche, quand je vois que les adversaires du Majorcain ont besoin du bouche-à-bouche au bout d’un set, je suis songeur. A combien de tours par minute évolue son lift actuel ? A combien il était en 2015 ? Et au début de sa carrière, alors que ce lift lui assurait déjà le titre à Paris ? Et là en effet il est permis de s’interroger, car le dopage est l’une des explications possibles.

      Cela étant, je nuancerais sur son niveau de jeu actuel, inférieur à celui de ses 25 ans selon Sampras. Il bouge en effet moins vite qu’avant, mais il compense largement en étant plus agressif qu’avant. Je pense qu’il joue mieux aujourd’hui, nettement mieux même, car il a fait évoluer son jeu vers l’avant, ce qui le met à l’abri de longs rallyes où sa faiblesse liée à l’âge deviendrait visible. La boucherie de l’année dernière face à Wawrinka est éloquente de ce point de vue, avec un Rafa qui a utilisé tous les coups que le tennis permet pour étouffer la puissa

      • avatar
        2 mai 2018 a 11 h 52 min
        Par Enzo29

        Désolé, fausse manip !

        La boucherie de l’année dernière face à Wawrinka est éloquente de ce point de vue, avec un Rafa qui a utilisé tous les coups que le tennis permet pour étouffer la puissance adverse. Le Nadal de 2017 colle une énorme branlée selon moi à celui de 2005, et a encore une marge face à celui de 2008, simplement parce qu’il est un meilleur joueur de tennis, même s’il ne se déplace pas aussi vite.

        Du reste, si j’ai un fils qui joue au tennis, je préfèrerais qu’il joue comme Federer que comme Nadal. C’est moins violent pour sa santé.

        • avatar
          8 mai 2018 a 12 h 02 min
          Par Guga57

          100% d’accord avec ton point de vue Enzo que ce soit sur la question du dopage ou sur le niveau actuel de Rafa. Le tennis actuel, en particulier sur terre, manque cruellement de compétitivité, la faute (on l’a déjà dit à maintes reprises) à cette « next gen » qui prend un temps fou à réaliser les (énormes) efforts nécessaires pour parvenir au degré d’excellence auquel Federer, Nadal et Djokovic ont poussé le curseur… Comme évoqué plus tôt, j’ai bien l’impression que seul le temps et l’usure physique qui va avec finiront par déloger le tandem « Fedal » de son piédestal. En attendant, ne boudons pas notre plaisir, car d’ici 10-15 ou 20 ans, on n’aura p-e pas encore revu des joueurs aussi monstrueux que ceux du BIG 4 (+ Wawrinka et Del Potro que je mets dans le même panier en termes de talent pur).

    • avatar
      2 mai 2018 a 14 h 21 min

      Salut Guga,

      D’accord sur Bolt, CR7, MEssi, Phelps ou d’uatres stars actuelles.

      Je pense que le Big Three est à l’abri car comme Usain Bolt, désormais retraité, ils sont la poule aux oeufs d’or. Les Fédérations, le CIO et l’AMA ne vont donc pas tuer ces sources de revenus gigantesques pour les sponsors.

      Car meme si Nadal tue le suspense et n’aide pas les audiences TV à Roland, globalement ses duels avec Federer et Djokovic ont poussé le tennis à un niveau peut être jamais vu, malgré de beaux duels Rosewall / Laver, Borg / Connors, Borg / McEnroe, Lendl / McEnroe ou Sampras / Agassi jadis.

      Pour Lance Armstrong, pas d’accord car le dopage biaise la notion de vainqueur. Sans l’EPO, des coureurs comme Miguel Indurain, Bjarne Riis, Bradley Wiggins, Chris Froome n’auraient meme pas attaint le top 10, alors parler du maillot jaune. Idem pour des imposteurs des podiums comme Alex Zülle, Piotr Ugrumov, Zenon Jaskula, Gianni Bugno alias Mr Musicothérapie ou encore Tony Rominger.

      Le vainqueur des dopes est celui qui a le mieux résiste au cocktail dopage entrainement.

      Le vainqueur des non dopes n’aurait pas été le meme, sans doute Jan Ullrich sauf faute tactique ou coup de froid comme en 1998 où Marco Pantani piège l’ogre de Rostock dans le Galibier sur la route des Deux Alpes …

      Pour moi, peu de coureurs avaient un vrai talent intrinsèque hors dopage, Ullrich et Pantani donc, Andy Schleck et Contador, David Moncoutié chez les Français (13e en 2002 sans doute à l’eau claire).

      Et en cyclisme, le mental et la tactique sont fondamentaux comme en tennis, les jambes ne suffisent pas pour gagner le Tour, le Giro, la Vuelta ou une grande classique.

      Pour revenir au Big Four, on verra si Murray, Djokovic et surtout Nadal sauront faire évoluer leur jeu vers un style plus économe capable de les faire durer, en marge d’une vraie gestion de calendrier, jusqu’à 37 ans comme Papy Federer. A suivre …

      • avatar
        8 mai 2018 a 9 h 44 min
        Par Guga57

        Salut Axel et dsl pour le temps de réponse ;)

        Je partage en grande partie ton analyse. Y a juste sur le vélo que j’ai un peu de mal à te suivre quand tu dis que Pantani et Ulrich étaient probablement propres. Permets-moi d’en douter… Idem pour Contador.

        Sinon en tennis, oui, je pense comme toi que l’ATP couv(r)e ses poules aux œufs d’or. A titre perso, j’espère juste qu’une affaire type « Armstrong » ne viendra pas ternir l’image du jeu. Et quid du palmarès dans un tel cas de figure ? Pour refaire l’analogie avec le Tour, je trouve cela tellement triste que les sept victoires d’Armstrong n’aient pas été réattribuées aux seconds de ces éditions-là…

        Pour en revenir à l’actu, avec le tournoi de Madrid cette semaine Nadal a enfin hérité d’une partie de tableau digne d’un Masters 1000 avec Monfils, Schwartzman, Thiem, Del Potro (potentiellement) sur sa route avant une finale face Goffin, Djokovic, Dimitrov ou Zverev.

        Voilà enfin un peu de lourd sur la route de l’Espagnol. Ceci dit, malgré cette partie de tableau a priori plus relevée que celles de Monte-Carlo ou Barcelone pour Rafa, je vois quand même le Majorquin allait au bout sans perdre le moindre set…

        • avatar
          10 mai 2018 a 10 h 00 min

          Salut Guga,

          Non tu as mal compris mon post. Je dis qu’intrinsèquement,a vant de se doper, Ullrcih, Pantani, Contador et A. Schleck me semblaient les plus talentueux depuis le dernier maillot jaune a priori clean, i.e. Greg LeMond en 1990.

          Oui c’est sur que si l’ATP prenait les 20 titres de Federer, et/ou les 16 de Nadal ou les 12 GC de Djokovic, cela laisserait un vide immense.

          Pas d’accord sur le fait de remplacer par les seconds sur tapis vert, cela donnerait des GC à Berdych, Ferrer, Soderling ou Tsonga … Mais pour quelle saveur ? Recevoir une plaque 10 ans après, sans la sueur sur le maillot le jour du match … Andy Schleck l’avait bien expliqué en 2010 une fois Contador déclassé de son 3e Tour pour l’affaire du steak de la vache soi-disant contaminée.

          Donner 3 Tours de plus à Jan Ullrich, quel message ça aurait envoyé ?
          Mais ne punir qu’Armstrong était également une erreur. Soit on effaçait tout de 1991 (1re victoire de Miguel Indurain) à 2012, année de la décision de l’UCI, soit on laissait tel quel.
          Armstrong a payé pour tous les autres, lui qui a remplacé l’athlète canadien Ben Johnson comme symbole du dopage tous sports confondus.

          Pour Madrid, Nadal va faire sa promenade de santé … Djokovic a lui rechuté contre Edmund après de bons débuts contre Nishikori.
          Le Serbe a intérêt à atteindre au moins les 1/4 à Rome sinon il va arriver à Roland-Garros avec plus de doutes que de certitudes, même s’il est moins vulnérable que sur la tournée sur dur américaine.

          Derrière Rafa, toujours personne … Surveillons quand même Del Potro …

        • avatar
          10 mai 2018 a 10 h 31 min

          Pour la déclaration de Nadal, je pense comme Fabrice que c’est un peu de fausse modestie mais surtout beaucoup d’humilité face à l’exigence du très haut niveau depuis l’émergence du Big Three (+ temporaireemnt Murray Del Potro ou Wawrinka en Shadow Big Three), que justement les jeunes de Dimitrov à Goffin en passant par A. Zverev, Coric, Thiem, Kyrgios ou Chung, n’ont pas encore totalement acquise.

          Car Nadal sait bien qu’il est LE meilleur joueur de terre battue de tous les temps désormais avec 10 RG, meme Borg et Rosewall ne peuvent plus lui contester ce titre subjectif.
          Mais il sait très bien aussi, pour avoir galéré entre l’été 2014 et la fin 2016, combien il est facile de retomber plus bas, comme Federer en 2013 ou Djokovic (en pire) depuis l’an passé …

  12. avatar
    8 mai 2018 a 13 h 54 min

    Salut
    À proximité de terrien que pensez vous de ce titre et de la déclaration de Nadal ? À part “ridicule”, “risible”, “fausse modestie”, peu de mots me viennent à l’esprit…
    https://www.eurosport.fr/tennis/masters-madrid/2018/je-ne-pense-pas-etre-superieur-aux-autres-sur-terre-nadal-tout-en-humilite-avant-madrid_sto6745041/story.shtml

  13. avatar
    8 mai 2018 a 14 h 02 min

    Vous m’avez compris : à propos et pas “à proximité”, fichu écriture intuitive…

  14. avatar
    8 mai 2018 a 19 h 22 min

    Lauchou, pour la déclaration de Nadal, effectivement on dirait de la fausse modestie, mais c’est peut-être une partie du secret de sa domination sans faille: ne sous-estimer aucun adversaire, toujours donner son niveau de jeu maximum.

    Il faut dire que sa déjà longue carrière vient étayer cette hypothèse. Selon moi, à niveau de jeu égal, s’il ne se répétait pas constamment que les autres sont aussi forts que lui, il aurait inconsciemment baissé son niveau de jeu et perdu quelques matchs supplémentaires.

    La citation clé est celle-là:
    “Le jour où je ne serai plus inquiet à propos de ma forme ou de mon tennis, ce jour sera celui où je ne gagnerai plus”

    Il cherche toujours à s’améliorer, et regarde toujours vers le haut: comment progresser. Il essaie de ne pas se voir déjà en haut de la montagne, au-dessus de ses adversaires.

    Je pense qu’on peut dire que c’est une auto-”delusion” (pas de traduction exacte en français, voir http://www.wordreference.com/enfr/delusion) volontaire, un auto-lavage de cerveau je dirais.

  15. avatar
    8 mai 2018 a 20 h 04 min

    Pour revenir au dopage, la frontière n’est pas facilement établie avec les produits “légaux”. Les pros ont beaucoup de moyens financiers à leur disposition, et ils ont accès à la fine pointe pour optimiser leur performance (physique, mental, récupération, entraînement) ce qui peut tout à fait expliquer (selon moi) une différence importante avec les amateurs avancés par exemple (cf. Axel). On peut citer par exemple le caisson hyper (ou hypo) bare de Djoko.

    D’un point de vue plus global c’est une question d’éthique et de philosophie que de tracer la ligne entre les produits dopants ou non. Comment la définir ?

  16. avatar
    8 mai 2018 a 20 h 15 min

    Concernant Nadal, dès qu’il a explosé au plus au niveau il y a 13 ans, on a entendu dire que son style très physique écourterait sa carrière. Or aujourd’hui il est à 32 ans un des plus vieux no. 1 (il a déjà le record du plus vieux no. 1 en fin d’année) donc c’est impressionnant.

    Et je suis d’accord avec vous que c’est le niveau de ses adversaires qui est en baisse avec un Djoko convalescant et un Fed retraité de la terre battue.

  17. avatar
    12 mai 2018 a 9 h 34 min

    Bon voilà Nadal au tapis à Madrid, comme l’an dernier à Rome son bourreau s’appelle Dominic Thiem.

    Cela ne fait pas de l’Autrichien pour autant un favori à Roland-Garros, pour 2 raisons. Déjà primo il faudrait qu’il gagne à Madrid et confirme à Rome contre le même Nadal en gagnant ensuite au Foro Italico.

    Ensuite et même si c’était le cas, on a bien avec Novak Djokovic dans le passé la différence à battre Rafa en 2 sets gagnants ou en 3 sets gagnants sur ocre. Nole avait réussi pas mal de 2 fois en 2 sets : Madrid et Rome 2011, Monte-Carlo 2013, Rome 2014, avant de s’incliner à Roland-Garros en 2012, 2013 et 2014 … La délivrance parisienne n’arrivera qu’en 2015 pour le Serbe, avec la conjonction de son climax en carrière et d’un Nadal pas à 100 % de sa forme.

    Pour Madrid, je vois Thiem aller au bout car la confiance d’une victoire sur Rafa me semble supérieure aux forces qu’il a laissé dans cette joute, notamment l’influx nerveux. Surveiller Zverev cependant qui a rdv avec le jeune prodige Shapovalov en demie …

    • avatar
      14 mai 2018 a 17 h 17 min
      Par Guga57

      100% d’accord avec toi Axel ! Excellent resultat pour Thiem mais ne soyons pas dupes, Nadal n’etait pas a 100% a Madrid. A Roland dans quinze jours, ce sera une toute autre affaire !

  18. avatar
    13 mai 2018 a 15 h 51 min

    Entièrement d’accord avec Axel, Si la perf de Thiem est remarquable , ça n’en fait pas un favori pour RG, où il n’y en a d’ailleurs qu’un et un seul cette année.
    Intéressant la manière dont Zverev, pas véritable terrien s’est facilement défait de Shapovalov, tout comme cette 1ère grande finale entre 2 des futurs pretendant à squatter le top 5 durablement. 60/40 pour Thiem du fait de la surface mais Zverev a une bien meilleure experience des finales m1000.

    • avatar
      14 mai 2018 a 17 h 19 min
      Par Guga57

      La defaite de Thiem face a Zverev me conforte (si besoin etait) dans l’idee que Nadal n’a pas joue a 100% a Madrid. Tant mieux pour papy federer qui grapille une semaine en tete du ranking planetaire, mais sinon aucune illusion, maintenant je vois Nadal gagner tranquillement Rome et RG.

      • avatar
        15 mai 2018 a 9 h 01 min

        Salut Guga,

        Je vois mal Nadal jouer avec le frein à main sauf s’il craignait une blessure. Sinon on en revient à ma question de fin avril, pourquoi s’aligner dans 4 tournois de preparation ?

        Soit il zappait le moins onéreux en points (Barcelone), soit il zappait le plus proche de Roland (Rome) tout en s’alignant 2 fois en Espagne à Barcelone et Madrid …

        Mais venir en Castille pour jouer à 80 %, je ne vois pas ce que cela lui apporte.

        • avatar
          15 mai 2018 a 9 h 31 min
          Par Guga57

          C’est juste pour le prestige du tournoi. T’imagines la gueule des organisateurs de Madrid ou Rome si Nadal decide de zapper un de ces deux tournois ? Perso j’ai vu le match de Nadal contre Thiem, alors oui Thiem a bien jouee mais Nadal etait (tres) clairement un ton en dessous par rapport a ses matchs precedents. S’aligner dans les 4 tournois pre-Roland lui permet evidemment de se regler, mais aussi d’encaisser quelques jolis cheques par la simple garantie de sa presence. L’an dernier il a joue Madrid a fond et il a decompresse a Rome, cette annee il fait l’inverse. Quant a une eventuelle blessure, je n’y crois pas du tout. Tu verras a Roland, Rafa va marcher sur tout le monde, Thiem compris s’il le croise sur sa route. En somme oui je me repete mais pour toutes ces raisons, je reste convaincu que Rafa n’a pas joue a 100% contre Thiem a Madrid.

          • avatar
            15 mai 2018 a 11 h 25 min

            Salut Guga,

            Même en supposant que Nadal a joué à 100 % contre Thiem vendredi à Madrid, il sera quasiment invincible à Paris cette année.

            Mais si tu dis vrai pour Rome 2017 et Madrid 2018, je trouve ça irrespectueux de la part de Nadal. Je ne dis pas que le match est truqué car ce n’est pas la mentalité de l’Espagnol, mais commencer un tournoi en sachant qu’on ne joue pas à fond, vraiment je trouve ça limite vis-à-vis du public qui a payé sa place, que ce soit à Rome l’an passé ou à Madrid cette fois.

            ça me rappelle ces coureurs qui courent la Vuelta et abandonment au bout de 10 jours car ils ont assez de kilomètres dans les jambs pour le Mondial …

            Le problem vient du fait que Barcelone est historiqment LE grand tournoi epsagnol sur terre battue, mais pour aider Madrid dans ses ambitions olympiques finalement non concrétisées pour 2016 face à Rio de Janeiro, on a dote la capitale espagnole d’un Masters 1000 sur terre battue depuis 2009, alors que jusqu’en 2008 Madrid accueillait un M1000 sur dur en octobre.

  19. avatar
    14 mai 2018 a 8 h 04 min

    Comme à Rome en 2017, Thiem a fait le sale boulot en sortant Nadal mais c’est Zverev qui récupèré les lauriers à Madrid …

    Wawrinka est déjà out à Rome où l’on guettera à la fois la reaction d’orgueil de Rafa, un possible sursaut de Djokovic et la montée en puissance des jeunes loups madrilènes Thiem et Zverev …

    En ce lundi 14 mai 2018, Roger Federer bat un nouveau record, n°1 mondial à 36 ans et 9 mois …

    • avatar
      14 mai 2018 a 17 h 20 min
      Par Guga57

      309 semaines N.1 le papy suisse ;)

  20. avatar
    20 mai 2018 a 11 h 09 min

    Salut
    Le décalage des parutions sera passé par là mais qui mise sur Zverev contre Nadal à Rome ?
    L’allemand à tout contre lui. ..Les stats de leur h2h, la relative pauvreté du palmarès (au même âge ) et comme si ça ne suffisait pas, une programmation honteuse des organisateurs…Dire que beaucoup ont glosé sur le favoritisme pour Federer à l’oa et l’USO….
    Nadal 6/4 6/3? Quoique fognini lui a ravi un set, l’exploit de l’année sur tb!
    Ce qui serait sympa, c’est que Zverev ou Thiem rencontrent Nadal successivement en 1/2 et F à RG, peu importe dans quel ordre, mais pour symboliser un peu plus l’approche d’une passation de pouvoir inéluctable…Rêvons toujours un peu plus avec un vrai tableau de guerrier pour Nadal à RG
    1t isner
    2t Shapo
    3t Monfils (qui a souri là bas au fond de la classe ?? ;-) )
    8e Djoko
    1/4 Delpo
    1/2 Thiem
    F Zverev
    Il me semble que cela est possible et en cas de succès ( tout aussi possible ), sans perdre un set comme en 2017 et 2018 (mission impossible ?)….whaou !!!

  21. avatar
    20 mai 2018 a 11 h 11 min

    Oups, j’ai trop fait le malin…isner TDS. …Allez je remplace par Verdasco…;-)

  22. avatar
    21 mai 2018 a 8 h 29 min

    Bon mea culpa, Zverev a fait mieux que résister, ce qui change peu de choses sur un prono sur 5 sets, non ?

  23. avatar
    21 mai 2018 a 16 h 47 min
    Par Guga57

    Salut Lauchou, effectivement, pour empêcher Nadal de triompher pour la 11e fois il faudrait un tableau en béton armé à l’instar de celui que tu proposes. Indépendamment des premiers tours, c’est surtout à partir des 1/8es voire des quarts qu’un tableau relevé pourrait vraiment contrarier la quête du Majorquin. Un enchainement Djoko-Delpo-Thiem-Zverev serait effectivement incroyable et très difficile à surmonter (même si je reste convaincu qu’il serait quand même capable de le faire). Ceci étant, tous les ans c’est pareil, on sait que seul un parcours de dingue peut être la seule chance de voir Nadal se planter à Paris… Et au final, en général, le tirage lui est souvent très favorable et il va au bout sans trembler. Bref, avec la chance qu’il a ces derniers temps, je parie qu’il n’aura ni Djoko, ni Thiem, ni Zverev dans sa moitié de tableau. Si c’est le cas, autant lui donner la coupe d’emblée ;)

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter