Le Big 4 et les demi-finales de Grand Chelem
Photo Panoramic

Le Big 4 et les demi-finales de Grand Chelem

Dans une situation rare et (a priori) ultra-favorable pour aller chercher un 8ème titre historique à l’Open de Grande-Bretagne, Roger Federer sera le seul membre du BIG 4 présent dans le dernier carré de ce Wimbledon 2017. L’occasion de faire un petit tour d’horizon chiffré des performances des quatre fantastiques au stade des demi-finales en GC.

On parle souvent presque exclusivement des titres remportés, voire du nombre de finales jouées, mais l’exceptionnelle régularité du BIG 4 (le carré d’as de la planète-tennis, composé de Federer, Nadal, Djokovic et Murray) se traduit de façon encore plus flagrante lorsque l’on se penche sur leurs performances en demies.

4 comme le nombre de fois où le BIG 4 s’est retrouvé au complet au stade des demi-finales (US Open 2008, Roland-Garros 2011, US Open 2011 et Australian Open 2012). Vous noterez donc au passage que le BIG 4 n’a jamais été réuni en demi-finales à Wimbledon.

8 comme le nombre de levées du Grand-Chelem qui ont échappé au BIG 4 depuis la première apparition en demi-finale de l’un de ses représentants, à savoir Federer à Wimbledon en 2003.

13 comme le nombre de fois où (Wimbledon 2017 compris) Federer s’est retrouvé en tant que seul représentant du BIG 4 au stade des demi-finales. La situation actuelle constitue une première depuis 2005 à Wimbly et depuis 2009, tout GC confondus, pour le Suisse. Dans ce cas de figure, RF a atteint 12 fois la finale et remporté le titre à 11 reprises. Seul Marat Safin a réussi à le battre dans une configuration similaire à l’Open d’Australie en 2005. A noter que la dernière fois (avant Wimbledon 2017 donc) que « Rodgeur » s’était retrouvé en pareille posture, il avait ensuite remporté le trophée. C’était à Roland-Garros en 2009.

19 comme le nombre de tournois du Grand-Chelem au cours desquels au moins trois des membres du carré magique ont atteint les demi-finales ensemble depuis Roland-Garros 2007.

40 comme le nombre de tournois du Grand-Chelem au cours desquels au moins deux des membres du carré magique ont atteint les demi-finales ensemble depuis Roland-Garros 2005.

48 comme le nombre de titres du Grand-Chelem remportés par le BIG 4 sur les 56 derniers tournois disputés. Depuis Wimbledon 2003, seuls Roddick, Gaudio, Safin, Del Potro, Cilic et Wawrinka ont réussi à grappiller les quelques miettes laissées par les quatre ogres.

53 (série en cours) comme le nombre de demi-finales consécutives où le BIG 4 a été représenté par au moins un de ses membres. De fait, le dernier tournoi sans aucun des quatre fantastiques présents au stade des demies demeure pour l’heure Roland-Garros 2004.

118 comme le nombre cumulés de demi-finales des quatre galactiques. Federer a atteint le stade des demi-finales à 41 reprises ; il devance ainsi Djokovic (31), Nadal (25) et Murray (21). Parmi les autres « top-players » hors BIG 4, Wawrinka compte 9 apparitions en demi-finales, Berdych, Ferrer et Tsonga en comptent 6 chacun. Suivent ensuite Cilic 4, Del Potro et Gasquet 3, puis Nishikori et Soderling 2.

Demi-finales des tournois du Grand-Chelem pendant l’ère BIG 4

WI 2003 (BIG 1): Roddick-Federer / Grosjean-Philippoussis, vainqueur : FEDERER
US 2003 (BIG 0): Agassi-Ferrero / Roddick-Nalbandian, vainqueur : RODDICK

AO 2004 (BIG 1): Safin-Agassi / Ferrero-Federer, vainqueur : FEDERER
RG 2004 (BIG 0): Nalbandian-Gaudio / Coria-Henman, vainqueur : GAUDIO
WI 2004 (BIG 1): Federer-Grosjean / Ancic-Roddick, vainqueur : FEDERER
US 2004 (BIG 1): Federer-Henman / Hewitt-Johansson, vainqueur : FEDERER

AO 2005 (BIG 1): Federer-Safin / Hewitt-Roddick, vainqueur : SAFIN
RG 2005 (BIG 2): Federer-Nadal / Davydenko-Puerta, vainqueur : NADAL
WI 2005 (BIG 1): Federer-Hewitt / Johansson-Roddick, vainqueur : FEDERER
US 2005 (BIG 1): Federer-Hewitt / Ginepri-Agassi, vainqueur : FEDERER

AO 2006 (BIG 1): Federer-Kieffer / Nalbandian-Baghdatis, vainqueur : FEDERER
RG 2006 (BIG 2): Federer-Nalbandian / Ljubicic-Nadal, vainqueur : NADAL
WI 2006 (BIG 1): Federer-Bjorkman / Baghdatis-Nadal, vainqueur : FEDERER
US 2006 (BIG 1): Federer-Davydenko / Roddick-Youzhny, vainqueur : FEDERER

AO 2007 (BIG 1): Federer-Roddick / Haas-Gonzalez, vainqueur : FEDERER
RG 2007 (BIG 3): Federer-Davydenko / Djokovic-Nadal, vainqueur : NADAL
WI 2007 (BIG 3): Federer-Gasquet / Djokovic-Nadal, vainqueur : FEDERER
US 2007 (BIG 2): Federer-Davydenko / Djokovic-Ferrer, vainqueur : FEDERER

AO 2008 (BIG 3): Federer-Djokovic / Tsonga-Nadal, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2008 (BIG 3): Federer-Monfils / Djokovic-Nadal, vainqueur : NADAL
WI 2008 (BIG 2): Federer-Safin / Schuttler-Nadal, vainqueur : NADAL
US 2008 (BIG 4): Nadal-Murray / Djokovic-Federer, vainqueur : FEDERER

AO 2009 (BIG 2): Nadal-Verdasco / Roddick-Federer, vainqueur : NADAL
RG 2009 (BIG 1): Soderling-Gonzalez / Del Potro-Federer, vainqueur : FEDERER
WI 2009 (BIG 2): Roddick-Murray / Haas-Federer, vainqueur : FEDERER
US 2009 (BIG 3): Federer-Djokovic / Nadal-Del Potro, vainqueur : DEL POTRO

AO 2010 (BIG 2): Federer-Tsonga / Cilic-Murray, vainqueur : FEDERER
RG 2010 (BIG 1): Soderling-Berdych / Melzer-Nadal, vainqueur : NADAL
WI 2010 (BIG 3): Berdych-Djokovic Murray-Nadal, vainqueur : NADAL
US 2010 (BIG 3): Nadal-Youzhny / Djokovic-Federer, vainqueur : NADAL

AO 2011 (BIG 3): Ferrer-Murray / Djokovic-Federer, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2011 (BIG 4): Nadal-Murray / Federer-Djokovic, vainqueur : NADAL
WI 2011 (BIG 3): Nadal-Murray / Tsonga-Djokovic, vainqueur : DJOKOVIC
US 2011 (BIG 4): Djokovic-Federer / Murray-Nadal, vainqueur : DJOKOVIC

AO 2012 (BIG 4): Djokovic-Murray / Federer-Nadal, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2012 (BIG 3): Djokovic-Federer / Ferrer-Nadal, vainqueur : NADAL
WI 2012 (BIG 3): Djokovic-Federer Murray-Tsonga, vainqueur : FEDERER
US 2012 (BIG 2): Berdych-Murray / Ferrer-Djokovic, vainqueur : MURRAY

AO 2013 (BIG 3): Djokovic-Ferrer / Murray-Federer, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2013 (BIG 2): Djokovic-Nadal / Ferrer-Tsonga, vainqueur : NADAL
WI 2013 (BIG 2): Djokovic-Del Potro / Janowicz-Murray, vainqueur : MURRAY
US 2013 (BIG 2): Djokovic-Wawrinka / Gasquet-Nadal, vainqueur : NADAL

AO 2014 (BIG 2): Nadal-Federer / Berdych-Wawrinka, vainqueur : WAWRINKA
RG 2014 (BIG 3): Nadal-Murray / Gulbis-Djokovic, vainqueur : NADAL
WI 2014 (BIG 2): Djokovic-Dimitov / Federer-Raonic, vainqueur : DJOKOVIC
US 2014 (BIG 2): Djokovic-Nishikori / Cilic-Federer, vainqueur : CILIC

AO 2015 (BIG 2): Djokovic-Wawrinka / Berdych-Murray, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2015 (BIG 2): Djokovic-Murray / Tsonga-Wawrinka, vainqueur : WAWRINKA
WI 2015 (BIG 3): Djokovic-Gasquet / Murray-Federer, vainqueur : DJOKOVIC
US 2015 (BIG 2): Djokovic-Cilic / Wawrinka-Federer, vainqueur : DJOKOVIC

AO 2016 (BIG 3): Djokovic-Federer / Raonic-Murray, vainqueur : DJOKOVIC
RG 2016 (BIG 2): Djokovic-Thiem / Wawrinka-Murray, vainqueur : DJOKOVIC
WI 2016 (BIG 2): Raonic-Federer / Berdych-Murray, vainqueur : MURRAY
US 2016 (BIG 1): Djokovic-Monfils / Wawrinka-Nishikori, vainqueur : WAWRINKA

AO 2017 (BIG 2): Federer-Wawrinka / Nadal-Dimitrov, vainqueur : FEDERER
RG 2017 (BIG 2): Murray-Wawrinka / Nadal-Thiem, vainqueur : NADAL
WI 2017 (BIG 1): Querrey-Cilic / Federer-Berdych, vainqueur : ???

Bilan « demies-finales-titres » du BIG 4

L’année ou jamais pour Fédé ?

Les statistiques le montrent, quand Roger Federer atteint les demi-finales, il a pratiquement une chance sur deux de décrocher le titre. De surcroît, quand ses trois principaux rivaux ne figurent pas dans le dernier carré, l’esthète helvète affiche même une probabilité de victoire finale supérieure à 90%. Toutefois, Tomas Berdych et Marin Cilic (son adversaire le plus probable en finale) ont chacun déjà éliminé le Bâlois en Grand Chelem par le passé… Méfiance donc !

Ceci étant, il faut bien l’avouer, Federer dispose cette année d’une occasion en or d’aller chercher cette 8e couronne tant attendue et après laquelle il court depuis 2012 à Wimbledon. Bref, pour Fédé, c’est certainement l’année ou jamais… Alors Maestro, s’il vous plaît, à vous de jouer !

Lionel Ladenburger

  1. avatar
    13 juillet 2017 a 21 h 23 min

    Salur Guga,

    Un petit saut sur ce forum, que je ne peux suivre régulièrement et encore moins produire articles et commentaires, mais j’ai toujours du plaisir à te lire.

    La journée d’hier à Wimbledon m’a inspiré une réflexion qui recoupe tes stats : la période qui s’ouvre à Wimbledon 2016 (qui inclut donc les 5 derniers GC) a vu un seul affrontement entre les membres du Big Four, la finale Nadal/Federer de l’AO 2017. En recherchant le précédent, je tombe sur l’US 2014, puis sur RG 2010. Les affrontements entre les 4 géants ont donc longtemps été consubstantiels aux tournois du GC, et ce Wimbledon 2016 amorce un net décrochage.

    Je note au passage que ta liste récapitulative des demis en GC permet quasiment à elle seule de résumer ces affrontements entre membres du Big Four. De mémoire, après 2008, il faut ajouter les quarts Murray/Nadal de l’AO 2010 et Murray/Federer de l’AO 2014. Ce sont, je crois, les deux seuls GC où le B4 n’occupait pas les 4 premières places à l’ATP !

    • avatar
      17 juillet 2017 a 12 h 34 min
      Par Guga57

      Salut Vincent et merci pour ce compliment, ça fait (vraiment) plaisir !
      Sinon oui, effectivement, au regard de la liste des demi-finales, on se rend compte que 90% des affrontements entre membres du Big Four ont eu lieu dans le dernier carré. Ca confirme, si besoin était, et une fois de plus, l’écrasante domination des quatre cannibales sur le tennis masculin des 10-12 dernières années.

  2. avatar
    14 juillet 2017 a 18 h 32 min

    Au delà du bilan hallucinant de Fed, le taux phénoménal de réussite 1/2 vers F et F vers V pour Nadal ! En pourcentage il surclasse tout le monde ! Sa haine de la défaite (plus que chez les autres ) y est pour beaucoup sans rien enlever à son talent.
    Inversement en constatant les stats de Murray ( ainsi que ses h2h ) peut on vraiment parler de big…..4? LA réponse pour moi est claire. C’est NON. C’est un raccourci et une facilité (pour ne pas parler de paresse…) journalistique.
    Dans les années 2000 2010 que ce soit en GC ou m1000, il y a eu
    Le big 3
    Murray
    Puis les autres….
    Donc désormais messieurs ( je déplore l’apparente absence d’amatRICES de petites balles jaunes ici…) je propose la formule big3+M

    • avatar
      17 juillet 2017 a 12 h 47 min
      Par Guga57

      Salut Lauchou, effectivement Nadal est un monstre, comparable à un TGV lancé à pleine vitesse des lors qu’il parvient à s’ouvrir les portes du dernier carré. Ce mec est un guerrier et ses 10 titres a RG sont là pour le prouver. En revanche, concernant Murray, même si je partage ton analyse sur le fond (à savoir qu’il émarge effectivement assez loin par rapport aux trois autres), je dirai quand même qu’il mérite amplement d’être considéré comme un BIG depuis l’année passée. Je m’explique : avant 2016, Murray n’avait jamais été N.1 mondial, mais fin 2016 (au terme d’un remarquable sprint final), il aura fini la saison sur le trône. Ca + sa place de N.1 en fin de saison l’année dernière, ses 3 GC, son Masters, la Coupe Davis (qu’il a gagné quasiment à lui seul au contraire des trois autres) et ses deux titres olympiques (en particulier celui de 2012 qui a privé Federer du seul titre majeur qu’il lui manquera certainement a jamais) font que je considère (et ce, je me répète, uniquement depuis fin 2016 donc) que Murray mérite sa place au sein du BIG 4. Au même titre, je considère que cette place de N.1 fait cruellement défaut à Wawrinka (que je préfère pourtant largement à Murray) pour parler d’un éventuel BIG 5.

  3. avatar
    16 juillet 2017 a 20 h 36 min

    Immense champion que Federer ! 19e GC …

    J’ignore s’il est le GOAT du tennis, mais si ce n’est pas lui, il n’en est vraiment pas loin. Gagner 2 GC sur 2 disputés l’année de ses 36 ans.

    Chapeau bas, surtout qu’il boucle ce Wimbledon sans perdre un set, première depuis Bjorn Borg en 1978 …

    Bravo l’artiste et rendez-vous à l’US Open !

    • avatar
      17 juillet 2017 a 12 h 57 min
      Par Guga57

      Salut Axel, c’est clair que Federer a réalisé une performance exceptionnelle même si Cilic était visiblement diminué par sa blessure au pied en finale… Mais bon, les blessures aussi font partie du sport. Concernant le débat sur le GOAT, je pense que même si RF gagnait encore 5 GC, on trouverait toujours quelqu’un pour dire qu’il n’a pas fait le vrai GC sur une année comme Rod Laver l’a fait, qu’il lui manque encore le titre olympique pour égaler Agassi et son palmarès complet ou encore que le débat est de toute façon biaisé puisqu’on ne saura jamais ce que Borg aurait pu faire s’il ne s’était pas retiré de façon si prématuré… Ceci dit, c’est toujours sympa de voir qui pense quoi, donc pour continuer le débat et parler du 8e Wimbledon de Rodgeur, je vous invite tous à poursuivre la discussion sur la page suivante : http://yourzone.beinsports.fr/tennis-atp-wimbledon-victoire-finale-roger-federer-8e-titre-center-court-117280/

  4. avatar
    17 juillet 2017 a 12 h 29 min

    Eh oui Axel, on se demande ce que doit encore faire ce phénomène absolu qu’est Fed pour être considéré comme le GOAT. Il n’y a qu’à voir tout ce qui s’est encore passé depuis le petit article que j’ai pondu il y a quelques semaines et ” on” s’interroge encore…
    Peut être un PC à l’USO ( devant Nadal ou Djokovic ça clouerait quelques becs…) fera t il avancer le débat ? ;-). Il sera un vrai client là bas ainsi qu’au masters s’il garde sa fraîcheur physique savamment entretenue…

  5. avatar
    17 juillet 2017 a 22 h 57 min

    Désolé mais malgré le respect qu’il inspire à tout amateur de tennis, Borg à précisément fait un choix qui le déclasse dans le débat du GOAT. C’est comme ça. Par ailleurs comme je l’ai dit dans un autre article il n’a pas eu LUI de concurrence sur TB, ou, comme Fed sur toutes les autres surfaces, les as tuées dans l’oeuf.
    Enfin il faut arrêter me semble t il
    1) avec le golden samedi d’Agassi. Bon performance ok mais concours de circonstances et une carrière en dents de scie. Quand j’entends dire où écrire ” Fed n’egalera jamais Agassi, j’ai envie de rire…
    2) les JO? STOP!! A part Murray qui a réalisé un certain exploit en était au rdv, arrêtons avec cette blague du majeur, joué tres souvent en 2 sets et un vrai cadre la coupe Davis, pour réellement porter les couleurs de son pays. Fed à poussé la bonne conscience, jusqu’au détriment de sa santé pour offrir la coupe et peut être, secrètement, pour faire taire une partie de ses détracteurs…
    On entendra encore jusqu’à l’écoeurement les JO, le h2h et le GC calendaire ( là, stop avec les 2 GC de Laver avec 3 tournois sur herbe…perso je préfère les 10 finales d’affilee sur 4 surfaces différentes de Fed, ça pose davantage un bonhomme dans la domination et la régularité. ..), on mesurera avec le temps la différence entre l’Histoire et les pinailleurs…

  6. avatar
    18 juillet 2017 a 0 h 33 min

    Moui…allez guga, pour te faire plaisir, OK pour un Murray big4 depuis mi 2016, à savoir son doublé JO (mais j’ai dit ce que je pensais de ce faux majeur ci dessus) et sa place de numéro 1, mais bon…Murray ressemble quand même plutôt à un “Poupou ” du tennis…

    • avatar
      18 juillet 2017 a 12 h 36 min
      Par Guga57

      Je suis d’accord avec toi Lauchou… Murray est sans conteste le Poulidor du Big Four. Ses 5 finales perdues à l’Open d’Australie en sont l’illustration parfaite. Ceci étant, il a le mérite d’être le 4e homme dans cette histoire devant des joueurs comme Wawrinka, Del Potro, Cilic, Berdych ou encore Soderling… Alors évidemment, en termes de chiffres, il est loin derrière les trois autres, mais il a quand même réalisé de belles choses (seul joueur de tous les temps à avoir décroché deux fois l’or olympique en simple, premier joueur britannique depuis Fred Perry à avoir remporté un GC, puis Wimbledon et la Coupe Davis). Alors OK, encore une fois, par rapport au trio Fed-Nadal-Djoko, il est loin derrière mais il n’en demeure pas moins un grand champion.

      • avatar
        19 juillet 2017 a 16 h 45 min

        Pour moi c’est plus un Big Three qu’un Big Four tant Murray est loin des 3 auters en terme de titres en GC : 19-15-12-3.

        C’est pire encore si l’on rajoute Masters et JO, Djokovic passant alors devant Nadal : 25-17-16-5.

        L’Ecossais peut aussi remercier le destin d’avoir mis Del Potro et Soderling loin des courts de tennis depuis 2011, et d’avoir laissé Wawrinka éclore seulement fin 2013/ début 2014.

        @Lauchou, sur Federer quand je dis que je ne sais pas si c’est le GOAT c’est bien parce que c’est très difficile de le savoir.
        Il est déjà très difficile de comparer les joueurs d’une meme generation, alors les époques entre elles, n’en parlons pas !

        je t’invite à lire cet article de ma part de février 2015 et surtout les échanges qui avaient suivi

        http://yourzone.beinsports.fr/tennis-pourquoi-nadal-est-le-plus-grand-des-annees-2000-2010-86332/

        Le gros handicap de Federer pour être considéré comme le GOAT, c’est son bilan plus que negatif en finales de GC contre Nadal : 6-3 en faveur de l’Espagnol.

        Certes 19 titres du GC et 25 titres en GC c’est énorme … Mais regardons qui affronte le Suisse, l’Espagnol et le Serbe respectivement entre les 1/4 et la finale lors de leurs titres du GC, on verra que le plus méritant est Djokovic qui se coltine toujours un member du Big 4 !

        Les adversaires de Roger Federer, à partir des quarts de finale, lors de ses 19 titres du Grand Chelem :
        o Wimbledon 2003 : Schalken, Roddick, Philippoussis
        o Open d’Australie 2004 : Nalbandian, Ferrero, Safin
        o Wimbledon 2004 : Hewitt, Grosjean, Roddick
        o US Open 2004 : Agassi, Henman, Hewitt
        o Wimbledon 2005 : Gonzalez, Hewitt, Roddick
        o US Open 2005 : Nalbandian, Hewitt, Agassi
        o Open d’Australie 2006 : Davydenko, Kiefer, Baghdatis
        o Wimbledon 2006 : Ancic, Bjorkman, Nadal
        o US Open 2006 : Blake, Davydenko, Roddick
        o Open d’Australie 2007 : Robredo, Roddick, Gonzalez
        o Wimbledon 2007 : Ferrero, Gasquet, Nadal
        o US Open 2007 : Roddick, Davydenko, Djokovic
        o US Open 2008 : Muller, Djokovic, Murray
        o Roland-Garros 2009 : Monfils, Del Potro, Soderling
        o Wimbledon 2009 : Karlovic, Haas, Roddick
        o Open d’Australie 2010 : Davydenko, Tsonga, Murray
        o Wimbledon 2012 : Youzhny, Djokovic, Murray
        o Open d’Australie 2017 : M. Zverev, Wawrinka, Nadal
        o Wimbledon 2017 : Raonic, Berdych, Cilic

        Les adversaires de Rafael Nadal, à partir des quarts de finale, lors de ses 15 titres majeurs :
        o Roland-Garros 2005 : Ferrer, Federer, Puerta
        o Roland-Garros 2006 : Djokovic, Ljubicic, Federer
        o Roland-Garros 2007 : Moya, Djokovic, Federer
        o Roland-Garros 2008 : Almagro, Djokovic, Federer
        o Wimbledon 2008 : Murray, Schüttler, Federer
        o Open d’Australie 2009 : Simon, Verdasco, Federer
        o Roland-Garros 2010 : Almagro, Melzer, Söderling
        o Wimbledon 2010 : Söderling, Murray, Berdych
        o US Open 2010 : Verdasco, Youzhny, Djokovic
        o Roland-Garros 2011 : Söderling, Murray, Federer
        o Roland-Garros 2012 : Almagro, Gasquet, Djokovic
        o Roland-Garros 2013 : Wawrinka, Djokovic, Ferrer
        o US Open 2013 : Robredo, Gasquet, Djokovic
        o Roland-Garros 2014 : Ferrer, Murray, Djokovic
        o Roland-Garros 2017 : Carreño-Busta, Thiem, Wawrinka

        Les adversaires de Novak Djokovic, à partir des quarts de finale, lors de ses 12 titres du Grand Chelem :
        o Open d’Australie 2008 : Ferrer, Federer, Tsonga
        o Open d’Australie 2011 : Berdych, Federer, Murray
        o Wimbledon 2011 : Tomic, Tsonga, Nadal
        o US Open 2011 : Tipsarevic, Federer, Nadal
        o Open d’Australie 2012 : Ferrer, Murray, Nadal
        o Open d’Australie 2013 : Berdych, Tsonga, Murray
        o Wimbledon 2014 : Cilic, Dimitrov, Federer
        o Open d’Australie 2015 : Raonic, Wawrinka, Murray
        o Wimbledon 2015 : Cilic, Gasquet, Federer
        o US Open 2015 : F. Lopez, Cilic, Federer
        o Open d’Australie 2016 : Nishikori, Federer, Murray
        o Roland-Garros 2016 : Berdych, Thiem, Murray

        Sur Bjorn Borg, il ne vint jamais en Australie et se retira à 26 ans seulement. Certes sa malediction de l’US Open le handicape pour etre le GOAT.

        Idem pour Rod Laver qui fut dominé par Ken Rosewall chez les pros de 1963 à 1967, profitant de l’absence de ce dernier pour faire son GC chez les amateurs en 1962.

        Perso je mets Rosewall en GOAT sur le critère du palmarès residue dans son contexte.

        Comme je l’ai expliqué l’autre fois, respect énorme à Bjorn Borg qui a change le tennis à jamais, par son lift et son impact médiatique digne d’Ali ou Pelé.

        Enfin last word, le plus grand exploit reste celui de Djokovic et son Djoko Slam, pour moi ça c’est plus fort que les 19 GC du virtuose de Bâle.

        Même si ni le Suisse ni le Serbe n’ont pu gagner RG en battant Nadal sur leur passage, idem pour Wawrinka en 2015.

  7. avatar
    18 juillet 2017 a 1 h 10 min

    Petit détail Axel, Borg je crois que c’était plutôt 76 et non 78 son wim sans perdre un set. Son chef-d’oeuvre 78, c’était plutôt RG non?
    Petit clin d’oeil malicieux je pense que Fed vient encore de marquer des points dans ton gotha des GOAT personnel…
    J’ adorerais que 6e USO devant Nadal (surtout !!) ou à tout le moins Djoko mette tout le monde d’accord…

    • avatar
      19 juillet 2017 a 16 h 50 min

      Oui en effet c’était Wimbledon 1976 pour le Suédois, vainqueur de RG 197_ avec seulement 32 jeux perdus en route sur l’ocre parisien.

      En cas de 6e US Open en septembre prochain, Roger Federer fera très fort et un pas gigantesque dans la legende, bien plus qu’avec ce 8e Wimbledon.

      Car il dépassera Rosewall et ses 25 titres majeurs

      Car il fera son 4e Petit Chelem (record absolu), le premier depuis 2007

      Car il atteindra la barre mythique de 20 GC

      Car il laissera Sampras et Connors derrière lui au palmarès de l’épreuve new-yorkaise.

      Car il fera pour la 5e fois le double Wimbledon / US Open réussi 4 fois de rang entre 2004 et 2007.

  8. avatar
    18 juillet 2017 a 13 h 19 min

    Je rejoins la bataille en milieu de course mais tant pis, voilà mon humble contribution au débat. Mais déjà merci Guga pour l’article et surtout le temps passé à collecter toute ces données qui montrent bien l’exceptionnelle longévité de ce quatuor infernal et du verrou qu’ils ont imposés sur les Grands Chelem. J’avoue qu’il y a quelques années, quand Federer et Nadal allait moins bien, je pensais l’hégémonie terminée mais quel démenti depuis….

    Concernant la question de Murray: Big 4 ou Big 3 ?
    Si l’on ne prend en compte que les résultats en GC, il est incontestable que Murray est un ton en-dessous des trois autres.
    Même en rajoutant les masters 1000, il reste à la traîne: 14 contre 26(Federer) et 30 (Djokovic et Nadal)

    Mais de l’autre côté, il y avait également clairement un fossé entre lui et le reste des joueurs ATP. Depuis 2008, il n’est sorti qu’une fois du top 4 en fin de saison (2014: 6è), et les seuls joueurs, hors big 4, à avoir réussi à lui passer devant sont Ferrer(2013), Nishikori (2014) et Wawrinka (2014) et tous les trois de manière éphémère.

    Enfin un dernier argument plus subjectif puisqu’il touche au ressenti mais sur la période 2011-2012 où les 4 jouaient à un très bon niveau, je n’avais pas l’impression que Murray était si en-dessous que ça. Car il mettait clairement en difficulté Djoko, Fed et Nadal et qu’il ne perdait quasiment que contre eux. Après, l’histoire de sa carrière est justement qu’il a perdu la quasi-majorité de ses gros matchs. Toujours placé, rarement vainqueur.

    Du coup, en coupant la poire en deux, je parlerais plus d’un Big 3+1 que d’un simple Big 3 qui à mon sens ne rend pas assez compte de la régularité et du niveau de Murray qui, s’il n’a jamais été la locomotive, n’a jamais été décroché du wagon et a tenu tête à trois des meilleurs joueurs de l’histoire du tennis.

    • avatar
      18 juillet 2017 a 17 h 58 min
      Par Guga57

      A ton service Louharse et merci pour le commentaire ! Pour en revenir à la question BIG 3 ou BIG 4, je dirai que les deux expressions peuvent être employées à juste titre in fine. Perso, je dirai que nous sommes en présence de 3 légendes (Federer, Nadal et Djokovic) et d’un grandissime champion (Murray). Evidemment l’Ecossais de 30 ans pourrait encore changer de statut dans les deux-trois années à venir mais sincèrement, j’en doute. J’avoue qu’à la fin de la saison 2016, j’imaginais bien un Murray galvanisé par la conquête du trône mondial, surfant sur la vague au point de compléter comme ses trois acolytes le fameux puzzle du Grand Chelem en carrière. Parce qu’en fait, il ne s’agit pratiquement que de cela. Djokovic a définitivement changé de statut une fois Roland-Garros en poche. Pour Andy, l’équation est donc la même à mes yeux : s’il parvient un jour à gagner en Australie et à Roland, il rejoindra les trois autres dans la légende, sinon il restera à jamais le quatrième larron, à l’instar de Lew Hoad qui restera à jamais dans l’ombre de ses trois mythiques compatriotes issues de la même génération que lui, à savoir : Rod Laver, Ken Rosewall et Roy Emerson, ou encore à l’image de Guillermo Villas qui restera lui-aussi pour toujours en marge de Borg, McEnroe et Connors…

  9. avatar
    18 juillet 2017 a 23 h 03 min

    Guga et Louharse, on est globalement d’accord et voilà pourquoi je proposais, ici ou ailleurs je ne sais plus, l’appellation big3+M. Pour souligner la spécificité de Murray ou lui rendre hommage (même si je ne l’aime pas…)

  10. avatar
    19 juillet 2017 a 23 h 46 min

    Axel, pour moi Fed est le GOAT, je m’en suis expliqué ailleurs ( en échangeant entre autre avec toi Cullen et guga que je considère comme les GOAT des connaisseurs de tennis :-)) ) et je resumerai en qq points
    - le palmarès: aujourd’hui à égalité avec Rosewall à présent, et dans un contexte pro autrement plus difficile et avec 4 tournois aux surfaces qu’on dit uniformisees mais pourtant bien plus variées qu’à l’époque de Rosewall ou du GC de Laver
    - le h2h on a déjà débattu, pour moi ça entre moins en ligne de compte même si j’en veux à Fed d’avoir attendu 10 ans pour retrouver la solution contre Nadal en GC. Mon rêve en plus d’un 20e est qu’il le batte en 1/2 ou mieux F.
    - la longévité de la carrière combinée à la variété du palmarès . S’il n’avait pas saisi sa chance en 2009, jamais il n’aurait prétendu au GOAT à mes yeux.
    - son retour inouï au sommet, et à son âge, après une interruption que personne n’aurait assuré de la sorte. Je suis assez vieux pour me souvenir du come back de Connors, celui de Fed qu’il finisse l’année 1er ou non est encore plus exceptionnel
    Ta liste des derniers tours de chaque “monstre” actuel, c’est du boulot et instructif et elle rappelle des éléments oubliés. Par ex le parcours de santé de Nadal à RG en 2010…j’adore quand on reparle, après ce genre de balade, des titres acquis par Fed ” sans concurrence “…idem pour USO 2013…robredo gasquet (ok Djoko en F., mais ce n’est pas le but de ta demo ) whouaaaa!! Idem encore pour 1er wim de Djoko : Tom ici, Tsonga, Nadal….Bon….
    J’aimebien aussi la liste de ton dernier post, concernant l’hypothétique exploit que constituerait un nouvel USO de Fed.

    • avatar
      20 juillet 2017 a 13 h 58 min

      Salut Lauchou,

      Ma réponse est simple sur Federer, 1 seule chose m’empeche de le considerer comme le GOAT, c’est son H2H contre Nadal et Djokovic en GC.
      Face à Nadal, le Suisse est mené 9-3 en GC. Contre le Serbe, Fed est mené 9-6.
      Désolé mais c’est un point fundamental pour moi, le palmarès brut ne suffit pas, la notion de concurrence est importante, et loin de moi de faire des seconds couteaux les Safin (exception de son OA 2005), Roddick, Hewitt, Nalbandian, Ferrero et Davydenko, mais cela ne vaut pas Nadal et Djokovic qui eux ont TOUJOURS du composer avec Federer dans leur paysage.

      Un peu comme certains reprochent (à raison selon moi) à Michael Schumacher (meme si mon GOAT perso en F1 s’appelle Jim Clark) de n’avoir affronté aucun fauve dans ses coéquipiers à la difference de Prost et Senna qui ont croisé le fer en 1988-1989 chez McLaren Honda, sans oublier Lauda, K. Rosberg, Mansell ou D. Hill comme d’autres coéquipiers champions du monde pour le Français

      Mais revenons au tennis.

      La longévité oui extraordinaire pour Federer, tout comme pour Rosewall.
      Encore une fois Federer est plus que légitime comme GOAT, mais je comprends ceux qui mettent d’autres, puisque perso je mets Rosewall.

      Je pense qu’en fait il faut trancher ce débat dans 10 ans une fois le Big 3 parti à la retraite et avec plus de recul.

      Si on enlève Djokovic, Federer et Nadal du débat du GOAT, il reste Tilden, Gonzales, Rosewall, Borg et Sampras, si on admet que malgré leur énormes carriers, Laver, Connors, Lendl, McEnroe, Becker, Edberg et Agassi sont un ton en-dessous.

      Sur les 5 cites, je mets Rosewall en GOAT, et j’attendrais la fin des carrieres de Federer, Nadal et Djokovic avant de les placer au pantheon du tennis. On sait qu’ils en seront vu le nombre de GC qu’ils ont déjà gagné (19-15-12 à ce jour).

      Mais Djokovic peut encore regagner en GC, à lui de retrouver son physique et surtout son mental d’acier, une envie de junior.

      Nadal aura du mal à durer jusqu’à 36-37 ans mais il peut encore gagner 1 ou 2 RG s’il évolue au niveau de son printemps 2017, où personne ne lui est arrive à la cheville.
      Il aurait cependant été intéressant de voir le cosmic Djokovic contre ce Nadal 2017 sur terre.

      Ce que je veux dire, c’est que le 3 monstres peuvent très bien finir à Federer 21, Djokovic 18 et Nadal 17.
      A eux 3 ils peuvent encore très bien nous gagner 8 ou 9 GC. On ne cesse de parler de leur déclin mais ils sont toujours là.

      On ne cesse de dire que Raonic, Dimitrov, Nishikori vont y arriver mais ils sont toujours bredouille en GC. Le temps passé aussi pour Goffin, Thiem et A. Zverev, qui doivent faire leurs preuves.

      On Remarque que ceux qui gênent le plus les membres du Big 4, outre le cas spécifique de Del Potro, sont des joueurs plus matures : Wawrinka et Cilic.

  11. avatar
    20 juillet 2017 a 9 h 24 min
    Par Cullen

    Axel,

    Loin de moi l’envie de minimiser le Grand Chelem de Djokovic mais ce qu’a réussi Federer entre Wimbledon 2005 et l’US Open 2007 est sans commune mesure. 70 matchs disputés dans ce laps de temps et au final, 2 défaites, toutes deux concédées en finale de Roland Garros. Si on ajoute le fait qu’il a atteint 23 demi-finales d’affilée entre Wimbledon 2004 et l’Open d’Australie 2010, c’est proprement ahurissant. Et puis encore une fois, c’est quand même pas la faute de Federer si Nadal a pris 3 sets à 0 face à Gonzalez à Melbourne en 2007 et que le Suisse a dû affronter le Chilien en finale. Pareil à New-York où l’Espagnol a été battu dès les quarts par Youzhny en 2006 et en 1/8 par Ferrer en 2007. Au final, on ne retient que le ratio défavorable du Suisse mais c’est simplement parce que l’essentiel de leurs face à face a eu lieu à Paris, sur une surface ultra favorable à Nadal.

    Et puis un truc qui n’a pas été abordé, c’est le poids que pèse chaque tournoi aujourd’hui. On a déjà évoqué le fait que la hiérarchie a sans cesse évolué mais certaines choses n’ont jamais changé. Roland Garros c’est un peu le championnat du monde de Tennis sur terre battue mais Wimbledon c’est le championnat du monde de Tennis tout court, le seul évènement dans la saison capable de réunir Rosewall, Laver, Borg ou Edberg en tribunes le même jour. Alors vu de chez nous c’est un peu différent du fait que RG se déroule en France, qu’en juillet (comme soulignée sur un autre fil) l’actualité sportive soit accaparée par le Tour de France, mais à l’échelle internationale, les 8 titres de Federer à Londres valent bien plus que les 10 de Nadal à Paris, bien qu’exceptionnels également.

    • avatar
      20 juillet 2017 a 14 h 11 min

      Salut Cullen,

      Oui mais soyons cohérents. Si tu évoques la fabuleuse série de 10 finales de rang du Suisse ou les 23 demies du meme Federer entre Wimbledon 2004 et l’Open d’Australie 2010, faisons le meme exercice avec Djokovic (pas possible avec Nadal trop souvent forfait en GC pour blessures).

      De Wimbledon 2010 à RG 2016, hormis son quart australien en 2014, le Serbe est toujours dans le dernier carré. Soit 27 fois sur 28.

      De Wimbledon 2014 à RG 2016, hormis sa demie américaine en 2014, l’ogre de Belgrade est toujours en finale. Soit 7 fois sur 8.

      Certes moins bien que Fed dans l’absolu mais remarquable aussi.

      Je te concede que le Djoko Slam de Nole souffre d’un seul défaut, il n’a pas croisé la route de Rafael Nadal sur la terre battue parisienne.

      Pareil quelle est la plus grande saison de toute l’Histoire de l’ATP ? Laver 1969 ? Connors 1974 ? McEnroe 1984 ? Federer 2005 ? Federer 2006 ? Djokovic 2011 ? Djokovic 2015 ?

      J’ai bien envie de voter McEnroe 1984 pour mettre tout le monde d’accord, car c’est NBC plus que Lendl qui a battu Big Mac en finale de Roland 1984. Mais entre nos 2 monstres des années 2000, je mets Djokovic 2015 devant Federer 2006, et Djokovic 2011 devant Federer 2005. A la fois dans les stats absolues et au regard de la concurrence affrontée à chaque fois.

      “Au final, on ne retient que le ratio défavorable du Suisse mais c’est simplement parce que l’essentiel de leurs face à face a eu lieu à Paris, sur une surface ultra favorable à Nadal.”

      Oui mais Djokovic a fait bien mieux que Federer sur terre contre Nadal. En 2008 (idem en 2012), il est le seul du tournoi à ne pas se faire humilier par Rafa, là où Federer ne prend que 4 jeux au Majorquin en finale.

      En 2011, il aurait sans doute battu Nadal en finale sans le match de magician du Suisse en demie.

      En 2013, il pousse Nadal en 5 sets à RG, ce que seul John Isner avait réussi au 1er tour en 2011, quand le Taureau de Manacor sortait de 2 défaites traumatisantes à Rome et Madrid face à un Terminator nommé Novak Djokovic.

      En 2015, il éparpille Nadal en 3 sets à Roland, certes ce n’était pas la meilleure année du champion espagnol mais ne rabaissons pas l’exploit, tout comme celui de Soderling meme si Rafa était blesse en 2009. Il venait alors de corriger Hewitt, tout sauf un manchot du tennis bien que pas terrien.

      Là où je veux en venir c’est que oui Federer n’a jamais trouvé la clé sur terre contre Nadal, tandis que Djokovic oui dont en 3 sets gagnants en 2015 à Roland.

      Le Federer 2006 surpuissant avait faille battre Nadal à Rome mais c’est la seule fois où il a eu l’illusion de vaincre l’Espagnol en 3 sets gagnants.
      En 2 sets gagnants, 1 seule victoire à Hambourg en 2008.

      Le Djokovic 2011 et 2015 a massacre Nadal sur terre à chaque fois qu’il l’a rencontré lors de ces 2 saisons.
      J’ai toujours su depuis Madrid 2009 que Nole finirait pas vaincre Rafa sur l’ocre, la suite m’a donné raison.

      Cela ne fait pas pas du Djoker un candidat plus credible que le Suisse au titre de GOAT mais cela montre bien le défaut dans la cuirasse de Federer, il s’appelle Rafael Nadal !

    • avatar
      20 juillet 2017 a 14 h 14 min

      Un dernier mot sur Djokovic.
      Depuis son Djoko Slam, il a dispute 6 tournois majeurs. Malgré la crise profonde qu’i ltraverse, 95 % des joueurs du circuit ATP signeraient eds 2 mains pour avoir cela

      - 3e tour Wimbledon 2016
      - Finale US Open 2016
      - Finale MAsters Cup 2016
      - 2e tour Open d’Australie 2017
      - 1/4 de finale Roladn Garros 2017
      - 1/4 de finale Wimbledon 2017 (abandon sur blessure)

      Le Serbe mange son pain noir depuis 1 an comme Federer en 2013 et 2016 ou Nadal entre l’été 2014 et la fin 2016. Mais il reviendra au sommet soulever une coupe de vainqueur dans un tournoi du GC, c’est un très grand champion.

    • avatar
      20 juillet 2017 a 14 h 21 min

      @Cullen, dernier point si tu enlèves RG des H2H en GC entre Nadal et Federer, l’Espagnol mène quand meme 4-3 face au Suisse

      3-1 à Melbourne (2009, 2012 et 2014 contre 2017) et 1-2 à Wimbledon (2008 contre 2006 et 2007), 0-0 à l’US Open où les 2 titans ont faille se rencontrer en 2013.

      Il est intéressant de voir faire le meme exercie pour le duel Nadal Djokovic, Rafa tient en échec le Serbe 3-3 en GC en dehors de la Porte d’Auteuil

      0-1 à Melbourne (défaite de Nadal en 2012), 1-1 à Wimbledon (2007 contre 2011) et 2-1 à New York (2010 et 2013 contre 2011).

      Enfin quand tu dis ce n’est pas la faute de Federer si Nadal perd contre Gonzalez. Certes mais avant 2008 Nadal n’est pas encore complet, il a du mal sur dur en Australie et à Flushing justement.

      La concurrence n’était pas du niveau de celle affrontée plus tard par Nadal ou Djokovic, où 1, 2 voire 3 membres du Big 4 étaient systématiquement dans les parages en demi !

  12. avatar
    20 juillet 2017 a 10 h 40 min
    Par Cullen

    Ah oui, dernier point, qu’on arrête avec ces histoires de Big 3 ou Big 4…

  13. avatar
    20 juillet 2017 a 14 h 45 min

    Encore une fois je souscris à tous ce que dit Cullen sur les points suivants
    Ratio H2h faussé par les manquements de Nadal
    Supériorité des perfs federiennes à celles djokoviennes malgré l’immensité de son GC calendaire. ..

  14. avatar
    21 juillet 2017 a 10 h 43 min

    TouT ( ce que dit Cullen )…

Répondre à Guga57 Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter