Minaur de fond
Photo Panoramic

Minaur de fond

C'est la coqueluche de ce début de saison 2018. Du haut de ses 18 ans (il est né en 1999 comme le Canadien Denis Shapovalov), l'Australien Alex de Minaur se positionne en tant que grand espoir d'un tennis australien lassé des frasques de ses nouvelles "stars" Kyrgios, Tomic et Kokkinakis. Alors, est-il le futur Leyton Hewitt ou un nouveau coup d'épée dans l'eau ? Eléments de réponses, en 3 points.

Un Espagnol qui joue pour les Aussies

Alex de Minaur est né à Sydney, le 17 février 1999. Vous aurez vite fait le calcul, il aura donc 19 ans 3 jours après la Saint-Valentin. Mais toute sa petite enfance, c’est en Espagne qu’il va la passer, plus précisément à Alicante sur la Costa Blanca. Ses parents sont d’origine hispanique tous les deux : maman est espagnole, papa est uruguayen. Au début de sa vie, le petit Alex multiplie les aller-retours entre l’Espagne et l’Australie, avant que ses parents ne décident de s’y sédentariser en 2004, l’année de ses 5 ans.

Grâce à cette enfance de globe-trotter, le jeune homme parle aujourd’hui couramment l’anglais, l’espagnol… et le français ! Va s’en suivre une véritable histoire d’amour entre Alex et le pays des Kangourous. Le jeune homme ne s’en cache pas : “je me sens espagnol de par les liens du sang de mes parents, mais je n’ai qu’un rêve, c’est de représenter l’Australie lors des grandes compétitions”. Grâce au droit du sol du Commonwealth, De Minaur peut exaucer son rêve en 2015 lors de la campagne de Coupe Davis Junior, alors qu’il n’est âgé que de 16 ans (édition remportée par le Canada emmené par Dennis Shapovalov et Félix Augier-Aliassime).

Un cador en simple et en double, qui aime la terre

Si à l’issue du Tournoi de Brisbane (défait en 1/2 finale), il vient d’atteindre son meilleur classement  – 167ème à l’ATP cette semaine – après avoir renversé Steve Johnson mais surtout Miloc Raonic, Alex de Minaur semble ne faire que confirmer les grands espoirs suscités par une brillante – et très courte – carrière chez les juniors. Lors de la saison 2016, il boucle la saison à la 2ème place mondiale après avoir notamment atteint la finale de Wimbledon en simple et remporté l’Open d’Australie en double (aux côtés de son compatriote Blake Ellis).

Mais s’il n’y brilla pas particulièrement chez les jeunes, sa surface favorite reste l’ocre de la terre battue, trace de sa pré-formation sur les terrains en terre du Sud de l’Espagne. D’ailleurs, s’il s’appuie sur une solide première balle, sa taille (1m80) n’en fait pas un cogneur hors-pair. Il s’appuie d’avantage sur la défense, une qualité de déplacements et une intelligence de jeu au-dessus de la moyenne pour un joueur de son âge, comme en témoigne son sang-froid lors de sa victoire face à la machine à aces Raonic… à l’instar de ce que pouvait produire un certain Rafael Nadal lorsqu’il avait 18 ans et qu’il promenait ses bermudas aux 4 coins du circuit.

Une pépite couvée par Lleyton Hewitt

La légende australienne John Fitzgerald (septuple vainqueur en Grand Chelem) qualifie le jeune Alex de “jeune Lleyton Hewitt”. On n’est qu’à moitié surpris quand on sait que ces derniers mois, l’ancien n°1 mondial a pris cette jeune pépite sous son aile, n’hésitant pas en 2016 lors de son 1er Grand Slam à l’inviter à passer la semaine dans sa maison. Depuis, les deux hommes sont en contacts très étroits, et Hewitt semble se reconnaître en ce jeune loup aux dents qui rayent le parquet. D’ailleurs, comme pour De Minaur, Hewitt avait 17 ans lorsqu’il a remporté son premier match sur le circuit pro. Trois ans plus tard, il était n°1 mondial à 20 ans seulement. Gageons que le jeune Alex signerait tout de suite pour la même carrière que son illustre mentor, soit 30 titres dont 1 US Open, 1 Wimbledon et 2 Coupes Davis…

En tout cas, le jeune homme est en feu. En ce début de semaine, il vient d’éliminer l’Espagnol Fernando Verdasco puis le Bosnien Damir Dzuhmur à Sydney, dans sa ville natale, pour se qualifier pour les 1/4 de finale du tournoi. L’ambiance de l’Open d’Australie cuvée 2018 qui débute lundi prochain risque en tout cas d’être torride (comme le thermomètre) dans les travées de la Road Arena pour les supporters Aussies. Pourvu que Nick Kuyrgios veulent bien nous faire le plaisir de se concentrer sur son tennis. Sa récente victoire à Brisbane va en ce sens, mais avec ce démon, on ne sait jamais…

  1. avatar
    11 janvier 2018 a 9 h 53 min
    Par Guga57

    Pas mal ce petit jeune, je le decouvre via cet article. Merci Geoffrey ! Affaire a suivre ! 1999 quand meme !!! deja deux avec Shapovalov. Bientot on va voir debarquer les premiers mecs nes apres l’an 2000… c’est fou !

  2. avatar
    11 janvier 2018 a 16 h 17 min

    Et hop ! Un victoire de plus pour Alex qui n’a fait qu’une bouchée du “vétéran” Feliciano Lopez 6-4/6-4 pour se qualifier pour les 1/2 finale du Tournoi de Sydney où il affrontera un certain….Benoît Paire ;)

  3. avatar
    11 janvier 2018 a 21 h 58 min
    Par Jordan

    Ce jeune joueur a un talent exceptionnel ! J’adore le voir jouer, il déjoue tous les pronostics en sa faveur. Attention aux joueurs tels que Goffin, Wawrinka, Paire, Simon, … qui pourraient être en gros danger dans ce genre de match s’ils ne prennent pas Alex au cour directement. En tout cas, gros tableau de chasse déjà avec des victoires sur Johnson, Verdasco, Dzumhur, Lopez, …

  4. avatar
    11 janvier 2018 a 22 h 29 min

    Merci, je le découvre aussi. En tout cas il a un bon pédigree (Espagnol/Australie).

  5. avatar
    12 janvier 2018 a 14 h 04 min

    L’aventure continue ! Victoire en 1/2 face à Paire 4-6 / 6-1 / 6-1 direction la finale face au Russe Danii Medvedev !

  6. avatar
    13 janvier 2018 a 16 h 49 min

    Défaite en finale non sans avoir démérité et être revenu de 0-4 à 5-5 dans le 3ème set ! Rdv à l’Open d’Australie, en tout cas le voilà désormais rentré -
    et bien – dans la cours des grands !

  7. avatar
    14 janvier 2018 a 9 h 38 min

    J’aimerais bien le voir réussir là où Kyrgios a échoué : reprendre sérieusement le flambeau australien de la lignée Cash Rafter Hewitt. Au passage, les aussie ont potentiellement une équipe de CD en or. Avec lui Kokki et Kyky ils ne peuvent passer à côté dans 5 ans à veinr sauf si les européens les attirent sur leurs Terres (battues) hostiles….

Répondre à Guga57 Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter