Federer et l’US Open : le jour et la nuit
Photo Panoramic

Federer et l’US Open : le jour et la nuit

Si Roger Federer remporte l'US Open, il écrira une page monumentale d'une carrière qui l'est tout autant : un 20ème majeur et la place de n°1 mondial à plus de 36 ans. Pourtant, l'US Open est le Grand Chelem qui lui résiste depuis le plus longtemps, 9 ans précisément. A l'aube du dernier Grand Chelem de la saison, retour sur la relation paradoxale qu'entretient Roger avec Flushing.

Le jour et la nuit” résume parfaitement l’histoire de Federer à Flushing, un tournoi qui électrise d’ailleurs les champions et les fans autant le jour qu’en night-session. Retour sur les deux carrières du Suisse à NYC.

2004-2008 ou le règne absolu

Federer gagne 5 US Open consécutifs. Unique dans l’ère Open.

2004 : Pour clore son premier petit chelem en carrière, Federer, encore frais n°1 mondial, met les petits plats dans les grands. Cinq sets de lutte intense sous un vent terrible en quart face à Agassi et une double roue de bicyclette infligée à Hewitt en finale.

2005 : Une finale dans le panthéon personnel du Suisse. Face à un André Agassi régénéré et idole de tout un peuple, la finale tient toutes ses promesses. Dans un stadium Arthur Ashe en fusion, Agassi met le n°1 mondial en difficulté et se détache 3/6 6/2 4/2. Mais Federer enclenche le pilotage automatique et ne laisse plus que 2 jeux au Kid sur les 13 derniers. Un niveau de tennis parfois ahurissant, du ping-pong en fond de court et un Federer finalement trop fort.

2006 : La saison la plus aboutie de Federer se conclut logiquement par un succès en 4 sets sur sa victime favorite : Andy Roddick. A 25 ans, le Suisse compte déjà 9 titres majeurs.

2007 : En pleine rivalité Federer/Nadal, le jeune Djokovic pointe le bout de son nez en 2007. Vainqueur de Nadal à 2 reprises et de Federer en finale à Montréal quelques semaines plus tôt, le Serbe incarne déjà une vraie menace en finale. Globalement dominé, sauvant 7 balles de sets sur les 2 premières manches, Federer arrive à taper du poing sur la table et à sortir de sa boite dans les moments chauds pour rester le maitre de New-York.

2008 : Sans titre majeur jusqu’à Flushing pour la première fois depuis 2002, écrasé à Roland par Nadal, dépossédé de sa couronne londonienne et du sceptre de n°1 par ce même diable de Majorquin, Federer doit ni plus ni moins sauver sa saison. Ce titre de 2008, le dernier en date, garde donc un gout spécial pour Roger. Libéré par sa médaille d’or olympique en double, soulagé par la défaite de Nadal en 1/2 finale, il cueille un Murray encore trop tendre pour sa première grande finale.

Depuis 2009… ça bloque !

2009 : Une année exceptionnelle qui le voit enfin triompher à Paris et reconquérir la place de n°1. Une finale perdue plus facile à encaisser que les autres du coup. Face au novice à ce stade, Del Potro, Federer se laisse embarquer dans un match qu’il semblait maitriser et finit par plier en 5 sets sous les coups de massue de l’Argentin. Contrarié par le hawk-eye et l’arbitrage de M. Garner, Federer se consolera avec la joie communicative de Delpo.

2010-2011 : Deux rendez-vous ratés avec Nadal, deux scénarios cauchemardesques face à Djokovic. Federer perd 2 fois en 5 sets après avoir obtenu 2 balles de match face à un Serbe ahurissant d’audace pour les écarter. Difficile à encaisser en pleine “période creuse” du Suisse en Grand Chelem…

2012-2013 : En 2012, face à un bon Berdych et dans un jour moyen, on acceptera la thèse de l’accident pour un Federer pourtant étincelant à Wimbledon et Cincinnati et nouveau n°1 mondial. En 2013, annus horribilis, Federer signe une de ses pires défaites en Grand Chelem, châtié en 3 manches en 1/8ème de finale par Tommy Robredo.

2014 : De son propre aveu, l’année où il est passé le plus près de reconquérir New-York. Miraculé en quarts face à Monfils (mené 2 manches à rien et sauvant 2 MP), Federer, avant d’affronter Cilic qui ne l’a jamais battu, voit Nishikori sortir Djokovic. Une autoroute vers le tant désiré 18ème GC ? Federer verra ses espoirs s’écraser en 3 sets secs face à un Croate en feu et injouable.

2015 : En finale sans perdre un set depuis Cincinnati, les fans du Suisse espèrent que cette fois-ci sera la bonne. En finale, il cède pourtant encore en 4 sets face au cannibale du moment Djokovic, malgré d’innombrables balles de break. Frustrant mais logique.

Forfait en 2016, Federer revient à Flushing en 2017 auréolé de 2 titres en Grand Chelem et se pose en favori malgré une interrogation sur l’état de son dos. Petite statistique au passage : quand le Suisse gagne Melbourne et Wimbledon dans la même saison (2004,06,07), il rafle aussi la mise à New-York…

  1. avatar
    29 août 2017 a 18 h 25 min

    Merci pour le récapitulatif. Effectivement c’est paradoxal (et je n’avais pas réalisé) que Federer a remporté RG *après* sa dernière victoire à l’US Open.

    Même avec sa condition physique délicate, le forfait des autres poids lourds (Djoko, Murray, Wawrinka) améliore mathématiquement ses chances.

  2. avatar
    29 août 2017 a 23 h 21 min

    En bonne forme, Federer mériterait de marquer un peu plus encore un autre tournoi que wimbledon, avec un record de 6 victoires à l’USO, pour plusieurs raisons
    Il aurait ainsi 2 jardins ou il détiendrait seul les records, une nouvelle première
    Nadal n’a qu’un jardin
    Il se detacherait de Connors, souvent considéré comme le King de ce tournoi
    S’il le faisait en battant Nadal en 1/2, il confirmerait que la domination a changé de camps, qu’il a trouvé des clés après tant de défaite et le fameux h2h souvent brandi par ses détracteurs pourrait se réduire encore jusqu’à devenir insignifiant. En revanche s’ils se croisent sur TB, je doute qu’il puisse inverser le très sévère bilan…
    Allez Roger retrouve la lumière à Flushing et regagnes y en night session !

    • avatar
      30 août 2017 a 11 h 57 min

      Attention hors terre battue le H2H de Federer est plus que respectable contre Nadal, meme si à Melbourne l’Espagnol mène 3-1 en GC face au Suisse il est vrai.

      A New York ils ne se sont jamais rencontrés pourquoi pas en 2017 ?

      Pour le Suisse, il y a eu 2 demies perdues qui ont fait mal, en 2011 car il aurait alors affronté Nadal (et qui sait battu Rafa sur le ciment new-yorkais) et en 2014 face à Cilic où il rate l’occasion de rejoinder Nishikori tout juste tombeur de Djokovic.

      Sur les 2 finales perdues en 2009 et surtout 2015, pas grand chose à dire, Del Potro et Nole étaient les plus forts respectivement.

      Le 6e titre perdu à Flushing Meadows c’est peut être en 2003 qu’il faut le chercher quand le Suisse “rechute” après son Wimbledon victorieux, perdant dès les 1/8e devant David Nalbandian futur demi-finaliste face à Roddick. Le tableau de l’Argentin était jouable pour Rodgeur : Younes El Aynaoui, Andy Roddick et Juan Carlos Ferrero.

      Le virtuose de Bâle se rattrapera dès le Masters 2003 avant d’exploser en 2004 (Petit Chelem + Masters).

  3. avatar
    29 août 2017 a 23 h 23 min

    Même si l’on est plus en GC, je rappelle que Federer a un autre jardin majeur : 6 titres au Masters même c’est bien l’endroit où Djoko peut menacer un de ses records…

  4. avatar
    30 août 2017 a 16 h 58 min
    Par Guga57

    Franchement vu les entrées en matière « mi-figue mi-raisin » des légendes, j’ai du mal à les imaginer tous les deux au rendez-vous de leur demi-finale annoncée pour la semaine prochaine. Nadal a certes déroulé à partir du deuxième set mais sa première manche laborieuse nous a brusquement rappelé pourquoi il n’a pas gagné un seul des 35 derniers tournois sur dur auxquels il a participés. Quant à Federer, que dire, même s’il n’a joué que vingt minutes de plus que Nadal (malgré les cinq sets qu’il a dû disputer), j’ai peur que sa préparation tronquée et/ou son dos visiblement toujours aussi fragile ne l’empêche encore une fois de produire son meilleur tennis à Flushing. Quoi qu’il en soit, maintenant que les écueils du premier tour sont passés, les prochains tests sérieux du tandem « Fedal » auront vraisemblablement lieu en 1/8e avec potentiellement Berdych ou Fognini pour Nadal et Kyrgios pour Federer, puis en ¼ avec Dimitrov pour Nadal et Thiem ou Del Potro pour Federer…

    • avatar
      31 août 2017 a 1 h 15 min
      Par killranger

      Ben c ne sera pas ce cher Kyrgios déjà éliminé. Ce garçon est une véritable énigme….

  5. avatar
    30 août 2017 a 19 h 32 min
    Par Elvis

    @Axel Borg,

    Avec le recul, je me dis que la défaite de Federer contre Djokovic à l’US Open en 2011 est une bonne chose car je pense qu’il aurait certainement perdu contre Nadal en finale.

    Le complexe Nadal était encore très fort dans la tête de Federer en 2011. Je me rappelle de la première manche de la finale de Roland Garros que le Suisse perdit 7-5 après avoir laissé échapper une avance de 5-1.

    S’il avait battu Djokovic en demi finale à New York, il aurait vraisemblablement perdu la finale contre Nadal à l’instar de leur demi finale à Melbourne (2012) quelque mois plus tard.

    Federer a développé un complexe mental face à Nadal. La plupart disent qu’il remonte à leur match de finale à Rome en 2006 où le Suisse laisse échapper 2 balles de match pour perdre en 5h de jeu.

    Ce n’est qu’en 2015-2017 où Federer a gagné 4 match de suite contre l’espagnol. Espérons que la belle séquence se poursuivra!!

    • avatar
      31 août 2017 a 9 h 07 min

      Salut Elvis,

      C’est très possible en effet pour l’US Open 2011, mais ce complexe mental est surtout present sur terre battue, moins sur dur où Federer sait qu’il peut plus facilement contrer les armes de Nadal, qui trouve moins facilement le revers du Suisse avec son coup droit lifté que sur ocre.

      Oui entre les absents (Djokovic, Wawrinka, Murray, Nishikori) et ceux déjà KO (Zverev, Kyrgios, Tsonga, Simon), il ne reste plus grand monde en lice : Nadal, Federer, Dimitrov, Cilic, Monfils, Berdych, Raonic, Thiem, Goffin, Del Potro et Coric.

  6. avatar
    30 août 2017 a 21 h 51 min

    Elvis
    Il ne faut pas oublier qu’à 5/1 ou plus sûrement 5/2, à RG 2011, ce roublard de Nadal a comme par hasard, alors qu’il n’avait jamais été mené (malmené ?) dans son jardin, fait venir le kiné. Ça a contribué 1) à déstabiliser le Suisse 2) à remettre la redoutable mécanique espagnole en route. J’avoue que ce coup bas à contribué à forger mon jugement de Nadal : pas si fair play que ça. ..
    Pour ce qui est de leur h2h, on dirait que Federer a trouvé des clés depuis un moment (2016 2017, pas 2015, tu as dû faire une erreur ) et c’e serait fabuleux s’il avait encore le trousseau sur lui dans une grosse semaine si les 2 monstres ont franchi des étapes pas gagnées d’avance

  7. avatar
    30 août 2017 a 23 h 59 min

    Ben voilà, Kyrgios, une vraie menace dans le tableau assez apre de Fed, a fait…une kyrgios. Cela conforte l’idée que beaucoup se font qu’il franchira difficilement le cap…drôle de génération australienne tout de même (kyrgios, tomic et leur problèmes psy, kokkinakis et déjà ses problèmes physiques ) alors qu’on les présentait comme les héritiers de Hewitt et Cash.
    Le tableau de Fed se dégage, donc mais quel début laborieux face à tiafoe. Un jeu emprunté que je’dirais aussi empreint de doute et de méfiance vis à vis de son corps qui commence à demander du repos de manière trop rapprochée…Pas gagné tout ça…

  8. avatar
    31 août 2017 a 8 h 33 min

    Bonjour
    La grande faucheuse de jeunes pousses qu’est un grand chelem vient de sévir à nouveau avec Zverev comme nouvelle victime, après Kyrgios. Il va être intéressant maintenant
    de voir si Fed profite comme à L’AO, et dans une certaine mesure WIM de ces défaites à priori prématurées…
    De suivre le parcours de Cilic, qui a un boulevard dans le bas de tableau.
    Tsonga déjà out (quelle année en GC!!) quel drôle D’USO. ..

  9. avatar
    31 août 2017 a 10 h 16 min
    Par Cullen

    Salut à tous,

    A. Zverev, Kyrgios, Sock Tomic ou Khachanov à la trappe dès le premier tour… Quand on voit les difficultés qu’ont les espoirs de la nouvelle génération à percer, et pour des raisons parfois très différentes (certains grisés par le succès et l’argent, d’autres trop sensibles à la pression d’un tel évènement, etc…), on mesure un peu plus encore les mérites qu’ont Nadal et Federer à rester autant mobilisés aujourd’hui, avec les exigences que le très haut niveau impose. Je ne sais s’ils parviendront tous les deux en demi (ils n’ont pas offert toutes les garanties au 1er tour) mais le terrain semble quand même bien dégagé désormais si l’on additionne ces “surprises” aux forfaits de Murray, Wawrinka et Djokovic, que l’on sent tout de même un peu moins concerné. A titre perso, même si son tableau semble au contraire plein d’embuches, je mettrai bien une piécette sur Dimitrov.

    • avatar
      1 septembre 2017 a 15 h 02 min
      Par Cullen

      Là je me suis bien planté :-)

  10. avatar
    31 août 2017 a 11 h 22 min

    Non Axel, pas de Raonic, absent du tournoi…

    • avatar
      31 août 2017 a 11 h 54 min

      @Lauchou,

      Oui je me disais bien qu’il manquait quelqu’un aussi dans ma liste d’absents. Reste le rookie canadien Denis Shapovalov qui n’aura aucun complexe au 3e tour de cet US Open après avoir sorti Medvedev et Tsonga.

  11. avatar
    31 août 2017 a 13 h 30 min

    Ce jeune est très doué et semble assez fort…Il est à suivre de près

  12. avatar
    31 août 2017 a 13 h 30 min

    Ce jeune est très doué et semble assez fort…Il est à suivre de près.

  13. avatar
    31 août 2017 a 16 h 16 min
    Par Guga57

    Mention spéciale à Shapovalov et Coric, tombeurs respectifs d’Alexander Zverev et de Jo-Wilfried Tsonga. Par ailleurs, je le répète encore une fois mais c’est vraiment dommage que Murray ait fait sa diva… Avec l’hécatombe actuelle, un « Fedal » en finale aurait été plus qu’envisageable. Enfin bref… Maintenant avec ceux qui restent, je pense que Cilic dispose d’un boulevard devant lui pour aller au moins jusqu’en finale. Avec son statut d’ancien vainqueur (combiné, qui plus est, à l’élimination prématurée de Sascha Zverev), le Croate fait désormais figure d’épouvantail absolu dans la partie basse du tableau. Par ailleurs, dans la parte haute, on se dirige a priori vers des quarts Nadal-Dimitrov et Federer-Thiem : https://fr.tennistemple.com/us-open-2017-t3681/tableau

  14. avatar
    31 août 2017 a 19 h 15 min
    Par Elvis

    @Lauchou,

    La séquence de 4 victoires consécutives de Federer sur Nadal a commencé à Bâle en 2015.

    C’est bien 2015 et non 2016 car le suisse n’a pas joué durant la 2ème moitié de la saison 2016.

  15. avatar
    31 août 2017 a 19 h 24 min
    Par Elvis

    @Axel,

    Le complexe de Federer face à Nadal s’applique sur toutes les surfaces mais est plus accentuée sur la terre battue.

    Après avoir battu l’espagnol “facilement” à Wimbledon en 2006, le suisse a été poussé dans ses derniers retranchements en 2007 avant de perdre en 2008.

    L’espagnol a battu le suisse à 3 reprises consécutives en Australie (2009, 2012, 2014) et il n’était pas loin de le refaire en 2017.

    Le seul endroit où Federer a dominé l’espagnol est le championnat de fin de saison (2006, 2007) mais l’espagnol y a remporté leur dernière confrontation en 2013.

    Le suisse est le plus régulier ayant atteint plusieurs finales sur des surfaces autre que la terre battue alors que l’espagnol perdait souvent en cours de route.

    • avatar
      1 septembre 2017 a 9 h 06 min

      Salut Elvis,

      Nous sommes d’accord mais c’est plus compliqué que cela pour moi ! Le complexe de Federer est né sur terre battue, avant de s’étendre aux autres surfaces dont le dur, où Nadal lui infligea cependant une défaite en 2004 à Miami avant de le contraindre à remonter un handicap de 2 sets en finale du meme tournoi floridien en 2005.

      Pour le Masters, c’est LE royaume de Federer (et Djokovic) en indoor où il écrasa Nadal fin 2011, la défaite de 2013 ne signifie pas grand chose tant le Suisse était gene par son dos cette saison là. L’Espagnol était lui dans la meilleure saison de sa carrier (avec 2010), à 27 ans, au sommet de son art.
      Mais il s’inclina en finale contre Nole, autre specialiste de l’indoor.

      • avatar
        1 septembre 2017 a 17 h 11 min

        Ca mérite pê un débat Axel mais je mettrai le cru 2008 de Nadal devant ceux de 2010 et 2013 en termes de qualité pure de tennis ;-)

        • avatar
          1 septembre 2017 a 18 h 01 min

          A Roland et Wimbledon oui au top en 2008 (+ 2012 pour Paris), sur dur je mets 2013 au dessus.

          2008 c’est la force du agel parisien et de l’idole Federer déboulonnée

          2010 le Petit Chelem

          2013 le retour du phénix

          Bref 3 superbes campagnes nadaliennes !

        • avatar
          1 septembre 2017 a 18 h 05 min

          bagel bien sur et pas “agel”

  16. avatar
    1 septembre 2017 a 1 h 13 min

    Tout à fait d’accord avec Elvis et toutes mes excuses pour mon erreur de dates…

  17. avatar
    1 septembre 2017 a 19 h 19 min
    Par Elvis

    Federer vient de gagner son 2ème match consécutif en 5 manches. Je ne sais pas à quoi m’attendre de sa part pour ce tournoi.

    Je m’en tiens à mon candidat surprise (Denis Shapovalov) pour se rendre en 2ème semaine et causer quelques dégâts parmi les têtes de série.

  18. avatar
    3 septembre 2017 a 12 h 57 min

    Elvis tu sais maintenant à quoi t’en tenir. ..”pourvou qué ça doure ” comme disait l’autre (la grand mère de Nadal ?) …Moi je rêve à présent d’une finale Fed/Shapo et mise donc comme toi beaucoup sur le petit caribou…Même un succès du minot ne me gênerait pas plus que ça…Et ça pourrait avoir, toutes propositions gardées, un air de Fed/Sampras 2001 même si ce n’était pas en finale. Même si je crois que Roger pour l’emporter à l’expérience, ça aurait une gueule incroyable et, non négligeable, mettrait d’accord tous les petits cadors qui ne confirment jamais et se sont cassés les dents sur le big3+1…Il faut un quasi inconscient pour s’imaginer détrôner les monstres sacrés et Shapo à peut-être ça, plus ce qui manque à Kyrgios: de l’envie et de la canalisation!

  19. avatar
    5 septembre 2017 a 18 h 28 min
    Par Elvis

    @Lauchou

    Shapovalov a perdu en ronde 16 mais il a encore de belles années devant lui.

    J’espere voir Federer gagner le tournoi mais il faudra qu’il batte Del Potro et Nadal successivement et ce n’est pas gagné d’avance.

    Le bas du tableau ressemble à un tournoi ATP 500.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter