Monfils n’est pas prêt d’oublier
Photo Panoramic

Monfils n’est pas prêt d’oublier

Désemparé durant les deux premiers sets, Gael Monfils s'est incliné face à Novak Djokovic malgré un sursis dans la troisième manche, 6/3 6/2 3/6 6/2. Le Serbe affrontera Stan Wawrinka en finale pour tenter de remporter un 3ème titre à New York.

Ce n’est pas faute d’y avoir cru. Certains d’entre nous voyaient déjà Gael Monfils comme le successeur de Jo Wilfried Tsonga, dernier joueur Français à avoir atteint la finale d’un tournoi du Grand Chelem. Face à un Novak Djokovic en manque de rythme et légèrement moins performant depuis Wimbledon, Gael Monfils, en forme olympique depuis la fin du grand chelem londonien, pouvait avoir des ambitions, à n’en pas douter. Si le Serbe devait être battu, c’était ce jour-là que cela devait arriver.

A la surprise générale, le combat tant attendu n’eut pas lieu. Sans le moindre schéma tactique à mettre en place, le Parisien a semblé perdu pendant une heure et quart. Méconnaissable, il se mit à accumuler les fautes directes tout en adoptant une attitude pour le moins désinvolte, qui ne mit pas longtemps avant d’être pointée du doigt. « L’attitude de Monfils est un manque de professionnalisme. Je ne supporte pas son comportement » déclarait l’inévitable John McEnroe à la fin de la rencontre.

Hier, certains ont du se demander si le Français n’oubliait pas qu’il était en demi-finale de l’US Open, un des matchs les plus importants de sa carrière. Les bras le long du corps sans la moindre mobilité, Monfils alla même jusqu’à pousser la balle, par moments, sans y mettre le moindre soupçon d’intensité. Pour faire court, Gael a rappelé l’espace de deux sets et deux jeux pourquoi il avait cette réputation de joueur capable du pire comme du meilleur.

C’est dos au mur, à 2/0 en sa défaveur dans la troisième manche, que Monfils décida de redevenir le joueur conquérant et agressif qui avait franchi tous les tours précédents sans perdre un set. Pour la première fois du match, la Monf’ accepta la bagarre du fond du court et commença sa demi-finale. Enfin libéré de cette pression, celle que ressent un joueur qui dispute sa deuxième demie de grand chelem, le Guadeloupéen repartit de l’avant pour s’adjuger la troisième manche face à un Djokovic qui se mit à montrer des signes de fébrilité.

Le tombeur de Lucas Pouille en quart continua sur la même lancée mais, émoussé physiquement, laissa son adversaire prendre le large et se qualifier pour sa septième finale à New-York ! Auteur d’une belle quinzaine, Gael peut nourrir d’énormes regrets car il aura offert les deux premiers sets à son adversaire qui n’en demandait pas tant. La prochaine fois, le réveil devra sonner plus tôt.

  1. avatar
    10 septembre 2016 a 19 h 09 min

    Tout ça c’est bien joli, mais après le sketch, je voudrais savoir à quelle heure débute la vraie demi-finale Djoko-Monfils…

    Bon OK, je sors.

  2. avatar
    11 septembre 2016 a 2 h 21 min
    Par Nicolas

    Au contraire, cela fait un gros doigt d’honneur à touts ces sales hypocrites de commentateurs sur Eurosport, à savoir Leconte, Fred Verdier, Camille pin et autre Noah et Forget qui dégoulinent de nombrilisme à toute épreuve.

    Monfils est un amusement et pas un vrai tennis man comme le sont Nadal et Del Potro, son élimination est normal et c’et un miracle qu’il ait été si loin.

    je vomis le tennis français.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter