La 16ème merveille de Rafa
Photo Panoramic

La 16ème merveille de Rafa

Légende. Vainqueur de Kévin Anderson en trois petits sets, Rafael Nadal a conquis dimanche soir son 16ème titre du Grand Chelem à New York, son 3ème US Open après 2010 et 2013. L’Espagnol met ainsi fin à trois ans et demi de disette sur dur, et revient à trois unités de son rival de toujours, Roger Federer.

Son parcours :

Le tableau potentiel de « Rafa » n’avait rien de simple. Berdych, Dimitrov, Federer, Murray (puis Cilic) étaient censés se dresser sur la route du Majorquin dans sa quête du titre. Cela était sans compter sur le nombre important de surprises que nous a réservé le tournoi américain. Au final, en affrontant successivement Lajovic, Daniel, Mayer, Dolgopolov et Rublev, le n°1 mondial n’a pas eu à jouer une seule tête de série pour rallier les demi-finales. « Facile » en apparence, mais Nadal a quand même fait preuve d’une solidité importante, pour ne jamais être inquiété par des joueurs comme Dolgopolov ou Rublev, qui s’étaient payés des têtes d’affiche comme Berdych, Dimitrov ou encore Goffin avant de tomber sous les coups de boutoir du gaucher espagnol.

Son premier vrai test a donc eu lieu lors sa confrontation avec le revenant Juan Martin Del Potro, ancien vainqueur à Flushing et tombeur de Dominic Thiem et Roger Federer. Après un premier set compliqué, comme ce fut la cas plusieurs fois dans son tournoi, Rafa Nadal prit le pas physiquement et surtout tactiquement sur son adversaire. Son habituelle couverture de terrain, sa variation et sa prise de balle précoce eurent alors raison de la « Tour de Tandil », qui s’inclinait au final lourdement, ne marquant que cinq jeux lors des trois derniers sets (score final : 4-6/6-0/6-3/6-2).

En finale, Rafael Nadal n’a fait qu’une bouchée de Kévin Anderson (qui jouait sa première finale de Grand Chelem), déroulant tranquillement en trois sets (6-3/6-3/6-4) malgré un premier set un peu plus accroché que les deux autres. Son parcours jusqu’au titre a pu paraître facile pour certains (l’Espagnol n’ayant pas joué un seul Top 25), mais il a fallu être solide pour passer les tours les uns après les autres, là où les têtes de série qu’il devait affronter ont échoué. « El Toro » est ainsi monté en puissance tout au long du tournoi pour aller chercher le graal et ainsi continuer d’écrire son histoire.

Un n°1 mondial qui n’en finit plus de poursuivre sa légende :

Doha 2014. Voici, jusqu’à ce titre new-yorkais, la dernière trace de Nadal vainqueur d’un titre sur dur. Ce sacre met donc fin à cette (mauvaise) série, et montre à tous ceux qui disaient le contraire que Rafa est encore capable de gagner des grands titres en dehors de l’ocre. Ce 74e titre, le 17e sur dur, vient couronner tous les efforts fait par le joueur pour revenir au plus haut niveau cette saison, après deux années en partie gâchées par les blessures. Il aura atteint la deuxième semaine dans les quatre tournois du Grand Chelem et même mieux, la finale dans trois d’entre eux (pour deux titres). C’est la première fois depuis 2013 que Nadal remporte deux tournois majeurs la même année. Avec 16 titres dans cette catégorie (soit plus que Djokovic et Murray réunis), il conforte un peu plus sa place de second joueur de l’histoire ayant glané le plus de titres en Grand Chelem (derrière Roger Federer et ses 19 titres).

Par ailleurs, ce couronnement conforte sa place de n°1 mondial, acquise avant Cincinnati. Mieux, sachant qu’il n’a plus aucun point à défendre d’ici la fin de l’année (excepté un deuxième tour à Shanghaï) et que Roger Federer devrait faire l’impasse sur plusieurs tournois, il est même désormais très probable que le protégé de Toni Nadal et Carlos Moya termine l’année sur le trône de l’ATP.

Cette saison 2017 aura donc été une véritable renaissance pour Rafael Nadal. L’homme qui a atteint les finales des 16 tournois majeurs (les 4 GC, 9 Masters 1000, Jeux Olympiques, Masters et Coupe Davis) rentre encore un peu plus dans la légende du tennis, et peut désormais se concentrer sur deux objectifs principaux s’il veut vraiment pouvoir être considéré comme le meilleur joueur de tous les temps : au moins égaler le nombre de titres en Grand Chelem de son rival suisse, et remporter Miami, Bercy, Shanghaï et le Masters, afin de devenir le premier joueur de l’histoire à avoir remporté tous les grands titres. Seul l’avenir nous le dira, mais ce qui est sûr, c’est que la légende, enfin plutôt sa légende, n’a pas fini de s’écrire.

Grégoire Allain

 

  1. avatar
    11 septembre 2017 a 12 h 36 min
    Par Guga57

    Rien à dire, sur l’ensemble du tournoi, Nadal a sans conteste été le meilleur (et même si le résultat paraît somme toute logique aux vues de sa partie de tableau digne d’un ATP 250, encore fallait-il le faire). Son 16e titre du GC est donc amplement mérité, tout comme la place de N.1 mondial qui lui tend désormais ouvertement les bras pour finir dans sa poche en fin d’année. Bref, chapeau et respect ! Vraiment ! Ceci dit, sans vouloir trop dévaloriser sa performance, on ne peut que regretter le déroulement ubuesque de cet US Open: des défections en pagaille (Djoko, Wawrinka, Nishikori, Raonic) en passant par les innombrables contre-performances des principaux outsiders (Dimitrov, Berdych, Cilic, Zverev), sans oublier, bien sûr, le (lamentable) forfait de dernière minute de « sa majesté » Andy Murray qui aura in fine eu comme principal effet boule de neige de nous offrir une finale aussi insipide que celle à laquelle on a eu le droit hier… Sinon, bel article Grégoire, je ne suis juste pas d’accord avec toi concernant ta définition de « titres majeurs », les Masters 1000 sont des titres importants certes, mais pas des « Majeurs » au sens strict du terme: https://fr.wikipedia.org/wiki/Records_de_titres_au_tennis

  2. avatar
    11 septembre 2017 a 14 h 47 min

    Oui Guga a raison, les Masters 1000 ne comptent pas pour les titres majeurs.

    On peut éventuellement mettre les JO, mais l’essence du tennis ce sont les 4 GC et la Masters Cup de fin d’année.

    Bizarre de voir que sur ton lien Wikipedia, la Coupe du Grand Chelem (morte-née après 10 editions) figure parmi les titres majeurs, ce qui fait passer Pete Sampras de 19 à 21 derrière le tandem roi Federer / Rosewall.

    Pour le tableau décimé, Nadal n’est pas responsible de cette situation et contrairement à Federer qui a rate son match contre Del Potro, l’Espagnol a fait le taf, battant l’Argentin dans son seul gros test de la quinzaine.
    Mais c’est vrai que la Tour de Tandil n’avait plus de jus physiquement après 2 gros bras de fer contre Thiem et FedEx.

    • avatar
      11 septembre 2017 a 16 h 41 min
      Par Guga57

      Salut Axel,

      Effectivement, je trouve ça plutôt normal que l’on compte ces titres comme des Majeurs. Qui plus est pour Pete Sampras !

      La Coupe du Grand Chelem a certes été un « Majeur » éphémère, mais elle a été le prolongement direct des WCT finals en fait… Je ne vais rien t’apprendre à toi (Axel), mais pour ceux qui nous lisent et que ça peut intéresser, il faut rappeler que de 1971 à 1999, il y avait en quelque sorte deux « Masters » sur le circuit masculin : le « vrai » celui organisé par l’ATP (qui existe toujours et qu’on appelle aujourd’hui « ATP Finals » ou plus communément « Masters » ou « Masters Cup » par analogie avec le golf) et son frère jumeau organisé d’abord par la WCT (appelé « WCT finals » et organisés à Dallas de 1971 à 1989), puis (sur les cendres de la WCT) par l’ITF elle-même sous le nom (aussi pompeux que) prestigieux de « Coupe du Grand Chelem » (organisée à Munich à partir de 1990 à 1999), avant que cette dernière ne fusionne définitivement avec le Masters dans sa forme actuelle à partir de l’an 2000.

      Alors oui, même si ces deux compétitions n’existent aujourd’hui plus et qu’elles sont par là même tombées en désuétude, elles étaient pourtant des évènements équivalents au Masters aussi bien en termes médiatiques que financiers. Les deux « Tournois des Maîtres » attiraient ainsi la plupart des top-players de l’époque et leurs palmarès respectifs le confirment. Par exemple, John McEnroe a construit une bonne partie de sa légende en remportant à cinq reprises le tournoi texan (WCT Finals). Quant à sa descendance bavaroise, là encore par exemple, beaucoup de gens l’ignorent mais elle est la seule compétition majeure inscrite au tableau d’honneur du tout aussi talentueux que sulfureux Marcelo Rios.

      Bref, pour voir le palmarès complet de ces deux grandes épreuves défuntes, voilà la page Wikipédia des WCT Finals et de la Coupe du Grand Chelem :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tournoi_de_tennis_WCT_Finals
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_du_Grand_Chelem

  3. avatar
    11 septembre 2017 a 15 h 52 min
    Par Elvis

    Bravo à Nadal pour sa superbe quinzaine!!

    J’aurais aimé que Del Potro tienne le coup physiquement à partir du 2ème set dans leur match de demi finale.

    Si Nadal avait gagné en Australie au début de l’année, il ne serait plus qu’à un titre près pour égaler Federer (17 vs 18).

    Mais il en est présentement à 3 titres (16 vs 19) près.

    Le sursaut du suisse dans l’ultime manche quand il était mené 3 à 1 aura beaucoup de repercussions sur leurs places respectives dans l’histoire du tennis.

    • avatar
      11 septembre 2017 a 16 h 53 min
      Par Guga57

      Oui dommage que les tableaux de Nadal et de Del Potro n’étaient pas inversés. Si Nadal avait dû enchainer le duo Austro-suisse Thiem+Federer avant Del Potro, je pense que le combat entre l’Argentin et l’Espagnol aurait pu être beaucoup plus équilibré et qu’on aurait probablement eu droit à un thriller en cinq sets… Un peu à l’instar de ce qu’a été leur énorme combat en demi-finale olympique l’année passée ! Enfin bref, sinon oui Elvis, le cinquième set de l’Open d’Australie 2017 demeurera peut-être le set le plus important de toute la carrière de Federer si celui-ci parvient à rester devant Nadal au nombre de titres du Grand Chelem remportés. Au final, on est passé de 17-14 à 19-16, « Rodgeur » conserve un (petit) matelas d’avance, mais rien n’est encore fait… Rafa peut potentiellement gagner partout et avec la marge dont il dispose sur terre-battue, il pourrait bien dépasser un jour les 20 GC.

  4. avatar
    11 septembre 2017 a 19 h 29 min
    Par Elvis

    @Guga57,

    3 titres majeurs ne représentent pas un “petit” matelas d’avance. Nadal a gagné ses 3 derniers majeurs depuis Roland Garros 2014 tandis que pour Federer ça remonte à Wimbledon 2012.

    Gagner 3 titres majeurs est un exploit colossal que peu de joueurs ont réalisé (Murray et Wawrinka sont les seuls autres à l’avoir fait) depuis l’explosion de Djokovic en 2011.

    Gagner des titres majeurs devrait être plus compliqué en 2018 pour Federer & Nadal si Djokovic et Murray reviennent en forme.

    Assumer que Nadal gagnera 20 titres majeurs me semble utopique. À chaque année qu’il termine comme numéro 1, il se blesse l’année qui suit. Rappelle toi des éditions 2009 Wimbledon, 2011 Australian Open (sa défaite contre Murray en quart où il est diminué physiquement) et la finale australienne de 2014 contre Stanimal.

    Si on assume qu’il gagnera les 4 prochaines éditions de Roland Garros, il peut arriver jusqu’à 20 titres majeurs. Mais comme il a perdu les 2 éditions précédentes (2015&2016), assumer qu’il va en gagner 4 de suite me semble très optimiste. À moins qu’il ne gagne 2 autres US Open mais il y aura probablement moins de forfaits dûes aux blessures lors de prochaines éditions.

    Quant à l’open d’Australie, il ne semble pas lui réussir ayant perdu ses 3 dernières finales (avec une break d’avance en 5ème manche en 2012&2017).

    En plus de cela, il faut assumer que Federer ne gagnera plus aucun titre majeur pour que Nadal ait le record. Je continue de donner au Suisse encore au moins un titre à Wimbledon.

    Bref, je crois personellement que très probablement Federer gardera le record du nombre de titres majeurs pour un bout de temps.

    Mais tout ceci n’est que pure spéculation. Qui vivra verra!!

  5. avatar
    11 septembre 2017 a 21 h 12 min

    Salut à tous
    Trop de “si” et de conditionnel ici à mon goût. Les faits sont les faits et le parcours de Nadal est ce qu’il est. Le 1er GC de Djoko n’avait pas été monstrueux non plus avec un Fed diminué par une mono-nucléose et un Jo qui s’était vu trop beau après son triomphe (rare!) contre Nadal….Et ne revenons pas aux éternels détracteurs du début de carrière époustouflant de Federer…
    Pour les paris de Guga sur l’avenir, même si l’année en GC des 2 monstres absolus nous invite à la retenue en matière de pronos, voilà ce qui me,vient à l’esprit
    Nadal a peut-être 2 RG encore devant lui voire encore un autre titre sur dur, Wim me semblant exclu…
    Fed je dirais qu’il a lui aussi peut être encore un ou 2 WIM dans ses cordes mais avec moins de marge sur gazon que Rafa sur TB. Et peut-être encore une aussie si le plexi est aussi vif que l’an dernier.
    Tout compte fait, il serait assez splendide que tous les 2 finissent du coup à 20 ou 21 gc…Cela :
    - les lierait un peu plus encore dans la légende
    - les mettrait probablement hors de portée de Djoko
    - les mettrait d’ailleurs peut-être hors de portée de quiconque?
    Une chose reste sûre ( et, on l’a vu, les certitudes sont rares avec ces 2 là !!) à la rubrique des titres majeurs Nadal n’egalera ni ne dépassera Federer pour les masters, bien plus prestigieux que touts les masters 1000. Il a cette année peut être une occasion en or d’enfin en accrocher un à son extraordinaire palmarès, en l’absence de l’autre ténor (à par Federer ) de la discipline : Djoko. C’est peut être la der des ders pour lui, et pour départager les deux géants de l’année.

  6. avatar
    11 septembre 2017 a 21 h 17 min

    Comme dit Axel, Nadal a fait son travail, battant les joueurs se dressant devant lui. Il n’est pas responsable des défaites ou forfaits des autres.

    Comme j’ai déjà dit, depuis de nombreuses années nous avons été habitués à l’hégémonie presque sans faille d’un Big “4″ trustant virtuellement toutes les demies de GC. Alors forcément avec le forfait de la moitié avant le début, et la défaite en quarts de Federer (était-il à 100%?) face à un magnifique revenant argentin, nous avons eu des outsiders inattendus, surtout en bas de tableau.

    D’accord avec le commentaire de Lauchou sur l’autre article: incroyable de voir que Fed et Nadal ont remporté 2 GC chacuns, et ainsi augmenté d’autant leurs compteurs. Au niveau statistique, c’est Djoko qui doit faire la gueule, lui qui caressait sûrement l’espoir de rattrapper Nadal voire Federer. En l’état actuel des choses, même l’espoagnol semble à présent hors de portée.

    Du coup ce Del Potro est mon coup de coeur, ça fait plaisir de le voir de retour si haut en GC. J’espère que son corps tiendra, on voit encore qu’il a le potentiel et l’envie des sommets. Qui sait, il pourrait même devenir le patron du circuit pour 2-3 ans, sous plusieurs conditions naturellement. Le bon côté de ses blessures aura été de le préserver de l’usure du pouvoir.

  7. avatar
    12 septembre 2017 a 8 h 38 min
    Par Enzo29

    Salut Gregaln, et merci pour ce superbe article.

    Concernant le parcours de Nadal, je plussoie les commentaires précédents : oui en effet, Rafa a eu un tableau largement dégagé sur les bords, avec Del Potro comme seul vrai test. Mais les meilleurs, ce sont aussi ceux qui sont présents et qui ne trébuchent pas prématurément. Ce n’est pas de sa faute si tous ses rivaux potentiels étaient soit absents soit hors de forme. A ce compte, on pourrait remettre en cause un bon nombre de GC au prétexte que le vainqueur n’a pas eu ses principaux à affronter.

    Petite remarque sur Djoko. En se penchant sur le palmarès de Rod Laver, il va de soi que sa saison 1969 est le joyau de sa carrière, avec un GC en saison. Moins nombreux sont ceux qui ont remarqué que l’US Open 1969 fut le dernier grand titre de sa carrière, comme s’il n’avait plus rien eu à prouver après cet exploit ultime. Le parallèle avec Nole est tentant, car c’est bel et bien depuis son titre parisien de l’année dernière que le Serbe n’est plus lui-même. Des blessures, certes, noircissent le tableau, mais apparemment sa motivation et sa discipline de champion sont également en cause. Auteur de l’exploit ultime du tennis, Djoko est confronté à la difficulté à se trouver de nouveaux défis. Aussi, eût-il été présent à New York, rien ne permet d’affirmer qu’il n’aurait pas connu de sortie de route précoce.

    Le Big Four, désormais trentenaire, vit ses dernières années de domination, et ne pourra que s’effacer progressivement, vaincu non par une nouvelle génération (que nous attendons en vain depuis 5 ans) mais par l’âge. On notera tout de même que cette saison 2017, qui a vu s’effacer les tauliers des années précédentes Djoko et Murray, n’a aucunement été celle d’une relève générationnelle, et aura vu Federer et Nadal se partager le gâteau, comme il y a une dizaine d’années…

  8. avatar
    12 septembre 2017 a 15 h 46 min
    Par Cullen

    Pas grand chose à ajouter. Heureux simplement d’avoir pu suivre la finale de l’Open d’Australie parce que franchement, que ce soit Roland Garros, Wimbledon ou l’US Open, on ne peut pas dire qu’on ait assisté à des tournois de haute volée. Je me rappelle vaguement d’une demi-finale épique entre Murray et Wawrinka à Paris mais pour le reste…

  9. avatar
    12 septembre 2017 a 16 h 13 min

    Pour revenir aux projections de victoires en GC, ce sont surtout les victoires après 30 ans qui sont rarissimes. Donc je pronostique de Djoko ne dépassera pas Nadal, mais il aura accompli le Graal s’étant refusé aux deux autres, à savoir le Grand Chelem calendaire. D’ailleurs on peut raisonnablement penser que Fed et Nadal se sont réciproquement privé de cette performance (enfin, c’est surtout Nadal qui a privé Fed de l’exploit en 2005, 2006 et 2007, Nadal ayant été blessé en quarts en Australie en 2010 avant de remporter les 3 autres GC pour réaliser son unique petit Chelem).

    Pour Nadal, un exploit unique serait effectivement de remporter le Masters cette année. D’accord avec Lauchou, l’occasion est belle avec l’absence du nouveau patron (Djoko). Attention cependant à Federer, l’ancien maître des lieux qui avait un abonnement qui a expiré en 2011. Il voudra sans doute tout faire pour priver son éternel rival de la quadrature du cercle (avoir remporté TOUS les titres majeurs: GC, Coupe Davis, JO, et donc Masters).

  10. avatar
    13 septembre 2017 a 8 h 35 min

    Salut à tous,

    Attention à ceux qui pronostiquent déjà 20 GC pour Federer et pour Nadal …
    Le Suisse a le potentiel pour en gagner encore, idem pour l’Espagnol.

    Mais il faut 3 conditions à cela, car le vent tourne si vite en tennis depuis RG 2016 :

    - primo que leur physique tienne, or le Bâlois vient de souffler ses 36 bougies et l’Espagnol a 31 ans et un passé branché sur courant alternatif entre les courts et l’infirmerie. Le risqué de la saison de trop, comme Agassi en 2006, n’est pas à exclure en 2018 voire 2019.

    - secundo que Djokovic ne redevienne pas la machine infernale qu’il fut entre octobre 2014 et juin 2016, sans parler des specialists du coup d’eclat en GC, Wawrinka et à une moindre mesure Del Potro.

    - tertio qu’un des (ex-)espoirs n’explose pas en 2018 parmi les Zverev, Dimitrov, Goffin, Kyrgios, Coric, Shapovalov, Nishikori et autres Raonic

    En attendant chapeau bas à ces 2 géants et que le meilleur gagne au Masters. Si Nadal l’emporte enfin en indoor, il égalera Agassi avec les 7 trophées majeurs du tennis (4 GC, Masters, Coupe Davis et JO).

    Dernier mot sur Nole, il ne faut jamais dire jamais mais en 1 an et demi, disette de 6 GC consécutives et chacun de ses 2 rivaux dans la course au record a bien creusé l’écart … Le Serbe a encore une petite chance mais il doit se ressaisir dès 2018 …

  11. avatar
    13 septembre 2017 a 8 h 40 min

    D’accord avec Fabrice, je pense que Djoko ne rattrapera ni l’un ni l’autre en GC. On saura très vite s’il revient en forme, dans son jardin (décidément, chacun le sien…) à Melbourne, tout comme Murray dont c’est le jardin préféré…de finales ;-) . Le test sera tout aussi (e hi hi ) intéressant pour Fed et Nadal puisque c’est là qu’à démarré leur reconquête….mais s’ils restent en forme, c’est bien au Masters oui qu’on attend désormais le rdv. Ou peut être , avant cela, à Shanghai, assez rapide je crois et ou Fed à donné une véritable leçon d’indoor à Djoko il n’y a pas si longtemps. Bâle quant à lui a été le théâtre du début du retour spectaculaire du Suisse sur son ami espagnol dans leur h2h. Depuis, c’est un 4/0 qui aurait probablement pris fin à l’USO si la demie avait eu lieu, au regard du tennis respectif proposés par les 2 hommes. Fan de Fed j’aurais parié sur Nadal….
    Un avis : Fed à commis un pêcher d’orgueil à vouloir revenir à Montréal, plutôt qu’à Cincinnati qui lui réussit si bien. C’est peut-être le seul mauvais choix de 2017, vu son âge, mais il risque de le payer cher pour ces ambitions de 2e partie d’année : usopen, poussif puis raté, 1ère place pas chipée à Nadal. …masters ??

  12. avatar
    13 septembre 2017 a 8 h 46 min

    17/14 en début d’année, 19/16 en fin, j’en reste baba. …Pas UN SEUL fan ou analyste de tennis ne se serait risqué à ce prono/prophétie il y a un an et encore moins après le Djoko slam il y a seulement 15 mois… Le big 3 (vous savez ce que je pense du concept big4. …) ou l’art de surprendre encore 10 ans plus tard. …

  13. avatar
    13 septembre 2017 a 12 h 02 min

    Le risque de cette fin de saison c’est que le Masters erssemble à cet US Open, à savoir un plateau décimé et des joueurs inexpérimentés ou propulsés à ce niveau de competition avec l’effet chance des forfaits de Djokovic et Wawrinka.

    Nadal et Federer, à moins de ne pas finir en tête de leur groupe, ne devraient se croiser qu’en finale comme en 2010, à moins que Zverev, Thiem ou tout autre invite de ce top 8 ne fasse trébucher l’un des deux géants.

    Le favori naturel sera le Suisse si son physique est au diapason, sinon comme à New York, Nadal de par son experience et sa régularité en 2017, sera le mieux place en tant que n°1 mondial pour enfin aller chercher ce titre qui manqué à son gigantesque palmarès.

  14. avatar
    13 septembre 2017 a 18 h 09 min

    “17/14 en début d’année, 19/16 en fin, j’en reste baba. …Pas UN SEUL fan ou analyste de tennis ne se serait risqué à ce prono/prophétie il y a un an et encore moins après le Djoko slam il y a seulement 15 mois…”

    Tout à fait d’accord avec toi, il était extrêmement improbable que les deux ne remporte qu’un seul GC chacun. Alors 2 chacun… Cela souligne à quel point ce sont des champions d’exception, surtout pour Fed vu son âge encore plus avancé :)

    “Le big 3 (vous savez ce que je pense du concept big4. …)”
    Je ne sais pas exactement ce que tu penses mais nous sommes probablement du même avis: c’est un Big 3 avec Fed Nadal Djoko, et Murray comme chef des seconds couteaux avec ses 3 victoires en GC mais surtout ses multiples finales perdues. Ce dernier aurait sûrement été un numéro un mondial incontesté pour quelques années s’il n’était pas tombé sur le triumvirat le plus hégémonique de l’histoire.

    Pour Fed et Nadal, je ne les vois pas remporter d’autres GC, surtout pour Fed, pour qui le poids des années devra bien se faire sentir plus tôt que tard.

    Nadal s’il reste en forme sera à nouveau le favori à RG surtout maintenant que la pression de la Decima est passée, et peut-être aussi que cette victoire à l’US Open lui redonne 4 GC d’avance sur Djoko, mais je doute que ce soit un facteur pour lui.

    Axel, bonne analyse pour les conditions pour que Federer et Nadal puissent soulever un nouveau GC.

  15. avatar
    14 septembre 2017 a 8 h 57 min

    Salut Fabrice,

    Vu la marge de Nadal à Roland cette saison encore, seul un Djokovic requinqué me paraît de taille à le battre.

    Thiem manqué encore d’envergure malgré 2 demies à Paris, quant à Zverev il a gagné à Rome mais son bilan en GC est famélique pour le moment.
    Reste l’énigme Del Potro, qui avait tenu tête au grand Nadal fin 2011 en finale de la Coupe Davis à Seville, défaite honorable de JMDP en 4 sets face à l’ogre de l’ocre.

    La Undecima de Nadal, sauf blessure du Taureau de Manacor, est donc le scenario le plus probable mais bon il reste 9 mois avant RG 2018, il peutse passer beaucoup de choses.

    Il y a 9 mois, personne n’aurait cru possible que le duo Federer/Nadal passe de 17/14 à 19/16 justement !

    Après, que se passera-t-il dans la te^te de Nadal s’il gagne le Masters ? Il aura tout gagné justement, le meme écueil mental que Djokovic pourrait le guetter, meme si j’en doute car il vient juste de retrouver le plaisir de gagner sur les courts après avoir lutté pendant 2 ans et demi (juillet 2014-décembre 2016) où il ne fut que l’ombre de lui-même, exception faite d’une superbe victoire en 2016 à Monte-Carlo.

  16. avatar
    15 septembre 2017 a 16 h 43 min

    Pour Roland je mettrais une pièce sur Delpo car il semble revenir en forme. Et sa demie de folie à RG contre Federer en 2009 a montré son potentiel.

    Je reste sceptique pour le retour au plus haut niveau de Djokovic.

    Tout à fait d’accord avec le reste de ton analyse.
    Thiem manque encore d’un esprit tueur pour passer le cap des demies. Quant à Zverev, il a encore tout à prouver en GC. Nuff said.

  17. avatar
    16 septembre 2017 a 15 h 43 min

    Salut Fabrice,

    Pour Djokovic, on aa vite être fixés rassure toi ! Si le fait d’avoir vécu une annus horribilis en 2017 (agrémentée d’une blessure post Wimbledon) ne le remotive pas pour 2018, alors en effet sa carrière est terminée.

    Mais s’il le veut vraiment, il peut redevenir THE boss très vite ! Car même un super Federer entre Wimby 2015 et Open d’Australie 2016 s’étaient pris 4 fessées contre le Serbe, pour 3 finales (Londres, NYC, Masters Cup 2015) et 1 demie (OA 2016) …

  18. avatar
    16 septembre 2017 a 15 h 47 min

    Del Potro a le potentiel pour gagner les 4 GC, pas juste Roland-Garros. Il lui faut désormais dépasser son stade émotionnel actuel.

    Il ne doit pas juste être content de ne pas être blessé, il doit tout faire pour gagner et rattraper le temps perdu …

    A lui de jouer. Une répartition sympa en 2018 serait Wawrinka lauréat à Melbourne, Djokovic à Roland-Garros, Thiem ou Zverev à Wimbledon et Del Potro vainqueur à l’US Open

  19. avatar
    18 septembre 2017 a 9 h 53 min
    Par Guga57

    Pour moi Del Potro a toutes les qualites techniques et mentales pour gagner des GC, le souci c’est le physique. Il lui faudrait un tableau ultra relax jusqu en quart pour avoir une chance. On l a bien vu aux Jeux Olympiques l annnee derniere, il sort deux enormes matchs pour battre Djoko et Nadal, pour finalement perdre contre Murray. Meme topo lors du dernier USO, il se defait de Thiem, puis de Fed et, in fine, il cale completement physiquement contre Nadal… Pour moi, il lui manque juste un peu de coffre. S’il parvient a gagner 20-30% sur le plan de l’endurance, alors oui, il sera un candidat serieux pour la gagne en GC. Sinon, il restera toujours comme l’outsider, capable de deboulonner une ou deux grosses tetes, avant de tomber.

  20. avatar
    18 septembre 2017 a 12 h 06 min

    Salut Guga,

    Bien d’accord avec toi, Del Potro c’est un géant de cristal, il lui faut gagner en résistance et en endurance pour regagner en GC.

  21. avatar
    19 septembre 2017 a 18 h 50 min

    Boh, pour l’US Open Del Potro avait été malade, je mets sa défaite là-dessus.

    Évidemment il a un historique de blessures réccurrentes, j’espère qu’il sera épargné pour la seconde partie de sa carrière afin de voir ce dont il est capable.

  22. avatar
    20 septembre 2017 a 15 h 14 min

    Amusant que l’article dédié à Nadal et 16e merveille finisse autour de Delpo…aussi jemboite le pas avec plaisir.
    En effet ses blessures l’ont probablement fait passer à côté d’un palmarès conséquent et multisurfaces (même si j’ai une grosse réserve sur Wimbledon ) . Posant de problèmes que lui aussi big 3, (peut être à la manière plus proche d’un Wawrinka ) il aurait je pense dépassé Murray et “volé ” 2 ou 3 titres de plus au trio infernal….Peut être justement un RG à Nadal ou un uso à Djoko ou Nadal comme il l’a fait avec Federer. Est-il encore temps pour lui ? Les blessures sont elles derrière ? Peut-il trouver une fenêtre (une meurtrière ?) entre
    Le retour tonitruant des 2 vétérans et leur vrai déclin qui finira bien par arriver ?
    Le retour hypothétique de Djoko mais aussi Murray et Wawrinka (ces 2 là boxant grosso modo dans la même catégorie que lui )
    L’émergence enfin d’une nouvelle génération à maturité ?
    Ses propres vicissitudes physiologiques….
    Ça en fait des conditions….

    • avatar
      21 septembre 2017 a 12 h 11 min

      Salut Lauchou,

      Le gâchis de Del Potro c’est LE gros regret des 10 dernières années avec aussi la mononucléose de Soderling qui a gâché sa carrier après l’été 2011.
      Le Suédois n’avait pas peur de Nadal et Federer, mentalement il était apte au combat d’où ses 2 exploits parisiens face aux deux tetes de l’hydre.
      Il avait cependant reçu une gifle 6-0, 6-1 face à cosmic Nole en 2011 à Rome, mais bon à l’époque le Serbe était un bulldozer implacable !

      Pour l’Argentin, oui comme toi je pense qu’il aurait deviance Murray sans les blessures. tant de conditions pour qu’il regagne en GC en effet, car si Djokovic et Wawrinka reviennent à bloc en 2018, ce sera plus dur pour lui. Sans parler des “jeunes”, Thiem et Zverev vont bien fini par y arriver en GC, voire Dimitrov ou Shapovalov.

  23. avatar
    20 septembre 2017 a 15 h 20 min

    Pour conclure sur le vrai objet de l’article et surtout le dernier paragraphe sur les travaux restant à accomplir par Nadal, non il ne réussira évidemment pas tout : “remporter Miami, Bercy, Shanghaï et le Masters, afin de devenir le premier joueur de l’histoire à avoir remporté tous les grands titres”, bien entendu très improbable…mais faramineux déjà les “16 finales “! D’ailleurs Federer a bien fait la même chose si je ne me trompe?

    • avatar
      21 septembre 2017 a 12 h 16 min

      Tout depend ce qu’on appelle grand titre.
      Pour moi c’est le Golden 7 de Agassi, soit les GC, les JO, le Masters et la Coupe Davis.

      Il manqué le Masters à Nadal, les JO à Federer et Djokovic (prochaine occasion en 2020 à Tokyo)

      Pour les Masters 1000, la catégorie en dessous, il manqué Cincinnati à Djokovic, paris Bercy à Nadal et Monte-Carlo / Rome à Federer.

      Je pense que Rafa va utiliser Bercy comme preparation pour le Masters londonien, sans chercher à tout prix à gagner le tournoi parisien, seul Agassi, Federer et Djokovic ayant gagné les 2 épreuves françaises (RG et Bercy), l’Américain la meme année (1999) de plus.

      Nadal ne se privera pas d’un titre à l’Accor Hotels Arena mais sa place de n°1 étant Presque acquise, il va surement tout donner pour gagner à Londres après 2 echecs en finale lors de ses 2 plus belles saisons, 2010 et 2013.

      Comme je l’ai écrit récemment ici, tout dépendra de Federer. A son niveau physique, le Suisse sera le grand favori du tournoi des 8 maîtres en tant que roi de l’indoor depuis 15 ans avec Djokovic. Sinon, vu l’absence de Nole, Murray et Stanimal, le champion espagnol aura un boulevard face àdes rookies du Masters qui seront impressionnés, ce tournoi étant de loin le plus special de toute la saison (densité du tableau, besoin de ressourcer les dernieres forces mentales et physiques, aspect indoor …) à défaut d’etre le plus prestigieux …

  24. avatar
    21 septembre 2017 a 15 h 11 min

    Pour Delpo, pour résumer ma pensée, s’il peut revenir à 100% physiquement, personne selon moi ne sera en mesure de l’empêcher de remporter à nouveau des GC. Les séquences que j’ai vues contre Fed en quarts à l’USO notamment, tout bonnement dominant. Certes Fed n’était pas à 100% lui-même.

  25. Pingback: Nadal : autopsie d’un retour au sommet - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter