Focus sur Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut
Photo Panoramic

Focus sur Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut

Tout commence pour eux à la fin de l’année 2014 quand Mahut, privé de partenaire, propose à Herbert de faire équipe. Très vite, ça colle bien entre eux et dès le début d’année 2015, la nouvelle paire française se retrouve en finale de l’Open d’Australie. Malgré une défaite face aux Italiens Bolelli et Fognini, ces débuts sont quasi inespérés pour un duo aussi récent.

Le reste de cette première partie de saison est un peu plus compliqué : en raison du faible classement de Pierre-Hugues Herbert, les deux coéquipiers ne peuvent pas rentrer directement dans les tableaux finaux des Masters 1000 et doivent passer par la case qualification. Après quelques mois pour s’ajuster, Herbert et Mahut remportent leur premier titre sur le circuit de double à Londres (ATP 500).

Le coup de foudre

Mais c’est à New York que les deux hommes vivent leur premier grand moment ensemble. Après seulement huit mois de collaboration, la paire française remporte son premier Grand Chelem à l’US Open. Une première grosse victoire qui reste évidemment un souvenir inoxydable pour chacun d’entre eux. Ils sont alors qualifiés pour l’ATP World Tour Finals de double, qui se déroule à Londres. Avec deux défaites et une seule victoire, ils ne dépassent pas le stade des poules.

Leur aventure est cependant loin d’être terminée. En 2016, Herbert et Mahut enchaînent les victoires en Masters 1000, d’abord sur dur à Indian Wells et Miami, puis sur terre à Monte-Carlo. Ils conservent ensuite leur titre à Londres. Le mois de juillet signe l’apothéose, du moins jusqu’à maintenant, de leur collaboration. Ils commencent par remporter leur deuxième titre du Grand Chelem, cette fois sur herbe, à Wimbledon. Dans la foulée, ils connaissent leur première sélection en Coupe Davis en tant qu’équipe de double et remportent le point pour les Bleus.

Après ce mois du juillet chargé, les deux Français traversent une petite période trouble. Ils connaissent d’abord une immense déception aux Jeux Olympiques de Rio ; alors qu’ils nourrissaient de grands espoirs, ils sont éliminés dès le 1e tour. Vient ensuite la demi-finale de Coupe Davis : Herbert et Mahut ne parviennent pas à remporter le point du double face aux Croates, qui se qualifient pour la finale.

Mais les deux joueurs français reviennent en force au Masters 1000 de Bercy, où ils ne connaissent la défaite qu’en finale face à Kontineen et Peers. Ils sont encore une fois qualifiés pour les Masters de Londres… mais là encore, c’est la déception, puisqu’ils ne remportent pas un seul de leurs matches de poule. Cependant, Nicolas Mahut finit l’année n°1 mondial de double tandis que Pierre-Hugues Herbert prend la place de n°2, ce qui reste un énorme exploit pour le double français.

La saison 2017 est un peu plus dure jusque-là. La paire française est une nouvelle fois sélectionnée en Coupe Davis et sa victoire permet aux Bleus de rallier les quarts de finale. Malheureusement, au moment de jouer contre la Grande-Bretagne, « P2H » est blessé à la cuisse et n’a pas d’autre choix que de laisser sa place à Julien Benneteau aux côtés de Nicolas Mahut. La paire Benneteau-Mahut remporte quand même le double et envoie la France en demi-finale, dans la joie et surtout avec une très forte émotion, pour l’un comme pour l’autre.

Une fois Pierre-Hugues remis de sa blessure, lui et « Nico » retrouvent le chemin des tournois et surtout celui de la victoire. Au Masters 1000 de Rome (terre battue), les deux Français remportent leur premier titre de l’année et leur 4e Masters 1000. Une victoire évidemment de très bon augure avant Roland-Garros, où la paire est tête de série n°2. On ne peut qu’espérer de bonnes choses !

Qui se ressemble s’assemble

Malgré leur différence d’âge, Herbert et Mahut se sont tout de suite très bien entendus, sur le court comme en dehors. Ils partagent d’ailleurs énormément de choses dans leur vie quotidienne, ce qui est pour eux un point essentiel afin de réussir à jouer ensemble. Il ne suffit pas de bien s’entendre sur le court, il faut surtout s’encourager et se soutenir dans les moments difficiles. Leur différence d’âge leur permet en plus d’éviter toute concurrence. « P2H » rappelle souvent à quel point l’expérience de Mahut lui a permis de progresser et de gagner en confiance. Logiquement, c’est « Nico », le plus expérimenté, qui a pris le lead de l’équipe, mais il essaie progressivement de rendre Pierre-Hugues plus autonome et de le pousser, en lui donnant par exemple une liste d’objectifs avant chaque match.

Au-delà de leur forte amitié, les deux Français partagent un jeu presque identique, qui leur permet de se comprendre très facilement. Ils savent presque toujours quel coup va jouer leur partenaire et à quel moment. « Quand l’un frappe, on a l’impression d’être un tout » déclarait Pierre-Hugues Herbert à Tennis Magazine, illustrant la grande cohésion de la paire. Ce sont des joueurs de volée, qui aiment prendre d’assaut le filet dès que possible et jouent la plupart du temps en service-volée. De plus, Pierre-Hugues Herbert possède l’un des meilleurs services du monde et peut atteindre des zones très risquées sur seconde balle, même s’il manque encore de constance dans son jeu. Autant dire que « P2H » et « Nico » forment une équipe de choc !

Comments are closed.

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter