Pourquoi la Belgique doit gagner la Coupe Davis 2017
Photo Panoramic

Pourquoi la Belgique doit gagner la Coupe Davis 2017

Après 1904 et 2015, la Belgique est parvenue à se hisser pour la 3ème fois de son histoire en finale de la Coupe Davis. Mais a contrario de ses deux précédents essais, n’en déplaise aux Français, le Plat Pays partira cette fois-ci avec l’étiquette de favori. Et oui !

En 1904 comme en 2015, les tennismen du royaume belge avaient buté par deux fois sur la dernière marche du Mondial de tennis par équipes face à leurs maudits homologues britanniques. Deux tentatives infructueuses logiquement couronnées d’infortune au vu des rapports de force largement favorables aux redoutables paires de frangins que formaient les Doherty (en 1904) puis les Murray (en 2015). Mais cette année, face à la « douce » odeur du fromage français, la donne semble inversée. Au point que les diables d’outre-quiévrain pourraient bien tenir leur destin entre leurs mains… Raisons et explications.

Parce que Lille, c’est presque à domicile

Un temps envisagé à Nanterre, le dernier grand rendez-vous de la saison 2017 de tennis aura finalement lieu à Lille. D’un point de vue numérique, on peut comprendre la décision de la FFT (Fédération Française de Tennis) : l’antre du LOSC possède en effet une capacité de près de 28 000 places en configuration-tennis. Un écrin donc a priori rêvé pour accueillir un maximum de supporters.

Cependant, et de surcroît au vu de la proximité avec la Belgique voisine, le Stade Pierre-Mauroy pourrait bien être le théâtre du même genre de mésaventure que la France avait déjà connu lors de la finale de 2014 face à la Suisse. Une rencontre dont les meilleures places avaient été prises d’assaut par les innombrables fans (de la Suisse) de Federer. Ce week-end-là, on avait peiné à entendre le public « bleu-blanc-rouge ».

Parce que « David Goffin = deux points »

A moins que Jo-Wilfried Tsonga (ou Lucas Pouille) ne réalise une (peu probable) très grosse fin de saison, David Goffin devrait se présenter fin novembre dans le Nord-Pas-de-Calais dans la peau du mieux classé parmi les différents engagés. Actuellement aux portes du Top 10 (11e ATP, 13e à la Race), le Rocourtois de 26 ans a tout simplement signé cette année le meilleur cru de sa carrière.

Quart-de-finaliste en Australie, demi-finaliste à Monte-Carlo, ce véritable métronome, capable de prendre la balle très tôt, s’est offert les scalps de trois membres du Top 10 : Thiem, Raonic et (surtout) Djokovic ! Rien que ça… En outre, sa saison aurait pu être bien meilleure s’il ne s’était pas blessé à Roland-Garros. Bref, avec ce Goffin-là, ce sont pratiquement déjà deux points garantis pour l’équipe du Roi Philippe.

Parce que Steve Darcis rime avec Coupe Davis

Souvent blessé, Steve a passé une bonne partie de sa carrière dans l’antichambre du tennis mondial. Ceci étant, sans cette maudite fragilité, l’ancienne 38e raquette de la planète, dotée d’une belle main, aurait sans doute pu intégrer le haut du panier. Ses deux titres ATP et ses victoires de prestige face à des top-players du calibre de Berdych, Nadal (à Wimbledon en 2013) ou encore Soderling en attestent.

De surcroît, Darcis se transforme en loup-garou dès qu’il joue pour son pays. Pour preuve, son ratio de 22 victoires contre 9 défaites en simple en Coupe Davis et, surtout, son remarquable 4/4 signé lorsqu’il est amené à disputer le 5e duel. Après avoir malmené Kyrgios et vaincu Carreno-Busta cette année, le Liégeois pourrait donc bien être fin novembre le petit caillou dans la chaussure des Français.

Parce que les Français se voient gagner (et ils ne devraient pas)

Côté tricolore, on s’imaginait devoir aller jouer la finale en terres australes face Kyrgios et sa bande. Alors forcément, quand le Plat Pays a dominé les Aussies, les Français se sont mis à rêver. Une finale à la maison, qui plus est contre leurs « gentils » cousins belges, sur le papier, c’est du pain béni ! Mais dans l’hexagone, on a tendance à oublier que les Gaulois sont passés maîtres dans l’art de perdre…

Vaincue en 2002, 2010 et 2014, la France a perdu ses trois dernières finales. Pire, sur les cinq finales disputées chez elle depuis 1982, elle n’en a gagné qu’une seule (1991). Si on ajoute à cela le niveau de jeu médiocre (voire parfois désastreux) des Bleus de Noah ces derniers mois, la Belgique pourrait bel et bien devenir cette année la 16e nation de l’histoire à soulever le précieux saladier.

Lionel Ladenburger

  1. avatar
  2. avatar
    11 octobre 2017 a 15 h 38 min

    Goffin est en pleine bourre meme s’il vient de perdre contre un Gilles Simon pourtant fantômatique en 2017.

    Si le Belge garde son niveau des dernieres semaines, les Diables Rouges auront 1 point voire 2 en poche avec Goffin qui vaut désormais un top 10 sans contestation.

    Restent le double et les 2 autres simples pour gagner. Ce ne sera pas facile d’autant que la pression sera énorme sur Noah et ses hommes, et à Lille les Belges auront aussi leur 12e home (oui fallait y réfléchir un peu, et mettre ce match à Nice, Toulouse ou Pau, mais la FFT en est-elle capable ? Quand on voit ce qui était arrive à Garcia et Mladenovic aux Jeux de Rio, on peut en douter …)

  3. avatar
    12 octobre 2017 a 8 h 58 min
    Par Guga57

    Salut Axel,

    Oui Goffin est en pleine bourre et ne soyons pas dupe si Gilles Simon l’a battu c’est avant tout parce que le Belge a enchainé Pékin-Shanghai… Perso je vois les choses à peu près comme toi. Comme toujours, sauf blessure, je pense que trois des cinq points de cette finale sont pratiquement d’ores et déjà répartis. Je ne vois aucun joueur tricolore capable de battre Goffin si celui joue comme il joue depuis deux mois. En revanche, j’imagine très mal les Belges remporter le double.

    Du coup, je dirai que la finale se jouera certainement sur les deux matchs de Steve Darcis. Tsonga sera-t-il rétabli ? ou prendra-t-il le risque de jouer blessé comme en 2014 ? Pouille gardera-t-il la confiance de Noah ? A moins que ce dernier ne fasse revenir Gasquet et Monfils ? ou bien décide de lancer Mannarino dans le grand bain ? (pour une finale, ça me parait hyper risqué d’envoyer un novice au front : remember Paul-Henri Mathieu).

    Bref, ça promet d’être très indécis cette finale, mais comme disait Killranger dans l’autre post, ce serait quand même bien pour la France de gagner la dernière vraie Coupe Davis avant le « big bang » que nous promet l’ITF à partir de 2018.

  4. avatar
    12 octobre 2017 a 9 h 41 min
    Par Cullen

    Le problème de jouer à Lille c’est pas tellement que les Belges seront plus nombreux (ils le seront forcément un peu plus du fait de la distance mais la fédération belge aura un quota de places bien défini – 10 ou 20% je sais pas exactement – et elle aurait vendu toutes ces places quel que soit le lieu choisi). Non, le souci c’est que le stade Pierre Mauroy est aujourd’hui le plus grand stade omnisport du pays et que, pour des raisons purement économiques, toutes les grandes manifestations sportives y sont organisées, au détriment du reste de la population. Mais si les Français qui se rendront là-bas se comportent (enfin) comme des supporters, à savoir venir tout de bleu vêtu, pousser les joueurs s’ils sont en difficulté, les galvaniser lorsqu’ils seront dans un temps fort, et si la FFT ne commet pas la même erreur qu’en 2014, à savoir placer les fans adverses tout en bas, au plus proche des joueurs, alors il n’y a pas de raison que les hommes de Noah ne se sentent pas chez eux. Mais ça fait beaucoup de mais…

    Sur le court, le problème de la Coupe Davis c’est qu’une individualité peut faire la différence alors que c’est une compétition censée mettre en exergue un collectif. Et comme elle est très décriée ces temps-ci, quitte à la réformer, je limiterai à une rencontre en simple par joueur, et je concentrerai l’épreuve sur deux jours de manière à ce que le dimanche ne compte pas pour du beurre comme c’est souvent le cas. 2 simples le samedi et 2 simples le dimanche (disputés par 4 joueurs différents) et, en cas d’égalité, un double décisif (n’importe quel joueur au choix).

    Maintenant pour revenir à ce France-Belgique, Goffin n’a pas la carrure d’un Federer ou un Nadal pour être certain d’assurer la Belgique de 2 points (on l’a vu avec Gilles Simon, pourtant pas au mieux cette année). Quant à Darcis, s’il a des stats exceptionnelles en Coupe Davis qui montre bien qu’il est capable de se sublimer pour son pays, la surface choisie lui sera tout de même moins favorable. Enfin, les Belges n’ont pas un double avec autant d’automatisme que le nôtre avec la paire Herbert-Mahut. Bref, il n’est pas question de fanfaronner, ça ne sera pas simple mais je ne vois pas pourquoi les Belges seraient favoris.

  5. avatar
    12 octobre 2017 a 10 h 54 min
    Par Guga57

    Salut Christian,

    J’avoue avoir un peu forcé le trait en collant l’étiquette de « favori » sur les Belges.

    D’ailleurs, je serai très surpris que le score final de cette finale ne soit pas un 3-2 ou un 2-3.

    Concernant la réforme de la Coupe Davis, je préfère le double en 3e match, au moins on est sûr qu’il a lieu comme ça.

    Et puis en cas de 5e match c’est quand même plus beau que le titre se joue sur un match de simple plutôt que sur un double (à mon avis en tout cas).

  6. Pingback: Londres à l’heure des maîtres (1ère journée) - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Répondre à cullen Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter