Coupe Davis : « Tsongasquet-Simonfils » un mixe idéal ?
Photo Panoramic

Coupe Davis : « Tsongasquet-Simonfils » un mixe idéal ?

Si l'on avait pu composer un joueur-hybride associant les 4 principales forces des 4 membres de notre "Big French", la France du tennis aurait sans doute enfin eu ce grand champion qu'elle attend et espère, encore et toujours, depuis René Lacoste et Henri Cochet…

Surnommés (peut-être un peu vite) les nouveaux mousquetaires : Tsonga, Gasquet, Simon et Monfils arrivent désormais au crépuscule de leurs carrières respectives sans qu’aucun d’entre-eux ne soient, hélas, jamais parvenu à inscrire son nom au palmarès d’un tournoi du Grand-Chelem… Amer constat que celui de voir ainsi passer une génération dorée à côté de tant de grandes promesses. C’est pourtant malheureusement le cas de nos tennismen actuels qui, en dépit d’indéniables qualités (ils ont tous les 4 fait partie intégrante du Top 10 mondial), se dirigent lentement mais sûrement vers la sortie sans n’avoir jamais vraiment pu ou su faire honneur au prestigieux surnom dont ils ont été affublés à leurs débuts, voilà maintenant plus de 10 ans.

Et si on prenait le meilleur de chacun d’entre eux ?

Alors, cruel manque de persévérance ou simple infortune d’être juste tombé sur plus fort que soi (Federer, Djokovic, Nadal, Murray, Wawrinka) ??? On ne le saura certainement jamais vraiment… Mais que diable leur aura-t-il donc manqué ? En prenant le meilleur de chacun d’eux, pas grand-chose !

La puissance de Jo-Wilfried Tsonga

Parmi nos 4 mousquetaires actuels, Jo est celui qui est passé le plus près de succéder à Yannick Noah, dernier vainqueur tricolore en Grand-Chelem (Roland-Garros 1983). Ancien N°5 mondial (en 2012), double vainqueur en Masters 1000, finaliste à l’Open d’Australie (2008) ainsi qu’au Masters (2011) et demi-finaliste aussi bien à Roland qu’à Wimbledon, “Jowil” aime dicter l’échange et imposer son style de jeu via la puissance de son service de plomb et son coup-droit de feu. Dans un grand jour, et en particulier sur surface dure, le Manceau peut ainsi battre n’importe qui, comme en atteste sa victoire pleine d’autorité sur un Rafael Nadal pourtant proche de son tout meilleur niveau en Australie en 2008 (une véritable démonstration de force à voir ou revoir sur YouTube, un vrai régal !). De fait, Tsonga est même le seul joueur du circuit à avoir battu au moins une fois chacun des membres du “BIG 4″ (Federer, Nadal, Djokovic, Murray) en Grand-Chelem ! Oui Monsieur ! Hélas, en dépit de cette statistique plutôt clinquante, il lui aura toujours manqué un petit quelque-chose (un peu plus de consistance en revers ? un mental moins taciturne ?) pour pouvoir rentrer définitivement dans l’Histoire du jeu.

La technique de Richard Gasquet

En 1995, “Tennis Magazine” n’avait pas hésité à faire une de ses unes avec la photo du jeune Gasquet, en titrant “Richard G. 9 ans – Le champion que la France attend?” !!! Difficile de dire (comme d’aucuns le prétendent) si cette exposition médiatique aussi précoce que controversée a réellement pu nuire à la carrière du “Petit Mozart du tennis français” sur le long terme, mais très clairement, elle avait au moins le mérite de mettre en lumière l’immense talent dont le jeune biterrois faisait déjà montre à cette époque. Car, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas remettre en cause chez “Ritchie”, c’est bien l’immense bagage technique dont il est doté. Chez les juniors, son toucher de balle nettement au-dessus de la moyenne faisait ainsi des merveilles, au points de faire même de lui la bête noire d’un certain Rafael Nadal… Quelques années plus tard, alors à peine débarqué sur le circuit, sa victoire sur Roger Federer à Monte-Carlo avait également fait grand-bruit ! Malheureusement, et malgré 13 titres ATP, 3 demi-finales en GC (2 sur le gazon de Wimbly et une à l’US Open) et une place de 7e joueur mondial à son climax en 2007, l’ancien prodige au revers de diamant n’a jamais totalement réussi à franchir l’ultime palier physique (s’en est-il donné les moyens?) qu’impose le tennis moderne pour devenir un “top-player” à part entière.

Le mental de Gilles Simon

“Gilou” est une sorte d’antithèse de la petite balle jaune. En l’observant, on constate rapidement qu’il ne dispose ni de la force d’un Tsonga, ni de la gestuelle d’un Gasquet… Et pourtant, en termes de palmarès, il fait plus ou moins jeu égal avec eux. Ancien N°6 mondial (en 2009), 12 titres ATP au compteur (comme Tsonga), quart-de-finaliste en Australie et à Wimbledon, une participation au Masters (Gasquet n’y est jamais allé), Simon compense des qualités physiques somme toute modestes par un sens tactique hyper-développé. Alternant les balles molles et les accélérations, Gilles est aussi un contreur de génie qui possède le don de faire déjouer ses homologues peut-être plus que quiconque sur le circuit. En outre, l’Azuréen de naissance excelle également dans sa capacité à lire le jeu de ses adversaires. En attestent, ses victoires de renom face à des champions tels que Federer, Nadal, Djokovic, Hewitt, Roddick, Safin, Murray ou encore Wawrinka… Des 4 protagonistes dont nous parlons ici, Gilles Simon est très probablement celui qui a su tirer le maximum de son potentiel pourtant (a priori) plus limité.

Le physique de Gaël Monfils

Champion du monde junior en 2004, puis révélation de l’année en 2005, le Parisien d’origine guadeloupéenne a fait des débuts remarqués chez les pros. Bien qu’ultra-fantasque, cet acrobate (spécialiste de la terre-battue) ne se résume pas à un simple “show-man” des courts. Ex-7e joueur mondial (en 2011), Monfils possède en effet des qualités physiques exceptionnelles, comparables à celles d’un athlète, qui lui permettent de couvrir le terrain à la manière d’une araignée tissant sa toile. Rapide, agile comme un félin et pourvu d’une détente digne des meilleurs basketteurs américains, Gaël s’est ainsi hissé 3 fois en quart et une fois en demi-finale sur l’ocre de la Porte d’Auteuil. De plus, “La Monfe” (son surnom) peut lui-aussi s’enorgueillir de quelques jolis succès de prestige: il a notamment battu 4 fois Roger Federer, 3 fois Andy Roddick et 2 fois Rafael Nadal ! En revanche, gros point faible, ses nerfs lui font trop souvent cruellement défaut dans les instants décisifs. Son ratio d’à peine 5 petites victoires en quelques 23 finales disputées (soit 18 finales perdues!!!) parle, malheureusement, en ce sens.

Un alliage quasi-imbattable !

Imaginez-vous un joueur qui possèderait à lui-seul toutes les qualités précitées : capable d’attaquer et d’assommer ses vis-à-vis à coups de parpaings comme Tsonga, de tirer des passings de revers 3 mètres derrière sa ligne de fond comme Gasquet, de ne rien lâcher comme Simon et de courir le marathon pour ramener inlassablement toutes les balles dans le court comme Monfils… On frôlerait la perfection ! C’est beau de rêver, n’est-ce pas ?

La Coupe Davis à défaut d’un Grand-Chelem ?

Etant donné que ce “perfect-player made in France” n’est certainement pas encore né, que peut-on encore décemment attendre de notre “BIG 4″ à la sauce française ? Pour l’heure, les livres d’Histoire tennistique ne retiendront d’eux que leurs 2 médailles olympiques en double (l’argent pour Tsonga et le bronze pour Gasquet lors des Jeux de Londres en 2012). Et même si Tsonga et Monfils continuent de clamer (à qui veut bien l’entendre?) que leur objectif N°1 demeure de gagner un jour un titre du Grand-Chelem, force est de constater que ce doux songe paraît fort peu probable… De fait, la Coupe Davis semble ainsi l’épreuve majeure dans laquelle nos “4 fantastiques” ont encore le plus de chance de pouvoir aller au bout. Après les défaites de 2010 (face à la Serbie du Djoker) et de 2014 (face aux chocolatiers suisses), 2016 est donc peut-être leur ultime opportunité d’entrer dans la légende du sport français. Et ça, croyez-moi, un certain Yannick Noah l’a bien compris.

  1. avatar
    7 mars 2016 a 16 h 54 min
    Par mwn44

    Salut Guga !

    Merci pour cet article au lendemain d’une victoire attendue de l’EDF compte tenu des forfaits canadiens.

    Effectivement, comme on en a déjà parlé, l’année 2016 est parfaite pour viser la Coupe Davis, puisque le TOP5 l’a déjà gagné, et qu’il y a les JO qui attise toutes les convoitises. Mais le 1/4 de finale contre les tchèques ne sera pas une mince affaire, loin de là. Hâte de voir la surface qu’ils vont choisir, même si les français sont très polyvalents à ce niveau là si l’on excepte l’allergie de Monfils au gazon.

    Pour ce qui est des 4 ex-nouveaux-mousquetaires, le portrait est parfaitement dépeint, même si je mettrais plus le sens tactique en avant pour Gilles Simon, que je trouve même un peu au-dessus de Murray. S’il avait un meilleurs service, et une aussi bonne main que l’écossais, il aurait sans doute déjà des M1000 dans sa besace si ce n’est mieux. C’est dommage, mais je pense qu’il peut encore espérer quelque chose sur le circuit. Monfils je le sens bien cette année à RG, je sais pas trop pourquoi. Pour Tsonga et Gasquet, bien que mieux classé en ce moment, j’ai un doute surtout concernant le Manceau qui s’agace de plus en plus pour n’importe quoi, sur, comme en dehors du court. Richard, lui, a montré à Wimbledon contre Wawrinka qu’il en avait encore à revendre, mais c’est maigre sur une saison complète, quand on vise le haut du panier.

    Cette génération restera une énigme, même si on peut clairement affirmer que le fait d’être tombé sur un BIG 3 stratosphérique n’a pas aidé… Mais si l’on excepte Murray et Stan, qui sont peut-être un cran au dessus, surtout pour l’écossais, Cilic et Del Potro y sont bien arrivés, tout comme Davydenko et Nalbandian si l’on ajoute le Masters. Et l’histoire retient les vainqueurs, pas les excuses.

    • avatar
      9 mars 2016 a 17 h 34 min
      Par Guga57

      Salut MWN,

      Merci pour ton commentaire ;)

      Concernant le ¼ de finale de CD, je pense qu’il n’y a pas trop de suspense quant à la surface que choisiront les Tchèques : ça sera un dur (indoor) à mon avis.

      Effectivement, pour Gilles Simon j’aurai pu mettre le sens tactique avant le mental (d’autant que Gilou a déjà craqué mentalement a l’image de sa piètre prestation en Argentine en Coupe Davis il y a 2-3 ans).

      Quand tu dis que tu sens bien Monfils pour RG cette année, ça veut dire quoi ? si tu entends qu’il peut arriver en ¼ voir en ½, je te suis… au-delà, franchement je n’y crois pas.

      Après pour Tsonga je partage ton avis, j’ai même cette (mauvaise) impression nauséabonde (pour rester poli) depuis l’épisode rocambolesque de sa blessure en finale de Coupe Davis 2014…

      Au sujet de Ritchie c’est toujours la même rengaine. Sa main est superbe mais son physique est trop léger pour espérer un grand titre (pour preuve tous ses titres sont des ATP 250).

      Enfin, excellente remarque : Cilic, Del Potro, Nalbandian et Davydenko sont parvenus à accrocher au moins un Majeur malgré le BIG 5 (je mets Wawrinka avec les 4 autres perso)…

      C’était donc possible, difficile certes, mais possible !

      PS : j’adore ta conclusion « l’histoire retient les vainqueurs, pas les excuses » classe ;)

  2. avatar
    7 mars 2016 a 18 h 52 min
    Par Enzo29

    Salut Guga,

    En effet, l’hydre à quatre têtes du tennis français aura échoué à remporter un GC, muselés qu’ils ont été, comme presque tous les autres, par la domination du Big Four. En même temps, il faut également pointer leurs faiblesses respectives.

    Le jeu de Tsonga, puissant mais manquant de variété, a semblé au fil des ans de moins en moins capable de surprendre et d’innover, comme en témoignent les roustes systématiques qu’il se prend face à Djokovic. Le quart de finale de RG 2012 restera probablement comme son chant du cygne. Quant aux autres, le jeu de Gilles Simon est de loin le plus limité des quatre, Gasquet se sera distingué par un manque d’ambition, et Monfils par un manque de discipline.

    Ce sont précisément toutes ces qualités qui caractérisent le Big Four, génération ultra-dorée de quatre joueurs cumulant ambition, talent, physique et discipline.

    • avatar
      9 mars 2016 a 17 h 49 min
      Par Guga57

      Salut Vince,

      Excellente analyse, je ne peux que te donner raison par rapport aux qualités du BIG4 (ambition, talent, physique et discipline).

      C’est d’ailleurs assez marrant parce que la-encore, on retrouve un peu de nos « frenchies » mais il leur manque à chaque fois quelque-chose :
      Tsonga et Monfils étaient (et sont encore aux vues de leurs déclarations respectives) ambitieux. Et physiquement, ils sont tous les 2 pas mal quand même.
      En revanche pour les 2 autres, le physique fait défaut (en particulier la puissance pour Gilou et l’endurance pour Richard).
      Et sinon, Gasquet a le talent mais pas la discipline et pour Simon c’est l’inverse (moins de talent mais pluss de discipline).

      Par contre, pour le chant du cygne de Tsonga, je pense plutôt que c’est la Coupe Davis 2014. Certes RG 2012 lui a incontestablement fait du mal, mais par après il s’est quand même repris en atteignant les demies a RG en 2013 et en gagnant son 2e Masters 1000 (au Canada en aout 2014). Mais la Coupe Davis l’a acheve selon moi… Depuis, il n’y arrive plus… sauf dans son jardin… l’Open de Metz ! ;)

      • avatar
        10 mars 2016 a 18 h 24 min
        Par Enzo29

        Salut Guga,

        Je sais bien que cette date de RG 2012 fait débat pour Tsonga, il faut que j’argumente un peu.

        Quand on parle de Tsonga, on parle tout de même du seul type, avec Wawrinka, à avoir battu tous les membres du Big Four en Grand Chelem. Mais si l’on se met à regarder dans le détail, il a battu Murray et Nadal une seule fois, et sur un seul tournoi, le tournoi de sa vie, l’OA 2008. Pour la suite de sa carrière, le défi était clair : rivaliser avec Federer, Nadal, Djokovic et Murray.

        Pendant des années, il a lutté contre ces types, sur tous les courts du monde. Il faut aujourd’hui en dresser le bilan : une victoire sur Djokovic à l’OA 2010, une sur Federer à Wim 2011. Et une “presque” victoire à nouveau sur Djokovic à RG 2012 (pour le coup il méritait vraiment ce match, la réussite a clairement été du côté de Djoko sur les balles de match).

        Depuis ? Federer à RG 2013, mais le maestro avait déjà des problèmes de dos, d’ailleurs Gillou aurait déjà failli l’emporter en 1/8. De belles places parfois, comme pour cet US 2015, mais le premier obstacle sérieux – Cilic – a été celui de trop. RG 2015 ? Berdych et Nishikori lui font cadeau des deux premiers sets. Un Tsonga solide, mais pas en mesure de rivaliser avec les tout meilleurs.

        A la rigueur, je suis prêt à lui accorder l’OA 2013, où il a poussé Federer (le vrai cette fois, clairement prétendant au titre) aux cinq sets. Mais sûrement pas RG 2013, où le premier véritable obstacle était Ferrer (et non Federer), qui l’a dérouillé.

        Au cours de sa carrière, Kinder Jo a bel et bien rivalisé, sur certains tournois, avec les tout meilleurs. Cette époque est révolue. Depuis RG 2012 selon moi, ou à la rigueur depuis l’OA 2013.

        • avatar
          11 mars 2016 a 17 h 48 min
          Par Guga57

          Salut Vincent,
          Ton argumentation se tient parfaitement à propos de Tsonga.
          On peut évidemment voir un énorme tournant dans cette défaite face à Djoko en 2012.
          Ceci-dit, même si Jo avait battu le Serbe ce jour-là, il n’aurait quand même pas gagner RG pour autant…
          Mais bon, je vois ce que tu veux dire, cette défaite a vraiment du lui faire beaucoup beaucoup de mal mentalement.
          Perso, concernant Tsonga et les 3 autres aussi, je me suis fait une raison : aucun d’eux ne remportera jamais de GC.
          La Coupe Davis reste donc leur dernière chance de marquer un tant soit peu l’histoire du tennis français.

  3. avatar
    7 mars 2016 a 20 h 37 min

    Salut Guga, super bien vu le titre :)

    Je pense que leur échec à remporter un GC est une combinaison de plusieurs facteurs: bien sûr le Big 3 phénoménal, mais aussi selon moi un simple manque de niveau, si léger soit-il.

    Parlant de GC, on cite Noah comme dernier vainqueur français en GC, mais c’est surtout le seul dans l’ère Open. Pire, à part l’époque dorée des mousquetaires originaux des années 20 (et début 30), seul deux autres Français ont remporté un GC, les deux en 1946, soit Marcel Bernard et Yvon Petra.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_champions_de_tennis_vainqueurs_en_Grand_Chelem_en_simple

    Donc en résumé, même si l’espoir était grand pour les néo-mousquetaires, ils n’ont pas fait pire que leur prédécesseurs récents.

    • avatar
      9 mars 2016 a 18 h 06 min
      Par Guga57

      Thanks for spotting Fabrice ! appreciated ;)

      C’est effectivement une combinaison des 2, la concurrence du BIG 4 ou 5 d’un cote et de l’autre, le manque de niveau mais ont-ils atteint le maximum de leurs potentiels ? A part Simon, je pense que Tsonga, Gasquet et Monfils en avaient encore sous la pédale il y a 2-3 ans. A ce sujet, me vient à l’esprit une déclaration de Richard Gasquet qui était parti s’entrainer a Manacor chez son pote Nadal durant la trêve hivernale juste après la finale perdue en Coupe Davis. A son retour des Baléares, Richard avait déclaré qu’il ne s’était jamais autant entrainer de sa vie… A la radio, j’avais entendu Henri Leconte dire que c’était scandaleux de la part de Gasquet. Et on ne peut que donner raison à Riton sur ce coup-la… C’est quand même dingue de se dire qu’il aura fallu que Gasquet aille s’entrainer chez les Nadal pour qu’il se rende compte de la charge d’entrainement que doit s’infliger un champion pour atteindre ses objectifs… et puis on parle de la trêve hivernale (période de reprise) pas sûr que ce soit la période la plus dure niveau entrainement chez Rafa et Toni… Enfin bref, tout ça pour dire qu’à mon sens, même si ils n’ont certainement pas le niveau de Fed, Nadal ou Djoko (ni même celui de Murray ou Waw), la possibilité de glaner un grand-chelem pour Tsonga (Open d’Australie), Gasquet (Wimbledon) voire même Monfils (Roland) était bien réelle.

      Enfin, triste constat (mais tellement réaliste) que tu fais par rapport aux vainqueurs (masculins) tricolores en GC. Seulement 6 vainqueurs de GC différents pour la France dont 1 seul pendant l’ère-open (Noah), 2 au sortir de la seconde guerre mondiale (Bernard et Petra) et 3 entre les 2 guerres (Cochet, Lacoste et Borotra). C’est tellement peu, en particulier si on compare avec les 3 autres nations originelles du tennis (GB, USA et Australie). Et puis quand on voit la nouvelle génération de joueurs français (Mannarino, Paire, Pouille, Herbert voire même Halys)… le 7e Bleu vainqueur en GC semble encore très très loin de nous…

  4. avatar
    8 mars 2016 a 2 h 27 min
    Par Nicolas

    salut Guga, je dirais quelle belle bande de faux culs sur cette photo ce qui humilie encore plus Clément.

    Et surtout ce Monfils qui disait qu’il ne bosserait jamais avec Noah et Gilles Simon qui avait mollement condamné le sort de l’ancien sélectionneur.

    J’espère que contre les Tchèques qu’ils se feront prendre une volée car ils devraient être suspendus à vie de coupe davis.

    C’est pour cette raison que le tennis me dégoute.

    • avatar
      10 mars 2016 a 10 h 09 min
      Par Guga57

      Salut Nico,

      Je constate que tu as toujours des avis très tranchés sur chaque sujet…
      On peut bien sur reprocher tout un tas de choses à cette génération comme pour les Ribery, Benzema, Nasri, Menez et autres M’Vila en foot d’ailleurs.

      En attendant, on fait avec ce qu’on peut avec ce qu’on a… et en tant que fan de sport, j’avoue que ça me ferait quand même plaisir de les voir gagner une fois la CD.
      Et puis honnetement Nico, si le tennis te degoute en termes d’hypocrisie, les autres sports ne sont pas mieux tu sais ? ;)

    • avatar
      10 mars 2016 a 10 h 41 min
      Par Guga57

      Merci Axel ;)

      D’accord avec toi en ce qui concerne Simon.
      En effet, le quart face à la Tchéquie aura valeur de vrai test (je prépare d’ailleurs un autre article à ce sujet).

      Pour ce qui est du choc annoncé entre la GB de Murray et la Serbie du Djoker, je crains que cette affiche n’accouche in fini d’une petite souris…
      Pourquoi ? Parce que les quarts de Coupe Davis sont programmés pour la mi-juillet, soit tout juste quelques jours après la finale de Wimbledon.
      Pour peu que Djoko et Murray se retrouvent en finale sur le gazon londonien, j’ai du mal à les imaginer remettre le couvert moins d’une semaine plus tard.
      D’autant plus que seulement 2-3 semaines plus tard commencera aussi le tournoi olympique de Rio, un titre que Djoko n’a pas encore gagné et que Murray (vainqueur en 2012) aura certainement à cœur de défendre.
      Bref, pour toutes ces raisons, j’ai bien peur que cette confrontation Serbie vs GB ne soit finalement qu’un match entres équipes bis (du type Troicki et Lajovic vs Ward et Edmund en somme).

  5. avatar
    9 mars 2016 a 13 h 47 min

    Salut Guga,

    Bon article, je rajouterais la tactique comme 2e corde à l’arc de Gilles Simon.

    Oui un joueur qui aurait les qualities des 4 Français serait pas loin de pouvoir rivaliser avec Terminator Djokovic.

    Bon depart en Coupe Davis mais bon face à un Canada orphelin de Raonic et contre des joueurs plus que médiocres sur terre battue, c’était la moindre des choses pour la bande à Noah.

    le vrai test sera face aux Tchèques mi-juillet, si les Bleus passent là ils seront crédibles pour le saladier d’argent !
    Car si Berdych est à son niveau et que la paire Berdych / Stepanek est opérationnelle, les Tchèques seront très durs à battre chez eux, sans oublier Lukas Rosol le 2e atout en simple.

    A noter ce quart Serbie / GB qui promet, surtout si Murray et Djokovic viennent bien défendre leurs couleurs comme attend !

    • avatar
      10 mars 2016 a 10 h 41 min
      Par Guga57

      Merci Axel ;)

      D’accord avec toi en ce qui concerne Simon.
      En effet, le quart face à la Tchéquie aura valeur de vrai test (je prépare d’ailleurs un autre article à ce sujet).

      Pour ce qui est du choc annoncé entre la GB de Murray et la Serbie du Djoker, je crains que cette affiche n’accouche in fini d’une petite souris…
      Pourquoi ? Parce que les quarts de Coupe Davis sont programmés pour la mi-juillet, soit tout juste quelques jours après la finale de Wimbledon.
      Pour peu que Djoko et Murray se retrouvent en finale sur le gazon londonien, j’ai du mal à les imaginer remettre le couvert moins d’une semaine plus tard.
      D’autant plus que seulement 2-3 semaines plus tard commencera aussi le tournoi olympique de Rio, un titre que Djoko n’a pas encore gagné et que Murray (vainqueur en 2012) aura certainement à cœur de défendre.
      Bref, pour toutes ces raisons, j’ai bien peur que cette confrontation Serbie vs GB ne soit finalement qu’un match entres équipes bis (du type Troicki et Lajovic vs Ward et Edmund en somme).

      • avatar
        10 mars 2016 a 15 h 55 min

        Salut Guga,

        Oui je crains la même chose que toi

        – Djokovic visera forcément Wimbledon. Soit il gagne à RG et Wimbledon serait la 3e étape vers un potential GC calendaire comme Laver en 1969.Soit il échoue à Paris comme en 2014 et 2015, et le gazon londonien lui servira de terrain de revanche pour rebondir et effacer un éventuel nouvel échec sur l’ocre parisien.
        Quant à Murray, c’est son tournoi national il voudra forcément bien y figurer, et Federer ne fera pas des matches du niveau de la demie 2015 tous les ans pour le stopper sur la route de la finale

        - Pour les Jeux Olympiques, c’est tous les 4 ans par definition. Rio de Janeiro est sans doute l’ultime change d’or pour Djokovic qui aura 33 ans en 2020 à Tokyo, idem pour Murray qui pourrait devenir le premier à conserver sa breloque olympique, exploit que ni Agassi ni Kafelnikov ni Nadal (il est vrai forfeit en 2012 à Londres) n’ont réussi depuis le retour du tennis comme sport officiel aux JO en 1992 à Barcelone (en 1984 il était sport de demo rappelons le).

        La Coupe Davis étant une nouvelle fois prise en sandwich entre 2 énormes échéances du calendrier individual, je crains en effet que Djokovic et Murray ne soient que remplaçants en équipe nationale (genre sauveurs du dimanche si cela tourne mal après le double), voire ne viennent pas du tout !!

        On va voir ce que va donner Indian Wells, Djokovic aura à Coeur de gagner pour la 3e année de suite en Californie. On voit mal qui pourra résister à l’ogre serbe en l’absence de Federer forfait … Nadal en panne de confiance malgré la tournée sud-américaine sur terre battue, Murray incapable de vaincre Nole depuis Wimbledon 2013 (sauf en 2015 à Montréal), il ne reste que le trouble-fête habituel, Stanimal Wawrinka.
        Espérons que le Vaudois sera en transe pour concurrence le Terminator de Belgrade …

  6. avatar
    11 mars 2016 a 2 h 07 min
    Par Nicolas

    Désolé Guga de véhiculer des valeurs de respects et de charité ce que les posteurs ont l’air d’oublier ici, je ne vais pas être ok avec les sportifs car leurs attitudes sont condamnables et ils ne montrent aucun respect envers leurs petits admirateurs comme les gosses.

    Regardez ce qui arrive à Sharapova et je suis sur qu’elle n’est pas la seule Serena si tu me lis.

    • avatar
      11 mars 2016 a 17 h 57 min
      Par Guga57

      Je comprends Nico, mais ne mettons quand même pas tous les sportifs dans le même panier !
      Certains ont moins de valeurs que d’autres certes mais c’est partout pareil ca…
      Dans le sport, en politique et même au café du coin ;)

  7. avatar
    13 mars 2016 a 0 h 56 min
    Par Nicolas

    OK Guga pas de soucis.

  8. avatar
    14 mars 2016 a 15 h 39 min

    @Guga,

    Oui c’est logique que Del Potro ait cédé face à Berdych, il lui faudra du temps pour

    Nadal et Djokovic ont peiné la nuit dernière, à surveiller surtout pour le Serbe. L’Espagnol va porter plainte contre Roselyne Bachelot, il a bien raison puisqu’elle n’apporte aucune prevue de ce qu’elle avance …

    Ce qui ne veut pas dire que je pense Nadal propre dans ma conviction personnelle, mais de là à accuser publiquement qqn sans étayer par des preuves, c’est un peu fort de café de la part de notre ancienne Ministre !

    Concernant le Djoker, je lui souhaite Presque la défaite dans 1 voire 2 des tournois américains du printemps, sinon il va encore arriver à Roland avec une série d’invincibilité (en dehors de son abandon à Dubai pour douleur à l’oeil) digne d’un cyborg …

    Et la pression sera aussi forte qu’en 2011 et 2015, on connaît la suite pour le natif de Belgrade.

    • avatar
      15 mars 2016 a 18 h 24 min
      Par Guga57

      @Axel
      Comme tu dis Axel, il faudra du temps pour Delpo…
      Je partage ton point de vue concernant Nadal. Bachelot ferait mieux de se taire ou du moins modérer ses propos.
      Enfin pour Djoko, difficile à dire, qu’il arrive à RG invaincu ou non, in fine, le résultat a toujours été le même pour lui Porte d’Auteuil jusqu’à présent…
      Qu’il gagne ou non à Paname début juin, j’espère juste que sur l’ensemble de la saison, le Serbe n’écrasera pas autant la concurrence qu’en 2015.
      Son tennis est certes impressionnant d’efficacité mais, pour le fan de jeu offensif que je suis, c’en devient tout de même très lassant à la longue.
      On verra bien ce que décideront les dieux du tennis ;)

    • avatar
      16 mars 2016 a 14 h 18 min

      On ne peut que se réjouir du retour de DelPo. Au moins il joue, cela veut dire qu’il va progresser. Évidemment dans son cas le seul facteur sera les blessures.

      S’il évite une rechute (et en supposant que son moral n’est pas atteint par tant de temps perdu) alors je suis convaincu qu’il atteindra le top 10 et sera un candidat crédible à une victoire en GC.

      Rappelons qu’il est le seul avec Nadal a avoir vaincu Federer *à son sommet* en finale de GC sur un de ses tournois de prédilection, en l’occurence à l’US Open.

      Djoko lui a d’abord vaincu Tsonga, et Murray en Australie, puis Nadal à Wimby, US et Australie. Djoko a fini par vaincre Federer à Wimby (2x) et US Open, mais c’était en 2014 et 2015, donc passé sa période dorée.

      Bref, tout ça pour dire à que DelPo est un joueur exceptionnel :)

  9. avatar
    16 mars 2016 a 13 h 31 min

    Salut Guga,

    Moi j’aimerais bien voir Djokovic gagner à Roland-Garros et aux JO de Rio de Janeiro, Federer à Wimbledon et Raonic à l’US Open, Nadal en Masters Cup.

    Mais Djokovic devrait rafler 3 (voire 4) des 5 trophées majeurs restants sur 2016.

  10. avatar
    17 mars 2016 a 2 h 07 min
    Par Nicolas

    Salut à tous je ne fait que passer

    • avatar
      4 avril 2016 a 8 h 45 min
      Par Guga57

      Salut Axel, Fabrice,

      Bon, j’attendais la fin des 2 masters 1000 (Indian Wells et Miami) pour vous repondre. Et le constat est sans appel: Djoko est toujours sur son nuage. On peine a voir qui pourra vraiment lui poser des soucis cette saison !

      Et malheureusement, Del(pasde)po (alias del potro) s’est a nouveau blesse au poignet gauche. Ca sent vraiment la fin de carriere pour l’Argentin. Dommage.

      Voyons ce que nous reserve la suite de la saison, mais parti comme c’est, un grand-chelem calendaire de Djokovic ne m’etonnerait pas…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter